La politique pro-vie de Trump entrave les débats de l’Assemblée générale / La Lumière du monde

By 26 décembre 2019Le mot du jour

Nouvel article sur La Lumière du monde

La politique pro-vie de Trump entrave les débats de l’Assemblée générale

par La Lumière

Par Stefani Gennarini

22 novembre 2019

c-fam.org


NEW YORK, 22 novembre 2019 (C-Fam)Au siège de l’ONU, l’avortement est aussi controversé qu’avant la prise de fonctions de Barack Obama à la Maison Blanche, grâce à la diplomatie pro-vie de l’administration Trump.

À la suite d’un revirement spectaculaire, les Philippines et l’Indonésie ont supprimé toutes les mentions relatives à la « santé sexuelle et reproductive » de la résolution annuelle sur la violence à l’égard des femmes qu’elles co-parrainent chaque année à l’Assemblée générale. Le délégué des Philippines qui a présenté le projet pour adoption a souligné que « nous ne pouvons accepter aucun texte faisant allusion à l’avortement en tant que licite ».Les pays européens et nordiques, ainsi que leurs partisans en Amérique latine, ont vivement critiqué le gouvernement Trump pour avoir ravivé le problème de l’avortement à l’ONU, un débat qu’ils pensaient avoir gagné en 2009.

Lorsque les États-Unis ont tenté de modifier d’autres résolutions, visant à modifier le libellé « éducation sexuelle » et « santé en matière de sexualité et de reproduction », que les agences des Nations Unies utilisent pour promouvoir l’avortement et l’homosexualité, les Européens et les Nordiques ont profité de l’occasion pour réprimander la délégation américaine.

« Il est essentiel de ne pas revenir sur nos engagements communs. Nous ne pouvons pas saper le cadre normatif qui sous-tend notre travail », a déclaré un délégué de l’Argentine au nom d’une coalition de pays principalement d’Europe et d’Amérique latine.

Comme prévu, les amendements pro-vie ont échoué par une marge de soixante-dix voix, mais ont été appuyés jusqu’à trente pays.

Les déclarations des critiques de la politique pro-vie américaine étaient exceptionnellement dures et livrées avec colère et frustration. Certains délégués ont accusé, de mauvaise foi, les États-Unis d’avoir « annulé » les mesures de protection de la santé des enfants.

L’administration Trump a répondu par les mots du président Trump adressés à l’Assemblée générale en septembre : “Les Américains ne se lasseront jamais de défendre des vies innocentes”.

« Les États-Unis croient à la protection juridique des enfants à naître et rejettent toute interprétation des droits de l’homme internationaux (telle que l’observation générale 36 sur le Pacte international relatif aux droits civils et politiques) dans le sens de l’imposition à tout état membre de garantie un accès sûr, juridique et effectif à l’avortement », a précisé la déclaration.

« Chaque pays a le droit souverain de mettre en œuvre des programmes et activités connexes compatibles avec ses lois et ses politiques. Il n’y a pas de droit international à l’avortement, pas plus que les états ne sont obligés de financer ou de faciliter l’avortement », ajoute le communiqué.

En dépit de la déclaration inhabituellement forte en faveur de la vie, le gouvernement Trump a retenu et promu seulement quelques amendements mineurs en faveur de la vie dans les résolutions de l’ONU sur les enfants et les jeunes. Dans plusieurs résolutions sur les femmes, contenant les mêmes termes controversés, aucun amendement n’a été proposé.

Cette incohérence, combinée au nombre limité de diplomates américains engagés en faveur de la cause de la vie, a probablement découragé des pays qui pourraient être plus compréhensifs envers les États-Unis, mais vulnérables aux pressions de l’Union Européenne. L’UE, contrairement aux États-Unis, a une approche systématique cohérente de la « santé sexuelle et reproductive » dans toutes les résolutions. L’UE soutient également sa diplomatie onusienne par des pressions et des incitations financières en faveur des capitaux étrangers. En dépit de ce déséquilibre dans la puissance de frappe diplomatique, les États-Unis bénéficiaient du soutien d’une trentaine de pays.

Source : https://c-fam.org/friday_fax/la-politique-pro-vie-de-trump-entrave-les-debats-de-lassemblee-generale/

© 2019 C-Fam (Center for Family & Human Rights).
Permission accordée d’utiliser cet article sans restrictions, à condition d’en citer la source.

Leave a Reply

Translate »