Skip to main content

LA RUSSIE MENACE DE GUERRE NUCLÉAIRE

By 12 février 2022AVERTISSEMENT
Partager avec les autres

DE ADAM ELIYAHU BERKOWITZ | 10 FÉVR. 2022 | NOUVELLES BIBLIQUES

  • Ô mortel, tourne ta face vers Gog du pays de Magog, le prince en chef de Méschec et de Tubal. Prophétisez contre lui Ézéchiel 38:2 (The Israel Bible TM )

Alors que 135 000 soldats russes soutenus par des chars et de l’artillerie se tiennent à la frontière ukrainienne, le président russe Vladimir Poutine menace de déployer des armes nucléaires tactiques.

Après un entretien téléphonique entre Poutine et le Premier ministre britannique Boris Johnson lundi, le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov a déclaré à l’agence de presse publique RIA Novosti que la Russie « répondra militairement » si l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) continue d’envoyer une aide militaire à l’Ukraine.

« Un manque de progrès vers une solution politico-diplomatique signifierait que notre réponse sera militaire et militaro-technique », a déclaré Ryabkov, ajoutant que dans une telle situation, la Russie déploierait des armes précédemment interdites dans le cadre des Forces nucléaires à portée intermédiaire (INF ) Traité. Le traité entre l’Union soviétique et les États-Unis signé en 1987 interdisait tous les missiles balistiques terrestres, les missiles de croisière et les lanceurs de missiles d’une portée de 310 à 620 milles (courte portée moyenne) et de 620 à 3 420 milles. Le traité a expiré en 2019, mais aucune des parties n’a décidé de violer l’accord.

De nouvelles images sont apparues cette semaine montrant quatre intercepteurs MiG-31 Foxhound des Forces aérospatiales russes nouvellement déployés armés de missiles hypersoniques Kinzhal dans la base aérienne russe de Chkalovsk à Kaliningrad, à la frontière de la Pologne et de la Lituanie. Des rapports non confirmés suggèrent que 10 ou 11 MiG-31 ont jusqu’à présent été convertis pour transporter et lancer Kinzhal sur une opération avecu deux autres utilisés pour des travaux de test, ce qui suggère qu’il pourrait y avoir cinq des avions à Kaliningrad. La Russie affirme que le missile, capable de transporter une ogive nucléaire de 500 kilotonnes, a une portée de plus de 1 200 milles et vole « à une vitesse hypersonique, dix fois plus rapide que la vitesse du son ».

Poutine a abordé la question lors d’une conférence de presse.

«Je veux le souligner une fois de plus. Je l’ai dit, mais je voudrais vraiment que vous m’entendiez enfin et que vous le livriez à votre public dans la presse écrite, à la télévision et en ligne », a déclaré Poutine. « Comprenez-vous ou non que si l’Ukraine rejoint l’OTAN et tente de ramener la Crimée par des moyens militaires, les pays européens seront automatiquement entraînés dans un conflit de guerre avec la Russie ?

« Bien sûr, le potentiel [militaire] de l’OTAN et de la Russie est incomparable. Nous le comprenons », a déclaré Poutine. « Mais nous comprenons également que la Russie est l’un des principaux États nucléaires, et par certains composants modernes, elle surpasse même beaucoup. »

Selon la Fédération des scientifiques américains, la Russie possède un peu moins de 4 500 ogives nucléaires dans son stock, ce qui en fait la plus grande superpuissance militaire au monde aujourd’hui.

« Il n’y aura pas de gagnants et vous serez entraîné dans ce conflit contre votre volonté », a ajouté Poutine. « Vous n’aurez même pas le temps de cligner des yeux lorsque vous exécuterez l’article 5 »

L’article cinq de l’OTAN, également appelé principe de défense collective, stipule qu’une attaque contre un Allié est considérée comme une attaque contre tous les Alliés.

Poutine a déclaré que pendant 30 ans, la Russie avait tenté de persuader l’Occident de ne pas déplacer l’OTAN vers l’est, mais qu’il y avait « juste un mépris total pour nos préoccupations, nos demandes et nos propositions ».

Le général Mark Milley, président des chefs conjoints, et Avril Haines, directrice du renseignement national, ont déclaré jeudi au Congrès que la Russie prévoyait d’organiser un grand exercice nucléaire à la mi-février pour avertir l’OTAN de ne pas intervenir si elle envahissait l’Ukraine. . La Russie organise généralement un exercice nucléaire chaque année, mais les experts militaires américains pensent que cette année, l’exercice aura lieu plus tôt en raison de la situation.

Les experts militaires estiment que la Russie dispose d’environ 70 % des moyens militaires dont elle a besoin pour une invasion à grande échelle de l’Ukraine, mais qu’elle serait en mesure de déplacer les troupes restantes en quelques semaines.

Plus tôt cette semaine, le président Joe Biden a ordonné le déploiement de 2 000 soldats américains en Pologne et en Allemagne pour contrer le renforcement des troupes russes. Jeudi, un haut responsable de l’administration Biden a déclaré à la presse qu’il y avait des renseignements suggérant que la Russie prévoyait de fabriquer une attaque par l’Ukraine ou l’Occident dans une opération « sous faux drapeau » destinée à créer un prétexte pour une invasion.

L’Ukraine semble disposée à intensifier le conflit, Obama :

« Cela va être un enfer sanglant pour les Russes. » Alexander Kara, un diplomate ukrainien et ancien assistant du ministre de la Défense, a déclaré que les Russes rencontreraient une énorme force de feu et que l’Ukraine n’était pas fatiguée des guerres et était prête à se battre au sommet de sa puissance.

On suppose que l’Ukraine ne possède pas d’armes nucléaires. Avant 1991, l’Ukraine faisait partie de l’Union soviétique et possédait des armes nucléaires soviétiques sur son territoire. Après la dissolution de l’Union soviétique, l’Ukraine détenait environ un tiers de l’arsenal nucléaire soviétique totalisant environ 1 900 ogives, le troisième au monde à l’époque, ainsi que des moyens importants de conception et de production. En 1994, à la demande du président américain Bill Clinton, l’Ukraine a accepté de remettre son stock nucléaire à la Russie pour démantèlement  et d’adhérer au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Cela a été fait avec l’assurance expresse des États-Unis et de la Grande-Bretagne que l’Union soviétique n’envahirait pas l’Ukraine. L’Ukraine n’avait pas les ressources nécessaires pour démanteler ces actifs nucléaires. Lorsque l’Union soviétique s’est effondrée en 1991, l’Ukraine possédait encore un total de 176 ogives nucléaires et plusieurs moyens de déploiement.

Ces accords ont clairement été violés en 2014 lorsque la Russie a envahi puis annexé la péninsule de Crimée depuis l’Ukraine. Obama a été discrètement critiqué pour sa réponse qui s’est limitée à des sanctions, précisément la stratégie que le président Biden a déclaré avoir l’intention d’employer dans la crise actuelle.

Source

Traduit par Pleinsfeux

Leave a Reply

Translate »