was successfully added to your cart.

L’usine de la mort / Adaptation Mordeh’aï pour malaassot.com

23 mars 2018

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2018/03/the-death-factory/
Adaptation Mordeh’aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien​​​​
Israël et le peuple juif n’ont aucun ennemi plus abject que l’OLP et sa faction dominante, le Fatah.

L’OLP a été fondée en 1964 par la Ligue arabe en tant qu’organisation «palestinienne» dont l’objectif était la «libération de la Palestine par la lutte armée». En 1969, elle a été reprise par le groupe Fatah de Yasser Arafat. En 1993-1994, les accords d’Oslo entre Israël et l’OLP créèrent l’Autorité palestinienne (AP), qui régit les zones dans lesquelles vivent 95% ou plus des Arabes de Judée et de Samarie. L’AP est dirigée par l’OLP (malgré la victoire du Hamas lors des dernières élections présidentielles en 2006) et son président est Mahmoud Abbas, qui est également à la tête de l’OLP et du Fatah.

Probablement plus de Juifs israéliens ont été assassinés par l’OLP et ses factions que tout autre groupe terroriste, y compris le Hamas et le Hezbollah. L’OLP a tout fait pour tuer les civils juifs et surtout les enfants, comme dans le massacre des bus scolaires Moshav Avivim, le massacre de Ma’alot et l’ incident du Bus of Blood (aussi appelé massacre de la route côtière). Voici une liste des « opérations » de l’OLP jusqu’en 2004. Il y en a eu beaucoup plus depuis.

Au début des années 1990, l’OLP a été isolé dans son exil à Tunis et ailleurs, avec peu d’atrocités terroristes récentes à son «crédit» (l’affreux détournement de l’Achille Lauro en 1985 était une exception). Mais en 1993, les soi-disant «architectes d’Oslo» – Yossi Beilin, Yair Hirschfeld, Ron Pundak, Uri Savir et le ministre des Affaires étrangères Shimon Peres – ont négocié un accord avec l’OLP qui le reconnaissait comme le représentant légitime du «peuple palestinien», et ramené les terroristes de l’OLP en Israël pour former l’AP. Voici comment l’historien Efraim Karsh a décrit le résultat :

Pour Israël, cela a été la pire erreur stratégique de son histoire, en établissant une entité terroriste indéracinable à ses portes, en approfondissant ses clivages internes, en déstabilisant son système politique et en affaiblissant sa position internationale. Pour les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, il a asservi les régimes corrompus et répressifs de l’OLP et du Hamas, qui ont renversé l’avènement hésitant de la société civile dans ces territoires, brisé leur bien-être socio-économique et rendu toujours plus éloigné des perspectives de paix et de réconciliation. avec Israël .

Dans leur naïveté et leurs illusions irréalisables, les «architectes» croyaient qu’Arafat avait renoncé au terrorisme et qu’il modifierait le Pacte de l’OLP pour supprimer les articles appelant à la destruction violente de l’État juif. Le Premier ministre Yitzhak Rabin avait des doutes, mais ne pouvait pas s’opposer dès le début au fait accompli sans être considéré comme « contre la paix », et il a rapidement été soumis à une pression massive du président américain Clinton pour conclure un accord.

Arafat a immédiatement commencé son double jeu de parler de la paix en anglais à la communauté internationale et d’inciter la violence en arabe à son peuple. Karsh note,

Les onze années suivantes jusqu’à la mort d’Arafat le 11 novembre 2004, ont offert une réprise, encore et encore, de la même histoire. En s’adressant à des auditoires israéliens ou occidentaux, le président de l’OLP (et ses anciens sbires) aurait loué la « paix » signée avec « mon partenaire Yitzhak Rabin ». Pour ses électeurs palestiniens, il a décrit les accords comme des arrangements transitoires requis par les besoins du moment. . Il fit une allusion constante à la « stratégie par étapes » et au traité de Hudaibiya – signé par Mahomet avec les habitants de La Mecque en 628, pour être renié quelques années plus tard quand la situation changea en faveur du prophète – et insista sur le  » droit de retour, » l’euphémisme standard palestinien / arabe pour la destruction d’Israël à travers la subversion démographique.

Le terrorisme soi-disant abjuré a continué, avec Arafat fournissant secrètement des fonds aux terroristes et même coopérant avec le Hamas (la seule chose sur laquelle ils semblent pouvoir s’entendre est la valeur de tuer des juifs). Après l’échec des pourparlers de Camp David et de Taba en 2000-1, Arafat a déclenché la crapuleuse Deuxième Intifada au cours de laquelle l’OLP et le Hamas ont assassiné ensemble plus de 1000 Juifs israéliens, principalement des civils, et dans lesquels plus de 3000 Arabes palestiniens ont perdu la vie.

 

Plus important encore, dès qu’il a pris le pouvoir, Arafat a ouvert ce que j’appelle l’ Usine de la mort, l’endoctrinement systématique avec la propagande anti-israélienne et anti-juive des Arabes palestiniens dans les écoles et les mosquées et par les journaux officiels. et sites Web. Plus qu’une simple propagande, la Death Factory enseigne aux Arabes, en particulier aux jeunes, que le plus grand accomplissement dans la vie d’un Palestinien est de tuer autant de Juifs que possible, même si le tueur devient un martyr. Les plus grands héros palestiniens sont de tels martyrs, comme Dalal Mughrabi, une jeune femme qui a participé au massacre du Bus de Sang (Bus of Blood). D’innombrables écoles, places, installations sportives, etc., portent le nom de Mughrabi et d’autres exemples de Palestinisme. Le Hamas, à la suite d’Arafat, a ouvert sa propre usine de la mort,

 

Le successeur d’Arafat, Mahmoud Abbas, qui nie l’Holocauste et déteste les Juifs, a pris soin de ne pas être pris directement en train de commander le terrorisme. Mais il a continué et étendu la Fabrique de la Mort, et loue souvent les terroristes capturés ou martyrisés comme des héros. En plus du nationalisme palestinien et des appels à l’honneur arabe, les thèmes antisémites traditionnels des traditions islamiques et européennes sont inclus. Bien que l’OLP sous Arafat et Abbas ait promis de nombreuses fois d’arrêter une telle incitation, il ne l’a jamais fait.

 

Aujourd’hui, les médias sociaux sont devenus un multiplicateur de force, amplifiant et diffusant le message. En fait, en raison de la nature autonome des médias sociaux, il est douteux que l’usine de la mort puisse être complètement fermée même si l’Autorité Palestinienne et le Hamas cessent d’inciter à la violence dans ses propres médias et écoles.

 

Si cela ne suffisait pas, l’Autorité Palestinienne verse scandaleusement des salaires aux familles des terroristes emprisonnés par Israël pour des délits de sécurité, ou tués en tentant des actes de terrorisme. Les paiements mensuels sont proportionnels à la durée de la peine, de sorte que la famille d’un meurtrier de masse qui a reçu plusieurs peines d’emprisonnement à perpétuité sera la plus payée. L’AP paiera aussi pour construire une nouvelle maison pour la famille d’un terroriste dont la maison est démolie. Malgré une forte pression internationale – après tout, pratiquement tout l’argent de l’AP provient de donateurs internationaux – Abbas a déclaré qu’il ne mettra jamais fin au programme, qui a versé 318 millions de dollars en 2016 aux familles des «martyrs» et des prisonniers.

La combinaison de l’endoctrinement à vie et de l’incitation financière a conduit à une situation dans laquelle presque tous les Arabes de l’AP, et même certains citoyens arabes d’Israël, sont devenus des meurtriers potentiels et où il devient de plus en plus dangereux de marcher dans la rue ou attendre à un arrêt de bus. Des enfants arabes dès l’âge de 13 ans ont perpétré des attentats terroristes . Bien qu’il y ait eu un terrorisme antisémite en Israël depuis la période précédant la fondation de l’État, la prévalence du «syndrome du jihad soudain» par des Arabes non affiliés à des groupes terroristes est sans précédent.

Il n’y a pas de solution facile qui n’implique pas d’utiliser une machine à voyager dans le temps pour revenir à 1993 et ​​d’occulter la folie d’Oslo, mais il y a des choses qui devraient être évidentes maintenant:

Tout d’abord, nous devons réaliser que l’OLP est un ennemi de l’Etat d’Israël et du peuple juif. Les Juifs sont régulièrement assassinés par des terroristes arabes palestiniens parce qu’ils sont encouragés et payés par l’OLP pour le faire. En effet, l’OLP a «contracté un contrat» sur le peuple juif. Payer un tueur à gages pour tuer quelqu’un est considéré comme un meurtre dans les pays civilisés, et son refus d’arrêter de le faire fait de Mahmoud Abbas un meurtrier. Il devrait être arrêté et emprisonné.

Nous ne pouvons pas complètement fermer la fabrique de la mort parce qu’elle continuera via les médias sociaux. Mais nous pouvons certainement arrêter l’incitation de l’AP sur les médias. Les stations de télévision et de radio qui incitent à commettre un meurtre ou à transmettre du matériel anti-juif peuvent être suspendues. Les journaux peuvent être fermés. Les sites Web peuvent être bloqués. Nous n’avons pas besoin de demander la permission; faisons-le.

Dans la mesure où l’OLP est notre ennemi, nous ne sommes pas obligés de coopérer de quelque manière que ce soit. En fait, nous sommes en guerre avec l’OLP, et la coopération avec l’ennemi en temps de guerre est une trahison. Nous ne devrions pas transférer de fonds à l’AP – qui est l’OLP sous un autre nom – ou accorder des permis de travail à ses citoyens. Nous devrions encourager nos alliés à cesser de financer l’AP également.

Nous nous sommes habitués à coopérer avec l’Autorité palestinienne parce que nous pensons qu’elle limite le terrorisme, mais cela signifie que nous nous permettons d’être extorqués par le chantage et les menaces. Et quel que soit notre asservissement, le terrorisme continue et grandit avec le temps, puisque nous ne combattons jamais notre ennemi.

 

Nous n’avons pas de machine à remonter le temps qui permettrait à quelqu’un d’arracher le stylo de la main de Rabin, mais reconnaître la gravité de l’erreur que nous avons commise est la première étape pour y remédier.

Leave a Reply

Translate »