IN MEMORIAM : La catastrophe d’Oslo

La catastrophe d’Oslo

Par le 4 septembre 2016

 

Études sur la sécurité et les politiques au Moyen-Orient n ° 123

Le professeur Efraim Karsh, nouveau directeur du Centre Begin-Sadat pour les études stratégiques, accuse le processus diplomatique d’Oslo de «la plus grave bévue stratégique de l’histoire d’Israël» et de «l’une des pires calamités à avoir jamais frappé les Israéliens et les Palestiniens».

«Vingt-trois ans après son lancement euphorique sur la pelouse de la Maison Blanche», écrit Karsh dans cette étude approfondie, «le« processus de paix »d’Oslo a considérablement aggravé la position des deux parties et rendu les perspectives de paix et de réconciliation de plus en plus éloignées.

«Le processus a conduit à la création d’une entité terroriste indéracinable aux portes d’Israël, a approfondi les clivages internes d’Israël, déstabilisé son système politique et affaibli sa position internationale.

«Cela a également été une catastrophe pour les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza. Il a conduit à l’assujettissement aux régimes corrompus et répressifs de l’OLP et du Hamas. Ces régimes ont inversé l’avènement hésitant de la société civile dans ces territoires, brisé leur bien-être socio-économique et rendu les perspectives de paix et de réconciliation avec Israël de plus en plus éloignées. »

«Cet échec abject est le résultat direct de la perception par les dirigeants palestiniens du processus comme une voie non pas vers une solution à deux États – c’est-à-dire Israël aux côtés d’un État palestinien en Cisjordanie et à Gaza – mais vers la subversion de l’État d’Israël. Ils ne voient pas Oslo comme une voie vers l’édification de la nation et la création d’un État, mais vers la formation d’une entité terroriste répressive qui perpétue le conflit avec Israël, tout en gardant ses malheureux électeurs dans une crainte constante et stupéfaite alors que les dirigeants palestiniens se remplissent les poches des recettes de cette misère.

Karsh détaille longuement comment le processus d’Oslo a affaibli la sécurité nationale d’Israël à plusieurs égards clés.

Sur le plan stratégique et militaire, il a permis à l’OLP de réaliser d’un seul coup sa vision stratégique de transformer la Cisjordanie et la bande de Gaza en foyers de terreur qui perturberaient le mode de vie d’Israël (pour reprendre les mots de Yasser Arafat).

Politiquement et diplomatiquement, dit-il, Oslo a instantanément transformé l’OLP (et, dans une moindre mesure, le Hamas) en un acteur politique internationalement accepté tout en respectant son engagement en faveur de la destruction d’Israël, en se rapprochant d’un État à part entière en dehors du cadre d’Oslo et en sapant progressivement Israël. réputation internationale.

La fin de l’occupation par Israël de la population palestinienne des territoires dans les trois ans et demi suivant le début du processus est passée totalement inaperçue (en partie à cause de la propagande palestinienne, en partie à l’échec d’Israël à faire passer ce point critique), avec l’Etat juif toujours soumis à l’opprobre international pour une «occupation» inexistante.

Sur le plan intérieur, Oslo a radicalisé la minorité arabe d’Israël, étouffant dans l’œuf son processus d ‘«israélisation» de plusieurs décennies et le mettant sur une trajectoire de collision avec la communauté juive d’Israël. Non moins important, cela a rendu la politique israélienne captive des vicissitudes des relations israélo-palestiniennes, l’OLP et le Hamas devenant les arbitres efficaces du discours politique et du processus électoral d’Israël.

«À première vue», écrit Karsh, «les revers massifs d’Israël peuvent être considérés comme des gains palestiniens. Pourtant, la perte d’une personne n’est pas nécessairement le gain de l’autre. L’approche à somme nulle des dirigeants palestiniens et la prédiction de l’identité nationale palestinienne sur la haine de «l’autre», plutôt que sur un héritage partagé distinct, ont abouti à des décennies de dispersion et d’apatridie.

«Même si l’OLP réussissait à obtenir la reconnaissance internationale d’un État palestinien à part entière (avec ou sans traité de paix formel avec Israël) et à empêcher le Hamas de s’emparer du pouvoir, ce serait quand même une entité défaillante dans la pire tradition arabe. dictatures, en conflit permanent avec son voisin israélien tout en réprimant brutalement ses malheureux sujets.

Karsh déplore que «les architectes d’Oslo et leurs anciens successeurs du« camp de la paix »n’aient pas véritablement compté, tant en Israël qu’à l’étranger, de la pire bévue de l’histoire d’Israël, et de ne pas repenser ses hypothèses désastreusement erronées – et encore moins toute reconnaissance publique de culpabilité ou démonstration de remords pour ses coûts horribles. « 

«Au lieu de cela, ils continuent d’ignorer délibérément le manque total d’intérêt des dirigeants palestiniens pour la solution à deux États et la violation en série des obligations contractuelles. Ils continuent de blanchir la violence palestinienne en cours, de minimiser l’ampleur des souffrances israéliennes et de blâmer Jérusalem pour le processus bloqué malgré l’approbation publique de la solution à deux États par cinq premiers ministres israéliens successifs: Peres, Barak, Sharon, Olmert et Netanyahu. « 

«Non seulement les mêmes dirigeants palestiniens souillés par la terreur sont-ils devenus universellement considérés comme le gouvernement potentiel d’un futur État palestinien, mais son objectif de faire établir cet État sans négocier avec Israël, ni même reconnaître son droit d’exister, semble être gagner une monnaie de plus en plus large. Ce racisme doux – ne demandant rien aux Palestiniens comme s’ils étaient trop sombres ou trop primitifs pour être tenus responsables de leurs propres paroles et actions – est une recette sûre pour le désastre.

«Tant qu’aucun dirigeant palestinien ne manifestera une acceptation authentique de la solution à deux États ou n’agira d’une manière signifiant une acceptation sans réserve de l’idée, il ne peut y avoir de réconciliation véritable ou durable avec Israël. Et tant que les territoires continueront d’être gouvernés par le règne de la jungle de l’OLP et du Hamas, aucune société civile palestinienne, et encore moins un État viable, ne pourra se développer.

«Tout comme la création de sociétés libres et démocratiques en Allemagne et au Japon après la Seconde Guerre mondiale a nécessité une transformation sociopolitique et éducative globale, de même ce ne sera que lorsque la société palestinienne subira un véritable ‘printemps’ que le conflit séculaire entre Arabes et Juifs peut enfin être résolu et un État palestinien semi-fonctionnel verra le jour. Cela nécessite de balayer les dirigeants corrompus et oppressifs de l’OLP et du Hamas du pouvoir, d’éliminer la violence endémique de la vie politique et sociale et d’enseigner les vertus de la coexistence avec les voisins israéliens.

«Malheureusement, la possibilité d’un printemps palestinien, qui semblait être à l’horizon en 1993 lorsque l’OLP était au bord de l’extinction et que les dirigeants de la Cisjordanie et de Gaza semblaient désireux de conclure un accord historique dans le cadre des négociations de paix de Washington, a été détruite dans un avenir prévisible par le «processus de paix» d’Oslo. »

Une autorité réputée sur l’histoire et la politique du Moyen-Orient, le professeur Karsh est l’auteur de plus de 100 articles savants et de seize livres, et est rédacteur en chef des revues universitaires Middle East Quarterly et Israel Affairs .

Il a enseigné pendant 25 ans au King’s College de Londres, où il a fondé et dirigé le programme d’études sur le Moyen-Orient et la Méditerranée (actuellement l’Institut d’études du Moyen-Orient). En 2013, il rejoint l’Université Bar-Ilan en tant que professeur de sciences politiques. En novembre 2016, il succédera au professeur Efraim Inbar en tant que directeur du Centre Begin-Sadat pour les études stratégiques.

Le professeur Karsh donnera une conférence (en hébreu) ​​sur ses conclusions ce mercredi 7 septembre 2016 à 17 heures (Centre BESA, bâtiment 203, salle 131, Université Bar-Ilan).

Leave a Reply

Translate »