Le High Tech transforme le soldat de Tsahal en arme fatale

564 vues

L’avenir c’est maintenant: les nouvelles technologies visent à transformer les soldats de Tsahal en armes fatales

Elsec, filiale d’Elbit Systems, dévoile la technologie de pointe utilisée par Tsahal, offrant un aperçu unique de la ligne de front technologique.

«Imaginez une infiltration à travers la frontière nord, un scénario possible qui s’est produit dans le passé et peut se reproduire à l’avenir», déclare Arie Chernobrov, PDG d’Elsec, une filiale d’Elbit Systems, alors qu’il démontre comment la technologie qu’il y a trois ou quatre ans, on considérait comme de la science-fiction à la limite, est maintenant parfaitement intégrée dans l’armée israélienne.

«Si, jusqu’à il y a quelques années, vous receviez une alerte d’un poste de surveillance au sujet d’un ‘Cavalier turc‘ [nom de code de Tsahal pour une tentative d’infiltration à la frontière], et que vous y arriviez pour apprendre seulement que c’était juste un chat qui s’était frotté contre la clôture, aujourd’hui  nous sommes dans un monde complètement différent. «

Il relie les différents systèmes réalisés dans l’usine qu’il dirige, la plupart utilisés par Tsahal, à une démonstration hypothétique de quelque chose qui pourrait certainement se produire dans le monde réel: « Disons que nos systèmes d’identification automatique sont montés à la frontière et identifient le problème. Une unité Golani se rend dans la zone et, en utilisant le système HattoriX, envoie des coordonnées précises de l’endroit où se trouve la menace et dirige le feu sur le «cavalier turc» de manière chirurgicale sans que la force ne se rapproche.

« Si les soldats ont besoin de se rapprocher, ils le font en utilisant la vision nocturne qui leur permet de voir les choses comme s’il faisait jour. Si le commandant le souhaite, il peut transmettre ce qu’il voit directement à l’oculaire du tireur d’élite derrière lui, et le tireur d’élite peut y mettre fin en éliminant la menace. «

Elbit a fourni à Tsahal des milliers de modèles Maccabim et Maccabit qui permettent une vision avancée de la lumière du jour ainsi qu’une vision nocturne de qualité (Autorisation: Elbit)

L’établissement d’Elsec se trouve dans la ville méridionale de Sderot, à seulement quelques kilomètres de la bande de Gaza. L’installation, spécialisée dans les systèmes de visualisation électro-optiques de niveau militaire, est renforcée contre les tirs de roquettes. L’entreprise emploie plus de 200 personnes, dont 80% sont des résidents de la région. Même pendant la pandémie, tout comme lors des opérations militaires à Gaza, elle continue de fonctionner comme d’habitude, avec des employés assemblant manuellement des milliers de dispositifs optiques avancés qui donnent à Tsahal un avantage technologique et rendent les soldats israéliens sur terre, dans les airs et en mer, beaucoup plus efficaces et létaux.

Ces dernières années, des progrès spectaculaires ont été réalisés dans le domaine des portées personnelles des troupes au sol. Si dans le passé, les soldats utilisaient principalement des équipements de vision nocturne qui intensifiaient la lumière des étoiles, aujourd’hui, les systèmes thermiques non refroidis ouvrent la voie, permettant aux soldats au sol de voir leurs cibles jusqu’à 1,5 kilomètre (un mile) comme s’il faisait jour.

Ce n’est pas une théorie ou des capacités futuristes qui sont censées être intégrées à Tsahal: en août dernier, Elbit a déclaré avoir fourni à Tsahal des milliers de lunettes de visée pour armes légères des modèles Maccabim et XACT th64 (Maccabit) qui permettent une vision avancée de la lumière du jour en plus de la qualité de la vision nocturne, sur simple pression d’un bouton.

«Alors que la technologie de vision de la lumière des étoiles est restée la même pendant 20 ou 30 ans, le monde thermique a fait un énorme bond en avant cette décennie. L’armée ne pouvait pas croire, l y a cinq ans, qu’ il y aurait quelque chose comme ça, et il y a dix ans des systèmes comme celui-ci étaient un rêve », déclare Israel Grinwald, vice-président de l’infanterie et des forces spéciales à Elsec. « Nous avons miniaturisé les détecteurs et amélioré les capteurs de façon spectaculaire. Si par le passé les systèmes thermiques refroidis [qui ont un système de refroidissement] dans un tank, pesaient 25 kg, aujourd’hui les systèmes non refroidis pèsent un demi-kilo et la vision à travers eux est meilleure. »

« Le but est de rendre les lunettes aussi petites que possible et la portée aussi longue que possible. Aujourd’hui, vous pouvez tuer un homme à un kilomètre de distance, et contrairement à d’autres moyens, ici vous pouvez entrer dans un tunnel complètement sombre et toujours voir ce que vous faites comme si vous étiez dehors », dit Greenwald.

Dirigeants d’Elsec Kobi Elkabetz, Ronen Shnitzer, Arie Chernobrov, Israel Grinwald et Arie Gutman (Yehuda Peretz)

Ces dernières années, Elbit a vanté son travail de promotion du soldat du futur. Grâce à divers systèmes avancés de réalité augmentée et de connectivité, les soldats deviennent beaucoup plus efficaces sur le champ de bataille. Chernobrov explique que les systèmes d’aujourd’hui sur des milliers de fusils de l’armée israélienne utilisent un système Android et incluent le WIFI et le Bluetooth intégrés, tout comme votre smartphone. Cela permet au commandant sur le terrain de placer des soldats dans des endroits clés et de voir la situation dans son ensemble, ou de permettre aux officiers supérieurs et aux salles de guerre de surveiller la bataille de loin et d’avoir une image plus complète de ce qui se passe.

« Nos télescopes peuvent renvoyer l’image à la salle de guerre ou au commandant sur le terrain. Il suffit de déployer des soldats sur le terrain et le commandant peut voir ce qu’ils voient à l’aide d’une tablette. S’il le souhaite, il peut diriger un tireur d’élite, avec une lunette d’une portée de 2 000 mètres, qui peut tirer et éliminer la menace. Et tout cela peut être diffusé au quartier général. Vous pouvez retransmettre le champ de bataille d’une bien meilleure manière – un groupe de soldats qui va sur le terrain et transfère en temps réel toutes les informations aux décideurs. «

Il est intéressant de noter qu’Elbit dispose de technologies très avancées, utilisant des batteries standard (piles), comme celles que vous pouvez acheter dans un supermarché ou une épicerie locale. L’avantage de ceci est qu’en cas de besoin, les soldats peuvent s’équiper en territoire ennemi beaucoup plus simplement, sans avoir besoin de parachuter des fournitures ou de risquer d’autres soldats en leur demandant d’entrer sur le terrain pour livrer des batteries spéciales. « Ces appareils utilisent des piles simples, tout à fait standard, que vous pouvez acheter dans une épicerie comme celles que votre enfant a dans sa petite voiture téléguidée. »

Systèmes de visualisation électro-optiques d’un tireur d’élite produit par Elbit (Autorisation: Elbit)

Outre les petits appareils, Elsec en a également beaucoup plus gros, qui donnent une image plus large du champ de bataille ou de la frontière. Le système SupervisIR produit par l’entreprise offre un point d’observation particulièrement large, de jour comme de nuit, de la zone, et contrairement au passé, il peut identifier des cibles par lui-même et passer directement à une caméra de palpage équipée d’une mesure laser. «C’est un monde différent de ce que nous connaissions il y a quelques années. Les détecteurs ont une résolution beaucoup plus élevée, des capacités de traitement plus fortes, et l’IA et les capacités automatiques vous permettent de faire beaucoup plus confiance à la machine et moins à l’humain.

Dans un événement comme l’infiltration de terroristes dans le kibboutz Zikim, par exemple, aujourd’hui, le système identifierait automatiquement les terroristes et se concentrerait sur eux, de jour comme de nuit. Ces systèmes, dit Tchernobrov, seront encore plus avancés dans les prochaines années et fourniront un contrôle plus important qui scellera hermétiquement les frontières de l’État d’Israël.

Tchernobrov révèle un nouveau système appelé HattoriX (photos de Une) qui apporte à toute unité d’infanterie des capacités qui n’existaient autrefois que dans des unités spéciales. « C’est un système dont le but est l’acquisition d’objectifs que n’importe quel soldat de n’importe quelle brigade d’infanterie peut opérer. Si dans le passé l’acquisition d’objectifs n’existait que dans des unités spéciales, aujourd’hui l’ordinateur fait le travail automatiquement. »

Ronen Shnitzer, vice-président des systèmes de sécurité et de surveillance, explique: « Nous avons vu pendant la guerre en Crimée que toute arme avec une once de rayonnement était susceptible d’être touchée par un missile, tout ce qui tirait dans l’arène – était potentiellement touché, nous avons donc développé un concept basé sur le traitement d’image.  » Contrairement à une technologie plus avancée, le système HattoriX a recherché des images du terrain de combat et lorsque le soldat photographie la zone dans laquelle il se trouve et soumet l’image à l’outil d’analyse, il reçoit des coordonnées exactes. « Vous ne voulez pas bombarder par erreur une maison, et donc on doit être précis, et c’est ce que ce système fournit. Le système donne la possibilité de savoir à 100% que c’est la bonne cible, et s’il n’y a aucune confirmation que le repère est correct, alors l’armée de l’air ou l’artillerie n’attaquent pas la cible. «

« Il y a quelques années, il y avait un officier supérieur ici qui a dit que si cela fonctionnait, il mangerait son chapeau », sourit Greenwald et résume les capacités avancées qui sont déjà utilisées par l’armée israélienne et devraient changer la façon dont la prochaine guerre apparaîtra, ainsi que les activités de routine du présent. « Il est revenu deux ans plus tard à un poste plus élevé et a demandé un chapeau.(à avaler) »

israelhayom.com

Adaptation : Marc Brzustowski

Leave a Reply

Translate »