Publication journalière d’extraits du livre VOUS AVEZ DIT PROPHETES ? de Haïm Goël / Extrait N°6

By 17 février 2021Études bibliques

Et vous avez fait chaque fois le même constat : IL NE S’EST RIEN PASSE… Ne commettez plus jamais cette erreur et en ce qui concerne cette stratégie qui se met en place actuellement LAISSEZ-VOUS CONDUIRE par l’Esprit là où Il vous veut, comme II vous veut et quand Il vous veut, QUI QUE VOUS SOYEZ (ou pensez être…).

Je placerai des gardiens invisibles (des anges) aux portes de cette nouvelle stratégie et Je permettrai que certains soient frappés par la maladie ou d’autres maux si nécessaire afin d’empêcher l’idolâtrie d’y pénétrer (sous forme de récupération, de manipulation).

Prenez garde ! Je demande À TOUS MES ENFANTS de prier et de veiller avec amour mais détermination à ce sujet. C’est ici un temps où se dessine clairement l’appartenance de chacun : Vierge sage ou vierge folle !

Ce serait folie que de persévérer dans des choses où Je ne suis plus. Sachez discerner les temps et agir en fonction de ce que Mon Esprit dit clairement aux cœurs ouverts aujourd’hui, en profondeur. »

Voici encore des extraits d’une parole adressée au cours de la prédication du Shabbat du 7 mars 2020 à Samuel Peterschmitt. Le courrier mesuré et positif envoyé ensuite à Samuel Peterschmitt est resté sans réponse.

7 mars 2020 – Ballaigues – Suisse – Prophétie de Haïm Goël

« Je ne sais pas, Samuel, (Samuel Peterschmitt) si tu vas entendre le message que je relâche aujourd’hui. Je pense que je fais partie aussi des gens que tu as pu considérer jadis comme des « vedettes », mais je ne suis pas une vedette.

Je voudrais t’encourager Samuel, et te demander de bénir le Seigneur, parce que même si c’est extrêmement dur de vivre ce que tu vis maintenant, c’est en fait salutaire.

Et peut-être pourrais-tu te rappeler, et je le dis parce que le Seigneur m’a dit de te le dire, Samuel, je te le dis avec vraiment beaucoup d’amour et beaucoup de respect, je dis bien respect, je te demande de te rappeler Samuel, de la seule fois où je suis venu prêcher dans ton église, il y a bien des années. Et pour y parvenir, cela a été un combat spirituel terrible sur la route, je m’en souviens et tu dois t’en souvenir, Samuel. Et lorsque je suis arrivé chez toi, presque en retard, j’ai prêché un message sous forme prophétique qui disait, en deux mots qui résument le tout:

« Il faut transformer l’église, et il faut faire des petites cellules de quinze-vingt personnes un peu partout ».

L’église de Mulhouse était composée à l’époque de mille membres à peu près, maintenant c’est deux mille cinq cents personnes environ, mais les chaises sont vides, il n’y a plus personne.

Imaginez transformer mille personnes en groupes de vingt personnes, cela fait cinquante mini-groupes assemblés dans toute une région. Ah, ça ne brille pas !

Si ce sont cinquante petites assemblées qui pratiquent l’amour des âmes, qui vont vers les gens et qui prient pour la guérison, qui manifestent l’amour que Papa Jean connaissait et vivait, vous imaginez la force de cette chose ?

Alors, rappelle-toi de cela Samuel, et peut-être qu’il aurait fallu…, parce que tu t’es levé à la fin de la réunion, je m’en souviens, et tu as dit devant tout le monde avec beaucoup d’honnêteté d’ailleurs : 

« C’est extraordinaire ! Le frère vient de nous décrire dans son message prophétique (c’était un message prophétique qui a duré à peu près quarante minutes, je m’en souviens, il doit toujours exister, il suffit de le retrouver) tout ce que nous venons de discuter avec les anciens de l’église. »

Eh bien, Samuel, peut-être que le temps est venu. Il n’est jamais trop tard.

Je souhaite vraiment que D.ieu bénisse ta réflexion et les choix que tu vas faire, dans le beau nom de Yeshoua.

Sois béni Samuel.

Amen !

Et toujours le 7 mars pour les membres de notre œuvre : 7 mars 2020 – Ballaigues – Suisse – Prophétie de Haïm Goël

Pensée du Seigneur :

« Ce que vous voyez faire à travers ce fléau est une peste que Mon Fils vous a annoncée, dit le Seigneur.  Yeshoua vous a annoncé qu’il y aurait des guerres, des bruits de guerre et bien des choses, bien des troubles, des tremblements de terre, et tout cela, nous l’avons sous les yeux de manière croissante aujourd’hui.

Ce que vous Me voyez faire, dit le Seigneur, ce sont Mes jugements ; sachez que Je parcours toute Mon Église aujourd’hui, et Je regarde.

Et Je veux vous dire à vous qui êtes rassemblés ici, aujourd’hui en ce saint Shabbat, Je dois vous dire ceci : J’aimerais Me manifester bien plus parmi vous, mais Je restreins Mes visitations, parce que Je connais ceux parmi vous qui ne Me cherchent pas vraiment de tout leur cœur.

Et à cause de cela, Je restreins Mes visitations pour l’église car, lorsqu’un membre du corps souffre, tout le corps souffre. Alors lorsqu’un membre est défaillant, tout le corps est affecté. »

Aussi le Seigneur me demande de vous dire, frères et sœurs, si les visitations de D.ieu ont tendance à plafonner, c’est de notre faute, et c’est de la faute ne serait-ce que d’une seule personne qui ne chercherait pas D.ieu de tout son cœur, qui ferait semblant, mais qui ne Le cherche pas vraiment de tout son cœur.

Et le Seigneur ne supporte plus cette tiédeur, cette tiédeur de l’église de Laodicée qui se dit qu’elle est riche, mais qui ne sait pas être nue et pauvre.

Alors le Seigneur exhorte le moindre d’entre nous à se questionner.

« Est-ce que tu Me cherches de tout ton cœur ? Non, tu ne Me cherches pas de tout ton cœur, et tu le sais bien. »

Alors le Seigneur te laisse du temps dans l’assemblée, et l’assemblée souffre à cause de toi, car « Je ne peux pas répandre mon Esprit comme Je le voudrais, comme Je l’ai répandu jadis, à cause de toi. Et Je te laisse encore du temps, Je te laisse encore du temps pour te repentir. Je te laisse du temps. »

Amen 

 

Les disciples de Yeshoua dans leur phase infantile agissaient en être immatures lorsqu’ils espéraient une promotion au titre de leader, en cela soutenus par leur mère pour deux d’entre eux.

Voyez en Matthieu 20.20 à 28 : « Alors la mère des fils de Zébédée s’approcha de Jésus avec ses fils, et se prosterna, pour Lui faire une demande. Il lui dit : Que veux-tu ?

Ordonne, Lui dit-elle, que mes deux fils, que voici, soient assis, dans Ton royaume, l’un à Ta droite, l’autre à Ta gauche. Jésus répondit : Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que Je dois boire ?

Nous le pouvons, dirent-ils. Et Il leur répondit : Il est vrai que vous boirez Ma coupe ; mais pour ce qui est d’être assis à Ma droite et à Ma gauche, cela ne dépend pas de Moi, et ne sera donné qu’à ceux à qui Mon Père l’a réservé.

Les dix, ayant entendu cela, furent indignés contre les deux frères. Jésus les appela, et dit : Vous savez que les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands les asservissent. Il n’en sera pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur ; et quiconque veut être le premier parmi vous, qu’il soit votre esclave.

C’est ainsi que le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner Sa vie comme la rançon de beaucoup. »

Notez que la mère de ces « enfants gâtés » demande à Yeshoua qu’Il ordonne.

Yeshoua est prié d’ordonner ?!?

En d’autres mots : ¾ Moi, la mère, je souhaite absolument, sans qu’on en discute, qu’il en soit ainsi. Avec un brin d’humour, je dirai que c’était une vraie mère juive…

C’est presque un ordre donné au Seigneur !

Dans le mouvement du faux Saint-Esprit, j’ai entendu un jour un prophète camerounais prier en ordonnant au Saint-Esprit de venir et d’agir.

Et, croyez-moi, une large part de ce qui se vit de prétendument charismatique relève tout au fond de cet état d’esprit qui veut que comme enfant de D.ieu j’ai Ie droit à tout « au nom de la foi » et, pire encore,  que j’ai tous les droits.

Il était urgent que D.ieu nous confine et nous coupe les bras !

Fort heureusement, ni la mère ni les fils en Matthieu 20 n’avaient encore conscience de ce que signifierait la Croix, c’est-à-dire se donner par amour pour vaincre la mort et la malédiction du péché, et ressusciter.

Il est d’ailleurs probable que l’indignation des autres disciples était tout aussi charnelle et immature…

Mais, dites-moi, pour nous tous qui connaissons l’essentiel et la finalité de nos vies sauvées au travers de la Croix, ce qui doit selon Éphésiens 4 se traduire par une transformation à l’image de Christ, qu’en est-il ?

Lisons Éphésiens à ce propos. Éphésiens 4.9 à 17 :

« Or, que signifie : Il est monté, sinon qu’Il est aussi descendu dans les régions inférieures de la terre ? Celui qui est descendu, c’est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux, afin de remplir toutes choses.

Et Il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de D.ieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ ; ainsi, nous ne serons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais en professant la vérité dans l’amour, nous croîtrons à tous égards en Celui qui est le chef, Christ. C’est de Lui, et grâce à tous les liens de Son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s’édifie lui-même dans l’amour. »

N’en déplaise à nos infantilismes qui nous portent déjà à envisager avec enthousiasme l’après confinement où nous pensons redémarrer tout “comme avant”, il n’y aura plus jamais un “comme avant”. Car percevons-nous la profondeur et le sérieux de ce qui se déroule sous nos yeux, affectant nos vies, nos destinées elles-mêmes, effaçant à coups de confinement ce qui doit en être effacé à jamais ? Laisserons-nous nos cœurs humbles aimer voir ce que D.ieu va faire, et comment Il va agir en nous, nous réduisant tous à être pêcheurs d’hommes, hors tout vedettariat d’hommes ou de structures d’hommes, pendant que le système de l’Anti-Christ se met en place sous nos yeux ?

Car le challenge de ce confinement, c’est celui-là, et dans notre œuvre située en Israël, Suisse et France, et suivie bien ailleurs dans la francophonie, c’est exactement le plan que D.ieu inscrit dans notre unité organique renforcée. Allez tous à l’écoute humble et paisible de D.ieu et évangélisez. Et D.ieu pourvoit en âmes de façon plus qu’étonnantes et en miracles divers tout aussi étonnants, époustouflants même par moment. Le voilà, le challenge prophétique du moment et ce sont les « petits », avec de « petits », tout petits moyens (pourtant suffisants), qui s’en emparent.

Alors, oui, ce réveil-là sera immense. IMMENSE, et il commence déjà…, sans tapage d’estrades. Et si vous rêvez, serviteurs égarés par le brio de vos outils, que bientôt quand tout sera fini, le Covid-19 et le confinement, on recommencera comme avant, vous avez déjà raté le tournant prophétique de ce moment… Après le confinement, nous nous rapprocherons du temps de la persécution qu’a annoncé Yeshoua !

Luc 21.12 à 19 : « Mais, avant tout cela, on mettra la main sur vous, et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues, on vous jettera en prison, on vous mènera devant des rois et devant des gouverneurs, à cause de Mon nom.

Cela vous arrivera pour que vous serviez de témoignage. Mettez-vous donc dans l’esprit de ne pas préméditer votre défense ; car Je vous donnerai une bouche et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront résister ou contredire. Vous serez livrés même par vos parents, par vos frères, par vos proches et par vos amis, et ils feront mourir plusieurs d’entre vous. Vous serez haïs de tous, à cause de Mon nom. Mais il ne se perdra pas un cheveu de votre tête ; par votre persévérance vous sauverez vos âmes ».

Ce fut lorsque Job fut dépouillé à l‘extrême et seulement que D.ieu dévoila à un homme brisé ce qu’il avait à lui dévoiler, c’est-à-dire Sa majesté souveraine bien au-delà de la « religion du bien » de Job, de ses œuvres bonnes mais humaines.

Certains semblent se réjouir du soutien tout affectueux des amis à telle ou telle œuvre éprouvée, ou à Mulhouse par exemple…

C’est sans doute le pire service qui leur est rendu, car ainsi ils voient soutenue, réconfortée la partie visible, trop humaine de leur service, la « gloire d’hommes » et rendent un hommage à ce qui fit la gloire d’hommes, eux et leurs moyens jusque-là, en les privant par-là de l’accès au discours de D.ieu en profondeur et alors qu’il y a peu de temps pour comprendre. Quel obstacle à ce que D.ieu veut nous dire !

Que comprennent ceux qui ont les yeux et les oreilles ouverts !

Peut-être est-ce le moyen le plus dangereux (et ça l’est) pour ne pas voir l’essentiel et laisser D.ieu agir à fond, là où cela est nécessaire, à condition d’accepter l’intimité exigeante avec D.ieu au détriment de TOUS SOUTIENS HUMAINS.

Le discours de D.ieu est simple et clair pour l’Église infantilisée de ce temps :

¾ Malgré toutes vos bonnes œuvres, celles de vos beaux et bons moyens d’apparence ultra corrects, dévoués même, vous M’avez écarté au profit de vos outils, de vos ministères que l’on nomme par exemple devant vous ministère de « GÉNÉRAL pour la francophonie » sans que vous ne soyez même affectés par cela, pour le refuser avec humilité et sainte et véhémente indignation.

Tant de pasteurs sont aujourd’hui, avec les apparences de la respectabilité et du « succès », les vrais patrons de leurs œuvres. Mais nous devrions dire « furent », car dans ce temps mis à part par et pour D.ieu, IL va, il faut l’espérer, provoquer un électrochoc salutaire chez beaucoup. Suivrons-nous D.ieu en Ses voies, jusqu’au bout, à fond, et avec sagesse, humilité, crainte de D.ieu ?

Nous avons peu de temps, ne tergiversons pas concernant l’ampleur et la profondeur de ce qui doit DISPARAÎTRE pour qu’apparaisse le miracle du D.ieu vivant en action.

Saviez-vous (beaucoup le savent, le savaient, et cela restait une espèce d’énigme non atteinte depuis. Une énigme qui, en ces jours, n’en sera plus une) que durant le réveil du Pays de Galles en certains endroits les pasteurs faisaient silence, n’osaient plus prêcher, car l’Esprit de D.ieu se mouvait SEUL avec une immense liberté et autorité, et les âmes étaient foudroyées dans la repentance ?

Leave a Reply

Translate »