was successfully added to your cart.

Le voyage du pape François prévu en Israël tourne déjà au cauchemar.

By 13 mai 2014 Etz Be Tzion

Jerusalem2

Michel Garroté, réd en chef — En ma qualité de catholique, je note avec tristesse que la dhimmitude et l’israélophobie sont au menu de la visite du pape François en Israël. Ainsi, le patriarche catholique maronite Bechara Raï, chef de la principale communauté chrétienne au Liban (ou devrais-je écrire au « Hezbollistan » ?), a annoncé qu’il accompagnerait le pape François en Terre Sainte. Mais il a expliqué sa démarche de façon curieuse : « Je ne me rends pas en Israël, mais en Terre sainte. Il ne s’agit en rien d’une visite politique mais religieuse. Le pape se rend en Terre Sainte et à Jérusalem. Il va dans le diocèse du patriarche et il est normal que ce dernier l’accueille », a-t-il déclaré (ndmg – Mgr Raï est patriarche maronite d’Antioche et de tout l’Orient).

Plusieurs membres éminents du clergé maronite se sont exprimés dans les médias, pour dénoncer les attaques, proférées au Liban, contre Mgr Bechara Raï. Mais ce même clergé, visiblement en état de dhimmitude extrême, en profite pour formuler des allégations mensongères envers l’Etat hébreu et pour cracher son venin israélophobe. C’est à se demander si Israël ne ferait pas mieux de déclarer Mgr Raï persona non grata (le patriarche pourrait être muni d’un passeport diplomatique émis par le Vatican, ce qui rend difficile, mais pas impossible, de le déclarer persona non grata).

Le patriarche « n’a pas pour objectif de signer un traité de paix avec Israël », a répliqué l’évêque maronite Samir Mazloum. Le directeur du centre catholique d’information (CCI), le père Abdo Abou Kasm, a évidemment tenu à rappeler, l’air de rien, que le patriarche, qui utilisera pour ce voyage un passeport diplomatique émis par le Vatican, ne rencontrera aucun responsable israélien au cours de sa visite. En revanche, il rencontrera le « président » de « l’Autorité palestinienne » Mahmoud Abbas.

Propos lamentables, si l’on se souvient que pendant des décennies, les terroristes de l’OLP ont assassiné des chrétiens maronites libanais et ont créé un Etat terroriste palestinien de non-droit au sein-même de l’Etat du Liban. Oui, vraiment, les propos du père Abdo Abou Kasm sont lamentables.

Le patriarche Béchara Raï a reçu le soutien du « président » de « l’Autorité palestinienne », Mahmoud Abbas, qui a salué la perspective de la visite de Mgr Raï à Jérusalem. « Cette visite représentera une contribution importante à la préservation de la résistance et de l’arabité de Jérusalem et de la Palestine », a affirmé Mahmoud Abbas, qui a contacté le patriarche maronite par téléphone. « Vous êtes le bienvenu, vénérable hôte de la Palestine, tête de l’Église maronite dont l’histoire est prestigieuse dans la préservation de l’arabité en tant que langue et culture. Vous êtes le bienvenu dans votre deuxième patrie, la Palestine », a souligné Abbas.

« Cette visite n’est en aucun cas une normalisation avec Israël », a précisé M. Abbas, critiquant les détracteurs du patriarche, notamment ceux qui font de la surenchère et ceux qui ont des agendas privés et qui contestent toute visite de la Palestine et de Jérusalem parce qu’ils se trouvent sous occupation. « Ceux-là paraissent se soumettre au fait accompli », a-t-il noté.

Abbas a exprimé toute son appréciation vis-à-vis de la décision du patriarche Raï et de ses déclarations concernant sa visite à Jérusalem. « Il a exprimé dans ses propos le souci le plus profond et le plus sincère de préserver l’arabité de Jérusalem et la présence islamo-chrétienne dans cette ville menacée au quotidien par la judaïsation », a-t-il ajouté. « Cette visite contribue à la résistance de l’arabité de Jérusalem et à la consolidation de la fraternité islamo-chrétienne, loin de la politique et de l’extrémisme », a conclu Abbas.

La Ligue maronite a elle aussi dénoncé dans un communiqué la campagne dirigée contre le patriarche maronite, appelant à ce que cela cesse immédiatement. « Ces critiques desservent l’unité nationale dans ces circonstances délicates », a souligné la Ligue (ndmg – il n’y a pas d’unité nationale au Liban…). « Les artisans de la campagne doivent revenir aux faits suivants : la visite du patriarche en Terre sainte est de nature strictement spirituelle. Il ne s’agit pas d’une visite politique. Ce sera une occasion de communiquer avec les fils de sa communauté en Palestine occupée pour les inciter à rester attachés à leur terre et à rejeter toute forme de normalisation, et à repousser toutes les pressions et toutes les tentations visant à les pousser à renoncer à leurs convictions nationales », a ajouté la Ligue.

« Le patriarcat maronite n’est pas limité aux frontières libanaises. Il englobe Antioche et tout l’Orient. La visite du patriarche Raï en Terre sainte se trouve au cœur de ses responsabilités spirituelles en tant que pasteur de son Église », a-t-elle poursuivi.

« Cette visite vise à consolider la présence chrétienne en Orient et à inciter les chrétiens à prendre conscience de l’importance de leur attachement fixe à leur terre du message, berceau du christianisme, et à écouter les appels à ne pas émigrer et à conserver leurs racines », a osé écrire la Ligue maronite qui ferait mieux de mettre ses paroles en pratique au Liban en détruisant le Hezbollah au lieu de délirer à propos d’Israël.

Comme écrit plus haut, le patriarche Raï est lui-même monté au créneau pour insister sur le fait que sa visite n’a absolument rien à voir avec Israël. « Est-il concevable que l’on m’interdise de visiter mon peuple ? En tant que patriarche, il est de mon devoir de faire ce genre de visites », a-t-il affirmé. « Je ne me rends pas en Israël, mais en Terre sainte », a-t-il souligné.

Cette opération israélophobe coïncide avec la visite de Mgr Raï en France. Trois questions : 1- le Quai d’Orsay est-il mêlé à cette manoeuvre ? 2- Le nonce apostolique en France est-il mêlé à cette manoeuvre ? 3- L’épiscopat français est-il mêlé à cette manoeuvre ?

Dans ce cas, le mieux ne serait-il pas que Mgr Raï ne se rende ni en Israël, ni en Terre sainte ? Autrement dit, que le pape François se rende en Israël, mais sans cette satanée délégation libanaise ?

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté réd en chef www.dreuz.info

Join the discussion 2 Comments

  • Dan Peled dit :

    « Il a exprimé dans ses propos le souci le plus profond et le plus sincère de préserver l’arabité de Jérusalem et la présence islamo-chrétienne dans cette ville menacée au quotidien par la judaïsation »
    On croit rêver, c’est un sommet de mauvaise foi, de négationnisme et d’antisémitisme .
    Il faudrait lui offrir un visa pour la Syrie à Bechara Raï pour qu’il puisse faire la comparaison.

    • Haïm Goël dit :

      Non, cher Dan Peled, il ne s’agit pas d’un mauvais rêve mais bien d’un ancien cauchemar toujours réactivé, l’antisémitisme « chrétien » et la démonstration qu’en milieux dénominationnels et pyramidaux, les hommes sont prêts à tous les compromis pour défendre leur « bout de gras » (ce qui peut concerner aussi tout « évangélique » ou même « messianique ») et leurs somptueuses parures qui camouflent si mal leur odieuses natures rentrées. Si vous saviez de quel sentiment étrange je suis pris lorsqu’à Jérusalem je croise certains de ces religieux (orthodoxes, grecs ou russes ou franciscains, ou autre). Toujours ils avancent en rue, « majestueux », bien nourris de nourritures terrestres et idéologiques (ah, le savant mélange, l’alchimie du rot et du rat!). Ils sont gros, énormes et comme habités d’une violence d’autant plus inouïe et effrayante qu’intériorisée, difficilement retenue. Car enfin le cadre n’est plus tout à fait celui des croisades. Et dès lors…. A croiser leurs regards plus qu’hautains (eux ne regardent personne, leur regard est tourné vers l’intérieur, vers un eux-mêmes suffisant) je frémis en pensant à ce qui se passerait s’il n’y avait la souveraineté israélienne actuelle sur la ville. Parfois je me demande quel est le pire terrorisme, le leur ou celui des djihadistes. Ces hommes-là sont la terreur peut-être la plus redoutable de toutes. Plus redoutables que la bombe, le poignard, le poison de la désinformation, du crétinisme bobo-fascisant des cénacles d’Europe (pas tous heureusement). Ces terroristes-là pratiquent et soutiennent la haine du berceau juif de celui dont ils se réclament pourtant: « Yeshoua ». Ces terroristes-là sont les pires ennemis des juifs et des chrétiens dignes de ce nom.
      Shalom
      Haim

Leave a Reply

Translate »