was successfully added to your cart.

La majorité automatique de l’ONU contre Israël est effrayante / Malaassot – le blog de mordehai – ! ברוך הבא

Résultat de recherche d'images pour "FOTOS DE L'ONU"

Par Elliott Abrams

https://www.cfr.org/blog/uns-automatic-majority-against-israel-fraying
Adaptation Mordeh’aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien

 

Le 13 juin, l’Assemblée générale des Nations Unies a voté à nouveau pour condamner Israël, cette fois pour ses actions contre le Hamas à Gaza lorsque des dizaines de milliers de partisans et de terroristes du Hamas ont pris d’assaut la frontière israélienne. La condamnation n’est pas une nouvelle, mais les habitudes de vote valent le détour.

 

La résolution finale a passé de 120 (oui) à 8 (non) avec 45 abstentions. Qui sont les huit pays qui ont voté non? Les États-Unis et Israël, plusieurs États insulaires du Pacifique (Îles Marshall, Nauru, Micronésie, Îles Salomon), le Togo et l’Australie.

 

L’année dernière, le gouvernement australien a annoncé qu’il avait fini avec un traitement injuste et déséquilibré de la part de l’ONU à l’égard d’Israël et voterait désormais contre de telles résolutions dans toutes les parties du système des Nations Unies. Et c’est ainsi. Par exemple, le 18 mai dernier, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a adopté une autre résolution sans valeur condamnant Israël. Le vote a été de 29 contre 2, et les deux pays qui ont voté non étaient les États-Unis et l’Australie. La première chose à noter au sujet du récent vote de l’Assemblée générale a été le vote australien: une rare démonstration de principe et de détermination sur la scène diplomatique internationale et un modèle pour les autres démocraties qui devraient tous suivre la voie de l’Australie.​​​​​​​

À l’Assemblée générale, les États-Unis ont présenté un amendement qui insérait une condamnation du Hamas dans le texte de la résolution. Assez étonnant, le texte original n’a même pas mentionné le Hamas une seule fois. L’Algérie a proposé d’annuler l’amendement américain, et remarquablement, les Etats-Unis ont remporté ce vote 78 à 59 (avec 42 abstentions). C’est un événement incroyable à l’ONU: 78 pays se sont opposés à la position arabe et ont voté du côté américano-israélien, et seulement 59 ont soutenu le texte algérien. ​​​​​​​

 

Il y a eu ensuite un vote sur l’adoption de l’amendement américain, et encore une fois nous avons gagné: l’amendement a passé de 62 (oui) à 58 (non), avec 42 abstentions. À l’ONU, c’est un résultat étonnant. Une marge mince pour être sûr, mais une victoire quand même. Parce que les règles de l’ONU exigeaient une majorité des deux tiers, l’amendement n’a finalement pas été adopté – mais le mode de scrutin est bien meilleur que de nombreux votes précédents de l’ONU. Et dans cette escarmouche, les 28 pays de l’UE ont voté avec les États-Unis.

 

Voilà les bonnes nouvelles. La majorité automatique contre Israël est en train de s’effilocher sur les bords. Comme l’a déclaré l’ambassadeur des Etats-Unis, Nikki Haley, « la pratique courante de fermer les yeux sur les préjugés anti-israéliens de l’ONU est en train de changer. Aujourd’hui, une pluralité de 62 pays ont voté en faveur de l’effort mené par les Etats-Unis pour faire face à la responsabilité du Hamas face aux conditions désastreuses à Gaza. Nous avons eu plus de pays votant du bon côté que du mauvais côté.  »

 

Mais il y avait aussi beaucoup de mauvaises nouvelles.

 

Le vote final sur la résolution (non amendée) condamnant Israël était comme noté 120 à 8 avec 45 abstentions. C’est honteux, tout comme de nombreux cas individuels.

 

L’Inde est la plus grande déception. Les relations entre Israël et l’Inde se sont réchauffées et le Premier ministre Modi s’est rendu en Israël, le premier Premier ministre indien à le faire. Mais l’Inde s’est abstenue sur l’amendement américain et a ensuite rejoint les chacals dans le vote principal.

 

Lors de ce vote final, les États-Unis et l’Australie ont obtenu le soutien de zéro pays européens. Beaucoup se sont abstenus (Autriche, République tchèque, Danemark, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni) alors que la résolution a obtenu un oui inexcusable de la France, de la Belgique, de la Grèce (dont les relations avec Israël devraient s’améliorer), Norvège (autrefois un ami d’Israël mais maintenant de plus en plus hostile), Portugal, Espagne, Suède et Suisse. Aussi décevant était le Canada, qui s’est abstenu sur la résolution. Si Stephen Harper était encore premier ministre, il ne fait aucun doute que le Canada aurait voté «non» avec l’Australie, les États-Unis et Israël.
Il était une fois, mais de mémoire vivante, les États-Unis avaient une influence en Amérique latine et Israël avait beaucoup d’amis là-bas. Les votes de la semaine dernière montrent que ces jours sont révolus. L’amendement américain (qui, rappelons-le, a eu 62 votes) n’a été soutenu que par les Bahamas, la Barbade, la Colombie, le Guatemala, le Honduras et le Pérou. Mais Antigua, l’Argentine, le Belize, le Brésil, le Chili, la République dominicaine, le Salvador, le Guyana, le Mexique, le Panama, le Paraguay, Sainte-Lucie et la Trinité se sont abstenus.

La Bolivie, Cuba, la Dominique, l’Équateur, Haïti, la Jamaïque, le Nicaragua, Saint-Kitts, Saint-Vincent, l’Uruguay, le Surinam et le Venezuela ont voté contre les Etats-Unis.

 

Ce modèle est bizarre. Les gouvernements hostiles tels que Cuba, le Nicaragua, le Venezuela, la Bolivie et l’Équateur sont faciles à expliquer, mais les autres ne le sont pas. Pourquoi Haïti et la Jamaïque et plusieurs petites nations insulaires votent contre nous, alors que la Barbade et les Bahamas votent avec nous? Pourquoi le Chili s’est-il abstenu au lieu de rejoindre le Pérou et la Colombie de notre côté?

 

Plusieurs votes africains sont également décevants. Le Premier ministre israélien Netanyahu s’est récemment rendu au Kenya et en Ouganda et les relations semblaient être très bonnes, mais les deux se sont abstenus sur l’amendement américain et ont ensuite voté pour la résolution finale.

 

Le bilan est positif: l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Danny Danon, a commenté: «Grâce aux efforts conjugués de nos amis américains et de nos alliés du monde entier, nous avons prouvé aujourd’hui que la majorité automatique contre Israël n’est pas une fatalité. être modifié. »Les progrès futurs nécessiteront plus de travail diplomatique, de la part d’Israël et des États-Unis. Des votes supplémentaires peuvent être changés, en Amérique latine, en Afrique et peut-être en Europe.

 

Chapeau, pour l’instant, à l’Amb. Haley, Amb. Danon, et encore une fois au Premier ministre Malcolm Turnbull et à la ministre des Affaires étrangères Julie Bishop d’Australie.

Leave a Reply

Translate »