was successfully added to your cart.

Le site du procès de Jésus vraisemblablement découvert à Jérusalem

By 4 février 2015Etz Be Tzion


Le site du procès de Jésus vraisemblablement découvert à Jérusalem

Image à la Une : Des nonnes chrétiennes orthodoxes portent des bougies et des fleurs en marchant le long de la Via Dolorosa dans la Vieille Ville de Jérusalem. (Photo: Yonatan Snidel / Flash90)

Les archéologues ont annoncé qu’ils auraient découvert l’emplacement précis du procès de Jésus, et ce n’est pas le long de la traditionnelle voie ‘Via Dolorosa’, a annoncé le journal Haaretz.

Le site, découvert il y a près de 15 ans sous un poste de police près de la Tour de David, avait été excavé pour servir de musée archéologique aux enfants, et il correspond aux descriptions de l’Evangile selon St Jean. Le site a été fermé depuis.

Le procès de Jésus se serait tenu au Prétoire, mais le terme, qui signifie le lieu où des décisions militaires importantes sont prises, a changé d’usage au fil du temps, passant du sens de ‘tente du général’ à celui de ‘poste de hauts fonctionnaires’.

Aujourd’hui, la Via Dolorosa commence à la forteresse Antonia à l’extrémité opposée de la ville. Cependant, les chercheurs depuis longtemps comptaient remettre en cause cette identification.

Le révérend David Pileggi, ministre de l’Eglise du Christ située à proximité du musée, a dit au journal britannique, The Daily Mail, que la découverte d’une tache entre une grille et une pierre inégale sur la chaussée, comme décrite dans l’Evangile, confirme « ce que tout le monde attendait depuis longtemps, que le lieu du procès était près de la Tour de David « .

Shimon Gibson, professeur d’archéologie à l’Université de Caroline du Nord à Charlotte, a déclaré au journal: «Il n’y a, bien sûr, aucune inscription indiquant que cela s’est passé ici, mais les comptes rendus historiques, évangéliques et archéologiques concordent tous et font sens».

D’autres découvertes fascinantes ont été réalisées sur le site. Sous sa forme moderne, la station de police a été créée dans les années 1830, mais elle a été utilisée à des fins similaires à peu près à toutes les époques précédentes. Les traces archéologiques sur le site remontent au Premier Temple. Haaretz a indiqué que «les Croisés, les musulmans, les Byzantins, les Romains, les Hasmonéens, les rois de Judée et Hérode lui-même, tous ont laissé des vestiges de murs ou forteresses en sous-sol.»

Un bassin de l’époque des croisés a apporté la preuve qu’il était utilisé pour la teinture des peaux d’animaux, venant étayer les récits historiques rapportés par le voyageur du 12ème siècle Benjamin de Tudela selon lesquels  les Juifs qui vivaient là, teignaient les peaux.

Un système d’égouts de l’époque d’Hérode sous la piscine a remplacé un mur de l’époque des Hasmonéens, qui lui-même avait été construit sur les ruines d’un mur de l’époque biblique. Le plâtre du mur biblique est semblable à celui trouvé dans le Tunnel d’Ezéchias dans la Cité de David,[City of David] et tous les deux remontent à la même époque.

L’archéologue Amit Re’em de Israel Antiquities Authority explique que le mur Hasmonéen a été intentionnellement détruit pour faire place au mur de soutènement d’Hérode.

« Il y a deux explications au fait que les constructeurs d’Hérode ont détruit le mur des Hasmonéens, » a dit à Haaretz,  Re’em, désormais archéologue en chef du District de Jérusalem. «La première est que c’était une nécessité d’ingénierie en raison du changement dans les angles des murs. La seconde est une explication politique : Hérode voulait détruire les murs pour symboliser le fait qu’il était le successeur de Hasmonéens».

Ce site est unique, dit Re’em. « C’est l’un des seuls endroits où vous pouvez voir le continuum archéologique, toute l’histoire de Jérusalem, du mandat britannique à l’époque du Premier Temple. Ici, vous comprenez ce qu’est la Vieille Ville et la densité archéologique du lieu « .

Le site fait partie des visites touristiques du Musée de la Tour de David, et les guides ont reçu toutes les instructions pour expliquer sa signification. Actuellement, le site est réservé aux seules visites de groupes et non aux visites individuelles.

Aussi intéressante que soit cette découverte, elle n’est pas susceptible de changer une tradition qui remonte au Moyen Age.

“Ce qui rend un lieu saint est le fait que les gens y sont allés pendant des centaines d’années, pour prier, pleurer et même fêter, donc je ne pense pas que l’itinéraire sera modifié de sitôt», a déclaré Pileggi au Daily Mail.

Ahuva Balofsky – 1er février 2015

http://www.breakingisraelnews.com

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

Leave a Reply

Translate »