John MacArthur prend une position audacieuse – par Uriesou Brito

By 1 août 2020Doctrine
ARTICLESCHRISTIANISMEETATS-UNISETHIQUEHOMOSEXUALITÉ ET LGBTLIBERTÉ RELIGIEUSESANTÉ PUBLIQUESOCIÉTÉ

Par Uriesou Brito

31 juillet 2020

Note de La Lumière :

Nous publions ci-dessous deux articles d’Uriesou Brito qui commente la position audacieuse récente de John MacArthur face à l’ordre du gouverneur Newsom de fermer les églises de Californie.

John MacArthur

John MacArthur et les anciens de la Grace Community Church en Californie ont décidé de défier le gouvernement de l’état et d’ouvrir leur église et d’y tenir des réunions. Certains ont fait valoir qu’il existe des moyens meilleurs ou plus créatifs de contourner le mandat du gouvernement. Il y en a peut-être. Mais un gouvernement qui soutient l’avortement sur demande et approuve tout type de perversion sexuelle en opposition à ce que la Bible enseigne n’est pas intéressé par les intérêts d’une église comme la Grace Community.

Avec la dernière décision de la Cour suprême des États-Unis sur tout ce qui concerne les personnes de même sexe, les églises vont se retrouver sous le feu croisé des contestations judiciaires, alors elles feraient mieux de se préparer à prendre position maintenant, à entrer en scène et à se battre. C’est un entraînement pour ce qui est à venir. La gauche gagne parce qu’elle fait du bruit et se montre plus grande qu’elle n’est. Il y a des dizaines de milliers d’églises qui croient à la Bible aux États-Unis. Si elles se ralliaient toutes à ce que font la communauté Grâce et les autres églises, cela enverrait un message fort. Lorsque la foule LGBT+ s’attaquera aux églises, ces dernières seront déjà unies parce qu’elles auront pris position ici.

L’article suivant a été écrit par Uriesou Brito, pasteur de l’église Providence, à Pensacola, en Floride. – Gary DeMar


John MacArthur, qui a 81 ans, ne tarit pas en controverses. Il y a plusieurs décennies, il a écrit quelques livres sur la seigneurie de Christ qui sont devenus des meilleures ventes. Il ne savait pas que les évangéliques s’intéressaient à la théologie profonde. À l’époque, il craignait que les chrétiens ne prissent l’appel de l’Évangile à la vie de disciple avec trop de désinvolture. Il notait que « l’appel évangélique à la foi présuppose que les pécheurs doivent se repentir de leur péché et se soumettre à l’autorité du Christ ». La proposition était simple, mais l’opposition était massive.

Trois décennies plus tard, l’octogénaire continue de prêcher chaque dimanche à l’église Grace Community en Californie sur la Seigneurie de Jésus. Mes différences avec John MacArthur au fil des années ont été importantes, bien que ce que je constate en vieillissant, c’est que mon admiration pour les pasteurs qui ont mené le bon combat pendant plus de 50 ans augmente. A la liste des controverses dans l’histoire de MacArthur s’ajoute sa position, désormais reconnue au niveau national, selon laquelle Jésus est Seigneur des gouvernements et qu’il est du devoir des organismes ecclésiastiques de désobéir au gouvernement lorsque celui-ci interdit le culte.

À la suite de cette décision de laisser les portes de l’église ouvertes, certains éléments indiquent que le gouvernement local prévoit de couper l’électricité si cela devait se reproduire. Il s’agit peut-être d’une simple menace visant à décourager les rassemblements. Je trouverais cela consternant, mais la Californie est consternante depuis longtemps.

La décision de MacArthur a été accueillie avec des critiques mitigées. Ceux qui acquiescent au statu quo et disent que MacArthur n’a pas le droit de défier le gouvernement sur la question du culte et que nous devrions nous y soumettre volontairement se trompent, et je l’avoue à ce stade, n’ont qu’une faible part de mon respect. D’autres voix, plus cohérentes, ont déclaré qu’il y a d’autres options que MacArthur n’a pas envisagées et qu’il devrait le faire afin de donner le bon exemple aux autres églises. Il convient de noter que ces mêmes voix se réjouissent également de la décision de J. D. Greer d’annuler les rassemblements collectifs jusqu’en 2021 et d’établir des modèles d’ »églises de maison » d’ici là. Je ne pourrais trop insister sur le danger d’une telle approche, surtout si l’on considère les contrecoups de décisions comme celles-ci sur la philosophie ecclésiastique des évangéliques modernes. Ces décisions supposent que les évangéliques de ce pays ont une ecclésiologie élevée. Cela peut être le point de non-retour pour de nombreuses grandes églises.

Une réponse à MacArthur qui a attiré mon attention est que les anciens de l’église Grace Community devraient considérer que ce n’est pas le bon combat pour notre époque. Le vrai combat est celui qui concerne la communauté LGBT, pour lequel l’Église devrait économiser son énergie pour faire travailler ses muscles sur cette question au lieu de « dépenser notre capital sur les pandémies ».

Mais cela fait plus de 150 jours que la pandémie a commencé ! Quand est-ce qu’il est temps de dire que c’en est assez ? Le problème n’est pas que nous exerçons nos muscles sur cette question, le problème est que nous n’exerçons pas nos muscles avec suffisamment de force ! Nous avons cédé au dilemme qui consiste à opérer un choix entre deux alternatives. L’Église chrétienne possède les clés du ciel et de l’enfer (Matthieu 16:19), elle n’a donc pas à attendre pour exercer quoi que ce soit à une date ultérieure, elle doit être prête à exercer son autorité quand elle le juge bon.

La question des LGBT se posera, mais si l’Église ne peut pas établir la centralité du culte d’une seule voix maintenant – en mettant en place les protocoles nécessaires à la protection des saints – elle n’aura ni l’endurance, ni la logique, ni la grâce de s’engager dans d’autres questions pressantes plus tard. Une fois de plus, la proposition est simple et l’opposition sera certainement massive.

Uriesou Brito est pasteur à la Providence Church, à Pensacola, en Floride.

Source : https://americanvision.org/24007/john-macarthur-takes-a-bold-stand/


25 juillet 2020

Le 13 juillet, la Californie a fermé des églises, des salons de coiffure et d’autres lieux de commerce dans au moins 32 comtés. Très tôt, le gouverneur Newsom a interdit le chant, afin de freiner la propagation du coronavirus. Il faut ajouter que cette fermeture est indéfinie, ce qui signifie que les responsables gouvernementaux ne veulent pas jouer le rôle de prophète. Après tout, le virus se propage, des gens meurent, et la seule solution raisonnable est de fermer les bistrots et les rassemblements ecclésiastiques. Dans leur esprit, il n’y a pas de distinction entre une bière et le vin eucharistique.

Il ne s’agit pas de savoir si le gouverneur cible les églises. Le fait est qu’en limitant indéfiniment les rassemblements publics le jour du Seigneur, Newsom est entré dans une zone de guerre avec Dieu et ses saints. Tout au long de ce processus, j’ai entendu des chrétiens bien intentionnés, qui donnent l’impression de n’avoir jamais lu un seul commentaire sur Romains 13, ou dont l’engagement dans le culte lui-même est très suspect, lancer des versets isolés pour tenter de semer un désarroi radical chez tous ceux qui oseraient ne pas souscrire à la décision de Newson. Mais à l’heure actuelle, les arguments pour obéir indéfiniment aux autorités gouvernementales sont allés droit dans l’Enfer de Dante, là où ils devraient être. Une nouvelle surprenante dans tout ce processus est la récente prise de position de la Grace Community Church en Californie, l’église de plus de 10 000 membres encadrés par le prolifique pasteur John MacArthur. La Grace Community a fermé ses portes au début pour des raisons que je trouvais peu utiles, mais toujours compréhensibles. Eh bien, c’est fini ! MacArthur a écrit une lettre très forte en réponse au mandat de Newsom. Il y note que : « Nous, les pasteurs et les anciens de l’église Grace Community, informons respectueusement nos dirigeants civiques qu’ils ont outrepassé leur juridiction légitime, et que la fidélité au Christ nous interdit d’observer les restrictions qu’ils veulent imposer à nos services de culte collectifs ». Et de plus, avec une grande objectivité, il écrit : « L’ordre biblique est clair : le Christ est Seigneur sur César, et non l’inverse. C’est le Christ, et non César, qui est le chef de l’église… ce sont des royaumes distincts, et le Christ est souverain sur les deux. » Il y aura beaucoup de suites intéressantes, étant donné la position eschatologique de MacArthur et son histoire de déclarations d’enlèvement au cours des 40 dernières années. Mais il suffit de dire, comme l’a fait remarquer Joe Boot, que MacArthur a exprimé la vision kuypérienne de base que je préconise depuis le début. C’est la partie « indéfinie » qui change la trajectoire de la conversation. Les évangiles nous disent que les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre l’Eglise, ce qui signifie que fermer l’Eglise indéfiniment, c’est s’ouvrir à des attaques alors que nous devrions être comme les hommes de Néhémie travaillant d’une main et portant une épée de l’autre (Néhémie 4:17) prêts à attaquer les émissaires de l’enfer. Ce n’est pas le moment de battre en retraite ! Nos enfants nous demanderont un jour comment nous avons agi pendant cette saison. Je veux les regarder hardiment dans les yeux et leur dire : « Nous n’avons pas cédé d’un pouce au domaine de Satan ! » Comme le conclut à juste titre MacArthur, « Comment la véritable Église de Jésus-Christ peut-elle se distinguer dans un climat aussi hostile ? Il n’y a qu’un seul moyen : l’allégeance audacieuse au Seigneur Jésus-Christ ».Source : https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10160087292028989&id=614068988

Autres articles recommandés :

Leave a Reply

Translate »