Skip to main content

INSEPARABLES de Haïm Goël / Extrait N° 44 : Il est intéressant de lire ensuite les chapitres suivants d’EZECHIEL jusqu’au chapitre 48 car ils nous parlent clairement de la restauration de tout et de la présence royale de D.ieu sur la terre à partir de Jérusalem.

Il est intéressant de lire ensuite les chapitres suivants d’EZECHIEL jusqu’au chapitre 48 car ils nous parlent clairement de la restauration de tout et de la présence royale de D.ieu sur la terre à partir de Jérusalem.

 

Chapitre 40 : Temple et pays restaurés

Chapitre 41 : Le sanctuaire

Chapitre 42 : Les annexes du Temple

Chapitre 43 : La gloire de l’Eternel, l’autel

Chapitre 44 : Le culte dans le nouveau Temple

Chapitre 45 : Le partage du pays

Chapitre 46 : Shabbat, etc.

Chapitre 47 : Le torrent sortant du Temple : selon certaines découvertes géologiques, il existe une nappe phréatique pour l’instant inaccessible en profondeur sous Jérusalem mais qui pourrait fournir de l’eau en abondance pour mille années. Et comme un tremblement de terre important et un soulèvement magistral du sol sont attendus…

Chapitre 47 deuxième partie et Chapitre 48 : distribution des portions de terre entre les tribus.

 

Certes la présence des chapitres 38 et 39 (le jugement de Gog et Magog) entre l’épisode de la restauration d’Israël réconcilié avec Juda et la reconstruction du Temple du Millenium avec ce qui suit pose problème.

Car où situer le retour de Yeshoua ? Autrement dit, est-ce que la réconciliation des deux bois, Ephraïm et Juda, a lieu avant le retour du Seigneur ou juste après ? Le débat est ouvert mais il n’en reste pas moins évident que la grande restauration N°1 et N°2 est initiée par cette restauration-là en premier. Je crois personnellement en lisant d’autres Ecritures prophétiques (par exemple : Es. 11 : 12-13, Jér. 31 : 31-34) que cette restauration unificatrice entre Ephraïm et Juda pourrait avoir déjà peu à peu commencé, traverser la tribulation et culminer au retour et après le retour du Seigneur

 

CHAPITRE 15

 

Quelques mots concernant l’enfant N°2

Vous l’aurez sans doute compris, nous avons vécu « à plein régime » une expérience douloureuse avec notre enfant cadet, un fils merveilleux (une personnalité sensible et riche, un tempérament de prophète) qui à partir de ses dix-huit ans a voulu accomplir un parcours de trois années dans la course typique d’un Jacob, d’un fils prodigue. Il nous est finalement revenu, profondément repenti et transformé. C’est avec son assentiment que nous évoquons ici le témoignage de cette période si difficile de sa vie et de la nôtre en tant que parents.

 

C’est cette épreuve qui nous conduisit, nous ses parents, d’abord dans un abîme de souffrance et de perplexité mais qui, grâce à D.ieu, me permit de sonder la pensée de D.ieu concernant tout ce qui me fut finalement révélé et que j’ai tenté de vous restituer partiellement et le mieux possible à travers ce livre.

 

Ainsi cette épreuve  éclata comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu dans notre famille unie. Nos quatre fils nés de nouveau formaient jusque-là une entité unie au service de l’Eternel et l’épreuve fut permise par D.ieu.

 

Arrivés  en Suisse en 2003, l’Esprit de D.ieu avait averti ma femme comme ceci : « Prenez garde car un esprit femme, une émanation de la Reine du Ciel, va chercher à ravir vos enfants ».

 

Il est un fait qu’avec les enseignements et les combats spirituels que nous fûmes menés à vivre depuis ces vingt-quatre années de ministère nous fûmes constamment en opposition avec cette entité démoniaque appelée Reine du Ciel, sous toutes sortes de formes et de ruses démoniaques. Je fus confronté bien des fois à l’esprit de Jézabel de façon redoutable et même dommageable pour le ministère, car c’est un esprit bien plus répandu qu’on ne le pense mais qui ne prend pas toujours une expression significative s’il n’est confronté au discernement. Attention, Jézabel se camoufle et se tapit fort bien !

 

Dans le cas de notre fils cadet et sans que nous le réalisions sur le coup tant la chose fut subtile, certaines sœurs au départ « pleines de bonnes intentions » visant à nous aider dans notre installation en Suisse développèrent un accueil très, très prévenant à l’égard de nous tous et de notre fils cadet plus spécialement. Plus tard nous réaliserons à travers divers éléments que ces femmes étaient animées d’un esprit de Jézabel. Il est un fait que l’influence « hyper dévouée » mais anormalement « maternante » de ces femmes, au reste affublées  d’époux au caractère infantile, ce qui les menait à l’indépendance, à la rébellion intérieure, au mépris de l’homme non affiché mais réel en profondeur, joua un rôle décisif dans la décision de prise d’indépendance de notre fils, dans l’émergence d’une crise.

 

Et un beau matin d’hiver nous trouvâmes sur son oreiller un simple mot : « je sais que vous allez souffrir car je m’en vais, souhaitant vivre ma vie, mais je dois le faire… ». Dans ce « je dois le faire » pesait tout le poids d’une pression spirituelle intense, d’une manipulation satanique évidente.

Notre fils était entré dans une spirale luciférienne typique des N°2 séduits par Satan. L’histoire du fils prodigue se répétait sous nos yeux. Le syndrome de Jacob l’usurpateur n’était pas loin. Savez-vous ce que trois ans après, revenu à lui, repenti et de retour au foyer, nous déclara notre fils ? « j’ai souhaité si souvent revenir mais j’en étais incapable, comme tenu par une puissance plus grande que ma volonté ». Etrange parcours où force nous est d’admettre que Satan séduit et semble vaincre complètement, mais parcours que D.ieu utilisera pour donner au futur repenti une expérience de la stratégie et de l’univers de Satan, le N°2 déchu exemplaire.

 

Il est évident que l’influence très subtile de ces Jézabel très camouflées en « femmes de bien » fut un élément déclencheur d’une longue stratégie initiée par Satan dès la naissance de notre fils.

Car en tant que cadet il était visé. Et nous ne pouvons expliquer autrement le caractère si difficile de ce cadet durant les premières années de sa vie et cela jusqu’à l’âge de dix-huit ans où le tout s’exprima dans une crise violente. Est-il utile de décrire le caractère de la plupart des enfants cadets ? Je crois que non, car la plupart des parents remarquent eux-mêmes ce caractère par bien des aspects marqués d’irrationalité.

 

Concernant vos enfants cadets, n’oubliez donc jamais que le diable marche masqué derrière tout ce qui relève de la Reine du Ciel et de ses manifestations terrestres dont l’esprit de Jézabel est une manifestation culminante. Veillez donc sur les contacts de vos enfants car l’ennemi cherche à les ravir.

 

Ce fils cadet fut un N°2 typique. C’est avec le recul que nous concluons cela car, ayant eu durant des années « le nez dessus », nous ne le comprenions pas comme tel. De quoi suis-je en train de parler ? Du fait que les N°2 sont par nature bien plus sensibles et donc à tendance plus psychique que les N°1. Ainsi en est-il des cadets, des épouses, des enfants, etc. Ils sont aussi de ce fait plus particulièrement visés par la mentalité luciférienne dans son aspect rébellion fatalement, car bombardés quotidiennement par Satan dans leurs pensées (ex-Lucifer, ex-N°2 déchu) dans ce but. Veillez donc dès leur naissance et avant même celle-ci à prier pour leur protection à ce niveau. Proclamez régulièrement le sang de l’Agneau sur leurs pensées.

Les N°2 nécessitent donc protection et surtout une présence de N°1 bibliques. Le plus bibliques possible… Sans quoi leur nature profonde qui attend transmission de principes relâchés de la part des n°1, avec amour et respect, sombrera vite, frustration aidant, dans une rébellion qui peut prendre des proportions intenses.

 

Là réside une grande clé. Une clé essentielle et à ce point il faut que chacun d’entre nous s’interroge sur son vécu lorsqu’il s’agit d’être un N°1.

 

Maurice Ray qui avait tant aimé mes livres « EHAD » et « Bénédiction des pères » me disait quelques mois avant son départ pour la patrie céleste : « La tragédie en France dans l’Eglise, c’est le désert des pères spirituels… ». Je préciserai, moi, que la tragédie est l’absence  de N°1 qui s’assument pleinement, quand ils ne sont pas tout simplement des N°1 abusifs. Tout le chaos relationnel à tous niveaux de société,  dont le corps de l’Eglise n’est pas exempt hélas, en France, est résumé là en grande partie.

 

Il est donc de première urgence que tout ce qui est N°1, époux, aînés, parents, chefs, etc. prennent conscience de leur devoir très particulier face à tous les N°2. Gare aux maris et pères démissionnaires, gare aux aînés charnels et égoïstes (type Esaü et pire, Caïn). Gare aux patrons égoïstes et gare aux  pasteurs  de titre et non de cœur.

 

J’insiste, car tout enfant aîné est comme spirituellement dépositaire d’un héritage identitaire et de destinée familiale. La Bible comme les traditions humaines, la fameuse loi salique des rois francs par exemple, nous indiquent cela clairement. Mais que se passe-t-il dans le cas où, comme chez les Vikings, tout l’héritage paternel était réservé exclusivement pour l’aîné en forçant de ce fait les cadets à se faire moines, bandits de grand chemin, ou Vikings opérant en bandes les terribles razzias de jadis ? Que se passe-t-il quand l’héritage matériel, spirituel ne concourt qu’à l’enorgueillisement d’un seul, l’aîné ? Forme-t-on chez lui un caractère propre à aimer, transmettre pour qu’il magnifie vers le second ?

 

On peut adapter le raisonnement à bien des relationnels N°1 et N°2 et l’on comprend alors bien des déroutes émotionnelles, psychologiques,… le féminisme par exemple.

 

En ce qui concerne les cadets, parents veillez donc à observer le relationnel entre vos aînés et vos cadets et enseignez vos aînés à ne pas se contenter de leurs tours d’ivoire. Veillez à être vous-mêmes bibliques dans le relationnel du couple. Pères soyez conformes à l’Ecriture selon Ephésiens 5 : 21 à 33 et Ephésiens 6 : 1 à 4.  Et vous mères, ne semez pas le levain de la rébellion dans le cœur de vos cadets en vivant vous aussi la Parole de D.ieu pour ce qu’Elle est. Attention, on ne trompe pas le regard d’un enfant à ce sujet. On peut aussi lire Ephésiens 6 : 5 à 9 qui décrit d’autres relationnels N°1 et N°2 et noter que ce n’est qu’ensuite qu’il est question du combat spirituel auquel sont confrontés les enfants de D.ieu (Ephésiens 6 : 10 à 20).

 

 

Leave a Reply

Translate »