Jean-Marie Bastien-Thiry, dernier martyr de la France / © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

By 20 août 2016mai 13th, 2020Monde
PUBLIÉ PAR MANUEL GOMEZ LE 19 AOÛT 2016

1962bt1

Accusé d’avoir organisé et dirigé l’attentat dit « du Petit-Clamart », le 22 août 1962, visant de Gaulle, Jean-Marie Bastien-Thiry, ingénieur militaire et lieutenant-colonel de l’armée de l’air, comparait devant la cour de justice militaire, présidée par le général Roger Gardet.

Il est défendu par les avocats Le Coroller, Dupuy, Isorni et Tixier-Vignancour.

Cette Cour de justice militaire a été déclarée illégale par le Conseil d’Etat en date du 19 octobre 1962.

Fidèle gaulliste jusqu’en 1959, date à laquelle de Gaulle annonce l’autodétermination en Algérie, Bastien-Thiry n’accepte pas ce virage politique du chef de l’Etat qui, pour lui, est une ignominie, un déshonneur, un crime contre l’humanité.

« Nous n’avons pas à nous justifier devant votre juridiction d’avoir accompli l’un des devoirs les plus sacrés de l’homme, le devoir de défendre des victimes d’une politique barbare et insensée »

Bastien-Thiry cite comme exemple le colonel Claus von Stauffenberg, qui le 20 juillet 1944 tenta de supprimer Adolf Hitler :

« Les officiers allemands ont dû aussi être douloureusement frappés par le génocide hitlérien des juifs, comme nous le sommes par le génocide gaulliste des Français-musulmans ».

Il justifie son acte en déclarant : « C’est une vérité que l’homme contre lequel nous avons agi est à tout moment passible de la Haute Cour, et qu’il suffirait d’un minimum de clairvoyance et de courage de la part des parlementaires pour l’y traduire. Le dossier de ses forfaitures, de ses crimes et de ses trahisons existe, et des milliers d’hommes sont prêts à témoigner de la réalité de ces forfaitures, de ces crimes et de ces trahisons ».

(Toutes ses forfaitures, ses crimes et ses trahisons sont relatés dans mon livre « J’accuse de Gaulle* »)

Bien que condamnés à mort, ceux qui ont tiré ce jour-là sur la DS de de Gaulle obtiennent sa grâce, mais pas Bastien-Thiry qui, selon de Gaulle, n’a pas pris de risques directs mais mérite d’être exécuté.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

« Les Français ont besoin de martyrs (osera-t-il dire), je leur ai donné Bastien-Thiry. Celui-là, ils pourront en faire un martyr, s’ils veulent. Il le mérite. »

(Témoignages tiré de mon livre)

Lorsqu’on le réveille, le matin de l’exécution, la première question de Bastien-Thiry est de connaître le sort de ses compagnons, Bougrenet de la Tocnaye et Prévost. Il est soulagé d’apprendre qu’ils ont été graciés.

Jean-Marie Bastien-Thiry est fusillé au petit matin du 11 mars 1963, au fort d’Ivry.

Il est inhumé au cimetière de Bourg-la-Reine.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Join the discussion One Comment

  • GEOFFREY M. COLES dit :

    It is wrong for Jean-Marie to compare his action against de Gaulle to the attempted assassination of Colonel Klaus Schenk von Stauffenberg of Adolf Hitler. However hotly contested the political solution in Algeria was the question of Algerian independence was simply a political matter, and had no moral overtones. On the other hand Hitler was an arch-criminal and Stauffenberg a practising catholic and the clash of such two irreconcilable polarities morally obliged Klaus to take the action he did. Therefore, in my view, the claim to martyrdom, a most honourable, perhaps the most honourable claim that may be made of a man, can be justified in the case of Stauffenberg, but not in the case of Jean-Marie.It is only fair to add that one wonders what the position be in Stauffenberg’s thinking if Germany’ military forces had been on the point of victory over those of Soviet Russia, instead of being forcibly expelled from the territories of their arch enemy. So even the apparently noble title of martyr attached to the memory of the brave Wehrmacht officer can be seen, by certain commentators, to be perhaps tarnished by this rather cynical observation.
    As far as de Gaulle is concerned the question arises as far as his decision to have Jean-Marie executed is involved, was this justice or revenge?
    The question as to whether a man who masterminds a plot or action is more guilty than he who executes it is rather academic and lies more in the realm of philosophy than in the domain of the application of justice, and therefore I think de Gaulle’s decision to execute does not sit of firm grounds.

Leave a Reply

Translate »