Skip to main content

LA LOI DES MESURES D’URGENCE DU CANADA

By 19 février 2022AVERTISSEMENT
Partager avec les autres

La loi des mesures d’urgence du Canada devrait nous avertir de ce qui s’en vient lors de la prochaine crise.

Par Jon Miltimore – Le 17 février 2022

Lors d’une soirée-bénéfice « Ladies Night » à Toronto en 2013, on a demandé à un politicien prometteur quelle administration nationale il admirait le plus au monde.

Vêtu d’une chemise bleu pâle et d’un sourire, le chef du Parti libéral au visage frais a répondu : La Chine Communiste.

« Il y a un niveau d’admiration que j’ai pour la Chine parce que leur dictature de base leur permet de redresser leur économie en un rien de temps et de dire que nous devons passer au vert, nous devons commencer, vous savez, à investir dans le solaire », a dit Justin Trudeau au groupe de femmes.  « Il y a une flexibilité dont je sais que le Premier Ministre Stephen Harper doit rêver : Avoir une dictature où l’on peut faire ce que l’on veut, que je trouve assez intéressante »

Les commentaires ont attiré l’attention, en particulier de la part des Canadiens qui ont souligné le régime oppressif de la Chine et documenté les violations des droits de l’homme. 

« Il semble qu’il ne soit pas bien informé », a déclaré un membre d’une table ronde à la CBC.

Néanmoins, les commentaires se sont avérés être un peu plus qu’un ralentisseur dans l’ascension politique de Trudeau.  En novembre 2015, Trudeau a prêté serment en tant que vingt-troisième Premier Ministre du Canada, succédant à Harper.

En 2020, des milliers d’agriculteurs de toute l’Inde se sont rendus dans la capitale, Delhi, pour protester contre les politiques agricoles qui, selon eux, menaçaient leurs moyens de subsistance, et ils ont installé des campements et ont affrontés la police. Réagissant à la situation, le Premier Ministre du Canada, Justin Trudeau, a exhorté les autorités à faire preuve de retenue.  « Le Canada sera toujours là pour défendre le droit de manifester pacifiquement », a insisté Trudeau, au grand dam du gouvernement indien. 

Maintenant, la chaussure est sur l’autre pied.  Ou devrions-nous dire que le pied est dans la bouche, alors que Trudeau a suscité la colère mercredi lorsqu’il a accusé une députée juive de « se tenir aux côtés de ceux qui agitent des croix gammées » après avoir critiqué sa gestion des manifestations anti-vaccins des camionneurs du Freedom Convoy.

Jeter de « l’huile sur le feu »

Les commentaires de Trudeau méritent un examen minutieux puisqu’il se retrouve maintenant sous les projecteurs mondiaux. 

Lundi, Trudeau a annoncé qu’il activait les pouvoirs des mesures d’urgence rarement utilisés dans le but de supprimer le Freedom Convoy, un mouvement créé à l’origine pour protester contre les mandats de vaccination des camionneurs traversant la frontière américaine qui s’est transformé en une protestation plus large contre les restrictions COVID. 

« Les blocages nuisent à notre économie et mettent en danger la sécurité publique », a déclaré Trudeau lors d’une conférence de presse.  « Nous ne pouvons pas et ne permettrons pas que des activités illégales et dangereuses se poursuivent »

En invoquant la Loi sur les mesures d’urgence du Canada, qui a remplacé en 1988 la Loi sur les mesures de guerre, Trudeau peut utiliser les forces de l’ordre fédérales pour aider les gouvernements provinciaux et étendre ses recherches et saisies de biens privés qui soutiennent le mouvement de protestation. 

« Nous apportons ces changements parce que nous savons que ces plate formes (de financement participatif) sont utilisées pour soutenir des blocages illégaux et des activités illégales qui nuisent à l’économie canadienne », a déclaré la Ministre des Finances, Chrystia Freeland, qui a utilisé le mot « terrorisme » dans ses commentaires. 

Trudeau a également déclaré qu’il avait l’intention d’utiliser les forces fédérales pour soutenir les forces provinciales.

« Malgré tous leurs efforts, il est maintenant clair qu’il existe de sérieux défis à la capacité des forces de l’ordre à appliquer efficacement la loi », a-t-il déclaré. 

Les actions du Premier Ministre ont cependant attiré les critiques des groupes de défense des droits civiques, qui ont accusé l’administration de se livrer à des actions antidémocratiques.

« Le gouvernement fédéral n’a pas atteint le seuil nécessaire pour invoquer la Loi sur les mesures d’urgence », a déclaré l’Association canadienne des libertés civiles.  « Cette loi crée une norme élevée et claire pour une bonne raison : La loi permet au gouvernement de contourner les processus démocratiques ordinaires.  Cette norme n’a pas été respectée ».

Selon Reuters, les premiers ministres du Québec, du Manitoba, de l’Alberta et de la Saskatchewan se sont également prononcés contre le plan de Trudeau.  « Nous n’avons vraiment pas besoin de jeter de l’huile sur le feu », a déclaré le Premier Ministre du Québec, François Legault.

Les ordres de Trudeau, visant en partie à couper les fonds aux manifestants, ont également une portée plus large que ce qui avait été annoncé précédemment, ce qui « oblige les gestionnaires de portefeuille et les sociétés de valeurs mobilières à examiner de plus près avec qui ils font affaire », selon Bloomberg. 

Les nouvelles règles imposent des exigences à une large liste d’entités, y compris les banques, les entreprises d’investissement, les coopératives de crédit, les sociétés de prêt, les courtiers en valeurs mobilières, les plate formes de collecte de fonds, les compagnies d’assurance et les sociétés de secours mutuels.  Ils doivent déterminer s’ils sont en « possession ou contrôle de la propriété » d’une personne qui assiste à une manifestation illégale ou fournit des fournitures aux manifestants, selon les ordres publiés par le gouvernement mardi soir.

S’ils trouvent une telle personne dans leur liste de clients, ils doivent geler leurs comptes et le signaler à la Gendarmerie Royale du Canada ou au service de renseignement du Canada, selon la réglementation.  Toute transaction suspecte doit également être signalée à l’agence nationale de lutte contre le blanchiment d’argent, connue sous le nom de Fintrac. (Bloomberg).

Le Ministre de la Justice de Trudeau a fait un aveu surprenant hier sur la façon dont ils cibleront les partisans du convoi en disant : « Si vous êtes membre d’un mouvement pro-Trump qui fait un don … vous devriez vous inquiéter » du gel de votre compte bancaire.

Trudeau a également qualifié ses opposants politiques d’extrémistes nationalistes blancs malgré un grand nombre de groupes minoritaires représentant l’industrie du camionnage.  Les médias canadiens financés par l’état n’étaient que trop heureux d’accepter cette description dans leurs reportages.

De plus, la Société Radio-Canada a activement démasqué ceux qui avaient fait des dons au Freedom Convoy après le piratage de la liste des donateurs d’une source de financement participatif. 

Marion Isabeau Ringuette, qui était la directrice des communications de la solliciteure générale de l’Ontario, Sylvia Jones, a perdu son emploi 10 jours après avoir fait le don, selon le Toronto Star.

Après que la liste des donateurs d’une campagne GiveSendGo soutenant les manifestations ait été volée et divulguée par des pirates informatiques cette semaine, l’identité d’Isabeau-Ringuette a apparemment été déchiffrée et signalée à son employeur, même si elle n’a utilisé que ses initiales lors du don.

« Mme Isabeau-Ringuette ne travaille plus pour le gouvernement de l’Ontario », a déclaré au Star Ivana Yelich, directrice exécutive des relations avec les médias de Ford.

La CBC a également dénoncé un important propriétaire d’entreprise de London, en Ontario, comme ayant fait le don le plus important au Freedom Convoy.

Holden Rhodes, propriétaire du Killarney Mountain Lodge, a fait don de $25.000.

Il était tout aussi impassible après avoir été démasqué par la CBC, déclarant aux journalistes : « Le dépassement des deux dernières années a été stupéfiant, mais, au cours des deux dernières semaines au Canada, il a été absolument alarmant pour quiconque croit en une société pacifique et libre », a-t-il dit.

Le partage d’informations sur les donateurs a même attiré l’attention du représentant Ilhan Omar, D-Minn., membre de « Esquade » démocrate, qui a critiqué les journalistes dont les reportages sur la violation des données des donateurs du Canadian Freedom Convoy conduisent au harcèlement de citoyens privés. 

En parlant de portée excessive, lors d’une répression des manifestations, un agent de la Police Provinciale de l’Ontario a frappé à la porte de la ferme de Nadine Ellis-Maffei la semaine dernière pour lui remettre une carte et une brochure après avoir vu son message sur le groupe Facebook du Freedom Convoy, vidéo du spectacles d’incidents. 

Ellis-Maffei a déclaré dans le message qu’elle envisageait d’assister à la manifestation à Ottawa.  Elle a dit qu’elle n’avait participé à aucune manifestation à ce stade.

« En raison des manifestations qui se déroulent dans toute la province, oui, nous avons surveillé la manifestation.  Il y a donc une manifestation à venir, je fournis simplement des informations sur une manifestation pacifique », a déclaré l’officier dans la vidéo prise jeudi dernier par Ellis-Maffei.

« J’étais sidérée », a déclaré la mère de trois enfants, qui exploite une ferme dans le comté de Peterborough, en Ontario.

Elle a déclaré au Toronto Sun : « Je n’arrive toujours pas à y croire »

Ellis-Maffei a comparé l’incident à la « police de la pensée et à Big Brother » du roman dystopique de 1984.

Et, si vous pensiez que la crypto était un moyen secret de faire un don à de telles causes, détrompez-vous.  Les autorités canadiennes ont sanctionné 34 portefeuilles de crypto-monnaie liés au « Freedom Convoy ».

Le site d’information sur les crypto-monnaies Coindesk a rapporté que la Police Provinciale de l’Ontario et la Gendarmerie Royale du Canada ont ordonné à toutes les sociétés financières canadiennes réglementées d’arrêter les transactions de 34 portefeuilles cryptographiques liés au Freedom Convoy et à d’autres manifestations de camionneurs à travers le Canada, conformément à l’urgence publique déclarée par Trudeau, lundi. Le Globe and Mail, un média canadien, a confirmé que les services de police ont ordonné à plusieurs échanges cryptographiques et institutions financières de « cesser de faciliter toute transaction » avec tous les portefeuilles dans le cadre d’une enquête « en relation avec des actes illégaux relevant du champ d’application de la Loi sur les mesures d’urgence ».

L’épreuve du pouvoir

Les actions de Trudeau sont en effet dangereuses.  Pourtant, comme le montre l’histoire américaine, la frontière entre une manifestation pacifique et une activité criminelle n’est pas toujours claire.

On se souvient affectueusement de la Boston Tea Party comme d’une action patriotique dans l’histoire des États-Unis, mais j’ai eu un professeur à l’université qui a suggéré qu’il s’agissait d’un acte de « terrorisme domestique », un point de vue pas aussi rare que beaucoup le croient.  Les événements de 2020 ont également montré à quel point les manifestations pacifiques peuvent parfois dégénérer très rapidement en quelque chose de non pacifique (ou « principalement pacifique », un euphémisme pour violent).

Pour beaucoup, malheureusement, la légitimité d’une manifestation dépend moins des méthodes utilisées que de la cause défendue. 

J’imagine si les nombreux défenseurs actuels de Trudeau faisaient partie de ceux qui étaient indignés à l’idée que l’armée américaine devrait être déployée sur le sol américain pour réprimer les manifestations civiles, les troubles et la violence.

Ce qui est particulièrement troublant dans l’escalade de la crise par Trudeau, c’est que les manifestations au Canada ont été pacifiques.  Maintenant, la question de savoir si intentionnellement « grogner » la circulation est une forme légitime de protestation est une question légitime, car entraver la circulation porte atteinte aux droits d’autrui.  Mais il est exagéré de suggérer qu’il répond à la définition de la violence et qu’il peut être résolu par les autorités locales sans déclarer d’urgence nationale.

Les événements au Canada représentent quelque chose de beaucoup plus important que les camionneurs et l’économie canadienne.  Comme l’a vu Martin Luther King Jr., la protestation non violente est l’un des rares outils dont disposent les personnes sans pouvoir pour résister aux injustices de ceux qui en ont. Répondre aux manifestations pacifiques avec plus de puissance, c’est passer complètement à côté des importantes leçons de King sur la non-violence.

Mais, dans le cas de Trudeau, cela ne devrait peut-être pas nous surprendre.

En 1989, le gouvernement chinois a fait face à son propre « blocus » alors que des manifestations étudiantes à Pékin tentaient d’empêcher l’avancée de l’armée chinoise sur la place Tiananmen.  Même si les manifestations étaient pacifiques, le Parti Communiste Chinois a déclaré la loi martiale et a envoyé l’Armée Populaire de Libération, équipée de fusils, d’armes automatiques et de chars.

Personne ne sait avec certitude combien de personnes sont mortes lors du massacre de la place Tiananmen.  Le gouvernement chinois a dit 200.  Une source du Royaume-Uni a estimé 10.000.  Mis à part les morts, ce dont la plupart des gens se souviennent, c’est l’image d’un jeune homme fixant un char chinois, dont le conducteur a refusé d’écraser le brave manifestant devant lui.

Justin Trudeau, cependant, se souvient d’autre chose.  Pour lui, le régime chinois représentait un rêve : « Une dictature où l’on peut faire ce que l’on veut ».

Les remarques de Trudeau en 2013 ne signifient pas qu’il écrasera les civils avec des chars, bien sûr.  Mais, ils indiquent qu’il a échoué au test du pouvoir, et pour les politiciens, il n’y a pas de test plus important.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

Leave a Reply

Translate »