Skip to main content

QU’ELLE DEMEURE DANS LE SILENCE d’Elishéva Goël / Extrait N°14

By 17 mai 2021juillet 7th, 2021Elishéva Goël, Lève-toi !

Chapitre 5

 

Quelques exemples négatifs de « ministères » féminins

 

 

Je parlerai tout d’abord d’un ministère très apprécié, celui d’une femme américaine qui a un impact énorme sur le monde chrétien et même messianique. Il s’agit d’une femme « moderne », aux cheveux courts, portant le pantalon, à l’allure décidée, mais que je trouve personnellement très dure, dont le mari est particulièrement soumis et effacé, et dont les enseignements, diffusés sur internet pour ceux qui ne peuvent assister à ses conférences, plaisent énormément. Elle connaît la parole de D.ieu. Son travail, et celui d’ailleurs de tout un courant de ministères essentiellement nord-américains, ayant essaimé en Europe, consiste à donner aux croyants des pistes, même bonnes en elles-mêmes, comme la sanctification, etc., mais en ayant pour but l’épanouissement personnel, le succès, la prospérité. Et là réside le piège, car il ne s’agit pas, lorsque l’on est sauvé par Christ, comme je l’ai écrit plus haut, de rechercher son bonheur avant tout, être centrés sur nous-mêmes (selon la pensée grecque), mais de plaire à D.ieu, notre Père, en suivant le modèle de Yeshoua et en se laissant modeler par Lui pour ce faire. Cela implique de souffrir pour Lui, comme Paul l’écrit dans plusieurs de ses épîtres, comme dans Colossiens (Col. 1 : 24 : « Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous ; et les conséquences des souffrances de Christ, je les achève en ma chair, pour son corps, qui est l’Église »).

         

         Certes, le Seigneur nous veut heureux, mais ce sera le fruit inévitable (et non recherché en priorité) d’une vie sacrifiée, consacrée à Son service, acceptant de souffrir pour Lui comme un sacrifice vivant. Etre prêts à tout ce que le Seigneur mettra devant nous, afin qu’Il soit glorifié dans nos vies, y compris le martyre si nécessaire, afin d’être des témoins véritables de Son amour et de ce qu’Il a accompli sur la croix, voilà quelle doit être notre priorité et notre mission sur cette terre. Lisons ce que l’apôtre Paul écrit à ce sujet : «Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette. Je puis tout par celui qui me fortifie ». (Phil. 4 : 12). Lisez aussi 2 Cor. 11 : 22-33 et 12 : 1-10 et vous verrez quelles ont été les souffrances de Paul et combien Il s’est confié dans la force du Seigneur Lui seul.

Voici maintenant un texte qui m’a été dicté par le Seigneur durant une nuit en l’an 2016. Il est précédé d’un mot de mon mari, car il a jugé bon de publier ce texte sur son site. Je n’aurais pu résister au Seigneur, il m’a fallu me lever cette nuit-là, pour écrire, et je sentais que l’Esprit de D.ieu me poussait… Je vous laisse lire cela, qui me semble important en ces jours de grande séduction spirituelle, car il s’agit d’un cri venant du cœur de D.ieu Lui-même, j’en suis convaincue. Je pense que le mouvement féministe dans l’Eglise, appuyé par ce qui s’est passé en mai 68, est en grande partie responsable de ce qui suit. A vous d’en juger.

 

« Jérusalem, le 29 novembre 2016.

Elishéva et moi avons, du fait de circonstances diverses et parfois douloureuses, été amenés à réaliser que le combat spirituel de grande ampleur qui se déroule sous nos yeux requiert un texte comme celui qui suit. Une priorité.

Ma chère épouse, tenue en éveil toute une nuit et sous onction,  a aligné les lignes de notre trouble et du cri de nos cœurs en ces jours d’apostasie.

Merci à elle. Bonne lecture à tous ! IL VIENT !

Haïm Goël

 

La confrontation spirituelle majeure entre le christianisme véritable fondé sur la parole de D.ieu et le christianisme de la « libération en Christ »

 

Qu’est-ce que le premier ?

 

C’est la vraie vie en Mashia’h (Christ) fondée sur quelque chose de fondamental : la prise de conscience de notre péché face à la sainteté d’Elohim, la compréhension du fait que ce péché nous coupe de la communion avec Lui et que cette malédiction ne peut être brisée que par le sacrifice parfait de Yeshoua sur la croix, avec pour corollaire notre repentance et l’acceptation de ce sacrifice pour une réconciliation avec Elohim, par la grâce. Ce qui implique de facto le sacrifice de notre propre vie, de notre ego, pour mourir et renaître ensuite en Lui en portant, comme Il nous l’a recommandé, notre croix.

Lisons les versets suivants qui nous parlent de cette réalité incontournable et pourtant si négligée, prise tellement à la légère par bien des personnes qui disent avoir rencontré le Seigneur, car bien souvent cette rencontre est superficielle et n’est pas suivie du processus de la nouvelle naissance qui remet en question toutes nos conceptions humaines.

« En effet, la tristesse selon D.ieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort. » (2 Cor. 7 : 10).

« Mais D.ieu prouve Son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par Son sang, serons-nous sauvés par Lui de la colère. Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec D.ieu par la mort de Son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par Sa vie. » (Rom. 5 : 8-10).

« Car l’amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts ; et qu’Il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour Celui qui est mort et ressuscité pour eux. » (2 Cor. 5 : 14-15).

« Il s’est humilié Lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. » (Phil. 2 : 8).

« Ainsi je connaîtrai Christ, et la puissance de Sa résurrection, et la communion de Ses souffrances, en devenant conforme à Lui dans Sa mort pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts. » (Phil. 3 : 10-11).

 

Qu’est-ce qu’Elohim attend de nous, une fois que nous sommes nés de nouveau, portant en nous la vie du Mashia’h ?

Que nous devenions véritablement une nouvelle créature, que nous prenions conscience de ce que signifie cette nouvelle naissance : « J’ai été crucifié avec Christ, et si je vis, ce n’est plus moi qui vit, c’est Christ qui vit en moi. » Gal. 2 : 20 ; mais aussi que nous prenions la peine de nous examiner pour savoir en quoi nous ne sommes pas encore à l’image de Celui qui a donné Sa vie pour nous. C’est un processus qui dure jusqu’à l’heure de notre départ de cette terre et qui nécessite beaucoup de courage et d’honnêteté :

« Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. » Hébr. 12 : 14.) ; « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » (2 Cor. 5 : 17).

Etre enraciné en notre Seigneur et persévérer, car : « Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c’est celui qui entend la Parole et la reçoit avec joie ; mais il n’a pas de racine en lui-même, il manque de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la Parole, il y trouve une occasion de chute. » Matth. 13 : 20-21.

Beaucoup de conversions sont superficielles et dès qu’un élément de la parole de D.ieu vient fracasser le mur des convictions personnelles de telles personnes ou va les mettre en conflit avec un entourage en opposition avec la Parole ou qui pratique un christianisme libéral (tolérant vis-à-vis du péché, laxiste par rapport à certains commandements,…), ces personnes rentrent dans le compromis et par lâcheté renient leur relation personnelle avec le Seigneur, retournant dans le monde ou rejoignant la cohorte des « chrétiens » modernes pour qui tout est bon, pourvu qu’on ne les remette pas en question.

Elohim attend aussi de nous que nous écoutions la Parole et que nous la mettions en pratique – mais toute la Parole, et pas seulement les passages de celle-ci qui nous conviennent !

« … Si vous demeurez en ma parole, vous êtes vraiment mes disciples. » Jean 8 : 31. « Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge ; la Parole que j’ai annoncée, c’est elle qui le jugera au dernier jour. » Jean 12 : 48. «… Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui. » Jean 14 : 23. « Je leur ai donné ta parole, et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. » Jean 17 : 14. « C’est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui aura bâti sa maison sur le sable. » Matth. 7 : 24-26. « Celui donc qui supprimera un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. » Matth. 5 : 19. « Ce ne sont pas en effet ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant D.ieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés. » Rom. 2 : 13.

Join the discussion 2 Comments

  • WEISSER Marie-France dit :

    Merci beaucoup chers Haim et Elisheva pour cet excellent Blog: si édifiant et enrichissant tant sur le plan spirituel qu’artistique et politique…Malheureusement en raison de ma vue fragile je ne puis y accéder comme je le souhaiterais…Que notre Seigneur bénisse abondamment votre ministère . Avec toute mon affection en Lui. Marie-France.

Leave a Reply

Translate »