was successfully added to your cart.

Intégrale du discours de l’Union du président Trump : « La victoire n’est pas de gagner pour notre parti mais pour notre pays »

By 9 février 2019 Le mot du jour
PUBLIÉ PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 6 FÉVRIER 2019

Le président Trump a délivré il y a quelques heures à Washington le traditionnel discours de l’Union annuel dans l’enceinte de la Chambre des représentants.

Le sondage de CBS News réalisé immédiatement après indique que 76 % des personnes qui l’ont écouté ont approuvé l’allocution du président (1). 43% des répondants au sondage se définissent comme Républicains, 24% Démocrates, et 20% indépendants. Par contraste, zéro pour cent des journalistes ont approuvé son discours – la plupart se sont même déchaînés pour ridiculiser, insulter le président et le traiter de menteur.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Voici le discours intégral du président des Etats-Unis – les titres ont été ajoutés par nous pour séparer les thèmes abordés

Madame la Présidente, monsieur le vice-président, mesdames et messieurs les membres du Congrès, madame la première Dame des États-Unis et mes concitoyens :

Nous nous rencontrons ce soir à un moment au potentiel illimité. Alors que nous entamons un nouveau Congrès, je suis prêt à travailler avec vous [l’opposition Démocrate] pour réaliser des percées historiques pour tous les Américains.

Des millions de nos concitoyens nous regardent en ce moment, réunis dans cette grande enceinte, dans l’espoir que nous gouvernerons non pas comme deux partis, mais comme une seule nation.

Appel à l’unité

L’ordre du jour que j’exposerai ce soir n’est pas un ordre du jour républicain ou démocrate. C’est le programme du peuple américain.

Beaucoup d’entre nous ont fait campagne sur les mêmes promesses fondamentales :

  • défendre les emplois américains et exiger un commerce équitable pour les travailleurs américains ;
  • reconstruire et revitaliser l’infrastructure de notre nation ;
  • réduire le prix des soins de santé et des médicaments sur ordonnance ;
  • créer un système d’immigration sûr, légal, moderne et sécurisé ;
  • et mener une politique étrangère qui met les intérêts des États-Unis au premier plan.

Il y a une nouvelle opportunité dans la politique américaine, si seulement nous avons le courage de la saisir. La victoire n’est pas de gagner pour notre parti. La victoire est de gagner pour notre pays.

Cette année, l’Amérique célèbrera deux anniversaires importants qui nous montrent la majesté de la mission américaine et la puissance de la fierté américaine.

  • En juin, nous marquons le 75e anniversaire du début de ce que le général Dwight D. Eisenhower a appelé la Grande Croisade – la libération de l’Europe par les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Le jour J, le 6 juin 1944, 15 000 jeunes Américains ont sauté du ciel et 60 000 autres ont pris d’assaut la mer pour sauver notre civilisation de la tyrannie. Trois de ces héros sont ici avec nous ce soir : le soldat de première classe Joseph Reilly, le sergent d’état-major Irving Locker et le sergent Herman Zeitchik. Messieurs, nous vous saluons.
  • En 2019, nous célébrons également le 50e anniversaire de la traversée spatiale. De courageux jeunes pilotes ont parcouru un quart de million de milles pour planter le drapeau américain sur la face de la lune. Un demi-siècle plus tard, se joignent à nous l’un des astronautes d’Apollo 11 qui a planté ce drapeau : Buzz Aldrin. Cette année, les astronautes américains retourneront dans l’espace à bord de fusées américaines.

Au XXe siècle, l’Amérique a sauvé la liberté, transformé la science et redéfini le niveau de vie de la classe moyenne pour le monde entier. Aujourd’hui, nous devons entrer avec audace et courage dans le prochain chapitre de cette grande aventure américaine, et nous devons créer un nouveau niveau de vie pour le XXIe siècle. Une qualité de vie formidable pour tous nos citoyens est à notre portée.

Nous pouvons rendre nos collectivités plus sûres, nos familles plus fortes, notre culture plus riche, notre foi plus profonde et notre classe moyenne plus grande et plus prospère que jamais auparavant.

Mais nous devons rejeter les politiques de vengeance, de résistance et de châtiment – et embrasser le potentiel illimité de la coopération, du compromis et du bien commun.

Ensemble, nous pouvons sortir de décennies d’impasse politique. Nous pouvons surmonter d’anciennes divisions, guérir de vieilles blessures, construire de nouvelles coalitions, forger de nouvelles solutions et débloquer l’extraordinaire promesse de l’avenir de l’Amérique. C’est à nous de prendre la décision.

Nous devons choisir entre la grandeur ou l’impasse, les résultats ou la résistance, la vision ou la vengeance, le progrès incroyable ou la destruction inutile.

Ce soir, je demande [aux Démocrates] de choisir la grandeur.

Progrès réalisés pour les Américains

Au cours des deux dernières années, mon gouvernement a agi avec urgence et à une vitesse historique pour faire face aux problèmes négligés par les dirigeants des deux parties pendant de nombreuses décennies.

En un peu plus de deux ans depuis l’élection, nous avons lancé un boom économique sans précédent – un boom qui a rarement été vu auparavant.

  • Nous avons créé 5,3 millions de nouveaux emplois et, surtout, 600 000 nouveaux emplois dans le secteur manufacturier – ce que presque tout le monde a dit qu’il était impossible de faire, mais le fait est, et nous ne faisons que commencer.
  • Les salaires augmentent au rythme le plus rapide depuis des décennies, et les salaires des cols bleus, pour lesquels j’ai promis de me battre, augmentent plus vite que les autres.
  • Près de 5 millions d’Américains ont pu sortir du besoin de vivre de bons alimentaires.
  • L’économie des États-Unis croît presque deux fois plus vite aujourd’hui que lorsque j’ai pris mes fonctions, et nous sommes considérés de loin comme l’économie la plus dynamique au monde.
  • Le taux de chômage a atteint son plus bas niveau depuis un demi-siècle.
  • Le chômage des Afro-Américains, des Hispano-Américains et des Asio-Américains a atteint son niveau le plus bas jamais enregistré.
  • Le chômage des Américains handicapés a également atteint un niveau historiquement bas.
  • Plus de gens travaillent aujourd’hui qu’à n’importe quel autre moment de notre histoire – 157 millions.
  • Nous avons opéré une réduction d’impôt massive pour les familles de travailleurs et doublé le crédit d’impôt par enfants.
  • Nous avons pratiquement mis fin à l’impôt sur les petites entreprises, les ranchs et les fermes familiales.
  • Nous avons éliminé la très impopulaire pénalité [pour ceux qui ne souscrivent pas à] l’assurance Obamacare – et pour donner aux patients gravement malades l’accès à des remèdes salvateurs, nous avons fait voter la loi du « droit à l’essai » [droit d’essayer des médicaments non encore certifiés].
  • Mon gouvernement a supprimé plus de règlementations en peu de temps [en deux ans] que n’importe quel président pendant toute la durée de son mandat.
  • Les entreprises reviennent s’installer au pays en grand nombre grâce à des réductions historiques de taxes et de règlementations.
  • Nous avons déclenché une révolution dans le domaine de l’énergie américaine – les États-Unis sont maintenant le premier producteur mondial de pétrole et de gaz naturel. Et maintenant, pour la première fois en 65 ans, nous sommes un exportateur net d’énergie.
  • Après 24 mois de progrès rapides, notre économie est enviée par le monde entier, nos forces armées sont les plus puissantes au monde et l’Amérique gagne chaque jour. Membres du Congrès : l’état de notre Union est fort. Notre pays est dynamique et notre économie prospère comme jamais auparavant.
  • Vendredi, nous avons annoncé qu’il y a eu 304 000 emplois créés le mois dernier, soit près du double de ce qui était prévu. Un miracle économique est en train de se produire aux États-Unis – et la seule chose qui puisse l’arrêter, ce sont les guerres insensées, la politique ou les enquêtes partisanes ridicules.

Pour qu’il y ait la tranquillité et des lois, il ne peut y avoir de guerre et des enquêtes [sur le dossier russe et tout ce que fait Trump]. Ça ne marche pas comme ça !

Nous devons être unis pour vaincre nos adversaires à l’étranger.

Cette nouvelle ère de coopération peut commencer par la confirmation définitive des plus de 300 candidats hautement qualifiés qui sont encore bloqués au Sénat – certains après des années d’attente. Le Sénat n’a pas donné suite à ces nominations, ce qui est injuste pour les candidats et pour notre pays.

Ce que les deux partis ont accompli lorsqu’ils ont joint leurs forces

Le moment est venu d’agir de manière bipartite. Croyez-le ou non, nous avons déjà prouvé que c’est possible.

  • Lors du dernier Congrès, les deux partis se sont réunis pour adopter une loi sans précédent pour faire face à la crise des opioïdes,
  • une nouvelle loi agricole de grande envergure [a été votée],
  • des réformes historiques pour les anciens combattants et, après quatre décennies de rejet,
  • nous avons adopté la loi qui rend responsables les fonctionnaires de l’administration des Anciens combattants qui maltraitent nos merveilleux anciens combattants.
  • Et il y a quelques semaines à peine, les deux partis se sont unis pour une réforme révolutionnaire de la justice pénale.

Kim Kardashian West

@KimKardashian

BEST NEWS EVER!!!! 🙏🏼🙏🏼🙏🏼 https://mic.com/articles/189663/exclusive-president-trump-grants-clemency-to-alice-johnson-after-kim-kardashian-west-involvement#.Kc5n6Mu5P 

President Donald Trump grants clemency to Alice Johnson after Kim Kardashian West involvement

The 63-year-old great-grandmother will be released from federal prison in Aliceville, Alabama, where she has been serving a life sentence since 1996.

mic.com

28,7 k personnes parlent à ce sujet

L’an dernier, des amis [Kim Kardashian et Kanye West] m’ont raconté l’histoire d’Alice Johnson. Ça m’a profondément ému.

En 1997, Alice a été condamnée à la prison à vie alors qu’elle était condamnée pour la première fois comme délinquante non violente. Au cours des deux décennies suivantes, elle est devenue ministre des prisons [aumônier non religieux], incitant d’autres personnes à choisir une meilleure voie. Elle a eu un grand impact sur cette population carcérale – et bien au-delà.

L’histoire d’Alice souligne les disparités et l’injustice qui peuvent exister dans la détermination de la peine – et la nécessité de remédier à cette injustice. Elle a servi près de 22 ans et s’attendait à être en prison pour le reste de sa vie.

Alice Johnson à côté du gendre de Trump, Jared Kushner

En juin, j’ai commué la peine d’Alice – et elle est ici avec nous ce soir. Alice, merci de nous rappeler que nous avons toujours le pouvoir de façonner notre propre destin.

Quand j’ai vu la formidable famille d’Alice l’accueillir aux portes de la prison, l’étreindre, l’embrasser, pleurer et rire, j’ai su que j’avais fait ce qu’il fallait.

  • Inspiré par des histoires comme celle d’Alice, mon gouvernement a travaillé en étroite collaboration avec les membres des deux partis pour signer la loi First Step Act. Cette loi a réformé les lois sur la détermination de la peine qui portait préjudice à tort et de façon disproportionnée à la communauté afro-américaine. La First Step Act donne aux délinquants non violents la possibilité de réintégrer la société en tant que citoyens productifs et respectueux des lois. Aujourd’hui, les États du pays suivent notre exemple. L’Amérique est une nation qui croit en la rédemption.
  • Matthew Charles, du Tennessee, se joint également à nous ce soir. En 1996, à l’âge de 30 ans, Matthew a été condamné à 35 ans d’emprisonnement pour vente de drogue et infractions connexes. Au cours des deux décennies suivantes, il a fait plus de 30 études bibliques, est devenu auxiliaire juridique et a servi de mentor à d’autres détenus. Matthew est la toute première personne à être libérée de prison en vertu du First Step Act. Matthew, au nom de tous les Américains : bienvenue parmi nous.

Comme nous l’avons vu, lorsque nous sommes unis, nous pouvons faire des progrès étonnants pour notre pays. Aujourd’hui, les républicains et les démocrates doivent à nouveau unir leurs forces pour faire face à une crise nationale urgente.

Lutte contre l’immigration clandestine

Je veux que les gens viennent dans notre pays, mais ils doivent y entrer légalement

Il reste 10 jours au Congrès pour adopter un projet de loi qui financera notre gouvernement, protégera notre patrie et sécurisera notre frontière sud.

Le moment est venu pour le Congrès de montrer au monde que l’Amérique est déterminée à mettre fin à l’immigration clandestine et à mettre hors d’état de nuire les coyotes [nom donné aux passeurs d’êtres humains], les cartels, les trafiquants de drogue et les trafiquants d’êtres humains impitoyables.

En ce moment même, de grandes caravanes organisées sont en marche vers les États-Unis. Nous venons d’apprendre que les villes mexicaines, afin d’expulser les immigrants illégaux de leurs collectivités, font venir des camions et des autobus pour les amener au Canada dans des régions où il y a peu de protection aux frontières. J’ai ordonné l’envoi de 3 750 soldats supplémentaires à notre frontière sud pour se préparer à l’énorme assaut.

C’est une question morale.

L’état de non-droit de notre frontière sud constitue une menace pour la sécurité, la sûreté et le bien-être financier de tous les Américains. Nous avons le devoir moral de créer un système d’immigration qui protège la vie et les emplois de nos citoyens. Cela comprend notre obligation envers les millions d’immigrants qui vivent ici aujourd’hui, qui ont suivi les règles et respecté nos lois. Les immigrants légaux enrichissent notre nation et renforcent notre société d’innombrables façons. Je veux que les gens viennent dans notre pays, mais ils doivent y entrer légalement.

Ce soir, je vous demande [demande faites aux démocrates qui jouent l’obstruction à des fins politiques pour empêcher Trump d’être réélu en 2020] de défendre notre frontière sud très dangereuse, par amour et par dévouement envers nos concitoyens et notre pays.

Aucune question n’illustre mieux le fossé entre la classe ouvrière américaine et la classe politique américaine que l’immigration clandestine. Les riches politiciens et les donateurs font pression pour l’ouverture des frontières tout en vivant leur vie derrière des murs, des grilles et des gardiens.

Pendant ce temps, les Américains de la classe ouvrière doivent payer le prix d’une migration illégale massive – emplois réduits, salaires plus bas, écoles et hôpitaux surchargés, criminalité accrue et filet de sécurité sociale affaibli.

Aucune autre vie américaine ne devrait être perdue parce que notre pays n’a pas réussi à contrôler sa frontière très dangereuse

La tolérance à l’égard de l’immigration clandestine n’est pas une question de compassion – elle est cruelle.

  • Une femme sur trois est victime d’agression sexuelle au cours de son long voyage vers le nord.
  • Les passeurs utilisent les enfants migrants comme des pions humains pour exploiter nos lois et avoir accès à notre pays.
  • Les trafiquants d’êtres humains et les trafiquants sexuels profitent des vastes espaces ouverts entre nos points d’entrée pour faire entrer clandestinement des milliers de jeunes filles et de femmes aux États-Unis et les vendre à la prostitution et à l’esclavage moderne.
  • Des dizaines de milliers d’Américains innocents sont tués par des drogues mortelles qui traversent notre frontière et inondent nos villes – dont la méthamphétamine, l’héroïne, la cocaïne et le fentanyl.
  • Le gang sauvage, MS-13, opère maintenant dans 20 États américains différents, et ils passent presque tous par notre frontière sud. Pas plus tard qu’hier, un membre du gang MS-13 a été arrêté pour une fusillade mortelle sur un quai de métro à New York. Nous éliminons ces membres de gangs par milliers, mais tant que nous n’aurons pas sécurisé notre frontière, ils vont continuer à affluer à nouveau.

Année après année, d’innombrables Américains sont assassinés par des criminels étrangers illégaux.

J’ai appris à connaître beaucoup de merveilleuses mamans, papas et familles d’anges [surnom donné aux familles qui ont perdu un enfant, tué par un immigrant illégal]- personne ne devrait jamais avoir à souffrir de l’horrible chagrin qu’ils ont enduré.

Debra Bissell, Madison Armstrong et Heather Armstrong

Voici ce soir Debra Bissell. Il y a tout juste trois semaines, les parents de Debra, Gerald et Sharon, ont été cambriolés et tués par balle dans leur maison de Reno, dans le Nevada, par un étranger illégal. Ils étaient octogénaires et ont laissé dans le deuil quatre enfants, 11 petits-enfants et 20 arrière-petits-enfants. La petite-fille de Gerald et Sharon, Heather, et l’arrière-petite-fille de Madison, sont également ici ce soir.

Debra, Heather, Madison, levez-vous, s’il vous plaît : peu de gens peuvent comprendre votre douleur. Mais je n’oublierai jamais, et je me battrai pour la mémoire de Gérald et Sharon, et pour que cela ne se reproduise jamais.

Aucune autre vie américaine ne devrait être perdue parce que notre pays n’a pas réussi à contrôler sa frontière très dangereuse.

Au cours des deux dernières années, nos braves agents de l’ICE [Agence fédérale chargée de la sécurité intérieure aux frontières] ont procédé à

  • 266 000 arrestations d’étrangers criminels,
  • coupables de près de 100 000 agressions,
  • 30 000 crimes sexuels,
  • et 4 000 meurtres.

Nous sommes rejoints ce soir par l’un de ces héros des forces de l’ordre : l’agent spécial Elvin Hernandez de l’ICE.

Quand Elvin était enfant, lui et sa famille ont immigré légalement de la République dominicaine aux États-Unis. À l’âge de huit ans, Elvin a dit à son père qu’il voulait devenir un agent spécial. Aujourd’hui, il dirige des enquêtes sur le fléau du trafic sexuel international. Elvin a déclaré : « Si je peux m’assurer que ces jeunes filles obtiennent justice, j’ai fait mon travail. » Grâce à son travail et à celui de ses collègues, plus de 300 femmes et filles ont été sauvées de l’horreur et plus de 1 500 trafiquants sadiques ont été mis en prison au cours de la dernière année.

Agent spécial Hernandez, veuillez vous lever : Nous soutiendrons toujours les braves hommes et femmes des forces de l’ordre – et je vous promets ce soir que nous n’abolirons jamais nos héros d’ICE [l’aile la plus à gauche du parti Démocrate, la chouchoute des médias et députée Alexandria Ocasio-Cortez en tête, réclame le démantèlement de cette agence]

Construction d’un mur de protection

Mon gouvernement a envoyé au Congrès une proposition sensée visant à mettre fin à la crise à notre frontière méridionale.

Elle comprend :

  • l’aide humanitaire,
  • le renforcement de l’application de la loi,
  • la détection de la drogue à nos points d’entrée,
  • l’élimination des échappatoires qui permettent la contrebande d’enfants,
  • et la mise en place d’une nouvelle barrière physique, ou mur, pour protéger les vastes zones entre nos points d’entrée.

Dans le passé, la plupart des personnes présentes dans cette salle ont voté pour un mur – mais le mur approprié n’a jamais été construit. Je vais le faire construire.

Il s’agit d’une barrière d’acier intelligente, stratégique et transparente, et pas seulement d’un simple mur de béton. Il sera déployé dans les zones identifiées par les agents frontaliers comme en ayant le plus grand besoin, et comme ces agents vous le diront, là où les murs s’élèvent, les passages illégaux baissent.

  • San Diego avait l’habitude d’avoir le plus grand nombre de passage de frontaliers illégaux dans le pays. En réponse, et à la demande des habitants de San Diego et des dirigeants politiques, un solide mur de sécurité a été mis en place. Cette puissante barrière a presque complètement mis fin à l’immigration illégale.
  • La ville frontalière d’El Paso, au Texas, avait un taux extrêmement élevé de crimes violents – l’un des plus élevés du pays, et considéré comme l’une des villes les plus dangereuses du pays. Aujourd’hui, avec la puissante barrière qui a été mise en place, El Paso est l’une de nos villes les plus sûres.

En termes simples, les murs fonctionnent et les murs sauvent des vies. Travaillons ensemble, faisons des compromis et parvenons à un accord qui rendra l’Amérique vraiment sûre.

Alors que nous nous efforçons de défendre la sécurité de notre population, nous devons également veiller à ce que notre reprise économique se poursuive à un rythme rapide.

Excellente situation sociale des femmes

Personne n’a profité davantage de notre économie florissante que les femmes, qui ont comblé 58 % des nouveaux emplois créés au cours de la dernière année. Tous les Américains peuvent être fiers que nous ayons plus de femmes que jamais dans la population active – et exactement un siècle après l’adoption par le Congrès de l’amendement constitutionnel donnant aux femmes le droit de vote, nous avons aussi plus de femmes que jamais au Congrès.

Dans le cadre de notre engagement à améliorer les chances des femmes partout dans le monde, nous lançons ce jeudi la toute première initiative pan-gouvernementale axée sur l’autonomisation économique des femmes dans les pays en développement.

Politique étrangère

notre Trésor public reçoit maintenant des milliards de dollars par mois de la Chine qui ne nous a jamais donné un sou

Pour tirer parti de notre incroyable succès économique, une priorité est primordiale : renverser des décennies de politiques commerciales catastrophiques.

Nous montrons maintenant clairement à la Chine qu’après des années de ciblage de nos industries et de vol de notre propriété intellectuelle, le vol des emplois et de la richesse américaine a pris fin.

Par conséquent, nous avons récemment imposé des droits de douane sur 250 milliards de dollars de produits chinois – et maintenant notre Trésor reçoit des milliards de dollars par mois d’un pays qui ne nous a jamais donné un sou.

Mais je ne reproche pas à la Chine de profiter de nous – je reproche à nos dirigeants et à nos représentants d’avoir laissé cette parodie se produire.

J’ai beaucoup de respect pour le président Xi et nous travaillons actuellement à un nouvel accord commercial avec la Chine. Mais il doit inclure des changements réels et structurels pour mettre fin aux pratiques commerciales déloyales, réduire notre déficit commercial chronique et protéger les emplois américains.

doit inclure des changements réels et structurels pour mettre fin aux pratiques commerciales déloyales, réduire notre déficit commercial chronique et protéger les emplois américains.

Une autre erreur commerciale historique a été la catastrophe connue sous le nom d’ALENA.

J’ai rencontré des hommes et des femmes du Michigan, de l’Ohio, de la Pennsylvanie, de l’Indiana, du New Hampshire et de nombreux autres États dont les rêves ont été brisés par l’ALENA. Pendant des années, les politiciens leur ont promis qu’ils négocieraient une meilleure entente. Mais personne n’a jamais essayé – jusqu’à maintenant.

Notre nouvel accord entre les États-Unis et le Mexique et le Canada – ou USMCA – remplacera l’ALENA et répondra aux besoins des travailleurs américains :

  • rétablir nos emplois manufacturiers,
  • développer l’agriculture américaine,
  • protéger la propriété intellectuelle
  • et faire en sorte que davantage de voitures portent fièrement quatre beaux mots : MADE IN THE USA.

Ce soir, je vous demande également d’adopter la Reciprocal Trade Act des États-Unis, afin que si un autre pays impose un tarif injuste sur un produit américain, nous puissions lui imposer le même tarif sur le même produit qu’il nous vend.

Les deux partis devraient être en mesure de s’unir pour une grande reconstruction de l’infrastructure américaine en ruine.

Je sais que le Congrès est impatient d’adopter un projet de loi sur l’infrastructure – et je suis impatient de travailler avec vous à l’élaboration d’une législation visant à réaliser de nouveaux et importants investissements dans l’infrastructure, notamment dans les industries de pointe de l’avenir. Ce n’est pas une option. C’est une nécessité.

Coût des soins de santé

La prochaine grande priorité pour moi, et pour nous tous, devrait être de réduire le coût des soins de santé et des médicaments d’ordonnance – et de protéger les patients atteints de maladies préexistantes.

  • Déjà, grâce aux efforts de mon gouvernement, en 2018, les prix des médicaments ont connu leur plus forte baisse en 46 ans.

Mais nous devons faire plus. Il est inacceptable que les Américains paient beaucoup plus cher que les habitants d’autres pays pour les mêmes médicaments, souvent fabriqués exactement au même endroit. C’est mal, injuste, et ensemble nous pouvons l’arrêter.

Je demande au Congrès d’adopter une loi qui s’attaque enfin au problème du parasitisme mondial et qui assure l’équité et la transparence des prix pour les patients américains. Nous devrions également exiger que les compagnies pharmaceutiques, les compagnies d’assurance et les hôpitaux divulguent les prix réels pour favoriser la concurrence et réduire les coûts.

Aucune force dans l’histoire n’a fait plus pour faire progresser la condition humaine que la liberté américaine. Ces dernières années, nous avons accompli des progrès remarquables dans la lutte contre le VIH et le sida. Les percées scientifiques ont permis de réaliser un rêve autrefois lointain. Mon budget demandera aux démocrates et aux républicains de prendre l’engagement nécessaire pour éliminer l’épidémie de VIH aux États-Unis d’ici dix ans. Ensemble, nous vaincrons le sida en Amérique.

Ce soir, je vous demande également de vous joindre à moi dans une autre lutte que tous les Américains peuvent soutenir : la lutte contre le cancer infantile.

Grace Eline, 10 ans, survivante d’un cancer du cerveau

En compagnie de Mélania, une très courageuse fillette de 10 ans, Grace Eline, se joindra à nous ce soir à la tribune.

Tous les anniversaires depuis l’âge de 4 ans, Grace demandait à ses amis de faire un don à l’Hôpital de recherche pour enfants St-Jude. Elle ne savait pas qu’un jour elle pourrait être elle-même une patiente. L’année dernière, Grace a reçu un diagnostic de cancer du cerveau. Immédiatement, elle a commencé une radiothérapie. Au même moment, elle a alerté sa communauté et récolté plus de 40 000 $ pour la lutte contre le cancer. Lorsque Grace a terminé son traitement l’automne dernier, ses médecins et ses infirmières l’ont acclamée les larmes aux yeux alors qu’elle accrochait une affiche qui disait : « Dernier jour de chimio. » Grace – tu es une inspiration pour nous tous.

De nombreux cancers infantiles n’ont pas connu de nouvelles thérapies depuis des décennies. Mon budget demandera 500 millions de dollars au Congrès au cours des dix prochaines années pour financer cette recherche cruciale qui sauve des vies.

Pro-vie, anti-avortement au jour de la naissance

Pour aider à soutenir les parents qui travaillent, le temps est venu de permettre aux parents de choisir l’école où ils veulent inscrire leurs enfants. Je suis également fier d’être le premier président à inclure dans mon budget un plan national de congés familiaux payés – afin que chaque nouveau parent ait la chance de tisser des liens avec son nouveau-né.

Il n’y a pas de plus grand contraste avec la belle image d’une mère tenant son nouveau-né que les déballages effrayants que notre nation a vus ces derniers jours. Les législateurs de New York se sont réjouis de l’adoption d’une loi qui permet à un bébé d’être arraché du ventre de sa mère quelques instants avant sa naissance. Ce sont des bébés vivants, affectueux et beaux qui n’auront jamais la chance de partager leur amour et leurs rêves avec le monde. Et puis, il y a eu le cas du gouverneur de Virginie, qui a déclaré qu’il tuerait un bébé après sa naissance.

Pour défendre la dignité de chaque personne, je demande au Congrès d’adopter une loi interdisant l’avortement tardif d’enfants qui peuvent ressentir de la douleur dans le ventre de leur mère.

Travaillons ensemble à bâtir une culture qui chérit la vie innocente. Et réaffirmons une vérité fondamentale : tous les enfants – nés et à naître – sont faits à l’image sainte de Dieu.

Politique étrangère

Sous mon gouvernement, nous ne nous excuserons jamais d’avoir fait avancer les intérêts de l’Amérique

La dernière partie de mon programme est de protéger la sécurité nationale américaine.

Au cours des deux dernières années, nous avons commencé à reconstruire complètement l’armée américaine – avec 700 milliards de dollars l’an dernier et 716 milliards cette année. Nous incitons également d’autres pays à payer leur juste part. Pendant des années, les États-Unis ont été traités très injustement par l’OTAN – mais nous avons maintenant obtenu une augmentation de 100 milliards de dollars des dépenses de défense des alliés de l’OTAN.

Dans le cadre de notre renforcement militaire, les États-Unis mettent au point un système de défense antimissile ultramoderne.

Sous mon gouvernement, nous ne nous excuserons jamais d’avoir fait avancer les intérêts de l’Amérique. [c’est une pique directe au président Obama qui sitôt élu, s’était rendu au Caire pour prononcer son premier grand discours au cours duquel il s’est excusé que l’Amérique soit un grand pays fort et puissant]

Par exemple, il y a des décennies, les États-Unis ont conclu un traité avec la Russie dans lequel nous avons convenu de limiter et de réduire nos capacités de missiles. Bien que nous ayons suivi l’accord à la lettre, la Russie en a violé les termes à plusieurs reprises. C’est pourquoi j’ai annoncé que les États-Unis se retiraient officiellement du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, ou Traité FNI.

Peut-être pouvons-nous négocier un accord différent, en y ajoutant la Chine et d’autres pays, ou peut-être ne pouvons-nous pas le faire – auquel cas, nous devancerons de loin tous les autres en termes de dépenses et d’innovation.

Dans le cadre d’une nouvelle diplomatie audacieuse, nous poursuivons nos efforts historiques en faveur de la paix dans la péninsule coréenne.

  • Nos otages sont rentrés chez eux,
  • les essais nucléaires ont cessé
  • et il n’y a pas eu de lancement de missile depuis 15 mois.
  • Si je n’avais pas été élu président des États-Unis, nous serions actuellement, à mon avis, entrés dans une guerre majeure avec la Corée du Nord, qui pourrait faire des millions de morts. Beaucoup de travail reste à faire, mais ma relation avec Kim Jong Un est bonne. Et le président Kim et moi nous reverrons les 27 et 28 février au Vietnam.

Il y a deux semaines, les États-Unis ont officiellement reconnu le gouvernement légitime du Venezuela et son nouveau président intérimaire, Juan Guaido.

Nous soutenons le peuple vénézuélien dans sa noble quête de liberté – et nous condamnons la brutalité du régime Maduro, dont les politiques socialistes ont mis cette nation la plus riche d’Amérique du Sud dans un état de pauvreté et de désespoir abject.

Dénonciation du socialisme

Nous sommes nés libres, et nous resterons libres. L’Amérique ne sera jamais un pays socialiste

Ici, aux États-Unis, nous sommes alarmés par les nouveaux appels à adopter le socialisme dans notre pays.

L’Amérique a été fondée sur la liberté et l’indépendance – et non sur la coercition, la domination et le contrôle du gouvernement. Nous sommes nés libres, et nous resterons libres. Ce soir, nous renouvelons notre détermination à ce que l’Amérique ne soit jamais un pays socialiste.

Moyen-Orient

L’un des défis les plus complexes auxquels nous sommes confrontés se situe au Moyen-Orient.

Notre approche est fondée sur le réalisme et les principes et non sur des théories discréditées qui n’ont pas donné de résultats depuis des décennies. C’est pourquoi mon gouvernement a reconnu la véritable capitale d’Israël et a ouvert fièrement l’ambassade des États-Unis à Jérusalem.

  • Nos braves troupes se battent au Moyen-Orient depuis près de 19 ans.
  • En Afghanistan et en Irak, près de 7 000 héros américains ont perdu la vie.
  • Plus de 52 000 Américains ont été grièvement blessés.
  • Nous avons dépensé plus de 7 billions de dollars au Moyen-Orient.

En tant que candidat à la présidence, j’ai promis une nouvelle approche. Les grandes nations ne mènent pas des guerres sans fin.

Lorsque j’ai pris mes fonctions, ISIS contrôlait plus de 20 000 milles carrés en Irak et en Syrie. Aujourd’hui, nous avons libéré la quasi-totalité de ce territoire de l’emprise de ces tueurs assoiffés de sang.

Aujourd’hui, alors que nous travaillons avec nos alliés pour détruire les restes de l’ISIS, il est temps d’accueillir chaleureusement nos courageux guerriers en Syrie.

J’ai également accéléré nos négociations pour parvenir à un règlement politique en Afghanistan. Nos troupes ont combattu avec une bravoure sans pareil – et grâce à leur bravoure, nous sommes maintenant en mesure de trouver une solution politique à ce conflit long et sanglant.

En Afghanistan, mon gouvernement mène des pourparlers constructifs avec un certain nombre de groupes afghans, dont les Taliban. Au fur et à mesure que nous progresserons dans ces négociations, nous serons en mesure de réduire notre présence militaire et de nous concentrer sur la lutte contre le terrorisme. Nous ne savons pas si nous parviendrons à un accord, mais nous savons qu’après deux décennies de guerre, l’heure est venue d’essayer au moins de parvenir à la paix.

Par-dessus tout, amis et ennemis ne doivent jamais douter du pouvoir et de la volonté de cette nation de défendre notre peuple. Il y a dix-huit ans, des terroristes ont attaqué l’USS Cole – et le mois dernier, les forces américaines ont tué l’un des dirigeants de l’attaque.

Nous sommes honorés d’être rejoints ce soir par Tom Wibberley, dont le fils, le marine Craig Wibberley, était l’un des 17 marins que nous avons malheureusement perdus. Tom : Nous jurons de toujours nous souvenir des héros de l’USS Cole.

Haine des juifs

Mon gouvernement a pris des mesures décisives pour faire face au principal État parrain du terrorisme dans le monde : le régime radical en Iran.

Nous ne devons jamais ignorer le vil poison de l’antisémitisme, ni ceux qui en répandent la foi venimeuse

Pour faire en sorte que cette dictature corrompue n’acquière jamais d’armes nucléaires, j’ai retiré les États-Unis du désastreux accord nucléaire iranien. Et l’automne dernier, nous avons mis en place les sanctions les plus sévères jamais imposées à un pays.

Nous ne détournerons pas notre regard d’un régime qui chante « mort aux États-Unis » et menace de commettre un génocide contre le peuple juif. Nous ne devons jamais ignorer le vil poison de l’antisémitisme, ni ceux qui en répandent la foi venimeuse. D’une seule voix, nous devons affronter cette haine partout où elle se manifeste.

Il y a quelques mois à peine, 11 Juifs-Américains ont été sauvagement assassinés lors d’une attaque antisémite contre la synagogue Tree of Life à Pittsburgh. L’officier Timothy Matson du SWAT s’est précipité dans la fusillade et a été touché sept fois en poursuivant le tueur. Timothy vient de subir sa 12e opération – mais il a fait le voyage pour être ici avec nous ce soir. Officier Matson : Nous vous sommes éternellement reconnaissants pour votre courage face au mal.

Ce soir, Judah Samet, survivante de Pittsburgh, se joint également à nous. Il est arrivé à la synagogue au début du massacre. Mais non seulement Judah a échappé de justesse à la mort l’automne dernier – il y a plus de sept décennies, il a survécu de justesse aux camps de concentration nazis. Aujourd’hui c’est le 81ème anniversaire de Judah. Judah dit qu’il se souvient encore du moment exact, il y a près de 75 ans, après 10 mois dans un camp de concentration, où lui et sa famille ont été mis dans un train et ont appris qu’ils allaient dans un autre camp. Soudain, le train s’est arrêté. Un soldat est apparu. La famille de Judah s’est préparée au pire. Puis, son père cria de joie : « Ce sont les Américains. »

Un deuxième survivant de l’Holocauste qui est ici ce soir, Joshua Kaufman, était prisonnier au camp de concentration de Dachau. Il se souvient d’avoir vu, à travers un trou dans le mur d’un wagon à bestiaux, des soldats américains débarquer avec des chars d’assaut. « Pour moi, se souvient Joshua, les soldats américains étaient la preuve que Dieu existe, et ils sont descendus du ciel. »

J’ai commencé ce soir par rendre hommage à trois soldats qui ont combattu au jour J pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’un d’eux était Herman Zeitchik. Mais l’histoire d’Herman ne s’arrête pas là. Un an après avoir pris d’assaut les plages de Normandie, Herman était l’un de ces soldats américains qui ont aidé à libérer Dachau. C’était l’un des Américains qui ont aidé à sauver Joshua de cet enfer sur terre. Près de 75 ans plus tard, Herman et Joshua sont tous deux réunis dans la tribune ce soir – assis côte à côte, ici, dans la maison de la liberté américaine. Herman et Joshua : votre présence ce soir honore et élève notre nation entière.

Lorsque les soldats américains sont partis sous le ciel sombre de la Manche aux premières heures du jour J, en 1944, ils n’étaient que de jeunes hommes de 18 et 19 ans, se précipitant sur de fragiles péniches de débarquement vers la bataille la plus importante de l’histoire de la guerre.

Ils ne savaient pas s’ils survivraient. Ils ne savaient pas s’ils vieilliraient. Mais ils savaient que l’Amérique devait l’emporter. Leur cause était cette nation, et des générations à naître.

Pourquoi ont-ils fait ça ? Ils l’ont fait pour l’Amérique – ils l’ont fait pour nous.

Ce que l’Amérique a accompli

Ensemble, nous représentons la nation la plus extraordinaire de toute l’histoire

Tout ce qui s’est produit depuis – notre triomphe sur le communisme, nos pas de géant de la science et des découvertes, nos progrès inégalés vers l’égalité et la justice – tout cela a été possible grâce au sang et aux larmes, au courage et à la vision des Américains qui sont venus avant nous.

Pensez à ce Capitole – pensez à cette même chambre, où les législateurs ont voté avant vous pour mettre fin à l’esclavage, pour construire les chemins de fer et les autoroutes, pour vaincre le fascisme, pour garantir les droits civils, pour affronter un empire du mal.

Ce soir, nous avons des législateurs de toute cette magnifique république. Vous venez des rivages rocheux du Maine et des sommets volcaniques d’Hawaï ; des bois enneigés du Wisconsin et des déserts rouges de l’Arizona ; des fermes vertes du Kentucky et des plages dorées de Californie. Ensemble, nous représentons la nation la plus extraordinaire de toute l’histoire.

Qu’allons-nous faire de ce moment ? Comment se souviendra-t-on de nous ? Je demande aux hommes et aux femmes de ce Congrès : Voyez les possibilités qui s’offrent à nous ! Nos réalisations les plus palpitantes sont encore devant nous. Nos voyages les plus passionnants nous attendent encore. Nos plus grandes victoires sont encore à venir. Nous n’avons pas encore commencé à rêver.

Le mot final

Nous devons choisir si nous sommes définis par nos différences – ou si nous osons les transcender.

Nous devons choisir si nous allons gaspiller notre héritage – ou si nous allons déclarer fièrement que nous sommes Américains. Nous faisons l’incroyable. Nous défions l’impossible. Nous conquérons l’inconnu.

C’est le moment de raviver l’imagination américaine. C’est le moment de chercher le plus haut sommet et de viser l’étoile la plus brillante. C’est le moment de raviver les liens d’amour, de loyauté et de mémoire qui nous unissent comme citoyens, comme voisins, comme patriotes.

C’est notre avenir – notre destin – et notre choix à faire. Je vous demande de choisir la grandeur.

Peu importe les épreuves auxquelles nous sommes confrontés, peu importe les défis à venir, nous devons aller de l’avant ensemble.

Nous devons garder l’Amérique d’abord dans nos cœurs. Nous devons garder la liberté vivante dans nos âmes. Et nous devons toujours garder foi en la destinée de l’Amérique – qu’une seule nation, sous Dieu, doit être l’espérance, la promesse, la lumière et la gloire parmi toutes les nations du monde !

Je vous remercie. Dieu vous bénisse, Dieu bénisse l’Amérique, et bonne nuit !

Ma conclusion, juste un mot

Mes lecteurs savent que je ne m’avance jamais à faire des pronostics électoraux : je suis aussi à l’aise avec l’analyse que gêné avec les hypothèses. Je fais cependant une exception : avec ce discours, le président Trump a énormément amélioré ses chances d’être réélu en 2020.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

  1. Daily Caller

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Leave a Reply

Translate »