Macron perd ses nerfs face la sécurité israélienne : “Sortez”! Alerte, un déséquilibré se prenant pour Jésus chasse les marchands du Temple à Jérusalem !

By 24 janvier 2020 Israël & Moyen Orient

Macron perd ses nerfs face la sécurité israélienne : “Sortez”!

48
6672

Macron a fait censuré la vidéo. On regretta néanmoins l’absence de son bras gauche, Alexandre Benalla, pour qui il a donné l’ordre de faire disparaître  les coffres…

Le chef de la sécurité israélienne et un membre du Shabak, qui ont leur rôle de protection à cœur (Macron confondant ce terme avec “provocation”), l’auraient accompagné jusqu’à l’intérieur de l’édifice Sainte-Anne et l’imitateur de Jacques Chirac aurait anticipé en croyant que toute la délégation du cordon sécuritaire israélien allait entrer dans l’Eglise. La France invitée ou tolérée, veut se croire chez elle et pouvoir chasser qui ne lui convient pas, en l’occurrence l’autorité israélienne, d’un coin de Jérusalem, capitale éternelle du peuple juif. Macron croit ainsi redonner un caractère “international” à l’affaire, ce qui lui évitera de trop “se mouiller” pour son ami Abbas, hormis une visite de politesse à Ramallah… Un pur rôle d’agitateur, en quelque sorte. 

“Sortez!”: Le président français a crié sur la police de Jérusalem, dans l’Eglise Sainte-Anne, qu’il considère comme propriété française.

Documentaire d’une grave confrontation verbale dans une église française de la vieille ville de Jérusalem: un Macron littéralement enragé, avec lequel les policiers ont l’intention d’entrer à Sainte Anne. “Je n’aime pas ce que vous faites. Veuillez respecter les pratiques qui ont été mises en oeuvre pendant des siècles”, a-t-il déclaré – 23 ans après une confrontation similaire entre le président français de l’époque et les gardes de sécurité à Jérusalem.

Une confrontation littérale entre le président français et la police israélienne. Lors de sa visite à Jérusalem mercredi pour son 75e anniversaire du Forum de l’Holocauste pour la libération du camp d’extermination d’Auschwitz, le président Emmanuel Macron a crié sur la police: “Tout le monde connaît les procédures. Je n’aime pas ce que vous faites, sortez. Personne ne provoque personne! “

La confrontation entre Macron et la police a eu lieu à l’entrée de l’église Sainte Anne dans la vieille ville sous contrôle français. Le président français était furieux que la police veuille l’accompagner et les a agressés verbalement. Plus tard, Macron a contacté le responsable de la sécurité, l’a remercié pour son travail, mais a demandé à tout le monde de partir. “Vous avez fait un excellent travail en ville. Merci de respecter les pratiques instaurées depuis des siècles. S’il vous plaît », a-t-il dit.

Il convient de noter que les Israéliens ne se sont pas disputés avec le président français. Du côté israélien, ils disent que Macron a hurlé sur la police, mais en même temps il a donné une tape amicale à l’un des membres du personnel de sécurité. Finalement, les gardes du corps sont sortis et Macron n’est entré dans l’église qu’avec ses gardes de sécurité.

Emanuel Macaron Président de la France confrontation avec la police de la police israélienne ()

Le président français Macron en confrontation dans la vieille ville

Emanuel Macaron Président de la France confrontation avec la police de la police israélienne ()

Des officiers de police de Jérusalem sont fréquemment postés dans l’église, il n’est donc pas clair de savoir quelle procédure Macron envisageait. Finalement, Macron est entré dans l’église du tombeau et les policiers sont sortis. Les Israéliens ne se sont pas disputés avec Macron qui était apparemment très excité et le chef de l’unité de sécurité personnelle a tenté de le calmer.

Quelques jours avant l’arrivée de Macron, on a dit qu’il atteindrait la zone par la porte du lion. “C’est lui qui décide plutôt de se déplacer dans le quartier ou non”, les policiers ont-ils ajouté – faisant référence à la célèbre visite de Jacques Chirac à Jérusalem-Est en 1996, au cours de laquelle il s’est affronté verbalement aux forces de sécurité israéliennes qui l’ont protégé/écarté des citoyens de Jérusalem-Est, qui essayaient de lui serrer la main – et où il a même menacé de quitter Israël s’ils ne lui permettaient pas de leur parler.

L’éclat de Chirac est alors apparu au téléspectateur comme spontané. L’ambassadeur d’Israël en France à l’époque Avi Pazner a affirmé que “Chirac avait prévu un drame avec Israël pour plaire à l’opinion publique arabe qui le reverrait. Après l’incident, Chirac a interrompu sa visite à Jérusalem-Est et est retourné à l’hôtel en signe de protestation. Pour continuer sa visite en Israël, le Premier ministre Netanyahu a demandé des excuses. Que, bien sûr, il a refusé et Netanyahu a dit: “S’il veut partir, il partira.”

La presse française ignore largement le nouvel esclandre chiraco-macronien : Jérusalem: léger accrochage entre la sécurité de Macron et la sécurité israélienne

 

https://www.lci.fr/international/video-jerusalem-altercation-entre-services-de-securite-francais-et-israelien-aux-portes-de-la-basilique-sainte-anne-emmanuel-macron-2143421.html

Par Le Figaro avec AFP
Macron remake de Chirac en moins pire. La France entend profiter d’un statut hérité de “protecteur des Chrétiens d’Orient” qu’elle n’a jamais vraiment su être, au regard de l’hémorragie chrétienne d’Orient. Des leçons à tirer de cette arrogance innée, concernant le Tombeau des Rois? 

Un léger accrochage a eu lieu mercredi près de la basilique Sainte-Anne à Jérusalem entre un membre des forces de sécurité israéliennes et des membres du groupe de sécurité d’Emmanuel Macron, quelques heures avant la visite prévue du président français sur le site, selon des journalistes sur place.

Un membre des forces de sécurité israéliennes est, dans un premier temps, entré dans la basilique, propriété de la France, puis en est ressorti. Lorsqu’il a tenté d’y entrer à nouveau, il en a été expulsé par des membres du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), ont indiqué plusieurs journalistes présents, évoquant des éclats de voix. Un de ces journalistes (LCI) a affirmé que deux hommes s’étaient pris par le col.

C’est de la basilique Sainte-Anne, située dans la Vieille ville de Jérusalem, que l’ancien président français Jacques Chirac avait exigé que des militaires israéliens sortent, en 1996, après s’être emporté contre des soldats qui l’encadraient en lançant son célèbre «Do you want me to go back to my plane?» («Voulez-vous que je remonte à bord de mon avion?»).

» À voir aussi – Jacques Chirac à Jérusalem : les coulisses du «what do you want ? Me to go back to my plane?

Lecteur vidéo

00:00
00:35

lefigaro.fr

Leave a Reply

Translate »