Skip to main content

ISHA OU HAVA ? Epouse ou Mère ? Elisheva Goel / Publication journalière d’extraits / Extrait N°2

By 23 février 2021mai 7th, 2021Elishéva Goël, Études bibliques

Il y a d’autres exemples dans la Genèse qui sont frappants sur le sujet, notamment l’histoire de Lot et de ses filles.

Ses deux filles ont les deux aspects : d’abord elles sont considérées par leur père comme un objet sexuel parce que lorsque les messagers de Dieu viennent à Sodome et qu’ils sont chez Lot qui les reçoit, Lot savait parfaitement où il vivait : à Sodome, ville de débauche et d’homosexualité. Et quand les habitants de la ville viennent en force, veulent ouvrir la porte et s’introduire pour prendre les messagers – on sait pourquoi – Lot se précipite et dit qu’il va leur donner ses filles qui n’ont pas encore connu d’homme !

 

Donc, il veut offrir ses filles comme des objets. C’est terrible, la conception qu’un père peut  avoir de ses filles ! Puis après, quand ils fuient dans la montagne et que Sodome est détruite, il se retrouve seul dans la caverne avec ses deux filles, et il y a une relation incestueuse qui se produit, et là, elles ne sont plus des objets sexuels, elles sont des matrices dans l’ombre ! Cela a donné naissance à deux peuples qui d’ailleurs seront des ennemis d’Israël jusqu’au bout.

 

La seule chose où l’on voit la main de D.ieu, c’est que des Moabites, peuple issu d’une des deux filles, viendra Ruth et Ruth sera une ancêtre du Messie et de David. Là, on voit le discours immense de la grâce de D.ieu. C’est toujours la grâce de D.ieu qui intervient au final.

 

Nous allons maintenant voir l’histoire d’Abraham.

 

Abraham et Sara ne peuvent pas avoir d’enfant. Alors Sara va offrir à Abraham sa servante. Cette servante ne sera jamais son épouse ; elle sera juste une matrice pour faire un enfant, et de là naîtront les peuples issus d’Ismaël qui jusqu’à aujourd’hui sont violemment ennemis d’Israël. C’est évidemment terrible car, songeons-y, l’Islam est partiellement issu d’Ismaël. Beaucoup de peuples issus de Cham, fils impur de Noé, constituent aujourd’hui une part importante de l’Islam.

 

Ismaël est un enfant qui n’a, au fond, pas connu un vrai couple de parents : sa mère a été chassée ; c’est terrible parce qu’il souffre. Il souffre depuis des siècles, d’ailleurs, on voit qu’il y a beaucoup de malédictions qui reposent sur ce peuple, mais il y a aussi des bénédictions, parce que D.ieu a dans son amour un plan pour eux, et Il veut qu’ils deviennent un grand peuple. Il y en a qui se convertissent parmi eux et c’est encourageant. Mais ce qu’on va approcher à présent, c’est comment cela se passe au niveau de l’Islam, le statut de la femme dans l’Islam.

 

C’est une femme qui est une femme matrice, et même une matrice pourvoyeuse de combattants car elle donne naissance à des soldats pour Allah !

On retrouve là tout au fond, au travers de la jalousie, moteur puissant, le meurtre d’Abel par Caïn.

Caïn et Abel étaient issus de Eve, la mère, et de la même manière (et c’est surtout Caïn qui nous concerne ici), les enfants de la femme islamique vont être des soldats pour Allah. Des fils terroristes.

 

Et il y a aussi un autre aspect : en Israël nous sommes guettés par un danger, celui d’être complètement submergés au point de vue démographique par une  marée humaine arabe, parce qu’ils font énormément d’enfants, et d’ici vingt ans, il y aura plus d’Arabes que de Juifs en Israël si le Seigneur n’est pas intervenu.

 

Et ils utilisent d’ailleurs cela pour nous contrer en déclarant : « nous vaincrons par le ventre de nos femmes »

 

Tout cela avec  cette religion omniprésente, obsessionnelle, ce souci du « salut » et de l’hégémonie de l’Islam parmi les peuples ! Mais quant à l’individu en termes d’identité et de destinée… ? Ils marchent « selon la loi », ils ont une loi très stricte et même très cruelle, et cela créé une société totalitaire, l’individu y est fondamentalement méprisé. Tout est conditionné à l’idée de « nation islamique » et souvent on entend cela dans les médias : la vision du grand empire arabe mondial est vraiment quelque chose de très marqué chez eux.

 

C’est hélas un fait, la femme dans le monde arabo-musulman et islamique en général est considérée comme un objet sexuel, mais elle n’a absolument pas voix au chapitre. Elle n’a rien à dire, c’est juste un objet. Il est à noter cependant qu’en tant que mère elle aura un rôle dominant mais sous-jacent, caché, dans son influence sur son foyer. On retrouve cela aussi loin des structures judéo-chrétiennes, dans d’autres civilisations, bien sûr.

 

Si vous avez des origines musulmanes, ou si vous connaissez des personnes qui ont des origines musulmanes, il faut prier, il faut demander pardon au Seigneur, il faut demander une libération par rapport à ces choses. C’est vraiment important parce que les femmes dans ce cas  ont fatalement une idée d’elles-mêmes  qui est épouvantable !

 

Nous allons maintenant aborder le sujet du christianisme catholique.

 

Je pense que parmi nous il y a bien des personnes qui sont issues de ce milieu. En ce qui concerne les protestants, c’est un peu différent. Quand il s’agit d’un protestantisme légaliste, la femme n’est fondamentalement ni objet sexuel, ni mère ! Elle n’est plus rien du tout, parce que c’est tellement légaliste que tout est gommé. En fait, ce christianisme-là évacue toute vie de l’âme. Il est vrai que notre âme doit être soumise à l’Esprit de D.ieu (lisez à cet égard l’excellent livre de J. Penn Lewis « L’âme et l’esprit et leurs puissances respectives », disponible aux éditions Ehad), mais elle ne doit pas pour autant être mise à mort. Pour ceux qui veulent creuser le sujet, je vous conseille de visionner les films d’Ingmar Bergman qui sont le reflet typique de cette mentalité protestante castratrice.

 

Quand on a la chance d’être converti, né de nouveau, alors cela change  avec le Seigneur, puisqu’Il amène tout à la lumière et Il nous transforme, épanouissant tous les aspects de notre personnalité, de notre être : esprit, âme et corps.

 

Revenons au catholicisme où il y a quelque chose de vraiment très fort en la matière, et j’aimerais vous rendre attentifs parce que peut-être que parmi  ceux qui sont mariés parmi nous, ou bien ceux qui ont souffert avant et pendant un divorce, ou ceux qui sont seuls, ce bain dans le catholicisme et ses principes a influencé leurs relations, et explique bien des choses. Il faut  faire le point, parce que D.ieu veut qu’on soit restauré complètement dans notre identité pour pouvoir vivre des relations pleines et entières, heureuses à tous niveaux et c’est important.

 

Tout d’abord, le catholicisme foncier ne supporte pas l’idée d’épouse ! Pourquoi ? Parce qu’il considère que la sexualité est un péché. Je suppose que vous avez déjà entendu cela. La sexualité, l’acte sexuel serait lié au péché d’Eve. C’est un mensonge de Satan ! Ce n’est pas du tout le plan de Dieu cela, concernant l’homme et la femme, sinon Il n’aurait pas créé la sexualité.

 

Nous pouvons aussi être interpellés par exemple  par le célibat des prêtres. Comme le souligne souvent mon époux : c’est une obligation qui n’a rien de biblique ! Célibat proposé, en fait subtilement imposé le plus souvent, à des êtres en crise de déshérence identitaire sublimée pour un temps en mysticisme ! Lisons les grands mystiques catholiques, la sexualité sublimée en expériences et déclarations mystiques y apparaît de façon évidente. Mais on voit souvent que c’est un univers où les êtres ont des relations cachées. Célibat ne veut pas dire chasteté !

 

C’est-à-dire qu’au final il n’y a pas de procréation, et derrière cela, il y a le fantasme d’avoir transformé Marie en vierge éternelle. On retrouve là un des avatars les plus antiques des déesses Terre-Mère.

Ce qui est complètement faux puisse que tous ceux qui ont lu les Evangiles savent que Joseph et Marie ont eu des enfants après la naissance de Jésus. Il y avait là une grande famille.

 

Ainsi la femme catholique est vouée à un destin de mère sans sexualité.

Elle n’est donc jamais une épouse. Ces constats divers évoluant chez chacun à toutes sortes de degrés différents, nuançons !

 

Alors, que va-t-il se passer ? L’hypocrisie, l’hypocrisie des deux côtés, autant pour l’homme que pour la femme. On retrouve cela énormément dans les univers à dominante catholique (Italie, France, Espagne, Amérique du Sud, etc.). Il suffit d’observer la société italienne par exemple, avec la super-Mamma qui est au centre, et les hommes qui vont voir les prostituées ou bien  ont des maîtresses. Mais il n’y a pas besoin d’aller chez les Italiens pour voir cela…

 

Cette hypocrisie se retrouve aussi chez les femmes qui sont incapables d’avoir une vie sexuelle normale et épanouie avec leur mari ; elles ne se donnent pas à leur mari.

 

Elles vont donc être soit des mères, soit des femmes adultères, ou alors elles vivront avec des idées impures, rêveries et romances dans la tête et jamais le couple ne sera un vrai couple. On retrouve là encore des femmes objets ; je ne vais pas donner de détails !

 

Et cela influence beaucoup de relations de couple, parce que même si nous sommes convertis, il faut que ces choses-là soient menées à la connaissance, à la conscience et purifiées par le sang de Jésus ! Dieu veut restaurer une unité harmonieuse et complète entre l’homme et la femme.

 

Ce n’est pas la femme qui est l’unique responsable de cette situation, ni l’homme. Les deux le sont parce que cela vient de la chute. Les deux doivent se mettre devant le Seigneur et demander une restauration. Et si nous ne sommes pas mariées et si nous sommes seules, et bien là aussi en tant que femmes, nous devons demander au Seigneur de restaurer notre identité afin de Le glorifier. Et si nous sommes jeunes, que nous ne sommes pas encore mariées, demandons au Seigneur de nous édifier vraiment selon l’image Ish et Isha, en vue d’un futur mariage. La même chose pour les jeunes gens. C’est très important.

 

Je crois que beaucoup en Europe évangélique sont les héritiers de ce christianisme-là qui tue la vraie relation Ish – Isha. Il faut vraiment porter cela devant le Seigneur. Il faut avoir le courage d’aller à fond dans ce problème.

 

Si nous comprenons d’où nous viennent nos peurs de l’autre – mais aussi nos peurs de nous-mêmes, parce que c’est tellement plus facile d’être une mère avant ou sans être une épouse qui assume sa relation à l’époux…J’ai un mari et c’est quelque chose de merveilleux d’avoir un mari ! Mais alors, je me dois à lui, et je dois avoir cette relation pleine et entière avec lui. Donc j’ai dois travailler sur moi-même et le Seigneur va m’aider à comprendre ces choses.

 

Et tous les fantasmes que certains ont peuvent disparaître, parce que le Seigneur nous libère et nous donne de vivre dans la réalité, dans le concret ces choses-là, et cette barrière peut être brisée par la puissance du sang de l’Agneau.

 

Ce temps est un temps où Dieu veut restaurer toutes choses dans nos vies avant Son retour, alors faisons confiance au Seigneur.

 

Je conclurai en vous citant un élément de la Paracha de la semaine où j’ai donné ce message en Suisse.

 

Vous savez que dans le monde juif, chaque semaine on lit une portion de la Thora, c’est-à-dire des cinq premiers livres de la Bible. Ce sont toujours les mêmes passages qui reviennent les uns après les autres au fur et à mesure de l’année, et c’est de la Paracha Ki Tissa dont je veux vous parler. C’est un passage qui nous parle entre autre des tables de la loi, quand Moïse les reçoit directement de la main de YHWH, puis vient l’épisode du veau d’or. Moshé redescend et il casse les tables, il remonte et il les retaille lui-même. Les deux premières, c’est D.ieu qui les avait taillées et gravées ; les deux suivantes, c’est Moïse qui va devoir les tailler lui-même puis D.ieu va les graver.

 

On sent qu’il y a une réticence de la part de D.ieu, parce qu’Il a vu l’abomination, Il a vu l’infidélité de Son peuple, mais dans Son amour, Il va quand même laisser regraver la loi. Et cela est très beau parce que le mot graver en hébreu est « laharot » et le mot liberté en hébreu c’est « hérout ». Il s’agit exactement de la même racine.

Leave a Reply

Translate »