Skip to main content

LA CONDITION ÉCONOMIQUE DE L’AMÉRIQUE SERA MISE À NU CE THANKSGIVING / Famine…

By 6 octobre 2022AVERTISSEMENT

LA CONDITION ÉCONOMIQUE DE L’AMÉRIQUE SERA MISE À NU CE THANKSGIVING
Partager avec les autres

Par Michael SNYDER – 29 septembre 2022

Si vous aimez cuisiner, ce prochain Thanksgiving pourrait être un véritable défi pour vous. Grâce à une résurgence de la grippe aviaire, les approvisionnements en dinde se resserrent de plus en plus. Malheureusement, la même chose est vraie pour les œufs. Et comme vous le verrez ci-dessous, la réduction de la production de lait envoie le prix du beurre dans la stratosphère.

La flambée des prix

Grâce à la flambée des prix, un dîner traditionnel de Thanksgiving sera hors de portée pour des millions de familles américaines cette année, et c’est extrêmement regrettable. Bien sûr, tout cela se passe dans le contexte d’une horrible crise alimentaire mondiale qui s’aggrave de jour en jour. Oui, les choses vont mal maintenant, mais elles seront bien pires à cette époque l’année prochaine.

La pandémie de grippe aviaire qui a tué des dizaines de millions de nos poulets et dindes était censée disparaître pendant les mois chauds d’été, mais cela ne s’est pas produit. Et maintenant que le temps recommence à se refroidir, il y a eu une résurgence de la grippe aviaire et cela “dévaste les opérations d’œufs et de dinde au cœur du pays”…

Les dindes se vendent à des prix record avant les vacances de Thanksgiving alors qu’une résurgence de la grippe aviaire anéantit l’approvisionnement à travers les États-Unis.

La grippe aviaire

La grippe aviaire dévaste les exploitations d’œufs et de dindes au cœur du pays. Si un seul oiseau l’attrape, tout le troupeau est abattu afin d’arrêter la propagation. Des millions de poules et de dindes ont été tuées ces dernières semaines. En conséquence, les prix des dindes sont près de 30 % plus élevés qu’il y a un an et 80 % supérieurs aux coûts d’avant la pandémie. Tout aussi préoccupants sont les stocks de dindes entières, qui sont les plus bas depuis la saison des vacances d’hiver aux États-Unis depuis 2006. Cela signifie qu’il y aura peu de soulagement de l’inflation pour le dîner de Thanksgiving.

Dans les mois à venir, nous pourrions voir des dizaines de millions de poulets et de dindes supplémentaires se faire anéantir.

Le prix des œufs a déjà triplé en 2022 et le prix de la viande de dinde a augmenté de 60 %. Malheureusement, ce n’est probablement que le début…

Les poules de dinde coûtent 1,82 $ la livre cette semaine, selon Urner Barry, contre 1,42 $ l’an dernier et 1,01 $ avant la pandémie. Pendant ce temps, les prix de gros des œufs sont à 3,62 $ la douzaine mercredi, le plus haut jamais enregistré, contre un précédent record de 3,45 $ la douzaine établi plus tôt cette année, a déclaré John Brunnquell, directeur général d’Egg Innovations, l’un des plus grands producteurs américains d’œufs de poules élevées en plein air. Les consommateurs ont vu les prix des œufs dans les épiceries tripler cette année, tandis que la viande de dinde a augmenté de 60 %, un record, selon un rapport de Cobank.

Pendant ce temps, les approvisionnements en beurre se resserrent également de plus en plus…

La baisse de la production de lait dans les fermes laitières américaines et les pénuries de main-d’œuvre dans les usines de transformation ont pesé sur la production de beurre pendant des mois, laissant la quantité de beurre dans les entrepôts frigorifiques américains fin juillet au plus bas depuis 2017, selon le ministère de l’Agriculture.

Des approvisionnements serrés ont fait grimper les prix du beurre dans les supermarchés américains, dépassant la plupart des autres aliments au cours de la dernière année. Les prix des produits alimentaires aux États-Unis en août ont augmenté de 13,5 % au cours des 12 derniers mois, la plus forte augmentation annuelle depuis 1979, selon le département du Travail. Le beurre a dépassé ces gains, augmentant de 24,6 % au cours de la même période.

Les tendances qui font grimper le prix du beurre ne vont pas disparaître de sitôt, et nous sommes donc avertis de nous préparer à des prix “élevés” dans un avenir prévisible…

Les forces à l’œuvre dans le beurre mettent en évidence le défi de réduire l’inflation. Les pressions économiques alimentant les prix élevés des aliments pour le bétail, les pénuries de main-d’œuvre et d’autres facteurs pourraient persister, ce qui maintiendrait les prix des aliments de base élevés à plus long terme.

Pour moi, badigeonner un morceau de pain chaud avec un énorme morceau de beurre est l’une des meilleures choses à propos de Thanksgiving.

Et la plupart d’entre nous continueront d’acheter du beurre, quelle que soit sa valeur.

Mais la vérité est que la hausse rapide des prix alimentaires oblige un grand nombre d’Américains à ajuster leurs habitudes d’achat. Voici un exemple…

Pour Carol Ehrman, la cuisine est une expérience joyeuse.

“J’adore cuisiner, c’est ce que je préfère faire”, a-t-elle déclaré. Elle aime particulièrement cuisiner des plats indiens et thaïlandais, mais stocker les épices et les ingrédients dont elle a besoin pour ces plats n’est plus possible. “Quand chaque ingrédient a augmenté, cela s’ajoute à la facture totale”, a-t-elle déclaré.

“Ce qui nous coûtait entre 250 et 300 $… est maintenant de 400 $.” Ehrman, 60 ans, et son mari, 65 ans, dépendent de ses revenus de sécurité sociale, et l’augmentation a pesé sur leur budget. “Nous ne pouvions tout simplement pas faire cela.”

La crise alimentaire mondiale commence à toucher de nombreux Américains ordinaires, et nous devons comprendre que cette crise n’en est encore qu’aux tout premiers chapitres.

David Beasley est le chef du Programme alimentaire mondial des Nations Unies, et il utilise en fait le mot “enfer” pour décrire ce qui pourrait arriver en 2023…

“C’est une tempête parfaite par dessus une tempête parfaite”, a déclaré Beasley. “Et avec la crise des engrais à laquelle nous sommes confrontés en ce moment, avec les sécheresses, nous sommes confrontés à un problème de prix des denrées alimentaires en 2022. Cela a créé des ravages dans le monde entier.”

“Si nous ne réglons pas cela rapidement – et je ne veux pas dire l’année prochaine, je veux dire cette année – vous aurez un problème de disponibilité alimentaire en 2023”, a-t-il déclaré. “Et ça va être l’enfer.”

Le Programme alimentaire mondial ne cesse de tirer la sonnette d’alarme, mais très peu d’entre nous dans le monde occidental semblent prendre ces avertissements très au sérieux.

Les gens meurent littéralement de faim dans certaines régions du globe en ce moment, et un nouveau rapport que le PAM vient de publier indique qu’il y a 19 “points chauds” où nous pourrions voir une “énorme perte de vie” entre octobre et janvier.

Le rapport publié par le PAM et la FAO

Le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont publié un nouveau rapport décrivant les pays qui “sont déjà affamés ou au bord de la catastrophe”.

Le PAM et la FAO ont identifié 19 points chauds de la faim dans le monde, la plupart des pays d’Afrique, du Moyen-Orient et même certains d’Amérique centrale. Ils appellent à une action humanitaire urgente entre octobre 2022 et janvier 2023 pour éviter “d’énormes pertes en vies humaines”.

L’Afghanistan, l’Éthiopie, le Soudan du Sud, la Somalie, le Nigeria, le Yémen et Haïti sont étiquetés « points chauds les plus préoccupants », confrontés à des niveaux de faim catastrophiques.

Le genre de famines dont nous avons été avertis commence déjà à se produire sous nos yeux, mais la plupart des gens ne s’en soucieront tout simplement pas tant qu’ils n’auront pas eux-mêmes faim.

Ce que ces gens ne réalisent pas, c’est que cette crise alimentaire mondiale va continuer à se propager.

À mesure que les approvisionnements alimentaires se resserrent, les prix continueront de monter en flèche et les pénuries deviendront plus fréquentes.

Nous sommes vraiment dans un territoire sans précédent, et la douleur qui nous attend choquera grandement tous les lemmings qui n’arrêtaient pas de supposer que tout se passerait bien d’une manière ou d’une autre.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

Leave a Reply

Translate »