Skip to main content

LIVE BLOG: le Hamas menace de reprendre ses tirs (i24News)

By 7 août 2014Etz Be Tzion

Lieberman suggère de boycotter la commission de l’ONU qui examine les possibles « crimes de guerre » d’Israël

AFP

Un haut responsable du Hamas à Gaza, Ismaïl Radwan, a indiqué ce soir, que son mouvement n’acceptera pas de prolongation de la trêve si Israël ne répond pas à ses exigences.

Un des chefs du Hamas a également rejeté la condition principale posée par les Israéliens au cours des négociations pour une trêve prolongée : le désarmement du Hamas et des groupes armés à Gaza, que l’organisation terroriste considère comme une « ligne rouge à ne pas dépasser », selon une source égyptienne.

Parallèlement, la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al Qassam ont également affirmé mercredi soir qu’elle reprendra ses tirs sur le territoire israélien à partir de vendredi 05h00GMT, échéance de la trêve de 72 heures.

Le Hamas et le Djihad islamique ne seraient pas satisfaits de la tournure des négociations au Caire où l’Egypte auraient refusé la plupart des exigences des Palestiniens.

Des médiateurs égyptiens ont relayé mercredi auprès des négociateurs palestiniens les exigences des Israéliens dans le cadre de pourparlers au Caire en vue d’une trêve durable à Gaza, au-delà du cessez-le-feu de 72 heures entamé mardi.

Mais les exigences des deux parties semblent difficilement conciliables, Israël veut empêcher le réarmement du Hamas et des autres groupes armés à court terme et démilitariser la bande de Gaza sur le long terme, ce que le mouvement terroriste au pouvoir à Gaza refuse catégoriquement.

De son côté, le Hamas exige la levée du blocus, l’ouverture des points de passage aux frontières, l’élargissement de la zone de pêche autorisée à 12 miles nautiques et la libération de prisonniers palestiniens.

Des sources proches du Hamas ont déclaré que les Egyptiens ont rejeté certaines des demandes qui ont été présentées par la délégation palestinienne il y a quelques jours, y compris la réouverture du passage de Rafah et la création d’un aéroport, ainsi que la construction d’un port maritime .

L’ex-Premier ministre du Hamas, Ismail Haniyeh, a déclaré que la délégation s’en tenait à ses exigences et ne ferait aucun compromis, assurant qu’Israël ne serait pas en mesure d’obtenir des gains politiques après son « échec » sur le champ de bataille.

Le ministre des Affaires étrangères israélien, Avigdor Lieberman, n’a pour sa part pas « encore décidé » si Israël doit ou non coopérer avec le conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies (UNHRC) qui doit se réunir dans les prochains jours afin d’enquêter sur de possibles « crimes de guerre » d’Israël à Gaza, a rapporté le Jerusalem Post jeudi matin.

Une source diplomatique a indiqué que le ministère pencherait peut-être pour un boycott de la commission de l’ONU, comme il avait été fait en 2009 concernant la commission Goldstone. L’UNHRC est blâmée par la partie israélienne pour ses positions farouchement anti-israéliennes.

AFP

Plus tôt cette semaine, Lieberman, considéré comme ultra-nationaliste, avait surpris son auditoire en évoquant l’option de faire de Gaza un « mandat » au conseil de l’ONU.

Par ailleurs, l’ambassadeur d’Israël aux Nations unies, Ron Prosor, a accusé mercredi ses collègues de « complicité, en permettant aux organisations terroristes comme le Hamas de continuer à exister au Moyen-Orient », au cours d’une Assemblée générale sur la situation à Gaza.

 

Leave a Reply

Translate »