Skip to main content

Shoah: La Pologne veut « réévaluer » la poursuite des voyages d’éducation annuels des jeunes israéliens. Mon témoignage: en visite à Auschwitz il y a quelques années, à l’entré du camp devant le sinistre portique de l’usine de mort, là où les rails pénètrent dans le camp, deux jeunes couples polonais de fiancés hilares accompagnés d’amis posaient joyeusement devant l’entrée du camp pour une « photo souvenir ». A la sortie de l’hôtel le matin même et en partance pour Auschwitz, il me fut demandé: « Que visitez-vous aujourd’hui ? », lorsque j’eus répondu, l’hôtesse, jeune blonde polonaise typique me fit un « bon voyage, monsieur ! » narquois et méprisant. Il exudait « je ne sais quelle cruauté » de son sourire narquois. Sortant du bus venant de Cracovie, le chauffeur me fit un « Bienvenue à Auschwitz, monsieur ! » tout aussi narquois. Je portais ce jour là une kippa et j’allais pour prier…H. Goël

By 16 août 2021Antisémitisme

i24NEWS

clock 2 min

Un jeune juif prie près d'une clôture en fil de fer barbelé lors de la marche annuelle des vivants dans l'ancien camp de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau, à Oswiecim, dans le sud de la Pologne, le 19 avril 2012.
AP Photo/Alik KepliczUn jeune juif prie près d’une clôture en fil de fer barbelé lors de la marche annuelle des vivants dans l’ancien camp de la mort nazi d’Auschwitz-Birkenau, à Oswiecim, dans le sud de la Pologne, le 19 avril 2012.

« Les voyages instillent parfois la haine de la Pologne dans la tête des jeunes israéliens »

Le vice-ministre polonais des Affaires étrangères, Pawel Jablonski, a déclaré lundi que la Pologne envisageait d' »examiner » le fait de continuer à autoriser les voyages annuels d’éducation sur la Shoah au cours desquels des lycéens israéliens visitent les camps de la mort nazis.

« Les voyages ne se déroulent pas correctement. Ils instillent parfois la haine de la Pologne dans la tête des jeunes israéliens », a estimé M. Jablonski.

« Nous prendrons les bonnes décisions concernant ces voyages. Nous sommes confrontés au sentiment anti-polonais en Israël, et l’une des raisons est la manière dont les jeunes israéliens sont éduqués et élevés », a-t-il affirmé.

La déclaration intervient après qu’Israël a fustigé la Pologne pour avoir approuvé une loi empêchant de facto la restitution de la plupart des biens confisqués après la Seconde Guerre mondiale.

La loi impose un délai de prescription de 30 ans pour réclamer des biens spoliés, généralement confisqués par le régime communiste après la guerre.

Video poster

Leave a Reply

Translate »