Pourquoi la fraude électorale est une menace réelle pour l’élection présidentielle américaine de la semaine prochaine.

By 5 novembre 2020Le mot du jour

par La Lumière

Par Rachel del Guidice

4 novembre 2020

Note de La Lumière :

 

L’article ci-dessous est paru avant les élections présidentielles et prend toute sa pertinence alors que des cas de fraude flagrants se sont manifestés du côté démocrate qui essaient, comme le dit très justement Donald Trump, de « voler ces élections ». Le plus exécrable est que les médias, comme de coutume, excellent dans l’inversion accusatoire, le déni de la réalité des fraudes, la désinformation massive et les mensonges cherchant à décrébiliser le président sortant, en l’accusant de « mettre en danger la démocratie ». Mais ce sont les démocrates et les médias de propagande qui sont la véritable menace pour la démocratie, les uns en usant de fraude et en recourant à la corruption, et les seconds, en couvrant les fautes des premiers et en absolutisant le mensonge, la censure et l’interdiction de la parole libre et de la vérité par haine de Donald Trump et de la civilisation chrétienne qu’il représente.

L’employé Aaron Alvarado travaille dans la zone d’extraction des bulletins de vote du centre de traitement des scrutins le 23 octobre dans le bâtiment temporaire des greffiers du comté de Los Angeles à Pomona. (Photo : Keith Birmingham/MediaNews Group/Pasadena Star-News/Getty Images).

 

L’élection présidentielle du 3 novembre [2020] n’est plus qu’à quelques jours d’intervalle. La sécurité des élections est-elle vraiment en jeu ? Les états peuvent-ils se transformer en juridictions de vote par correspondance pratiquement du jour au lendemain, comme l’ont fait tant de personnes pendant la pandémie de la COVID-19 ? Le député Rodney Davis, membre de la commission de l’administration de la Chambre des représentants, se joint au Daily Signal Podcast pour en discuter.

 

Rachel del Guidice : Nous sommes rejoints aujourd’hui sur « The Daily Signal Podcast » par le membre du Congrès Rodney Davis, un membre de haut rang de l’Illinois, qui fait partie du Comité d’administration de la Chambre. Monsieur le député Davis, c’est un plaisir de vous avoir avec nous sur « The Daily Signal Podcast ».

Rodney Davis : Oui, Rachel, je suis très heureux de participer à l’émission avec vous.

Del Guidice : Comme les élections auront lieu dans quelques jours, je voudrais m’entretenir avec vous de la question suivante : la sécurité des élections est-elle en péril, étant donné l’énorme augmentation du vote en absence et du vote par correspondance que nous constatons dans cette élection ?

Davis : Je pense que c’est état par état. Si vous regardez des états comme l’Illinois, je suis heureux que nous ayons un processus qui n’envoie pas de bulletins de vote à chaque électeur inscrit. Mais dans des états comme la Californie et New York, ils vont envoyer des bulletins de vote à tous les électeurs inscrits.

Dans le même temps, en Californie, l’on estime à plus d’un million le nombre d’électeurs inscrits par erreur dans le seul comté de Los Angeles en mai de cette année.

Mais en raison de la corruption de certains fonctionnaires de cet état, ils vont envoyer des bulletins de vote à ces personnes inscrites par erreur. C’est propice à la fraude.

Nous l’avons vu se produire dans le 9e district de Caroline du Nord lors des dernières élections, lorsqu’une fraude sur la collecte des bulletins de vote a été commise par un agent républicain. Et nous savons ce qu’il va se passer ailleurs et la Californie semble tout simplement décidée à passer à l’étape suivante.

Del Guidice : Monsieur le député, quel est votre point de vue sur la forte augmentation que nous avons constatée ? Je pense que cela est dû en grande partie au coronavirus, avec l’énorme augmentation que nous avons constatée du vote par correspondance comme substitut au vote aux urnes.

Davis : Je pense qu’avant même d’avoir une discussion sur le vote par correspondance de manière universelle dans tout le pays, nous devons aller parler aux électeurs. Cinquante-neuf pour cent des électeurs interrogés veulent voter le jour du scrutin dans leurs bureaux de vote. Nous devons donc prendre cela en considération avant que quelqu’un ne tente de nationaliser le processus électoral.

Certains états ont mis en place des systèmes de vote par correspondance complets. Mais quand on examine ces systèmes, même la secrétaire d’État de l’état de Washington, Kim Wyman, qui a contribué à la mise en place de l’un de ces systèmes, affirme qu’il faut au moins cinq ans pour mettre un tel système en place.

Les démocrates ont essayé de le faire en moins d’un an, et cela aurait échoué s’ils avaient réussi.

Del Guidice : Votre état de l’Illinois a-t-il connu des situations de fraude électorale lors du vote par correspondance ou en absence ?

Davis : Il y a toujours des cas de fraude qui nous inquiètent. Mais dans l’Illinois, je dois saluer les républicains et les démocrates de l’assemblée législative de l’état. Ils se sont réunis et ont élaboré une réponse à la COVID qui favorise toujours le vote le jour des élections, sur les lieux de vote.

Ils ont envoyé des demandes de vote par absence, des demandes de vote par correspondance que nous avions l’habitude d’appeler des absents sans faute, plutôt que d’envoyer des bulletins de vote direct.

Mais ce sont les états comme la Californie qui, à mon avis, devraient préoccuper beaucoup d’Américains. C’est ce dont parle le président lorsqu’il dit que c’est propice à la fraude.

Rachel, lors d’une récente audition, le secrétaire d’État [californien] Alex Padilla était l’un des témoins démocrates. Il n’a même pas pu m’assurer qu’il avait retiré des listes électorales californiennes les personnes déjà identifiées comme décédées. Ce n’est que de la corruption à son plus haut niveau.

Del Guidice : Ne savait-il pas ou ne voulait-il tout simplement pas vous le révéler ? Quel était son raisonnement ? Qu’a-t-il dit ?

Davis : Il n’a pas répondu qu’elles en avaient été retirées et ne s’est pas non plus engagé à le faire. En plus de cela, des centaines de milliers, voire des millions d’électeurs inscrits par erreur dans l’état de Californie ont déjà été identifiés, et des bulletins de vote direct vont maintenant être envoyés à leurs adresses.

Del Guidice : Effarant. Eh bien, comme nous en avons parlé à cause du coronavirus, le vote par correspondance a vraiment augmenté.

Le Pew Research Center a publié un rapport récent qui indique que lors des élections générales de 2016, 24,9 % des votes étaient des scrutins absents ou envoyés par la poste, et que lors des élections générales de 2018, 27,4 % des votes étaient des votes absents ou envoyés par la poste. Ensuite, lors des primaires de 2020, 50,3 % des votes étaient en absence ou envoyés par la poste.

Quel est donc votre point de vue, M. Davis, sur cette énorme augmentation [ndt : du vote par correspondance ou en absence] que nous avons constatée ? Comme vous l’avez souligné, je pense que vous avez mentionné qu’un état avait dit qu’il fallait environ cinq ans pour que ce processus fonctionne bien. Quel est donc votre point de vue sur l’énorme augmentation que nous avons constatée en si peu de temps ?

Davis : Je pense que cela allait se produire indépendamment du coronavirus. Peut-être pas de manière aussi exponentielle dans certains états, mais c’est pour des raisons de commodité.

Nous sommes tous occupés. Avant la pandémie, il y avait des gens et des familles qui peinaient à avoir le temps, ne serait-ce que quelques minutes, d’aller voir leurs enfants jouer lors des événements sportifs familiaux.

Cela va augmenter, tout comme le vote anticipé est progressivement devenu de plus en plus répandu dans notre pays, en particulier dans des états comme l’Illinois. Je vote de manière anticipée. Le président va voter de manière anticipée. C’est pratique.

C’est le genre de choses que nous devons permettre aux états, Rachel, et aux localités de mettre en place et qui, selon notre Constitution, devraient faire fonctionner nos élections. Nous devons leur laisser la souplesse nécessaire pour mettre en œuvre des normes, des procédures et des politiques qui leur soient bénéfiques, à eux et à leurs électeurs.

Del Guidice : M. Davis, pouvez-vous nous parler de certaines des vulnérabilités et des problèmes de sécurité que vous connaissez et qui peuvent se produire avec les bulletins de vote en absence ou par correspondance ?

Davis : Eh bien, quand vous regardez des états comme la Californie, et c’est aussi ce que les démocrates de Washington à la Chambre ont essayé de mettre en œuvre à l’échelle nationale, aussi récemment que lors du dernier projet de loi de relance qui a été adopté avec un zéro soutien des républicains et 18 démocrates qui ont voté contre avec nous il y a seulement quelques semaines… Ce projet contenait 71 pages de modifications de la loi électorale qui auraient été permanentes. Ce n’est pas une réponse à une pandémie.

Avec ces changements, la collecte des bulletins de vote aurait été légale à l’échelle nationale lors de cette élection. Lorsqu’ils ont adopté ce projet de loi, les élections en Illinois avaient déjà commencé avec le vote anticipé et le vote par correspondance. C’est leur priorité.

Aujourd’hui, comme c’est le cas dans des états comme la Californie, un bulletin de vote direct est envoyé à chaque électeur inscrit. Ensuite, il y a une liste de tous les électeurs inscrits qui reçoivent ce bulletin de vote. Vous avez des courtiers s’occupant de bulletins, des agents politiques qui se rendent aux portes où ils savent que ces bulletins ont été envoyés par la poste, et ils demandent aux électeurs : « Pouvons-nous voir cela ? Pouvons-nous avoir ce bulletin de vote ? L’avez-vous déposé ? Ne vous inquiétez pas. Nous l’apporterons au bureau de vote pour vous. »

Eh bien, ce processus a déjà été perturbé et fait partie d’un stratagème frauduleux en Caroline du Nord, à tel point que nous n’avons pas pu faire élire le membre républicain du Congrès à cause de la fraude.

Mais voilà l’ironie, Rachel. Lors des dernières élections, si cet agent républicain avait fait exactement la même chose en Californie, [cela] aurait été légal.

Del Guidice : Que prévoyez-vous, Monsieur le député Davis, si la fraude électorale se généralise lors de cette élection présidentielle ? Quels sont les scénarii que vous pouvez envisager en cas de fraude généralisée ?

Davis : Eh bien, j’espère que nos responsables chargés de l’application de la loi engageront des poursuites. C’est ce qui doit se passer pour mettre fin aux fraudes électorales.

Notre vote vaut beaucoup plus que l’argent qui pourrait être payé à quelqu’un pour qu’il remette son bulletin de vote à quelqu’un d’autre qui l’emporterait avec lui au bureau de vote.

Nous devons nous assurer que les forces de l’ordre obligent les fraudeurs à rendre des comptes, tout comme pour l’agent républicain du 9e district de Caroline du Nord.

Si nous n’avons pas cela, les démocrates nationaux continueront à nous pousser à nationaliser réellement certains processus qui, à mon avis, sont propices à la fraude. Si nous permettons que cela se produise, alors nous allons assister à une croissance exponentielle des fraudes.

Mais voici la bonne nouvelle. Je pense qu’il y a beaucoup d’états qui font ce qu’ils peuvent pour mettre en lumière les fraudes possibles. C’est ce que nous faisons ici même dans mon district, où un secrétaire du comté de Champaign, dans l’Illinois, a enfreint les règles de la loi électorale lors des primaires en comptant les bulletins de vote avant même la fermeture des bureaux de vote.

Ce sont des choses qui, lorsque vous faites la lumière sur le problème, les rendent un peu méfiants à l’idée de commettre ces erreurs ou violations à l’avenir.

J’espère vraiment que l’accent mis sur les fraudes possibles et le vote par correspondance a fait que tout le monde a jeté un coup d’œil et a su que le monde regardait, et donc peut-être réduit les possibilités de les commettre.

Del Guidice : Sur ce point, et d’un point de vue pratique, que feriez-vous pour encourager les électeurs qui se rendront peut-être aux urnes, s’ils voient quelque chose qui semble suspect ? Ou même les employés des bureaux de vote – je connais beaucoup de gens, des amis à moi, et même de la famille, qui seront des employés des bureaux de vote…

Je sais que les enquêteurs sont formés, mais si les personnes qui votent voient quelque chose de suspect, y a-t-il quelque chose que vous les encourageriez à faire ?

Davis : Oui, je les encouragerais à contacter leur responsable électoral local. Si ce dernier ne prend pas la chose au sérieux, contactez le comité de campagne d’une personne de votre connaissance qui se présente dans cette juridiction, afin que toute erreur ou toute fraude éventuelle dont vous auriez été témoin soit également signalée aux autorités électorales de votre état.

Je suis vraiment heureux que nous ayons eu une annonce il y a quelques jours du directeur du renseignement national John Ratcliffe, qui se trouve être l’une des personnes les plus honorables que j’ai jamais rencontrées et avec qui j’ai eu la chance de servir notre pays.

Il a parlé du piratage des systèmes d’inscription des électeurs et a expliqué comment des informations ont été obtenues par des moyens malhonnêtes par des pays comme l’Iran et la Russie.

Nous devons faire davantage pour nous assurer que nous protégeons aussi les technologies qui ne sont pas des machines à voter. Nous n’exigeons pas au niveau fédéral que les états respectent certaines normes pour héberger les registres de vote électronique ou les bases de données d’inscription des électeurs. C’est un point sur lequel nous devrions avoir le soutien des deux partis.

Les machines de vote doivent répondre à un certain nombre de normes avant même d’être installées dans un bureau de vote. Mais les systèmes d’inscription des électeurs qui sont en ligne et destinés à être utilisés pour s’assurer que personne n’essaie de voter deux fois ou plus, ne suivent pas ces mêmes directives.

Nous devons nous assurer qu’ils le fassent et éviter que le directeur Ratcliffe et le directeur du FBI [Christopher] Wray ne soient obligés de donner une conférence de presse pour en informer le peuple américain.

Del Guidice : Lorsqu’il s’agit d’envisager l’avenir et les futurs congrès avec vos collègues de la Chambre, y a-t-il une législation que vous aimeriez mettre en avant ou des choses que vous aimeriez faire, en particulier dans les années à venir, qui permettraient de lutter contre la fraude électorale ?

Davis : Nous avons présenté de nombreux projets de loi, et ils rentrent dans un oreille de la majorité démocrate pour sortir de l’autre, parce que leur priorité est simplement de nationaliser nos élections et de légaliser la collecte des bulletins de vote à l’échelle nationale, ce que nous avons déjà constaté comme étant une fraude.

Il s’agit donc de protéger nos responsables électoraux au niveau de l’État et au niveau local contre ce que les démocrates ont essayé de faire tout au long de leur mandat au sein de ce congrès, et ont essayé de faire il y a deux semaines encore pour perturber réellement nos élections actuelles.

Mais pour l’avenir, nous devons mettre en place des normes régulant les technologies de nos machines non électorales, comme les bases de données d’inscription des électeurs.

Nous devons nous assurer que nous investissons dans l’envoi de travailleurs électoraux dans les bureaux de vote qui constitueront la prochaine génération de travailleurs électoraux, car actuellement le travailleur électoral moyen est âgé de 65 ans et plus. Ce sont eux qui sont le plus exposés à la pandémie.

Nous devons donc encourager les jeunes à s’engager dans ce processus et à être nos yeux et nos oreilles dans les bureaux de vote. Nous pouvons y parvenir en les aidant à rembourser leurs dettes d’études.

Si cela se produit, il faut avoir des yeux et des oreilles sur le terrain, des personnes bien formées et des jeunes qui sont enthousiastes à l’idée de participer à ce processus dans les bureaux de vote. Vous allez réduire la fraude dans les bureaux de vote et les bureaux de dépouillement où les bulletins de vote par correspondance sont retournés, de manière exponentielle, plus que vous ne le pourriez si nous continuions à manquer de personnel électoral.

Del Guidice : Bien, Monsieur le député Davis, merci beaucoup de nous avoir rejoint sur « The Daily Signal Podcast » et d’avoir discuté de ce sujet vraiment important. Nous apprécions que vous soyez avec nous.

Davis : Merci de m’avoir invité, Rachel. J’ai vraiment apprécié.

Source :
https://www.dailysignal.com/2020/10/27/why-voter-fraud-is-a-real-threat-in-next-weeks-election/

Article original en anglais publié le 27 octobre 2020.

Leave a Reply

Translate »