Publication journalière d’extraits du livre VOUS AVEZ DIT PROPHETES ? de HAIM GOEL / Extrait N°9

By 21 février 2021Études bibliques

Une petite histoire :

Au commencement, il y avait Eden. L’homme compromit les bénéfices du plan parfait par la désobéissance et perdit Eden. Et le premier (vrai) prophète survint, Abel, qui par son sacrifice renvoie l’humanité à une restauration future d’un nouvel Eden qui prendra des siècles à s’initier à partir du sacrifice d’un agneau, le Messie Lui-même. Cher Abel, premier prophète VEILLEUR, il va nous falloir passer par un Millenium de paix pour réapprendre Eden et, enfin, pour les élus, vivre en Jérusalem Céleste pour y retrouver, pour les élus, une perfection éternelle et, pour ceux qui vivront sur une nouvelle terre, un nouvel Eden. Quel formidable veilleur éveillé fut Abel ! Notons au passage que selon le récit biblique Abel, le premier prophète, ne prononce pas une seule parole, mais pose un acte inspiré avec son offrande.

Adam et Eve étaient responsables de l’inviolabilité du plan de D.ieu en Eden. Survient la chute et que fait D.ieu ? Genèse 3.9 à 13 : « Mais D.ieu appela l’homme et lui dit : Où es-tu ? Il répondit : J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. Et l’Éternel D.ieu dit : Qui t’a appris que tu es nu ? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont Je t’avais défendu de manger ? L’homme répondit : La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé. Et l’Éternel D.ieu dit à la femme : Pourquoi as-tu fait cela ? La femme répondit : Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé ».

C’est D.ieu en tant que Veilleur qui parle ici et Il constate avec l’homme son échec, d’ailleurs lamentable, dans le chef d’Adam. Mais lisons à présent les versets 14 et 15 du même chapitre :

« L’Éternel D.ieu dit au serpent : Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon ».

Là seulement, D.ieu le Veilleur prophétise et annonce aussi Christ, Mashia’h, le restaurateur de ce qui a été bafoué. Ainsi, au travers de cette déclaration hautement prophétique du plus élevé des Veilleurs et Prophète, D.ieu, nous savons que si le plan idéal de D.ieu a été bafoué il sera un jour, plus tard, restauré.

Notons, et c’est un message pour le féminisme chrétien lâchement encouragé par les hommes de ce temps de déréliction galopante, que notre D.ieu-Prophète annonce néanmoins à la femme qu’Il augmentera ses douleurs en enfantant et que l’homme dominera sur elle. Pourquoi ? Juste rappel fait à la femme qu’elle n’avait pas à écouter une autre voix que celle de son époux instruit, lui, par D.ieu.

Le plan initial de communion absolue avec D.ieu en Eden a donc été différé et ce fut un fleuve de souffrance pour l’humanité, avec une crucifixion et une résurrection, et au final une ville nommée « Jérusalem céleste » bien plus tard. Dans la Jérusalem céleste, une communion dans l’amour parfait (incluant la soumission parfaite à D.ieu) et la plus pure communion dans l’Esprit seront enfin restaurées.

Abel

Le rapport aîné N°1 et cadet N°2 (voyez mon livre INSÉPARABLES) est un chef-d’œuvre de D.ieu dont la signification comporte une profondeur spirituelle, cosmique et relationnelle absolument géniale, méconnue et donc si souvent bafouée. N’est-ce pas significatif que D.ieu ait été au départ un N°1 pour Lucifer et que celui-ci ait été un N°2 ? Que D.ieu N°1 ait créé l’humain N°2 ? Et n’est-ce pas significatif que ce soit bien cela, une complémentarité profonde, belle et mystérieuse, que Lucifer, devenu Satan, ait voulu détruire pour tenter de « régner » seul sans D.ieu ?

Attention au message, certes radical mais certain, qui vient ici.  Observons un peu autour de nous et aussi en nous. Ne serait-ce pas la tentation de bien des serviteurs, enivrés par un certain succès ou la recherche d’un certain succès, RÉGNER ? Et ne serait-ce pas la clé du faux prophétisme (et de bien d’autres choses) en nos jours ? CA L’EST !

Caïn est l’aîné. (Ici je recommande vivement la lecture du livre EHAD où la personnalité de Caïn est analysée, bien plus « fils » de sa mère que de son père. Position qui initie tragiquement le monde des tyrans et des antichrists.)

Abel est le second, le cadet. Sa personnalité est tout autre et se manifeste au travers d’un choix nomade et disponible pour D.ieu. Il sera dès lors le premier prophète de toute l’histoire humaine. Un veilleur est toujours un être opérant en mode nomade (de dépendance à D.ieu). Le prophète, le veilleur qui attend d’une dénomination une RECONNAISSANCE, se corrompt, se stérilise, deviendra « petit » prophète au service des hommes et non de D.ieu, et souvent prophète de coussinets. Cela s’est vu et se voit, hélas beaucoup.  L’air que respire l’authentique veilleur est âpre, l’air des hauteurs toujours, là où la fantaisie si prisée en nos jours le spectacle « aimable », les complaisances  n’existent pas, n’ont aucune place.

Et le corps ne le recevra pas le plus souvent car il est un « scandale » de D.ieu qui frappe soudain, là où les complaisances, l’orgueil non seulement ne l’attendent pas mais le rejettent farouchement. Une certaine prophétie (un avertissement) relâchée par moi dans le cadre d’un rassemblement de plusieurs centaines de pasteurs en France m’en a donné la démonstration. Et un prophète « patenté », qui se considérait adoubé par son milieu (et qui ne prophétisait plus rien depuis longtemps de ce fait ) m’en tient jusqu’à ce jour plus que rigueur. Cela m’a valu, haine, humiliation sadique (le mot n’est pas trop fort) et tribunal ecclésiastique. Et pourtant la suite des choses me donna dans les faits raison…Que D.ieu bénisse cet homme, voilà ma réponse !

Cela ne signifie pas que le veilleur ne doive vivre et parler dans le corps, bien entendu…Mais quand D.ieu veut, au risque même de ne parler jamais, peut-être.

On retrouve plus tard dans le Tana’h ce duo aîné et cadet en mode conflictuel. Par exemple, Ésaü et Jacob, Manassé et Éphraïm, Juda et les tribus perdues (du nom général d’Éphraïm). On retrouve aussi ce lien en mode positif au travers de Josué et Caleb.

L’un, Caleb, est de la tribu de Juda (tribu aînée à la place de Ruben, avec le sceptre de la royauté, donc N°1) : Genèse 49.8 à 12 :

« Juda, tu recevras les hommages de tes frères ; Ta main sera sur la nuque de tes ennemis. Les fils de ton père se prosterneront devant toi. Juda est un jeune lion. Tu reviens du carnage, mon fils ! Il ploie les genoux, il se couche comme un lion, comme une lionne : qui le fera lever ? Le sceptre ne s’éloignera point de Juda, ni le bâton souverain d’entre ses pieds, jusqu’à ce que vienne le Shilo, et que les peuples lui obéissent. Il attache à la vigne son âne, et au meilleur cep le petit de son ânesse ; Il lave dans le vin son vêtement, et dans le sang des raisins son manteau. Il a les yeux rouges de vin, et les dents blanches de lait ».

L’autre, Josué, est de la tribu d’Éphraïm, dont les bénédictions sont considérables, mais terrestres. Voyons les bénédictions de Jacob sur ses douze fils en Genèse 49, et plus particulièrement celle qu’il donnera à Joseph, et donc à ses deux fils Manassé et Éphraïm.

Genèse 49.22-26 : « Joseph est le rejeton d’un arbre fertile, le rejeton d’un arbre fertile près d’une source ; les branches s’élèvent au-dessus de la muraille. Ils l’ont provoqué, ils ont lancé des traits ; les archers l’ont poursuivi de leur haine. Mais son arc est demeuré ferme, et ses mains ont été fortifiées par les mains du Puissant de Jacob : Il est ainsi devenu le berger, le rocher d’Israël.

C’est l’œuvre du D.ieu de ton père, qui t’aidera ; C’est l’œuvre du Tout Puissant, qui te bénira des bénédictions des cieux en haut, des bénédictions des eaux en bas, des bénédictions des mamelles et du sein maternel.

Les bénédictions de ton père s’élèvent au-dessus des bénédictions de mes pères jusqu’à la cime des collines éternelles : Qu’elles soient sur la tête de Joseph, sur le sommet de la tête du prince de ses frères ! »

Yaakov-Israël bénira ensuite les fils de Joseph et, parlant d’Éphraïm, le cadet, à son père Joseph, il le bénit comme suit à la place de son aîné, Manassé :

« Et Joseph dit à son père : Pas ainsi, mon père, car celui-ci est le premier-né ; pose ta main droite sur sa tête. Son père refusa, et dit : Je le sais, mon fils, je le sais ; lui aussi deviendra un peuple, lui aussi sera grand ; mais son frère cadet sera plus grand que lui, et sa postérité deviendra une multitude de nations. » Genèse 48.18-19.

Il est donc N°2 et ce duo Josué et Caleb est admirablement complice. Cette unité les fait vainqueurs et soutient le point de vue de D.ieu dans le rapport d’espions qu’ils font au retour de leur exploration en Canaan (Nombres 14.6-8 : « Et parmi ceux qui avaient exploré le pays, Josué, fils de Nun, et Caleb, fils de Jephunné, déchirèrent leurs vêtements, et parlèrent ainsi à toute l’assemblée des enfants d’Israël : Le pays que nous avons parcouru, pour l’explorer, est un pays très bon, excellent. Si l’Éternel nous est favorable, Il nous mènera dans ce pays, et nous le donnera : c’est un pays où coulent le lait et le miel. »).

Caïn, N°1 et Abel N°2, aîné et cadet, devaient idéalement fonctionner en complices, mais le péché d’Eve avait semé sa terrible semence dans le cœur de son aîné (une fois encore, la lecture de EHAD ou l’écoute du séminaire sur leve-toi.com sont ici essentielles).

Le résultat est que le cadet supplante l’aîné comme porteur de la flamme de D.ieu et que l’aîné ne le supportant pas le tue. Plus tard, un certain Jacob, le cadet, aura beaucoup de peine à échapper à son frère Ésaü, l’aîné qui rêvera longtemps de vengeance. Plus tard, une étrange inimitié naîtra entre deux royaumes en Israël, entre le royaume de Juda avec Jérusalem pour capitale et le royaume du Nord, celui des dix tribus, un royaume divisé en deux à cause du péché de Salomon qui a servi les dieux de ses femmes étrangères au lieu de rester fidèle au D.ieu éternel, D.ieu de ses pères.

Lisons la prophétie d’Ézéchiel au chapitre 37 versets 16 à 28 :

« Et toi, fils de l’homme, prends une pièce de bois, et écris dessus : Pour Juda et pour les enfants d’Israël qui lui sont associés. Prends une autre pièce de bois, et écris dessus : Pour Joseph, bois d’Éphraïm et de toute la maison d’Israël qui lui est associée. Rapproche-les l’une et l’autre pour en former une seule pièce, en sorte qu’elles soient unies dans ta main.

Et lorsque les enfants de ton peuple te diront : Ne nous expliqueras-tu pas ce que cela signifie ?

Réponds-leur : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Voici, Je prendrai le bois de Joseph qui est dans la main d’Éphraïm, et les tribus d’Israël qui lui sont associées ; Je les joindrai au bois de Juda, et J’en formerai un seul bois, en sorte qu’ils ne soient qu’un dans ma main. Les bois sur lesquels tu écriras seront dans ta main, sous leurs yeux. Et tu leur diras : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Voici, Je prendrai les enfants d’Israël du milieu des nations où ils sont allés, Je les rassemblerai de toutes parts, et Je les ramènerai dans leur pays

Je ferai d’eux une seule nation dans le pays, dans les montagnes d’Israël ; ils auront tous un même roi, ils ne formeront plus deux nations, et ne seront plus divisés en deux royaumes.

Ils ne se souilleront plus par leurs idoles, par leurs abominations, et par toutes leurs transgressions ; Je les retirerai de tous les lieux qu’ils ont habités et où ils ont péché, et Je les purifierai ; ils seront Mon peuple, et Je serai leur Dieu.

Mon serviteur David sera leur roi, et ils auront tous un seul pasteur. Ils suivront Mes ordonnances, ils observeront Mes lois et les mettront en pratique.

Ils habiteront le pays que J’ai donné à Mon serviteur Jacob, et qu’ont habité vos pères ; ils y habiteront, eux, leurs enfants, et les enfants de leurs enfants, à perpétuité ; et Mon serviteur David sera leur prince pour toujours. Je traiterai avec eux une alliance de paix, et il y aura une alliance éternelle avec eux ; Je les établirai, Je les multiplierai, et Je placerai Mon sanctuaire au milieu d’eux pour toujours.

Ma demeure sera parmi eux ; Je serai leur Dieu, et ils seront Mon peuple. Et les nations sauront que Je suis l’Éternel, qui sanctifie Israël, lorsque Mon sanctuaire sera pour toujours au milieu d’eux. »

Il faudra donc attendre cette prophétie d’Ézéchiel pour que l’on accepte l’idée qu’enfin les deux bois se croisent et que vienne la réconciliation entre ces deux membres du duo aîné et cadet (au sens spirituel bien sûr). Mais là, une fois encore, la prophétie vient bien plus rétablir ce qui n’aurait jamais dû cesser d’être qu’autre chose…

Au travers de Caïn et Abel, le plan initial de D.ieu, la marche complémentaire de concert des deux frères, le N°1 et N° 2, sont brisés et vont naître deux lignées nommées « race de Caïn » et « race d’Abel » ; l’une conduit aux antichrists et à l’Antichrist, l’autre conduit au Mashia’h Yeshoua via David Roi.

Il est nécessaire d’insister encore sur le sacrifice d’un agneau accompli par Abel avant de mourir. Un geste sans paroles qui annonce prophétiquement (D.ieu veille et est l’inspirateur de ce geste prophétique) Yeshoua, Agneau de D.ieu qui se donne à la mort et à la malédiction pour les vaincre. L’acte prophétique le plus souverain de toute l’Histoire humaine en vue de ramener l’humain à D.ieu.

Si l’on veut regarder très loin ensuite dans l’histoire de l’humanité, on saisira qu’au travers du sang versé de l’Agneau parfait le salut est ouvert pour le peuple juif (l’aîné N°1) (Matthieu 15.24 : Yeshoua dit à la femme cananéenne qui Le suppliait de délivrer sa fille démoniaque : « … Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël ».), puis pour les tribus perdues d’Israël, Éphraïm, le N°2, et enfin pour tout le reste de l’humanité.

Considérons le peuple juif et l’Église, un aîné N°1 et un cadet N°2… et des relations houleuses, ô combien, depuis des siècles. Relations dont le but profond est complémentarité dynamique et unité. Fort heureusement, via un respect réciproque, peu à peu on voit poindre quelque chose de différent. Un signe à mon avis que le retour du Seigneur est bien proche, car Sa présence réconciliera tout ce qui est N°1 et ce qui est N°2.

Abel prophétisant en sacrifiant l’agneau alors que son frère s’éloignera, rebelle, entêté et ténébreux vers l’Orient (Genèse 4.16 : « Puis, Caïn s’éloigna de la face de l’Éternel, et habita dans la terre de Nod, à l’orient d’Éden ».) annonce aussi la réconciliation en un même sang du Sauveur, Yeshoua, de tous les aînés, même les pires, et de tous les cadets, même les pires.

Réconciliation de tout ce qui est N°1 et N°2 : les aînés, les cadets, l’homme N°1 et la femme N°2, les parents N°1, les enfants N°2, le pouvoir des autorités N°1 et le peuple N°2, les chefs et les exécutants, le Nord et le Sud géographiques, etc. Oui, oui, vous avez bien lu, même le Nord et le Sud ! Allez donc lire INSÉPARABLES sur le site leve-toi.com, il est gratuit en ebook.

Ce livre, INSÉPARABLES, ne contient pas de prophétie concernant vos préoccupations du moment, (Ah, le petit bout de lorgnette si souvent vissé à l’œil du chrétien infantile !) mais ce livre est prophétique !

Observez certaines prophéties positives données par D.ieu à Israël. Toutes annoncent en fait des choses faisant éternellement partie du désir et du dessein de D.ieu et reportées du fait de l’entêtement de l’homme à ne pas comprendre, croire au plan parfait de D.ieu, à Son amour même, car tout ce que nous pensons, faisons sans D.ieu qui est Amour est péché et tragique fourvoiement.

À observer nombre de croyants, on réalise que D.ieu est Celui qui donne (un peu, beaucoup, selon les besoins) de l’amour, et non celui qui EST Amour. Un infantilisme de maternage prolongé prévaut, un ersatz qui nous prive du D.ieu qui est Amour en plénitude. La cause, la source ? (Consulter EHAD).

Voyez la terrible infirmité de cœur de certains pharisiens et de tant de tristes religieux chrétiens.

J’ai connu récemment des personnes élevées en milieu religieux pentecôtiste et menées par un tel esprit d’orgueil religieux qu’il en est devenu démoniaque, et qu’elles n’ont jamais, par voie de conséquences, bénéficié des bontés, de la grâce de D.ieu, bien qu’elles les recherchent confusément.

Elles sont enfermées dans un enfer psychologique et psychique invraisemblable. Une tendance orgueilleuse savamment entretenue par l’adversaire de nos âmes et de nos destinées. Et cela se vit en plein cœur d’un milieu religieux portant haut son emblème dénominationnel.

Leave a Reply

Translate »