was successfully added to your cart.

L’Etat islamique doit être pris au sérieux – Guy Millière sur Dreuz.info

By 7 février 2015Lève-toi !

unnamed

Guy Millière – J’ai beau parcourir la presse française, je ne trouve aucune analyse précise de l’action de l’Etat Islamique, qui a fait cette fois l’objet d’un film de vingt deux minutes : l’assassinat du pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh, pris en otage à la mi décembre 2014.

Cet assassinat a été décrit comme atroce, et il est effectivement atroce : condamner quelqu’un à être brûlé vif, et passer de la condamnation à sa mise en œuvre est d’une barbarie abjecte. Que cet assassinat ait fait l’objet d’un film soigné, mis en scène, a été présenté comme tellement immonde que les images devaient être dissimulées : et faire un film de ce genre est effectivement immonde, et constitue un pas supplémentaire dans la pornographie imagière dont use l’Etat Islamique. La décision de dissimuler les images peut se comprendre : ce sont des images insoutenables.

Ce qui doit être énoncé, cela dit, est que ces images vont circuler, être regardées des centaines de milliers de fois sur toute la planète, et qu’elles vont susciter des vocations, et servir au recrutement : l’Etat Islamique ne filme pas pour rien, et sait l’impact des films qu’il diffuse.

Brûler vif un apostat est une pratique conforme à la tradition islamique, depuis bientôt quatorze siècles

Ce qui doit être ajouté est que pour nombre de Musulmans radicalisés et en voie de radicalisation, ces images sont justes et légitimes, et correspondent à un châtiment conforme à l’islam, et non pas une violation des principes de l’islam. L’Etat Islamique a traduit Maaz al-Kassasbeh devant un tribunal islamique qui l’a jugé coupable d’apostasie pour avoir combattu l’Etat Islamique au côté de forces infidèles, et l’a condamné à subir un châtiment équivalent à ses crimes : brûler vif un apostat est une pratique conforme à la tradition islamique, depuis bientôt quatorze siècles.

Le titre de la vidéo : « guérir le coeur des croyants », est tiré d’un verset du Coran 9 :14 :

« Combattez-les (ceux qui s’opposent à l’islam). Allah par vos mains les châtiera, les couvrira d’ignominie, vous donnera la victoire sur eux, et guérira le cœur des croyants ».

Certains ont été porteuses de regrets qu’il n’ait pas souffert assez longtemps et ont suggéré que d’autres châtiments auraient pu lui être infligés : l’empaler et le laisser mourir lentement, par exemple.

Avant que la vidéo ne montre la mort de Maazz al-Kassasbeh, elle cite les « crimes » commis par la Jordanie, présente un entretien avec Maaz al-Kassesbeh où il détaille les missions de l’armée de l’air jordanienne contre l’Etat Islamique, rappelle la liste des pays musulmans qui participent à la coalition, et dénonce le roi de Jordanie comme un « agent sioniste ». De nombreuses réactions, émises par Twitter, ont montré que des Musulmans radicalisés considéraient que la Jordanie avait effectivement commis des « crimes », que les pays musulmans de la coalition étaient criminels, et que le roi de Jordanie était un « agent sioniste ». Ces réactions ont été porteuses de joie devant le châtiment infligé à Maaz al-Kassesbeh. Certains ont été porteuses de regrets qu’il n’ait pas souffert assez longtemps et ont suggéré que d’autres châtiments auraient pu lui être infligés : l’empaler et le laisser mourir lentement, par exemple.

Les préceptes islamiques exigent d’être pris à la lettre

Tous les Musulmans ne sont pas radicalisés, mais les Musulmans qui suivent les préceptes islamiques à la lettre reconnaissent et approuvent les pratiques de l’Etat Islamique, parce que ce sont des pratiques islamiques. Doit-on le préciser, les préceptes islamiques exigent d’être pris à la lettre.

Le fait que Maaz al-Kassasbeh ait été tué par le feu, au milieu de décombres, et que son corps calciné ait été couvert d’éboulis par un bulldozer n’était lui-même pas un hasard du tout : il ne s’agissait pas seulement de brûler vif un apostat, mais d’infliger un châtiment équivalent au « crime » : bombarder, dit l’Etat Islamique, brûle des Musulmans sous les bombes, et les corps finissent sous les éboulis.

Pendant que Maaz al-Kassesbeh était mis à mort, en de multiples lieux sur le territoire de l’Etat Islamique, des femmes étaient violées, éventrées, réduites à l’esclavage, des hommes se faisaient couper la tête au couteau, des homosexuels présumés tels étaient précipités du haut d’immeubles et achevés à coups de pierre, des enfants non musulmans étaient crucifiés vivants, mutilés, torturés.

Aucune de ces pratiques n’est contraire aux préceptes islamiques pris à la lettre. Leur but est de faire peur et de soumettre.

L’Etat Islamique est sérieux et effectivement islamique, et conquérant. Des dirigeants musulmans ne se reconnaissent pas dans cet islam : outre le roi de Jordanie, le Président Sissi en Egypte a prononcé à ce sujet des paroles fortes dont je me suis fait l’écho ici, des oulémas d’Al Azar ont réagi avec fureur au sort réservé à Maaz al-Kassesbeh. Ils ont contre eux ce qu’exigent les textes sacrés de l’islam.

Dans le monde occidental, les dirigeants politiques ne prennent pas l’Etat Islamique au sérieux : ils ont tort. Des imposteurs parlent d’un islam imaginaire, et tentent de glisser sous leur tapis de prière les ignominies commises sur tous les continents au nom de l’islam, depuis très longtemps. Ils se conduisent en imposteurs et disséminent l’anesthésie qui précède le pire.

Un ancien dirigeant de la CIA, à Washington, Mike Morell, il y a deux jours, a dit que pour vaincre l’Etat Islamique, il faudrait des années et une armée au sol, bien formée, d’au moins cent mille hommes. Il a ajouté que seuls les Etats Unis pourraient fournir cette armée, mais ne la fourniraient pas. Il a précisé que si les Etats Unis ne s’étaient pas retirés d’Irak, le monde n’en serait pas là, et que le but de l’Etat Islamique, dans l’immédiat, était de déstabiliser la Jordanie aux fins de faire tomber le roi. Il a prévu que l’Etat Islamique allait, sans doute, se renforcer et susciter l’allégeance d’autres groupes venant s’ajouter aux groupes qui lui ont déjà fait allégeance et que des gens autoradicalisés allaient, plus nombreux, se reconnaître en lui.

Ses propos n’ont semblé intéresser personne en France.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour Dreuz.info.

Leave a Reply

Translate »