was successfully added to your cart.

Les médias propagent les mensonges historiques d’Abbas / Malaassot – le blog de mordehai – ! ברוך הבא

By 25 février 2018 Etz Be Tzion
25 février 2018
Par Sean Durns
https://www.algemeiner.com/2018/02/22/media-propagates-abbas-historical-lies/
Adaptation Mordeh’aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif
Dans un long discours , le 20 février 2018,   devant le Conseil de sécurité de l’ONU, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a nourri des fables à son auditoire et a continué à attaquer la légitimité d’Israël.
Le discours a marqué la troisième fois  en deux mois  qu’Abbas a publiquement dénaturé l’histoire et a blâmé le manque de résolution du conflit israélo-palestinien. Et encore une fois, Abbas avait un allié clé: une presse non critique, apparemment déterminée à présenter le leader palestinien sous le meilleur jour possible.
Dans ses remarques liminaires   devant le Conseil de sécurité, Abbas a affirmé que les Palestiniens « sont les descendants des Cananéens qui vivaient en Palestine il y a 5000 ans ». Pourtant, comme l’a dit Pinhas Inbari, analyste au Centre des affaires publiques de Jérusalem (JCPA), Cette affirmation – bien que souvent faite par les dirigeants palestiniens – est « sans fondement » et destinée à « nier celle des Juifs d’Israël ».
Comme l’écrit Inbari dans un document de recherche JCPA   sur le sujet:
Quand on regarde ce que les Palestiniens disent d’eux-mêmes, comment chaque famille décrit sa lignée, il n’y a aucune trace d’une ascendance cananéenne. La plupart des familles trouvent leurs origines dans les tribus arabes, dont certaines d’origine kurde ou égyptienne. […] Il n’y a aucune preuve directe ou indirecte que les Palestiniens sont descendus du peuple cananéen comme ils le prétendent.
Selon le professeur Raphael Israeli, spécialiste de l’université hébraïque au Moyen-Orient, le lien entre les Palestiniens et les Cananéens affirmé par les dirigeants palestiniens est « absurde ». En réalité, « les Palestiniens n’ont pas vraiment de racines ici. Ils le savent très bien, alors ils essaient d’  inventer des origines  pour eux-mêmes. « 
Et quel est le but de ces fausses assertions? Pour soutenir les affirmations selon lesquelles les Palestiniens ont résidé en «Palestine» avant même que la culture et l’histoire juives n’existent.

Il n’est donc pas surprenant qu’Abbas ait également nié la légitimité de l’Etat juif. Le chef de l’Autorité palestinienne a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU: « Personne n’a tenu Israël pour responsable quand il a occupé nos territoires en 1948″— l’année où l’Etat israélien a été déclaré.  De nombreux dirigeants palestiniens, les manuels et les médias autorisés par l’Autorité palestinienne se réfèrent souvent à tout le territoire d’Israël comme étant «occupé»— ce qui contredit la fausse affirmation selon laquelle ils s’opposent seulement à la présence israélienne dans des régions comme la Cisjordanie.

 

Abbas a également attaqué les Britanniques pour leur déclaration Balfour de 1917 qui, entre autres choses,  appelait  à «l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif» dans ce qui était alors l’Empire ottoman.

 

Cela montre aussi qu’Abbas et l’Autorité palestinienne — tous deux souvent qualifiés de «partenaires de paix» par la presse et les décideurs— n’acceptent pas le droit à l’existence de l’Etat juif. Mais accepter la légitimité d’Israël est un principe fondamental des Accords d’Oslo qui ont créé l’Autorité Palestinienne.

 

Abbas a même cité Oslo, affirmant qu’il « affirmait l’impératif de parvenir à une solution de tous les problèmes de statut permanent avant 1999 », mais « malheureusement, cela n’est pas devenu réalité ». Il a omis le fait qu’Olso demande que les questions en suspens soient résolues dans le type de négociations bilatérales qu’Abbas a fermement refusé depuis près d’une décennie.

 

Grotesquement, pour quelqu’un qui a refusé aux Etats-Unis et aux Israéliens d’arrêter de payer des terroristes, Abbas — qui est actuellement dans la treizième année d’un mandat de quatre ans — a affirmé que les institutions nationales palestiniennes sont fondées sur la primauté du droit, de la transparence « , et sont » engagées à promouvoir une culture de paix « et le » rejet de la violence « .

Abbas a reçu des applaudissements à la fin de sa harangue. Et puis plusieurs organes de presse se sont mis à brouiller les pistes et à omettre une grande partie de ce qu’il a dit.
Un rapport de 939 mots de politique étrangère « Colum Lynch’s a omis le refus d’Abbas de l’ histoire israélienne, ses théories du complot qui se  propagent, et la demande facilement réfutable de Président de l’ AP que son Autorité favorise la paix — pas l’incitation.
La Politique étrangère décrit simplement le ton d’Abbas comme «provocante» et a déclaré que les pourparlers de paix sont «au point mort». L’article n’a pas réussi à dire aux lecteurs que M. Abbas a rejeté à plusieurs reprises des pourparlers de paix, tout comme les dirigeants palestiniens ont refusé des offres des États-Unis et des israéliens pour la paix en échange à plusieurs reprises – notamment à Camp David en 2001, à Taba en 2001 et en 2008 après la Conférence d’Annapolis, entre autres.
Le Washington Post n’était guère mieux. En près de 1200 mots, le rapport du 21 février 2018 a omis les mensonges d’Abbas, ses distorsions historiques et sa référence à l’existence même d’Israël constituant une « occupation ». Omettant l’histoire du rejet palestinien, le Post a dit les Israéliens et les Palestiniens s’accusent mutuellement d’être l’obstacle à la réussite des négociations.» Peu de rapports en ont dit autant et si peu.
Idem pour le New York Times. Dans une dépêche du 21 février 2018, le Times –  dont le nouveau slogan de la campagne de marketing est « La vérité est plus importante que jamais » – a répété les erreurs du Post,  mais a rapporté la présence de Jared Kushner au discours. Pendant ce temps, la présence de Riyad Mansour, le représentant palestinien auprès de l’ONU qui a faussement accusé les Israéliens de prélèvement d’organes, n’a pas été mentionnée par le journal.
L’échec des principaux médias américains à couvrir correctement les remarques du président de l’AP reflète d’autres incidents récents. Comme l’a détaillé le Comité pour l’exactitude des reportages au Moyen-Orient (CAMERA), Abbas a accusé les juifs de « truquer et de contrefaire l’histoire » dans un discours du 13 décembre 2017 et a déclaré que les juifs avaient drogué des enfants palestiniens dans un film le 14 janvier 2018 , diatribe. Les deux incidents ont été largement sous-déclarés.
Pour un média qui prétend être obsédé par la vérification des faits et la vérité, la couverture du discours d’Abbas à l’ONU était une classe de maître dans les omissions unilatérales et la sténographie asymétrique.  Abbas a dit plus, les lecteurs méritent plus et le journalisme exige plus.

Leave a Reply

Translate »