Pourquoi les Démocrates ont vendu l’Amérique (donc le monde) à la Chine.

By 16 février 2021Le mot du jour
PUBLIÉ PAR PIERRE REHOV LE 16 FÉVRIER 2021

Dans le chapitre 5 du livre Le Prince*, Niccolo Machiavelli décrit trois options sur la façon dont une puissance conquérante pourrait traiter au mieux ceux qu’elle a vaincus à la guerre. La première est de les ruiner ; la deuxième est de les gouverner directement ; la troisième est de créer « en leur sein un état de minorité qui pourrait le garder ami avec vous ».

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Voici la traduction et adaptation par Pierre Rehov d’un article de Lee Smith paru sur Tablet sous le titre « The Thirty Tyrants ».


L’exemple que Machiavel donne de ce dernier est le gouvernement ami que Sparte a établi à Athènes après l’avoir vaincu après 27 ans de guerre en 404 avant Jésus-Christ. Pour la haute caste d’une élite athénienne déjà méprisante à l’égard de la démocratie, la défaite de la ville lors de la guerre du Péloponnèse a confirmé que le système de Sparte était préférable. Il s’agissait d’une aristocratie militaire de haut vol qui régnait sur une classe de serviteurs permanents, les helots, qui étaient périodiquement massacrés pour les conditionner à accepter leur statut de sous-hommes. La démocratie athénienne, en revanche, donnait trop de pouvoir aux personnes de basse naissance. L’oligarchie pro-Sparte a utilisé cette victoire pour défaire les droits des citoyens et régler ses comptes avec ses rivaux nationaux, en les exilant, en les exécutant et en confisquant leurs richesses.

Le gouvernement athénien déloyal envers les lois d’Athènes et méprisant ses traditions était connu sous le nom des Trente Tyrans, et comprendre son rôle et sa fonction permet d’expliquer ce qui se passe en Amérique aujourd’hui.

Pour ma dernière chronique, je me suis entretenu avec Thomas Friedman du New York Times au sujet d’un article qu’il a écrit il y a plus de dix ans, pendant la première année de la présidence de Barack Obama. Cet article important documente le moment exact où l’élite américaine a décidé que la démocratie ne fonctionnait pas pour elle. Blâmant le parti républicain de les empêcher de faire peu de cas du public américain, ils ont migré vers le parti démocrate dans l’espoir de renforcer les relations qui les rendaient riches.

Un consultant en commerce a déclaré à Friedman : « La nécessité d’être compétitif dans un monde globalisé a forcé la méritocratie, le directeur de la multinationale, le financier de l’Est et l’entrepreneur en technologie à reconsidérer ce que le parti républicain avait à offrir. En principe, ils ont quitté le parti, laissant derrière eux non pas une coalition pragmatique mais un groupe de détracteurs idéologiques ».

Depuis la publication de la chronique de Friedman, il y a plus de dix ans, l’élite désenchantée que le chroniqueur du Times a identifiée a appauvri davantage les travailleurs américains tout en s’enrichissant. Le mot d’ordre qu’ils ont adopté est le mondialisme, c’est-à-dire la liberté de structurer des relations commerciales et des entreprises sociales sans référence au bien-être de la société dans laquelle ils gagnent leur vie et élèvent leurs enfants.

L’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce en 2001 est à la base de cette entreprise mondialiste. Pendant des décennies, les responsables politiques américains et la classe des entreprises ont déclaré qu’ils considéraient la Chine comme un rival, mais l’élite que décrit Friedman voyait l’autocratie chinoise éclairée comme une amie et même comme un modèle – ce qui n’est pas surprenant, étant donné que le parti communiste chinois est devenu leur source de pouvoir, de richesse et de prestige. Pourquoi ont-ils commercé avec un régime autoritaire et envoyé des millions d’emplois manufacturiers américains en Chine, appauvrissant ainsi les travailleurs américains ? Parce que cela les rendait riches. Ils ont sauvé leur conscience en se disant qu’ils n’avaient pas d’autre choix que de traiter avec la Chine : Elle était grande, productive et efficace, et son essor était inévitable. De plus, les travailleurs américains blessés par l’accord méritaient d’être punis – qui pourrait défendre une classe d’opposants idéologiques réactionnaires et racistes faisant obstacle à ce qui était le mieux pour le progrès ?

Le retour de ces emplois en Amérique, ainsi que la fin des guerres étrangères et de l’immigration illégale, était la promesse politique centrale de la présidence de Donald Trump, et la source de sa victoire surprise en 2016. Donald Trump n’était pas le premier à affirmer que les relations commerciales des entreprises et de l’establishment politique avec la Chine avaient vendu les Américains ordinaires. L’ancien membre démocrate du Congrès et candidat à la présidence en 1988, Richard Gephardt, était la voix principale d’un groupe important, mais finalement peu influent, de représentants élus du Parti démocrate et d’experts politiques qui ont averti que le commerce avec un État qui employait des travailleurs esclaves coûterait des emplois américains et sacrifierait l’honneur des Américains. Les seules personnes qui ont pris Trump au sérieux ont été les plus de 60 millions d’électeurs américains qui l’ont cru lorsqu’il a déclaré qu’il se battrait contre les élites pour récupérer ces emplois.

Ce qu’il a appelé « Le marécage » est apparu au début comme un assortiment aléatoire d’industries, d’institutions et de personnalités qui semblaient n’avoir rien en commun, si ce n’est le fait qu’elles étaient excoriées par le président nouvellement élu. Mais les attaques incessantes de Trump contre cette élite leur ont donné une conscience collective de soi ainsi qu’un puissant motif de solidarité. Ensemble, ils ont vu qu’ils représentaient un nœud d’intérêts des secteurs public et privé qui partageaient non seulement les mêmes préjugés et haines, les mêmes goûts culturels et habitudes de consommation, mais aussi le même centre de gravité – les relations entre les États-Unis et la Chine. C’est ainsi qu’est née la « Classe Chine ».

Des liens qui auraient pu sembler autrefois ténus ou inexistants se sont maintenant éclaircis sous la lumière du mépris de Trump et du mépris réciproque de l’élite qui le détestait.

Il y a dix ans, personne n’aurait mis la superstar de la NBA LeBron James et le PDG d’Apple, Tim Cook, dans le même album de famille, mais les voici maintenant liés par leur fantastique richesse due à la fabrication chinoise bon marché (baskets Nike, iPhones, etc.) et à un marché de consommation chinois en pleine expansion. Le contrat de 1,5 milliard de dollars passé par la NBA avec le fournisseur de services numériques Tencent a fait de la firme chinoise le plus grand partenaire de la ligue en dehors des États-Unis. En guise de gratitude, ces ambassadeurs réciproques ont partagé la sagesse du Parti communiste chinois avec leurs compatriotes ignorants. Après qu’un cadre de la NBA ait tweeté pour défendre les dissidents de Hong Kong, le militant pour la justice sociale King LeBron a dit aux Américains de surveiller leur langage. « Même si oui, nous avons la liberté d’expression », a déclaré James, « elle peut être très négative ».

En raison de la pression exercée par Trump sur les Américains qui ont bénéficié de manière extravagante des relations entre les États-Unis et la Chine, ces étranges compagnons de lit ont acquis ce que les marxistes appellent la conscience de classe – et se sont unis pour riposter, consolidant encore davantage leurs relations avec leurs mécènes chinois. Désormais unies, ces institutions américaines disparates ont perdu tout sens de la circonspection ou de la honte quant à l’encaissement des chèques du Parti communiste chinois, quelles que soient les horreurs que le PCC a exercées sur les prisonniers de ses camps d’esclaves et quelle que soit la menace que les services d’espionnage chinois et l’Armée populaire de libération pourraient faire peser sur la sécurité nationale. Les groupes de réflexion et les institutions de recherche comme le Conseil Atlantique, le Center for American Progress, l’EastWest Institute, le Carter Center, le Carnegie Endowment for International Peace, la Johns Hopkins School of Advanced International Studies et d’autres se gavent d’argent chinois. La célèbre Brookings Institution n’avait aucun scrupule à publier un rapport financé par la société de télécommunications chinoise Huawei qui faisait l’éloge de la technologie Huawei.

Les milliards que la Chine a donnés aux grandes universités de recherche américaines, comme 58 millions de dollars à Stanford, ont alarmé les forces de l’ordre américaines, qui ont mis en garde contre les efforts de contre-espionnage chinois visant à voler des recherches sensibles. Mais les écoles et les facultés qui portent leur nom ont en fait vendu ces recherches, dont une grande partie a été payée directement par le gouvernement américain – c’est pourquoi Harvard et Yale, parmi d’autres grandes écoles, semblent avoir systématiquement sous-estimé les sommes importantes que la Chine leur avait données.

En effet, de nombreux accords de paiement à l’acte conclus par les universités avec le PCC n’étaient pas particulièrement subtils. En juin 2020, un professeur de Harvard qui a reçu une bourse de recherche de 15 millions de dollars de l’argent des contribuables a été accusé d’avoir menti sur les 50 000 dollars par mois qu’il recevait en échange de son travail pour une institution du PCC afin de « recruter et cultiver des talents scientifiques de haut niveau pour favoriser le développement scientifique, la prospérité économique et la sécurité nationale de la Chine ».

Mais si Donald Trump voyait dans le découplage des États-Unis et de la Chine un moyen de démanteler l’oligarchie qui le haïssait et envoyait des emplois américains à l’étranger, il ne pouvait pas réaliser cette vision. Après avoir correctement identifié les sources de la corruption au sein de notre élite, les raisons de l’appauvrissement des classes moyennes et les menaces étrangères et nationales qui pèsent sur notre paix, il n’a pas réussi à recruter du personnel et à se préparer à gagner la guerre pour laquelle il a demandé aux Américains de l’élire.

Et parce qu’il était vrai que la Chine était la source du pouvoir de la « Classe Chine », le nouveau coronavirus issu de Wuhan est devenu la plateforme de son coup de grâce. Les Américains sont donc devenus la proie d’une élite antidémocratique qui a utilisé le coronavirus pour les démoraliser, pour faire des ravages dans les petites entreprises, pour les rendre vulnérables aux émeutiers qui sont libres de voler, de brûler et de tuer, pour empêcher leurs enfants d’aller à l’école et les mourants de recevoir la dernière étreinte de leurs proches ; et profaner l’histoire, la culture et la société américaines ; et diffamer le pays comme étant systématiquement raciste afin de fournir le prétexte pour expliquer pourquoi les Américains ordinaires méritent en fait l’enfer que les mandataires de l’élite des secteurs privé et public leur ont déjà préparé.

Depuis près d’un an, les responsables américains ont délibérément mis à mal notre économie et notre société dans le seul but de s’arroger plus de pouvoir alors que l’économie chinoise a gagné sur celle des États-Unis. Le verrouillage de la Chine n’a rien à voir avec la différence de résultats. Les mesures de verrouillage ne sont pas des mesures de santé publique visant à réduire la propagation d’un virus. Ce sont des instruments politiques, c’est pourquoi les responsables du Parti démocrate qui ont soumis leurs électeurs à de longs confinements répétés, comme le gouverneur de New York Andrew Cuomo et le maire de Chicago Lori Lightfoot, signalent publiquement qu’il est impératif de les autoriser à rouvrir immédiatement, maintenant que Trump a disparu.

Le fait que des fonctionnaires démocrates aient intentionnellement détruit des vies et en aient mis fin à des milliers d’entre elles en envoyant des malades pour infecter les personnes âgées dans des maisons de retraite n’est pas pertinent pour la version américaine des Trente Tyrans. Le travail consistait à augmenter le nombre de victimes du coronavirus afin de vaincre Trump et ils ont réussi. Comme pour la faction antidémocratique d’Athènes, les meilleurs et les plus brillants éléments de l’Amérique ont perdu leur chemin il y a longtemps. À la tête des Trente Tyrans se trouvait Critias, l’un des meilleurs étudiants de Socrate, poète et dramaturge. Il a peut-être contribué à sauver Socrate de la colère du régime, et pourtant le philosophe semble avoir regretté que sa méthode, qui consiste à tout remettre en question, ait alimenté le mépris généralisé de Critias pour la tradition. Une fois au pouvoir, Critias a tourné son nihilisme contre Athènes et a détruit la ville.

Surfant sur le tsunami médiatique de la haine de Trump, la classe chinoise a cimenté son pouvoir au sein des institutions de l’État et des bureaucraties de sécurité qui ont longtemps été les réserves des démocrates.
Lien copié

L’étreinte empoisonnée entre les élites américaines et la Chine a commencé il y a près de 50 ans, lorsque Henry Kissinger a vu que l’ouverture des relations entre les deux ennemis de l’époque exposerait le fossé grandissant entre la Chine et l’Union soviétique, plus menaçante. Au cœur des retombées entre les deux géants communistes se trouvait le rejet de Staline par les dirigeants soviétiques, que les Chinois allaient considérer comme le début de la fin du système communiste soviétique – et donc comme une erreur qu’ils ne commettraient pas.

Entre-temps, la manœuvre géopolitique de Kissinger est devenue la pierre angulaire de son héritage historique. Elle a également fait de lui un homme riche vendant son accès aux fonctionnaires chinois. À son tour, Kissinger a ouvert la voie à d’autres anciens décideurs politiques de haut rang pour qu’ils s’engagent dans leurs propres opérations de trafic d’influence étrangère, comme William Cohen, secrétaire à la défense dans l’administration de Bill Clinton, qui a ouvert la voie à la Chine pour qu’elle obtienne le statut permanent de nation parmi les plus favorisées en 2000 et devienne une pierre angulaire de l’Organisation mondiale du commerce. Le groupe Cohen a deux de ses quatre bureaux à l’étranger en Chine, et comprend un certain nombre d’anciens hauts fonctionnaires, dont l’ancien secrétaire à la défense de Trump, James Mattis, qui a récemment omis de divulguer son travail pour le groupe Cohen lorsqu’il a critiqué l’approche « avec nous ou contre nous » de l’administration Trump vis-à-vis de la Chine dans un éditorial. « La prospérité économique des alliés et partenaires des États-Unis dépend de relations commerciales et d’investissement solides avec Pékin », a écrit M. Mattis, qui a été littéralement payé par la Chine pour avoir adopté exactement cette position.

Pourtant, il est peu probable que Kissinger ait prévu que la Chine serait une vache à lait pour les anciens fonctionnaires américains lorsque lui et le président Richard M. Nixon se sont rendus dans la capitale chinoise que les Occidentaux appelaient alors Pékin en 1972. « Les Chinois ont estimé que Mao devait mourir avant de pouvoir s’ouvrir », déclare un ancien fonctionnaire de l’administration Trump. « Mao était encore en vie lorsque Nixon et Kissinger étaient là, il est donc peu probable qu’ils aient pu envisager le genre de réformes qui ont commencé en 1979 sous la direction de Deng Xiaoping. Mais même dans les années 1980, la Chine n’était pas compétitive par rapport aux États-Unis. Ce n’est que dans les années 1990, avec les débats annuels sur l’octroi à la Chine du statut de nation la plus favorisée dans le commerce, que la Chine est devenue un « rival commercial » – et un partenaire lucratif.

Le principal publiciste de l’ordre de l’après-guerre froide était Francis Fukuyama, qui, dans son livre de 1992 intitulé « La fin de l’histoire », soutenait qu’avec la chute du mur de Berlin, la démocratie libérale occidentale représentait la forme finale de gouvernement. Sur quoi Fukuyama s’est trompé après la chute du mur de Berlin n’était pas son évaluation de la force des formes politiques ; c’était plutôt la profondeur de son modèle philosophique. Il croyait qu’avec la fin de l’impasse entre les superpuissances, qui a duré près d’un demi-siècle, la dialectique historique opposant les modèles politiques les uns aux autres avait été résolue. En fait, la dialectique a pris une autre tournure.

Juste après avoir vaincu le communisme en Unio soviétique, l’Amérique a insufflé une nouvelle vie au parti communiste qui avait survécu. Et au lieu que les principes démocratiques occidentaux transforment le PCC, l’establishment américain a pris goût à la techno-autocratie orientale. La technologie est devenue le point d’ancrage de la relation américano-chinoise, le financement du PCC étant à l’origine de la création d’entreprises dans la Silicon Valley, en grande partie grâce aux efforts de Dianne Feinstein, qui, après Kissinger, est devenue le deuxième responsable le plus influent de la relation américano-chinoise pendant les 20 années suivantes.

En 1978, en tant que maire nouvellement élu de San Francisco, Feinstein s’est liée d’amitié avec Jiang Zemin, alors maire de Shanghai et finalement président de la Chine. En tant que maire de l’épicentre technologique des États-Unis, ses liens avec la Chine ont aidé ce secteur en pleine croissance à attirer les investissements chinois et ont fait de cet État la troisième économie du monde. Son alliance avec Jiang a également contribué à faire de son mari investisseur, Richard Blum, un homme riche. En tant que sénateur, elle a fait pression pour que la Chine obtienne le statut commercial permanent de la NPF en rationalisant les violations des droits de l’homme en Chine, tandis que son ami Jiang consolidait son pouvoir et devenait secrétaire général du Parti communiste en envoyant des chars sur la place Tiananmen. Feinstein l’a défendu. « La Chine n’a pas de police locale », a déclaré Feinstein. « D’où les chars », a rassuré le sénateur californien. « Mais c’est le passé. On apprend du passé. On ne le répète pas. Je pense que la Chine a appris une leçon. »

Pourtant, le passé aurait dû raconter une autre histoire au public de Feinstein à Washington. Les États-Unis n’ont pas fait de commerce avec Moscou et n’ont pas permis aux Russes de faire des dons importants pour leur campagne ou de conclure des partenariats d’affaires avec leurs conjoints. Les dirigeants américains de la guerre froide ont compris que de telles pratiques auraient ouvert la porte à Moscou et lui auraient permis d’influencer directement la politique et la société américaines de manière dangereuse. Fabriquer nos produits dans leurs usines ou leur permettre d’acheter les nôtres et de les expédier à l’étranger aurait rendu la technologie et la propriété intellectuelle vulnérables.

Mais il ne s’agissait pas seulement de mettre en péril la sécurité nationale, il s’agissait aussi d’exposer l’Amérique à un système en contradiction avec les valeurs américaines. Tout au long de cette période, l’Amérique s’est définie en opposition à la façon dont nous concevions les Soviétiques. Ronald Reagan était considéré comme grossier pour avoir qualifié l’Union soviétique d’ »empire du mal », mais la politique commerciale et étrangère de la fin de la Seconde Guerre mondiale à 1990 reflétait cette position consensuelle – la direction américaine de la Guerre froide ne voulait pas que le pays soit couplé à un État autoritaire à parti unique.

L’industriel Armand Hammer était célèbre parce qu’il était l’Américain qui faisait des affaires avec Moscou. Son point de vue était utile non pas en raison de ses connaissances uniques sur la société, la politique et la culture des affaires soviétiques qu’il partageait souvent avec les médias américains, mais parce qu’il était entendu qu’il présentait les points de vue que le Politburo voulait diffuser à un public américain. Aujourd’hui, l’Amérique compte des milliers d’Armand Hammers, qui font tous valoir la source de leur richesse, de leur prestige et de leur pouvoir.

Tout a commencé avec la décision de Bill Clinton, en 1994, de dissocier les droits de l’homme du statut commercial. Il était entré à la Maison Blanche en promettant de se concentrer sur les droits de l’homme, contrairement à l’administration de George H.W. Bush, et après deux ans de mandat, il a fait une tête d’enterrement. « Nous devons placer nos relations dans un cadre plus large et plus productif », a déclaré Clinton. Les groupes de défense des droits de l’homme et les syndicats américains ont été consternés. La décision de Clinton a envoyé un message clair, a déclaré le président de l’AFL-CIO de l’époque, Lane Kirkland, « peu importe ce que l’Amérique dit sur la démocratie et les droits de l’homme, en dernière analyse, ce sont les profits, et non les personnes, qui comptent le plus ». Certains démocrates, comme George Mitchell, alors leader de la majorité au Sénat, étaient opposés à la décision de Clinton, tandis que des républicains comme John McCain la soutenaient. Le chef du Conseil économique national de Clinton, Robert E. Rubin, a prédit que la Chine « deviendrait un partenaire commercial toujours plus grand et plus important ».

Plus de deux décennies plus tard, le nombre d’industries et d’entreprises américaines qui ont fait pression contre les mesures de l’administration Trump tentant de découpler la technologie chinoise de ses homologues américains est une mesure stupéfiante de l’intégration de deux systèmes rivaux qui prétendent défendre des ensembles de valeurs et de pratiques opposés. Des entreprises comme Ford, FedEx et Honeywell, ainsi que Qualcomm et d’autres fabricants de semi-conducteurs qui se sont battus pour continuer à vendre des puces à Huawei, existent toutes avec une jambe en Amérique et l’autre jambe fermement ancrée dans le principal rival géopolitique américain. Pour protéger les deux parties de leur activité, ils font preuve de mollesse en traitant la Chine de concurrent afin de masquer leur rôle dans la promotion d’un dangereux rival.

Presque toutes les grandes industries américaines ont des intérêts en Chine. De Wall Street-Citigroup, Goldman Sachs et Morgan Stanley à l’hôtellerie. Un employé de l’hôtel Marriott a été licencié lorsque des fonctionnaires chinois ont ont protesté contre un tweet qu’il avait émis en faveur du Tibet. Ils ont tous appris à jouer selon les règles du PCC.

« C’est tellement omniprésent qu’il vaut mieux se demander qui n’est pas lié à la Chine », déclare l’ancien fonctionnaire de l’administration Trump, le général (retraité) Robert Spalding.

Il n’est pas surprenant que la Chambre de commerce américaine, autrefois républicaine et fiable, ait été en première ligne de l’opposition aux politiques de Trump concernant la Chine, non seulement en ce qui concerne les droits de douane proposés, mais aussi en ce qui concerne son appel aux entreprises américaines pour qu’elles commencent à déplacer leurs chaînes d’approvisionnement essentielles ailleurs, même dans le sillage d’une pandémie. La National Defense Industrial Association s’est récemment plainte d’une loi interdisant aux entrepreneurs de la défense d’utiliser certaines technologies chinoises. « Presque tous les entrepreneurs qui travaillent avec le gouvernement fédéral », a déclaré un porte-parole du groupe commercial, « devraient arrêter ».

Même l’administration Trump était divisée entre les faucons et les accommodationnistes, que les premiers appelaient « Des câlineurs de Pandas ». La majorité des fonctionnaires de Trump se trouvaient dans ce dernier camp, notamment le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, un ancien producteur d’Hollywood. Si l’industrie cinématographique a été la première et la plus bruyante à se plaindre que la Chine lui volait sa propriété intellectuelle, elle a fini par s’associer avec Pékin et l’apaiser. Les studios ne sont pas en mesure d’exploiter l’énorme marché chinois sans observer les lignes rouges du PCC. Par exemple, dans la prochaine suite de Top Gun, Paramount a proposé de brouiller les patchs de Taiwan et du Japon sur la veste « Maverick » de Tom Cruise pour la sortie du film en Chine, mais les censeurs de CCP ont insisté pour que les patchs ne soient montrés dans aucune version du monde.

Dans l’administration Trump, explique l’ancien conseiller Trump Spalding, « il y a eu une très forte poussée pour poursuivre une coopération incontestée avec la Chine. De l’autre côté, il y avait un plus petit nombre de ceux qui voulaient repousser ».

Apple, Nike et Coca Cola ont même fait pression contre la loi ouïgoure sur la prévention du travail forcé. L’avant-dernier jour du mandat de Trump, son secrétaire d’État, Mike Pompeo, a annoncé que les États-Unis avaient « déterminé que la République populaire de Chine commettait un génocide et des crimes contre l’humanité au Xinjiang, en Chine, en ciblant les musulmans ouïgours et les membres d’autres groupes ethniques et religieux minoritaires ». Cela rend complices de génocide un certain nombre de grandes marques américaines qui ont recours au travail forcé des Ouïghours, notamment, selon une étude australienne de 2020, Nike, Adidas, Gap, Tommy Hilfiger, Apple, Google, Microsoft et General Motor.

L’idée que les pays qui bafouent les droits humains et démocratiques fondamentaux ne devraient pas être directement financés par l’industrie américaine et bénéficier d’un accès privilégié aux fruits de la recherche financée par le gouvernement américain et à une technologie qui appartient à proprement parler au peuple américain n’est guère une idée partisane et n’a, ou ne devrait pas avoir, grand chose à voir avec Donald Trump. Mais l’histoire montrera que la fusion des élites américaines et chinoises a atteint son apogée pendant l’administration de Trump, lorsque le président s’est fait le point de mire de la classe chinoise, qui avait adopté le Parti démocrate comme principal véhicule politique. Cela ne veut pas dire que les républicains de l’establishment sont coupés de l’oligarchie pro-chinoise – le leader du GOP au Sénat Mitch McConnell ; le beau-père milliardaire constructeur naval James Chao a grandement bénéficié de sa relation avec le PCC, y compris son camarade d’université Jiang Zemin. Les dons de la famille Chao ont catapulté McConnell à quelques places seulement en dessous de Feinstein dans la liste des sénateurs les plus riches.

Surfant sur le tsunami médiatique de la haine de Trump, la classe moyenne chinoise a cimenté son pouvoir au sein des institutions de l’État et des bureaucraties de sécurité qui ont longtemps été les réserves des démocrates et dont les habitants de la classe salariale étaient désireux de ne pas être étiquetés comme des « collaborateurs » du président qu’ils servaient ostensiblement. L’adaptation aux aspects les plus menaçants du régime communiste chinois, en cours depuis la fin des années 1990, a été mise en place rapidement. Parler de la façon dont Nike fabriquait ses baskets dans les camps d’esclaves chinois n’était plus à la mode. Les nouvelles selon lesquelles la Chine volait des secrets scientifiques et militaires américains, dirigeait d’importants réseaux d’espionnage dans la Silicon Valley et compromettait des membres du Congrès comme Eric Swalwell, versait d’importants honoraires à des professeurs de haut niveau de l’Ivy League dans le cadre d’un programme bien organisé de vol intellectuel, ou représentait de quelque manière que ce soit un danger pour son propre peuple ou pour ses voisins, sans parler du mode de vie américain, ont été étouffées et rejetées comme de la propagande pro-Trump.

L’Agence centrale de renseignements a ouvertement protégé les efforts chinois visant à saper les institutions américaines. La direction de la CIA a intimidé les analystes du renseignement pour qu’ils modifient leur évaluation de l’influence et de l’ingérence de la Chine dans notre processus politique afin qu’elle ne soit pas utilisée pour soutenir des politiques avec lesquelles ils étaient en désaccord – les politiques de Trump. Il n’est pas étonnant que la protection de l’Amérique ne soit pas le capital le plus urgent de la direction de la CIA : la technologie qui stocke les informations de l’agence est gérée par Amazon Web Services, qui appartient au distributeur américain numéro un en Chine, Jeff Bezos.

Pour ceux qui ont réellement compris ce que faisaient les Chinois, la partisanerie était une préoccupation nettement secondaire. Le comportement des Chinois était authentiquement alarmant, tout comme l’incapacité apparente des principales institutions de sécurité américaines à le prendre au sérieux. « Tout au long des années 1980, les personnes qui défendaient les intérêts de puissances étrangères dont les idées étaient contraires à la forme républicaine de gouvernement ont été ostracisées », explique un ancien responsable du renseignement de l’administration Obama. « Mais avec l’avènement du mondialisme, ils ont trouvé des excuses à la Chine, allant même jusqu’à plier le renseignement en fonction de leurs préférences. Pendant les années Bush et Obama, l’évaluation standard était que les Chinois n’avaient aucune envie de construire une marine de guerre. Cela ne convenait pas à leur point de vue. La Chine a maintenant un troisième porte-avions en production ».

Le dégoût de l’atout a fourni leur excuse politique, mais l’establishment américain de la sécurité et de la défense avait son propre intérêt à fermer les yeux sur la Chine. Vingt ans de gaspillage d’hommes, d’argent et de prestige dans des engagements militaires qui ont commencé dans la « guerre contre la terreur » de George W. Bush se sont avérés de peu de valeur stratégique pour les États-Unis. Cependant, le déploiement d’Américains pour assurer la sécurité dans les champs de bataille du Moyen-Orient a largement profité à Pékin. Le mois dernier, le géant chinois de l’énergie Zen Hua a profité de la faiblesse de l’économie irakienne en payant 2 milliards de dollars pour un approvisionnement en pétrole de 130 000 barils par jour pendant cinq ans. En cas de hausse des prix, l’accord permet à la Chine de revendre le pétrole.

En Afghanistan, les grandes mines de cuivre, de métal et de minéraux dont les troupes américaines assurent encore ostensiblement la sécurité appartiennent à des entreprises chinoises. Et parce que l’Afghanistan est limitrophe du Xinjiang, Xi Jinping craint qu’ »après le retrait des troupes américaines d’Afghanistan, les organisations terroristes positionnées aux frontières de l’Afghanistan et du Pakistan puissent rapidement s’infiltrer en Asie centrale ». En d’autres termes, les troupes américaines sont déployées à l’étranger dans des endroits comme l’Afghanistan, moins pour protéger les intérêts américains que pour assurer la sécurité de l’initiative chinoise « Belt and Road ».

« On pense que nous ne sommes pas dans le même type de conflit avec eux qu’avec l’URSS », déclare l’ancien responsable de l’administration Obama. « Mais c’est le cas. » Le problème est que la quasi-totalité de l’establishment américain – qui est centré sur le Parti démocrate – est fermement de l’autre côté.

Jusqu’à l’été 2019, Trump semblait se diriger vers un second mandat à la Maison Blanche. Non seulement l’économie était en plein essor et le chômage à un niveau record, mais il se ralliait sur le terrain même où il avait choisi d’affronter ses adversaires. La guerre commerciale de Trump avec Pékin a montré qu’il voulait sérieusement forcer les entreprises américaines à déplacer leurs chaînes d’approvisionnement. En juillet, des entreprises technologiques américaines de premier plan comme Dell et HP ont annoncé qu’elles allaient transférer une grande partie de leur production hors de Chine. Amazon, Microsoft et Alphabet ont déclaré qu’elles prévoyaient également de transférer une partie de leur production ailleurs.

C’est exactement à ce même moment, fin juin et début juillet 2019, que les habitants de Wuhan ont commencé à remplir les rues, furieux que les fonctionnaires responsables de la santé et de la prospérité des 11 millions d’habitants de la ville les aient trahis. Ils étaient malades et craignaient de l’être encore plus. Les personnes âgées avaient le souffle coupé. Les marcheurs brandissent des banderoles disant : « Nous ne voulons pas être empoisonnés, nous avons juste besoin d’une bouffée d’air frais. Les parents s’inquiétaient pour la vie de leurs enfants. Ils craignaient que les malades n’aient subi des dommages permanents à leurs systèmes immunitaire et nerveux.

Les autorités ont censuré les comptes-rendus des médias sociaux, les photos et les vidéos des manifestations, et des policiers en civil ont surveillé les fauteurs de troubles et arrêté les plus bruyants. Les entreprises ayant été fermées, les manifestants n’avaient nulle part où se cacher. Certains ont été emmenés dans des fourgonnettes. Ils avaient été avertis par les autorités : « Les organisations de sécurité publique vont résolument sévir contre les actes criminels illégaux tels que l’incitation et la provocation malveillantes. »

Ce n’est pas le COVID-19 qui a envoyé les habitants de Wuhan dans les rues à l’époque, car le COVID-19 ne commencera à se répandre qu’en hiver. Au début de l’été 2019, ce qui menaçait la santé publique à Wuhan était le fléau de la pollution de l’air. C’est une partie jusqu’alors inconnue de l’histoire de l’horrible année dernière en Amérique.

Pour faire face aux monticules d’ordures qui empoisonnent l’atmosphère, les autorités ont prévu de construire une usine d’incinération des déchets – un plan qui a alarmé à juste titre les habitants de la ville. (En 2013, cinq usines d’incinération à Wuhan se sont avérées émettre des polluants dangereux). D’autres villes étaient également descendues dans la rue pour protester contre la pollution de l’air – Miamon en 2007, Shanghai en 2015, Chengdu en 2016, Qingyuan en 2017 – envoyant à chaque fois des vagues de panique à la direction du PCC, qui craignait le moindre écho des manifestations pro-démocratiques de 1989 sur la place Tiananmen et la perspective de voir des manifestations démocratiques indisciplinées à Hong Kong se frayer un chemin jusqu’au continent et allumer un feu de broussailles populaire. Que se passerait-il si les troubles s’étendaient d’une ville à l’autre, avec le pays tout entier, 1,4 milliard d’habitants, et finissaient par échapper à tout contrôle ?

Le PCC a appris que la façon d’empêcher les troubles de devenir viraux est de les mettre en quarantaine. Le parti s’est montré particulièrement habile à neutraliser les populations minoritaires du pays, d’abord les Tibétains, et plus récemment la minorité ethnique musulmane turque des Ouïghours, par des quarantaines et des incarcérations de masse, gérées par des réseaux de surveillance électronique qui ont ouvert la voie aux prisons et aux camps de travail forcé. En 2019, le triste sort des Ouïghours de Chine était devenu un sujet de préoccupation – qu’il soit sincère ou simplement axé sur les relations publiques – même parmi ceux qui ont énormément profité de leur travail forcé.

Les 13,5 millions de Ouïghours du pays sont concentrés dans le Xinjiang, ou Turkestan oriental, une région du nord-ouest de la Chine de la taille de l’Iran, riche en charbon, en pétrole et en gaz naturel. Situé à la frontière du Pakistan, le Xinjiang est un point d’arrivée des voies d’approvisionnement critiques de l’Initiative des ceintures et des routes, le projet de Xi d’un billion de dollars visant à créer une sphère d’intérêt mondiale pour la Chine. Toute perturbation potentielle de l’IRB constitue une menace pour les intérêts vitaux de la Chine. Xi a vu dans l’attaque d’avril 2014, au cours de laquelle des combattants ouïghours ont poignardé plus de 150 personnes dans une gare, une occasion de sévir.

Préparez-vous à une « offensive fracassante et oblitérante », a déclaré Xi aux officiers de police et aux troupes. Ses adjoints ont donné des ordres de grande envergure : « Rassemblez tous ceux qui doivent être rassemblés. » Les fonctionnaires qui ont fait preuve de pitié ont été eux-mêmes arrêtés, humiliés et pris en exemple pour avoir désobéi à « la stratégie de la direction centrale du parti pour le Xinjiang ».

Selon un rapport du New York Times de novembre 2019, les autorités chinoises étaient surtout préoccupées par les étudiants ouïghours qui rentraient chez eux après avoir été scolarisés en dehors de la province. Les étudiants avaient « des liens sociaux étendus dans tout le pays » et utilisaient des médias sociaux dont « l’impact », craignaient les responsables, était « étendu et difficile à éradiquer ». La tâche consistait à mettre en quarantaine les informations sur ce qui se passait réellement dans les camps de détention. Lorsque les étudiants demandaient où se trouvaient leurs proches et ce qu’il leur était arrivé, les fonctionnaires étaient invités à dire « aux étudiants que leurs proches avaient été « infectés » par le « virus » du radicalisme islamique et devaient être mis en quarantaine et soignés ».

Mais ce ne sont pas seulement les personnes les plus susceptibles de commettre des attentats terroristes – les jeunes hommes – qui ont été soumises à la politique de verrouillage de la Chine. Selon les documents, les fonctionnaires ont été informés que « même les grands-parents et les membres de la famille qui semblaient trop âgés pour commettre des actes de violence ne pouvaient être épargnés ».

Lorsqu’un véritable virus a frappé à l’automne 2019, les autorités chinoises ont suivi le même protocole, mettant en quarantaine non seulement les fauteurs de troubles potentiels, mais aussi tout le monde à Wuhan, dans l’espoir d’éviter un tollé public encore plus important que celui qu’elles avaient étouffé dans la même ville quelques mois auparavant.

Il y a une bonne raison pour laquelle le confinement – la mise en quarantaine de ceux qui ne sont pas malades – n’avait jamais été utilisé auparavant comme mesure de santé publique. Les dirigeants d’une ville, d’un État ou d’une nation n’emprisonnent pas les leurs, sauf s’ils veulent signaler qu’ils imposent une punition collective à l’ensemble de la population. Elle n’avait jamais été utilisée auparavant comme mesure de santé publique car elle est un instrument de répression politique largement reconnu.

Fin décembre 2019, les autorités chinoises ont commencé à verrouiller les comptes des médias sociaux mentionnant le nouveau virus, les médecins qui en avaient averti ou qui en avaient parlé avec leurs collègues ont été réprimandés et un autre, prétendument infecté par COVID-19, est mort. Tous les voyages intérieurs à destination et en provenance de Wuhan ont été arrêtés. Si le but de ces mesures était vraiment d’empêcher la propagation de la contagion, il convient de noter que les vols internationaux ont continué. Il semble plutôt que l’interdiction des voyages intérieurs, tout comme la censure des médias sociaux, visait à empêcher que la nouvelle de la bévue du gouvernement ne se répande dans toute la Chine et n’entraîne des troubles massifs, peut-être incontrôlables.

Si les rues de Wuhan s’étaient remplies en juin et juillet pour protester contre l’incompétence meurtrière des autorités lorsqu’elles ont dissimulé les plans d’un incinérateur qui allait rendre malade la population d’une ville, comment le public chinois réagirait-il en découvrant que la source d’une maladie respiratoire destinée à toucher tout le pays n’était pas un accident de la nature survenu dans un marché humide, comme l’ont prétendu les responsables, mais bien l’Institut de virologie de Wuhan du PCC lui-même ?

En janvier, l’ancien conseiller adjoint à la sécurité nationale de l’administration Trump, Matt Pottinger, a déclaré aux responsables britanniques que les derniers renseignements américains montrent que la source la plus probable de COVID-19 est l’Institut de virologie de Wuhan. Pottinger, selon le Daily Mail – une publication britannique qui est l’un des rares organes de presse occidentaux à avoir rapporté les déclarations de Pottinger – a affirmé que l’agent pathogène pourrait s’être échappé par une fuite ou un accident.

Selon une fiche d’information du Département d’État publiée en janvier, les États-Unis « ont des raisons de croire que plusieurs chercheurs du laboratoire de Wuhan sont tombés malades à l’automne 2019, avant le premier cas identifié de l’épidémie ». La fiche d’information explique en outre que le laboratoire du gouvernement chinois a mené des recherches sur un coronavirus de chauve-souris très similaire au COVID-19 depuis 2016. Depuis au moins 2017, le WIV mène des recherches classifiées pour le compte de l’armée chinoise. « Pendant de nombreuses années, les États-Unis ont publiquement fait part de leurs préoccupations concernant les travaux passés de la Chine en matière d’armes biologiques, que Pékin n’a ni documenté ni manifestement éliminés, malgré ses obligations claires au titre de la Convention sur les armes biologiques ».

Les preuves que la pandémie n’a pas commencé dans un marché humide de Wuhan ont été publiées dès janvier 2020, quelques jours après que Pékin ait mis en place le verrouillage le 23 janvier. Selon le journal médical britannique The Lancet, 13 des 41 premiers cas, dont le premier, n’avaient aucun lien avec le marché. En mai, le directeur du centre chinois de contrôle et de prévention des maladies a confirmé qu’il n’y avait aucun lien entre COVID-19 et le marché des produits humides. « Le nouveau coronavirus existait bien avant » qu’il ne soit trouvé sur le marché, a déclaré le responsable chinois.

Après le rapport du Lancet, des fonctionnaires républicains proches de l’administration Trump ont contesté le compte rendu officiel de Pékin. « Nous ne savons pas d’où il provient, et nous devons aller au fond des choses », a déclaré le sénateur Tom Cotton en février. « Nous savons aussi qu’à quelques kilomètres de ce marché alimentaire se trouve le seul super laboratoire chinois de niveau 4 de biosécurité qui effectue des recherches sur les maladies infectieuses humaines ». Cotton a déclaré que les Chinois avaient été fourbe et malhonnête. « Nous devons au moins poser la question pour voir ce que disent les preuves », a déclaré M. Cotton. « Et la Chine ne donne actuellement aucune preuve sur cette question. »

La presse corporative américaine a dénigré la recherche de réponses de Cotton. Le Washington Post de Jeff Bezos a affirmé que Cotton « attise les braises d’une théorie de conspiration qui a été démentie à plusieurs reprises par les experts ». Trump a été ridiculisé pour avoir contredit les services d’espionnage américains lorsque le président a déclaré qu’il avait une grande confiance dans le fait que le coronavirus provenait d’un laboratoire de Wuhan. Le sénateur Ted Cruz a déclaré qu’en écartant les questions évidentes sur les origines de la pandémie, la presse « abandonnait toutes les prétentions du journalisme pour produire de la propagande du PCC ».

La publication en janvier d’un article de Nicholson Baker dans le New York Magazine, qui défend le même argument que les responsables de Trump et du GOP depuis l’hiver dernier, soulève des questions utiles. Pourquoi les journalistes ont-ils automatiquement cherché à discréditer le scepticisme de l’administration Trump concernant l’histoire de l’origine du coronavirus à Pékin ? Pourquoi avoir attendu la fin des élections pour autoriser la publication de preuves que l’histoire du PCC était fallacieuse ? Bien sûr, les médias préféraient Biden et voulaient que Trump disparaisse à tout prix, mais comment cela affecterait-il les chances électorales du démocrate de dire la vérité aux Américains sur la Chine et sur COVID-19 ?

La Chine avait cultivé beaucoup d’amis dans la presse américaine, c’est pourquoi les médias relaient les statistiques du gouvernement chinois avec un visage direct – par exemple que la Chine, quatre fois plus grande que les États-Unis, a subi 1/100ème du nombre de décès de COVID-19. Mais le fait essentiel est le suivant : En légitimant les récits du PCC, les médias couvrent non pas principalement la Chine mais la classe américaine qui tire sa puissance, sa richesse et son prestige de la Chine. Non, Pékin n’est pas le méchant ici, c’est un acteur international responsable. En fait, nous devrions suivre l’exemple de la Chine. Et en mars, avec l’accord initial de Trump, les responsables américains ont imposé aux Américains les mêmes mesures répressives que celles utilisées par les puissances dictatoriales tout au long de l’histoire pour faire taire leur propre peuple.

Finalement, l’oligarchie pro-chinoise en viendrait à voir l’ensemble des avantages qu’offrent les mesures de verrouillage. Ces mesures ont enrichi les principaux oligarques – 85 milliards de dollars dans le seul cas de Bezos – tout en appauvrissant la base des petites entreprises de Trump. En imposant des règlements anticonstitutionnels par décret, les autorités municipales et étatiques ont normalisé l’autocratie. Et surtout, le verrouillage a donné à l’establishment américain une raison plausible de donner l’investiture à son candidat après qu’à peine un tiers des délégués l’aient choisi, puis de le garder caché dans sa cave pendant toute la durée de la campagne présidentielle. Et pourtant, dans un sens, Joe Biden a vraiment représenté un retour à la normale dans les relations américano-chinoises qui durent depuis des décennies.

Après l’élection de M. Biden, le ministre chinois des affaires étrangères a appelé à une remise à plat des relations américano-chinoises, mais les militants chinois affirment que la politique de M. Biden envers la Chine est déjà fixée. « Je suis très sceptique à l’égard d’une administration Biden car je crains qu’il ne permette à la Chine de revenir à la normale, ce qui est un génocide des Ouïghours au XXIe siècle », a déclaré un militant des droits de l’homme au New York Times après l’élection. Avec Biden comme président, a déclaré un autre « c’est comme si Xi Jinping était à la Maison Blanche ».

En novembre, une vidéo a circulé sur les médias sociaux, prétendant documenter un discours public prononcé par le chef d’un groupe de réflexion chinois proche du gouvernement de Pékin. « Trump a mené une guerre commerciale contre nous », a-t-il déclaré à un public chinois. « Pourquoi ne pouvions-nous pas le gérer ? Pourquoi est-ce qu’entre 1992 et 2016, nous avons toujours résolu les problèmes avec les États-Unis ? Parce que nous avions des gens là-haut. Dans le noyau dur du pouvoir américain, nous avons de vieux amis ». La foule reconnaissante a ri avec lui. « Au cours des trois ou quatre dernières décennies, a-t-il poursuivi, nous avons profité du cercle central de l’Amérique. Comme je l’ai dit, Wall Street a une influence très profonde… Nous avions l’habitude de compter beaucoup sur eux. Le problème, c’est qu’ils sont en déclin depuis 2008. Plus important encore, après 2016, Wall Street ne pouvait plus contrôler Trump … Dans la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, ils ont essayé d’aider. Mes amis aux États-Unis m’ont dit qu’ils ont essayé d’aider, mais qu’ils n’ont pas pu. Maintenant que Biden a gagné les élections, les élites traditionnelles, les élites politiques, l’establishment, ont une relation très étroite avec Wall Street ».

Est-ce vrai ? La petite fortune que la secrétaire au Trésor Janet Yellen a gagnée en s’exprimant simplement devant le public de Wall Street est de notoriété publique. Mais elle a eu des mots durs pour Pékin lors de son audience de confirmation le mois dernier, critiquant même le PCC pour « d’horribles violations des droits de l’homme » contre les Ouïghours. Mais les curriculum vitae des personnes choisies par Biden pour les postes de haut niveau de la sécurité nationale racontent une autre histoire. La nouvelle directrice du renseignement national Avril Haines et le secrétaire d’État Antony Blinken ont travaillé dans une entreprise de Beltway appelée WestExec, qui a supprimé son travail au nom du PCC de son site web peu avant l’élection.

Colin Kahl, assistant de sécurité de longue date de Biden, qui a décroché la troisième place au Pentagone, a travaillé dans un institut de l’université de Stanford jumelé avec l’université de Pékin, une école dirigée par un ancien chef espion du PCC et considérée depuis longtemps comme un risque pour la sécurité par les services de renseignement occidentaux.

À la tête du groupe de réflexion du Center for American Progress, le choix de Biden pour le directeur du Bureau de la gestion et du budget, Neera Tanden, s’est associé à une organisation d’échange américano-chinoise créée comme un front « pour coopter et neutraliser les sources d’opposition potentielle aux politiques et à l’autorité » du PCC et « influencer les communautés chinoises d’outre-mer, les gouvernements étrangers et d’autres acteurs pour qu’ils prennent des mesures ou adoptent des positions favorables à Pékin ».

L’assistant spécial de Biden pour le personnel présidentiel, Thomas Zimmerman, était un boursier de l’Académie des sciences sociales de Shanghai, signalée par les agences de renseignement occidentales pour ses liens avec le ministère chinois de la sécurité d’État.

L’ambassadeur des Nations unies Linda Thomas-Greenfield a prononcé un discours en 2019 à l’Institut Confucius financé par le gouvernement chinois à Savannah, en Géorgie, où elle a loué le rôle de la Chine dans la promotion de la bonne gouvernance, de l’égalité des sexes et de l’État de droit en Afrique. « Je ne vois pas pourquoi la Chine ne pourrait pas partager ces valeurs », a-t-elle déclaré. « En fait, la Chine est dans une position unique pour diffuser ces idéaux étant donné sa forte empreinte sur le continent ».

La famille du nouveau commandant en chef aurait reçu un prêt sans intérêt de 5 millions de dollars d’hommes d’affaires ayant des liens avec l’armée chinoise, tandis que le fils de Biden, Hunter, a qualifié son partenaire commercial chinois de « chef espion de la Chine ». La raison pour laquelle la presse et les médias sociaux ont censuré les rapports préélectoraux sur les liens présumés de Hunter Biden avec le PCC n’était pas de le protéger – 5 millions de dollars, c’est moins que ce que Bezos a gagné chaque heure pendant la pandémie. Non, pour l’oligarchie pro-chinoise, le but de faire élire Joe Biden était de se protéger.

Les rapports qui prétendent que l’administration Biden poursuivra les efforts agressifs de l’administration Trump pour faire reculer l’industrie technologique chinoise sont une erreur d’orientation. La nouvelle administration est chargée de lobbyistes pour l’industrie technologique américaine, qui sont déterminés à remettre sur les rails les relations entre les États-Unis et la Chine. Le chef de cabinet de M. Biden, Ron Klain, faisait auparavant partie du conseil exécutif de TechNet, le groupe commercial qui fait du lobbying pour la Silicon Valley à Washington. Le conseiller juridique de Biden à la Maison Blanche est Steve Ricchetti, dont le frère Jeff a été engagé pour faire du lobbying pour Amazon peu après l’élection.

Yellen déclare que « la Chine est clairement notre plus important concurrent stratégique ». Mais l’oligarchie pro-chinoise n’est pas en concurrence avec le pays d’où elle tire sa richesse, sa puissance et son prestige. L’autocratie chinoise est leur modèle. Considérez le déploiement de plus de 20 000 membres des forces armées américaines dans tout Washington, D.C., pour assurer la sécurité de l’investiture d’un président qui est rarement vu en public à la suite d’une marche de protestation sporadiquement violente qui a été présentée comme une insurrection et un coup d’État ; le retrait des voix de l’opposition des médias sociaux, ainsi que le retrait des plateformes de médias sociaux concurrentes elles-mêmes ; l’effort naissant pour empêcher la moitié des Américains qui soutiennent Trump d’accéder aux soins de santé, au crédit, à la représentation juridique, à l’éducation et à l’emploi, avec pour objectif ultime de redéfinir la protestation contre les politiques de l’administration actuelle comme du « terrorisme intérieur ».

Ce qui semble clair, c’est que l’inauguration de Biden marque l’hégémonie d’une oligarchie américaine qui voit sa relation avec la Chine comme un bouclier et une épée contre ses propres compatriotes. À l’instar des Trente Tyrans d’Athènes, ils ne se contentent pas de mépriser un système politique qui reconnaît les droits naturels de tous ses citoyens dont notre créateur les a dotés ; ils méprisent en particulier l’idée que ceux qu’ils gouvernent ont les mêmes droits qu’eux. En témoigne leur respect nouveau pour l’idée que la parole ne devrait être libre que pour les quelques éclairés qui savent l’utiliser correctement. Comme Critias et la faction pro-Sparta, la nouvelle oligarchie américaine estime que les échecs de la démocratie sont la preuve de leur propre droit exclusif au pouvoir – et ils sont heureux de gouverner en partenariat avec une puissance étrangère qui les aidera à détruire leurs propres compatriotes.

Que nous apprend l’histoire sur ce moment ? La mauvaise nouvelle est que les Trente Tyrans ont exilé des démocrates athéniens notables et ont confisqué leurs biens tout en assassinant environ 5% de la population athénienne. La bonne nouvelle, c’est que leur règne a duré moins d’un an.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Source de l’article de Lee Smith, paru sur Tablet sous le titre « The Thirty Tyrants » https://www.tabletmag.com/sections/news/articles/the-thirty-tyrants

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

 

Leave a Reply

Translate »