Skip to main content

LE GENOCIDE DES TSIGANES, ou la confrontation entre les « possédants » la terre et ceux qui sont pèlerins sur la terre. Le pèlerinage terrestre, une bien biblique notion attachée ici à la culture du peuple aux semelles de vent (tribu perdue). Je connais un pèlerin qui tenta l’aventure de « l’homme aux semelles de vent », un pur Gadgé (non gitan), Arthur Rimbaud car il cherchait le lieu et la formule. Intéressant, à méditer, non? Il se dit qu’il trouva D.ieu sur son lit d’agonie…

Join the discussion 2 Comments

  • Sylvie dit :

    J’ai beaucoup apprécié ce reportage instructif sur les Tziganes dont je ne me souviens pas avoir entendu parler dans mes cours d’histoire. Il est triste de constater qu’ils sont aujourd’hui encore des boucs émissaires, souvent rejetés ici en Suisse par les populations qui les accusent de tous les maux.
    Ce qui m’a aussi interpelée, c’est qu’on les a contraints à avoir un carnet anthropométrique en 1912 puis un carnet de nomade… Je ne peux m’empêcher de faire un rapprochement avec le passeport sanitaire que les gouvernements cherchent à nous imposer aujourd’hui…

    • Haïm Goël dit :

      Quand on trouvera un livre d’Histoire qui parle des tziganes et de bien d’autres choses mises sous le boisseau, il faudra me prévenir et j’irai allumer une nouvelle étoile au firmament de l’humanité. Certains soirs j’ai souvent eu le sentiment que la voie lactée était vraiment incomplète, orpheline. Aujourd’hui, je comprends…

Leave a Reply

Translate »