Skip to main content

Nous vivons la fin d’un état juif démocratique en Israël

PUBLIÉ PAR ALBERT SOUED LE 6 JUIN 2021

Mansour Abbas a accordé une interview à une chaîne de télévision jordanienne :  « Nous ne faisons pas de différence entre gauche et droite dans l’éventail politique sioniste. Ils servent tous ce même projet (sioniste), le même Etat et les différences entre eux ne sont pas grandes ». Mansour Abbas a insisté sur le fait que lui et ses amis ne sont pas Israéliens, mais font partie de « de la population arabe palestinienne détenteurs de la citoyenneté israélienne ».

Sur la question des critiques (arabes )à son égard sur une « trahison » de la cause palestinienne en entrant dans une coalition gouvernementale en Israël il a répondu : « Mon identité est claire. Je fais ce qu’il m’incombe de faire pour tout ce qui touche à la question palestinienne : nous soutenons Al-Aqsa, nous protégeons la mosquée, nous investissons dans le développement de Jérusalem afin d’y renforcer notre présence ».

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Issawi Fredj (Meretz), pressenti pour devenir ministre de la Coopération régionale a déjà annoncé quelle sera la première chose qu’il fera dans le cadre de ses fonctions : « Je me rendrai chez Abou Mazen. Je mettrai fin à dix ans de négligence des Palestiniens (par Israël). Si je n’y vais pas, c’est comme si je mettais ma tête dans le sol. Je ne créée pas de suite un Etat palestinien mais je vais lui rendre visite et l’honorer (sic). Ni Naftali Benett ni Yaïr Lapid ne verront un problème à une telle visite ».

Le député a enfoncé le clou : « Je pense que l’intérêt de mon pays est de renforcer mon voisin, et pas de l’ignorer, de l’humilier ou de le négliger. Je veux son bien-être comme le mien, win-win. Ce qui est bon pour les Palestiniens sera bon pour Israël… ».

Une rhétorique que l’on entendait à l’époque des accords d’Oslo dont on connait la suite.

Le président de la Knesset Yariv Levin a lancé un appel à Yaïr Lapid et Naftali Benett afin qu’ils rendent publics les détails des accords de coalition et leurs annexes éventuelles.  Il demande au tandem Lapid-Benett de fournir sans délai ces documents au secrétariat de la Knesset afin que les députés sachent pour quel gouvernement ils vont voter. Le président de la Knesset avertit qu’un refus ne pourra être interprété autrement que par une tentative de dissimuler les termes des accords conclus entre ces partis aux plateformes si antinomiques.

Yesh Atid et Yamina ont réagi en appelant Yariv Levin à réunir au plus vite une séance plénière de la Knesset pour adopter le gouvernement…et suite à cela, les accords de coalition seront publiés !

«Nous avions un leader qui dirige le pays avec force et conviction. Il est victime d’une cabale. Je ne me sens pas rassuré» commente un chauffeur de taxi originaire d’Afrique du Nord.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Soued

Join the discussion One Comment

  • Chantal Ch dit :

    Je suis totalement d’accord avec ce chauffeur de taxi, moi non plus je ne suis pas rassurée avec un tel gouvernement s’il est élu !
    Yaïr Lapid et Naftali Benett ont fait entrer le loup dans la bergerie avec cet arabe Palestinien qui ne se dit même pas Israélien, je me demande ce qu’il vient faire dans ce gouvernement !
    Les Palestiniens doivent être contents car tout sera fait pour eux. Israël va devenir ingouvernable, c’est très triste.
    On peut encore s’attendre à un miracle ! Je l’espère !

Leave a Reply

Translate »