Skip to main content

INSEPARABLES de Haïm Goël / Extrait N° 40 : Après avoir survolé cet épisode de l’histoire messianique de Joseph, fruit évident de l’intercession tragique d’un N°2, son père au gué de Jabok et événement de nature éminemment prophétique, sautons à l’étape suivante.

Après avoir survolé cet épisode de l’histoire messianique de Joseph, fruit évident de l’intercession tragique d’un N°2, son père au gué de Jabok et événement de nature éminemment prophétique, sautons à l’étape suivante. Manassé et Ephraïm, les deux fils de Joseph. Et voici que nous retournons étrangement une fois encore vers un duo N°1, Manassé et N°2, Ephraïm… avec un étrange épisode de main détournée de l’aîné vers le second une fois encore. Nous y venons, mais avant il n’est pas inutile de signaler que leur mère est égyptienne et qui plus est fille d’un prêtre d’On. Un serviteur d’une religion païenne. Que lire dans ce fait ? D .ieu ne pouvait-il d’une manière ou d’une autre assurer à Joseph une compagne de sa race, de son peuple comme ce fut le cas pour son ancêtre… et comme cela deviendra l’exigence de D.ieu pour Israël confronté aux nations païennes par la suite ? Certes D.ieu pouvait. Mais il y aura d’autres cas, la grand-mère du Roi David, Ruth, n’était-elle pas moabite? Rahab la prostituée n’était-elle pas fille de la ville de Jéricho, ne deviendra-t-elle pas son ancêtre elle aussi ? Moïse, qui reçut la Loi, n’épousa-t-il pas une fille des Madianites ? Que tout cela semble étrange. C’est qu’en fait, D.ieu tient là un discours et précisément dans le cas de Joseph qui vient d’incarner prophétiquement au travers de son histoire le salut pour toute l’humanité. D.ieu tient un discours : « Je donne ma vie et rachète en tant que N°1 toute l’humanité qui est N°2 face à moi, tous les descendants d’Adam. Je rachète Israël et les nations qui sont l’un pour l’autre N°1 et N°2 et  Je les encourage non à reconstruire de vains murs de séparation mais à mûrir et découvrir éblouis ce que devrait être leur relationnel N°1 et N°2 ». Car les N°1 ont reçu les principes (la Torah dans ce cas) pour que les N°2 les reçoivent d’eux et les magnifient.

 

Je me suis depuis plus de quarante ans (j’ai 61 ans et fus foudroyé en 1967, âge de mes 19 ans, par l’Esprit de D.ieu qui m’identifia dans mon âme juive à l’époque de la prise de Jérusalem par l’armée israélienne durant la fameuse guerre de 67) questionné sur la portée exacte et complète à donner à cette redécouverte de mes origines. Redécouverte qui fut confirmée ensuite largement par une rapide généalogie et plus encore par un test ADN qui révéla mes liens massifs avec des cousins juifs en bien des nations et qui révéla mes liens évidents avec des cohanim et donc une claire appartenance à la tribu de Lévi.

Un jour, il y a plus d’une quinzaine d’années, un artiste fameux à Jérusalem me voyant entrer pour la première fois dans son atelier/galerie me demanda l’autorisation de dessiner mon visage et me lança tout de go la question suivante qu’il me communiqua sur un ton de grande gravité : « Combien de temps hésiterez-vous encore entre votre identité juive et votre identité chrétienne (il pensait à cela en termes culturels)? »

 

Cet homme d’un seul regard avait percé à jour tout mon « tourment », mon questionnement de l’époque.

 

La question est pour moi résolue, car j’ai choisi de n’en plus faire un problème mais de l’accepter en devenant par ce fait même porteur d’un  message voulu de D.ieu : Il a aboli le mur de séparation entre Juifs et Grecs (N°1 et N°2) mais aussi par là même le mur de séparation et d’affliction entre tous les N°1 et les N°2. Une part importante de mon appel est de ne jamais privilégier un des aspects de mon identité au détriment de l’autre (la juive et la chrétienne) et de ne jamais donc reconstruire par excès le mur de séparation mais de plutôt vivre déjà la mise en place intérieure d’un relationnel N°1 (juif) et N°2 (chrétien) qui veut que les N°1 donnent les principes et que les N°2 les magnifient…

 

Yeshoua m’a largement par l’action du Rouah HaKodesh expliqué, démontré et convaincu de ce qui était par pans entiers de personnalité et d’identité mêlée de destinée profondément israélite en moi. Il me fait aussi penser, enseigner « juif » mais de manière à le rendre désirable aux non-Juifs et non à reconstruire une muraille.

 

Par ailleurs, il me serait impensable, voire même « hypocrite », de m’amputer artificiellement de la part non juive qui me vient de ma culture et de mes antécédents européens. J’ai donc choisi mon identité qui est de devenir toujours plus juif intérieur et instrument passerelle entre tous les N°1 et tous les N°2. Et à bien des égards, je le répète, c’est une bonne partie de mon ministère.

 

 

 

JACOB, L’HOMME BRISE, LE N°2  DEVENU N°1 (PERE ET GRAND-PERE) ET APTE PAR SES APTITUDES PROPHETIQUES « ETRANGES » ET SES COMPORTEMENTS QUI NE LE SONT PAS MOINS ( la bénédiction paternelle accordée au cadet EPHRAÏM plutôt qu’à l’aîné MANASSE…) A MARCHER DANS LA VISION DE D.IEU LA PLUS INITIALE.

 

Quelle était cette vision ?

 

Yeshoua a dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père. » (Jean 14 : 12). Quelle phrase troublante que celle-là ! Notre première réaction est d’être troublés par ce propos, peut-être même d’être incrédules. Et nous avons tort car Yeshoua l’a dit et il nous faut prendre Ses déclarations pour ce qu’elles sont. Celle-ci est vraiment trop directe que pour être relativisée d’une manière ou d’une autre. Ailleurs l’Ecriture nous dit que les premiers seront les derniers et inversement. Ailleurs encore le Seigneur nous dit qu’Il choisit les choses folles du monde pour confondre les sages. N’entendons-nous pas en écho après avoir lu ce livre que D.ieu choisit les choses folles, le plus souvent des N°2 en roue libre, en folie, en rébellion pour convaincre de leur échec, de la vanité de leur puissance déchue, dévalorisée, les « sages, les « nobles » donc un univers N°1 ?

Appliquez donc cela à la déclaration : « les premiers (N°1) seront les derniers et les derniers (N°2) seront les premiers » et vous commencerez à donner un sens à cette Parole.

 

Et à présent que comprenons-nous lorsque Jésus dit à ses disciples qu’ils feront de plus grandes choses que Lui ? Il nous déclare que nous ses disciples, c’est-à-dire des N°2 face à Lui, qui est D.ieu, ferons de plus grandes choses que Lui N°1. Est-ce à dire que nous serons plus grands que Lui ? NON BIEN SUR !

 

Mais cela signifie que dans Son amour infini pour Sa création et pour l’homme Il a planifié de toute éternité que nous les N°2 MAGNIFIERIONS  Ses principes de vie de façon plus vaste, plus grande, plus visible que ce que Lui pour Sa part a choisi de faire EN SE LIMITANT VOLONTAIREMENT dans l’aspect visible de la création.

 

Cela était à l’ordre du jour de la création dès le premier jour et pour ceux qui savent lire le sens profond de « Beréchit bara Elohim », les trois premiers mots de la Genèse, la chose est limpide (voyez mon livre EHAD ou Bénédiction des pères à ce sujet).

 

Enfants cadets, épouses, serviteurs, enfants, peuples, humanité entière face à D.ieu, réjouissez-vous car votre destinée à venir est aussi prodigieuse que celle d’une femme stérile qui reçoit une minuscule semence en son sein et ensuite la magnifie avec tout le génie physiologique qui est propre à la femme pour en faire au final un enfant achevé.

 

Le Millenium qui vient est là pour nous, vous le démontrer. C’est dans « une heure » et même pas « demain ». Comprenons-nous mieux maintenant la parabole du royaume telle que donnée par Jésus ? Il leur proposa une autre parabole : «… et Il dit : Le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences ; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches » (Matth. 13 : 31-32).

Un petit grain qui devient un arbre où tous les oiseaux du ciel viennent habiter… Les multiples oiseaux chantant, ceci est l’image la plus parlante que vous puissiez offrir dans un Moyen-Orient ensoleillé pour expliquer ce que signifie magnifier.

Comprenons-nous, dès lors, pourquoi il est écrit que « sans la foi il est impossible d’être agréable à D.ieu » (Hébreux 11 : 6) ?

 

 

 

La foi est le moyen invisible le plus pur et le plus accompli pour magnifier les desseins de D.ieu.

 

Avez-vous songé que votre corps, Mesdames, est dans un certain sens une mécanique pleine de foi pour invariablement mettre en route un enchevêtrement inouï de paramètres qui transformeront un œuf et un spermatozoïde en un être organisé à base de millions de cellules sophistiquées ?

 

Toute la création elle-même n’est-elle pas la plus grande démonstration de foi, celle de l’Eternel ?

 

Notre respiration et nos battements de cœur dont nul ne sait trop où ils puisent leur décision de se perpétuer ne sont-ils pas signes que nos corps eux-mêmes participent d’un univers de foi ?

 

Ceci posé retournons chez Jacob, l’homme carrefour dont la destinée de N°2 en déshérence et devenu rebelle fut utilisée par D.ieu après brisement, intercession et bénédiction pour la restauration universelle et future du grand relationnel N°1 et N°2 tel qu’il va se produire bientôt quand s’accomplira ce que les Juifs appellent la Géoula, la grande rédemption au retour du Messie Yeshoua.

Join the discussion 2 Comments

  • Marlène dit :

    Cher Haïm,
    J’ai commencé à lire le livre du début support papier mais j’ai tenu à lire cet extrait et je suis tombée sur une perle dont je vais me souvenir en permanence :

    « La foi est le moyen invisible le plus pur et le plus accompli pour magnifier les desseins de D.ieu » Allèluia!

    Merci pour cette belle révélation d’un D.ieu si puissant, si grand qui a choisi d’être en relation avec les hommes , sa création et les rend participants.

  • ERIC BAUMANN dit :

    Il est de plus en plus évident à travers ces pages que tout ce que nous pouvons faire sans la foi et sans l’inspiration du Rouah HaKodesh, ne peut pas magnifier les desseins de D.ieu, est donc inutile et voué à l’échec. Merci Haïm pour ces enseignements.

Leave a Reply

Translate »