Skip to main content

Seul Israël gardera intact le souvenir de la Shoah (Guy Millière)

By 30 avril 2014Etz Be Tzion

People stand in jerusalem as siren sounds for Holocaust Remembrance Day

J’ai quitté Israël pour reprendre le chemin qui me conduit vers la France le jour du souvenir de la Shoah, Yom Ha Shoah.

J’étais dans l’aéroport Ben Gourion quand les sirènes ont retenti. Je sais qu’en cet instant, pendant deux minutes, tous les Juifs israéliens et tous les amis d’Israël présents sur le territoire d’Israël se sont immobilisés, silencieux et pensifs, quel que soit le lieu où ils se trouvaient, quelle que soit leur activité. J’espère que les Arabes israéliens ont fait comme les Juifs israéliens et comme les amis d’Israël, mais je n’en suis pas certain.

J’aurais douté si je n’avais pas vu ce que j’ai vu, mais ayant vu ce que j’ai vu, j’ai douté bien davantage encore. A quelques mètres de moi dans le hall de l’aéroport, il y avait deux hommes et un adolescent qui parlaient arabe et avaient à la main des passeports israéliens. Pendant les deux minutes de silence, ils ont continué à parler entre eux. Pire encore, ils ont souri avec, sur le visage, un air de dérision vis-à-vis de ce qui se passait autour d’eux.

L’un d’entre eux avait sur son T-shirt le drapeau de l’Autorité palestinienne.

Je dois le dire : je les ai trouvés absolument obscènes. Nul autour de moi n’a réagi, et je n’ai, dès lors, pas réagi non plus, bien que j’en aie eu envie. Je me suis demandé combien d’Arabes israéliens n’avaient non seulement pas respecté les deux minutes de silence, mais combien étaient imprégnés d’irrespect envers les victimes de la Shoah, et combien se considéraient « palestiniens » tout en bénéficiant de tous les avantages impliqués par le fait d’être citoyens d’un pays libre, démocratique et prospère. J’ai songé qu’il y avait là une situation qui devait donner à penser. Est-ce une question d’éducation? Cela vient-il des médias? N’y a-il donc pas de limites à ce qu’un pays libre et démocratique peut accepter? J’ai songé aussi que l’Autorité palestinienne avait une influence et ne constituait pas uniquement une entité délétère au flanc d’Israël, un outil de propagande et de fanatisme pour l’islam radical et un objet de vénération pour les gauchistes européens et autres antisémites déguisés en « antisionistes », mais aussi une source de contagion touchant les citoyens arabes d’Israël, et cela m’a renforcé dans ma conviction que l’Autorité palestinienne devrait tôt ou tard se trouver éradiquée, pour le futur d’Israël, comme pour celui des Arabes israéliens et des Arabes de Judée Samarie.

J’ai songé aussi bien au-delà de l’obscénité de ces quelques Arabes israéliens à l’obscénité de l’Europe et de ses dirigeants. Je l’ai déjà dit, et je dois le répéter : ce ne sont pas les Juifs israéliens et les descendants des victimes installés en Israël qui devraient observer deux minutes de silence, ce devraient être tous les Européens, à commencer par les dirigeants politiques : ce sont des Européens, sur le sol européen, avec des idées européennes dans la tête qui ont perpétré la Shoah, non ? Outre le fait que les Européens, à commencer par les dirigeants politiques, n’observent pas deux minutes de silence et perdent le souvenir de la Shoah, tous les pays d’Europe, et l’Union européenne, financent et soutiennent l’Autorité palestinienne, tout en sachant parfaitement ce qu’elle est et ce qu’elle fait.

Il n’y aura pas une deuxième Shoah, car Israël existe et est un pays fort et vigilant.

J’aimerais ne pas me dire qu’ils perdent le souvenir de la Shoah pour mieux se montrer prêts à collaborer au désir, palestinien et islamique, de voir s’opérer, sous une autre forme et selon d’autres modalités, une deuxième Shoah, palestinienne et islamique cette fois, mais je ne suis pas loin de le penser. Et, bien que je sache qu’il n’y aura pas une deuxième Shoah, car Israël existe et est un pays fort et vigilant, cette pensée me conduit à un profond dégoût. J’aimerais ne pas me dire que l’administration Obama, qui gouverne un pays où le souvenir de la Shoah se perd moins vite qu’en Europe, et qui n’est pas directement coupable de la Shoah, n’est pas elle-même très ouverte au désir palestinien et islamique, mais je ne suis pas loin de le penser également, tout particulièrement quand j’entends John Kerry parler d’ »apartheid » israélien.

Il faut garder intact le souvenir de la Shoah. Il faut le garder absolument intact. Seul Israël gardera ce souvenir absolument intact. J’en ai l’absolue conviction. Je l’écris avec tristesse et réalisme. Israël existe parce que le peuple juif a retrouvé la souveraineté sur sa terre, pour partie tout au moins. Israël existe pour que le peuple juif retrouve sa pleine souveraineté sur sa terre. Israël existe pour que les Juifs dispersés ailleurs sur la planète puissent, s’ils le décident (et je pense qu’un jour ils le devront, car l’antisémitisme qui ne cesse de se disséminer sous de multiples formes les conduira dans cette direction) rejoindre cette souveraineté. Israël montre ce que le peuple juif retrouvant sa pleine souveraineté sur sa terre peut accomplir. Israël garde la mémoire et l’histoire du peuple juif et du judaïsme, et cette mémoire et cette histoire incluent les persécutions antisémites, et la Shoah.

Israël permet au peuple juif de dire « plus jamais ça » et de répondre au monde où le souvenir peut s’effacer, et, de fait, s’efface, que non, il n’y aura « plus jamais ça ». Et qu’Israël est là pour qu’il n’y ait « plus jamais ça ».

Dans le remarquable discours qu’il a prononcé pour Yom Ha Shoah, Binyamin Netanyahou a insisté sur ce point. Il a eu pleinement raison.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour Dreuz.info.

Join the discussion 2 Comments

Leave a Reply

Translate »