was successfully added to your cart.

L’Eglise épiscopale veut utiliser des mots de genre neutre dans le Livre de la Prière Commune / Dreuz

By 8 juillet 2018Monde

L’Eglise épiscopale veut utiliser des mots de genre neutre dans le Livre de la Prière Commune

Christian Larnet
8 juillet 2018

Les termes pour Dieu, dans le langage des prières écrites depuis des siècles, ont presque toujours été masculins : Père. Roi. Seigneur.
Et dans l’Église épiscopale américaine, le langage de la prière est important. Le Livre de la Prière Commune, le texte utilisé dans chaque congrégation épiscopale est chéri comme un élément central de l’identité épiscopale.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Cette semaine, l’église discute de l’opportunité de réviser ce livre de prières – en grande partie pour montrer clairement que Dieu n’a pas de sexe.

L’Église épiscopale examine deux résolutions :

L’une propose une refonte complète du Livre de prières communes.
L’autre propose une étude intensive de trois ans du livre tel qu’il est, pendant la convention triennale de la dénomination à Austin, Texas, qui a commencé mardi.
Ceux qui soutiennent la proposition de changer le Livre de prières communes ont dit que la refonte est nécessaire pour promouvoir la neutralité entre les sexes.

« Tant que ‘les hommes’ et ‘Dieu’ sont dans la même catégorie, notre travail vers l’équité ne sera pas complet », a dit le Révérend Wil Gafney, professeure de Bible hébraïque à la Brite Divinity School, rapporte le Washington Post.

Alors que certains partisans de la révision, comme Gafney, plaident en faveur d’un langage non sexué, d’autres militent en faveur d’un langage affirmant que les chrétiens ont le devoir de gérer la Terre, en ajoutant le mariage homosexuel à la liturgie et en ajoutant une cérémonie liturgique de changement de nom pour les transgenres.

« Tant qu’un Dieu masculin reste au sommet de la pyramide, rien d’autre n’a d’importance », a dit Madame Gafney. « Nous construisons un cadre théologique dans lequel nous parlons de l’égalité des sexes… puis nous disons que ce qui est le plus sacré dans l’univers est uniquement et exclusivement masculin. Cela défait une partie de la théologie clé qui dit que nous sommes égaux aux yeux de Dieu, nous sommes pleinement créés à l’iL’Eglise épiscopale veut utiliser des mots de genre neutre dans le Livre de la Prière Commune

Christian Larnet
8 juillet 2018

Les termes pour Dieu, dans le langage des prières écrites depuis des siècles, ont presque toujours été masculins : Père. Roi. Seigneur.
Et dans l’Église épiscopale américaine, le langage de la prière est important. Le Livre de la Prière Commune, le texte utilisé dans chaque congrégation épiscopale est chéri comme un élément central de l’identité épiscopale.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Cette semaine, l’église discute de l’opportunité de réviser ce livre de prières – en grande partie pour montrer clairement que Dieu n’a pas de sexe.

L’Église épiscopale examine deux résolutions :

L’une propose une refonte complète du Livre de prières communes.
L’autre propose une étude intensive de trois ans du livre tel qu’il est, pendant la convention triennale de la dénomination à Austin, Texas, qui a commencé mardi.
Ceux qui soutiennent la proposition de changer le Livre de prières communes ont dit que la refonte est nécessaire pour promouvoir la neutralité entre les sexes.

« Tant que ‘les hommes’ et ‘Dieu’ sont dans la même catégorie, notre travail vers l’équité ne sera pas complet », a dit le Révérend Wil Gafney, professeure de Bible hébraïque à la Brite Divinity School, rapporte le Washington Post.

Alors que certains partisans de la révision, comme Gafney, plaident en faveur d’un langage non sexué, d’autres militent en faveur d’un langage affirmant que les chrétiens ont le devoir de gérer la Terre, en ajoutant le mariage homosexuel à la liturgie et en ajoutant une cérémonie liturgique de changement de nom pour les transgenres.

« Tant qu’un Dieu masculin reste au sommet de la pyramide, rien d’autre n’a d’importance », a dit Madame Gafney. « Nous construisons un cadre théologique dans lequel nous parlons de l’égalité des sexes… puis nous disons que ce qui est le plus sacré dans l’univers est uniquement et exclusivement masculin. Cela défait une partie de la théologie clé qui dit que nous sommes égaux aux yeux de Dieu, nous sommes pleinement créés à l’image de Dieu ».

Si la résolution est adoptée, ce sera la première révision par l’Église épiscopale du Livre de prières communes depuis 1979, bien que la version révisée ne sera pas prête avant 2030.

Le Livre de prière commune, adapté du livre de prière anglican du même nom écrit en 1549, constitue la liturgie officielle de l’Église épiscopale américaine et fait donc partie intégrante de la théologie épiscopale, selon Mgr Jeffrey Lee, évêque de Chicago.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

http://dailycaller.com/2018/07/03/prayer-book-gender-neutral/?utm_medium=social&utm_source=twitter&utm_campaign=site-sharemage de Dieu ».

Si la résolution est adoptée, ce sera la première révision par l’Église épiscopale du Livre de prières communes depuis 1979, bien que la version révisée ne sera pas prête avant 2030.

Le Livre de prière commune, adapté du livre de prière anglican du même nom écrit en 1549, constitue la liturgie officielle de l’Église épiscopale américaine et fait donc partie intégrante de la théologie épiscopale, selon Mgr Jeffrey Lee, évêque de Chicago.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

http://dailycaller.com/2018/07/03/prayer-book-gender-neutral/?utm_medium=social&utm_source=twitter&utm_campaign=site-share

Leave a Reply

Translate »