was successfully added to your cart.

Les problèmes d’une solution à deux Etats ! Malaassot – le blog de mordehai – ! ברוך הבא

Pourquoi un Etat palestinien serait une catastrophe pour Israël et la région.
Par  Joseph Puder
https://www.frontpagemag.com/fpm/269705/troubles-two-state-solution-joseph-puder
Adaptation Mordeh’aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien​​​​
Howard Kohr,  le président-directeur général de l’AIPAC’S (le Comité d’Affaires publiques d’Israël Américain) a créé un peu de tumulte parmi de certaines organisations juives quand il a déclaré lors de la conférence de l’AIPAC plus tôt ce mois-ci que, “ Nous devons travailler vers cet avenir: deux états pour deux peuples. Un Juif avec les frontières sûres et défendables et un Palestinien avec son propre drapeau et son propre avenir.” C’était une réitération de l’appel de l’année dernière de l’administration américaine pour entreprendre un pas qui “Pourrait créer un climat qui encouragerait les Palestiniens à négocier dans la poursuite du but que nous désirons : un état juif d’Israël vivant côte à côte dans la paix et la sécurité avec un état palestinien démilitarisé.”
Il ne fait aucun doute que les motivations de Howard Kohr sont pures et honorables dans la recherche d’un Israël sûr aux côtés d’un État palestinien pacifique et démilitarisé. Malheureusement, la réalité dicte le contraire. En ce moment, nous avons vraiment besoin de résoudre plus qu’une question à deux états. Nous avons une troisième question d’état et c’est le Hamas qui a gouverné la bande de Gaza. Le Hamas a juré de se battre jusqu’à la libération de toute la Palestine et la destruction d’Israël. Le Los Angeles Times a rapporté (1er mars 2017), « Dans un changement, le nouveau document (en ce qui concerne le Pacte-JP du Hamas), approuve formellement l’objectif d’établir un état palestinien à Gaza et en Cisjordanie, avec Jérusalem comme capitale, dans le cadre d’un «consensus national» parmi les Palestiniens (c’était au cours du processus de réconciliation avec le Fatah et l’Autorité Palestinienne-JP). Bien que cela puisse être une reconnaissance tacite de l’existence d’Israël, la révision s’arrête bien loin de reconnaître Israël, et réaffirme les appels à la résistance armée pour une « libération complète de la Palestine » du fleuve à la mer.
La tentative d’assassinat du Premier ministre de l’Autorité palestinienne (AP), Rami Hamdallah, au début du mois à Gaza, a mis un terme aux efforts de réconciliation entre le Hamas et l’AP, dominée par le Fatah. Le porte-parole du Fatah et membre du Conseil révolutionnaire, Osama al-Qawasmi, a déclaré: « Le Hamas est entièrement responsable de cette opération lâche qui visait la patrie, la réconciliation et l’unité. Cet acte de lâcheté est en dehors de nos valeurs et de nos relations nationales et a des répercussions. »Il est clair que même si le président de l’AP Mahmoud Abbas revenait à la table des négociations, le Hamas poursuivra sa campagne de terreur contre Israël. Le Hamas ne veut pas céder le contrôle de ses armes, de ses roquettes ou de ses mortiers à l’AP.  ​​​​​​​
En décembre 1998, le président Bill Clinton a répondu à la lettre d’Arafat. Il a remercié Arafat pour le mouvement en janvier de la même année, qui aurait supprimé et modifié l’appel de la Charte palestinienne pour la destruction d’Israël, par le vote verbal des armes levées du Conseil national palestinien (PNC). La Charte palestinienne précise à l’article 33 tel qu’amendé en 1968, que la charte ne peut être changée que si les 2/3 de ses membres se sont réunis pour voter sur le changement. Cela ne s’est pas produit. Il est tout à fait clair que l’Autorité Palestinienne est toujours attachée à la destruction d’Israël, bien que sans utiliser ouvertement le verbiage extrémiste que le Hamas utilise. L’incitation continue à la violence et à la terreur par Mahmoud Abbas, et tout l’appareil éducatif et informatif de l’AP qui prône la haine des Juifs et d’Israël,
L’idée qu’un futur État palestinien adhèrerait à un «état démilitarisé» est totalement irréaliste, surtout si l’on considère l’histoire et la nature des régimes arabes. Louis Rene Beres, professeur émérite de droit international, a même souligné que «si le gouvernement d’un État palestinien souverain était prêt à se considérer comme lié par un accord préalable à la démilitarisation, dans ces circonstances improbables, le nouveau gouvernement palestinien Le gouvernement arabe pourrait probablement identifier un prétexte amplement suffisant et la possibilité d’invoquer une résiliation « conventionnelle» légale .
La Palestine pourrait se retirer d’un tel accord en raison de ce qu’elle considérerait comme une  » violation matérielle « , une violation présumée par Israël, qui aurait porté atteinte à l’objet ou au but de l’accord. Il pourrait également indiquer ce que le droit international appelle Rebus sic stantibus: «l’abrogation permise », plus connue sous le nom de «changement fondamental des circonstances». Si la Palestine se déclarait vulnérable à des dangers auparavant invisibles, peut-être même des forces d’intervention ou des forces d’autres armées ou insurrections arabes qu’elle pourrait prétendre vouloir occuper, elle pourrait légitimement mettre fin à son engagement codifié de rester démilitarisé.  ​​​​​​​
Il y a une autre raison pour laquelle tout espoir de démilitarisation palestinienne doit rester insupportable. Après la proclamation de l’indépendance, un gouvernement palestinien – tout gouvernement palestinien – pourrait invoquer des erreurs de fait ou des situations de contrainte particulières avant l’indépendance pour justifier l’annulation sélective d’un accord. À cet égard, les motifs qui peuvent être invoqués en droit interne pour invalider des contrats pourraient également s’appliquer en vertu du droit international, qu’il s’agisse de traités ou, comme dans le cas présent, d’ accords de moindre portée conventionnels. « 

Le professeur Beres a souligné que, selon la « Convention de Vienne sur le droit des traités» (1969) , un traité authentique doit toujours être entre États . »Beres soutient que« tout traité ou traité semblable à un traité est nul si, au son entrée en vigueur est en contradiction avec une règle « impérative » du droit international, c’est-à-dire une règle à laquelle « aucune dérogation n’est permise ». Comme le droit des États souverains de maintenir des forces militaires pour la légitime défense est toujours une telle règle, la Palestine aurait légalement le droit d’abroger tout accord antérieur à l’indépendance qui avait (de façon inadmissible) obligé sa propre démilitarisation. « 

L ‘«expérience de Gaza de 2005» du retrait unilatéral de Gaza a enseigné à Israël une douloureuse leçon. Une fois qu’il aura quitté la terre, il deviendra finalement une base pour des attaques terroristes contre ses villes et ses citoyens. Avec les grandes villes israéliennes à portée de tir d’un Etat palestinien, sans parler des roquettes, la vie à l’intérieur d’Israël deviendrait impossible. Les attaques terroristes palestiniennes et les représailles israéliennes serviront d’excuse pour que le futur État de Palestine rejette la démilitarisation. Les garanties internationales, même par ses alliés les plus proches, n’auront aucune signification. Israël a appris cette leçon après la campagne du Sinaï en 1956. Les garanties des puissances maritimes (y compris les États-Unis) n’ont pas empêché le dictateur égyptien Abdul Nasser de fermer les détroits de Tiran et le canal de Suez à la navigation israélienne. La communauté internationale n’a rien fait.

Une solution à un Etat dans laquelle Israël absorberait environ deux millions de Palestiniens en tant que citoyens n’est pas non plus une solution idéale. Ce n’est pas tellement la menace démographique comme autrefois, mais plutôt une menace pour la paix dans le pays, où deux cultures seront en conflit. La solution idéale est peut-être que le Royaume de Jordanie se fédère avec les Palestiniens de Cisjordanie. Israël annexerait la zone C aux Accords d’Oslo, où vivent la plupart des 500 000 Juifs, et le Jourdain servirait de frontière internationale entre Israël et la Jordanie, ce qui assurerait la sécurité d’Israël. Les Palestiniens-Arabes auront un drapeau (les drapeaux jordanien et palestinien sont presque identiques), une représentation dans le gouvernement fédéré, peut-être un Premier ministre palestinien (la population jordanienne est déjà à 70% de Palestinienne)

Dans des circonstances normales, de nombreux Israéliens, tout comme Howard Kohr, préféreraient une solution à deux États. Mais les réalités au Moyen-Orient indiquent qu’un autre État autoritaire (et probablement l’État terroriste) ne contribuera pas à la stabilité ou à la paix dans la région. Au contraire, il servirait de point focal de conflit. Peut-être que dans les prochaines générations, les choses pourraient changer, mais pour l’instant, un État palestinien serait un désastre pour Israël et la région

Leave a Reply

Translate »