Skip to main content

Signes des temps… Lorsque l’amour se retire, la folie s’invite.

« LORSQUE L’AMOUR SE RETIRE, LA FOLIE S’INVITE ! »

Haïm Goël

Cette parole qui est montée à mon esprit ces jours derniers fait un bruit de tocsin dans ma tête et mon coeur et j’entends un cri d’alarme. Nous allons monter d’un énorme cran dans les affaires de ce monde et pas de façon aisée. C’est le temps du « TAGADANG ! » exprimé de façon poétique il y a des années dans un texte diffusé (De retour au pays) sur ce site le 3 juin comme un rappel et un avertissement…

J’entends aussi venu des cieux cet appel à s’élever bien plus haut qu’hier afin d’échapper à tout extrémisme, fils d’ignorance ou de superficialité « épidermique ».

NOTRE PLACE ACTUELLE, NOTRE APPEL, NOTRE POSITION A PRENDRE SONT D’ETRE  INTERCESSEURS AU COEUR REMPLI DE L’AMOUR DIVIN, DE L’HUILE DONT IL EST QUESTION POUR LES VIERGES SAGES DANS L’ECRITURE.

Les vierges sages sont les vaillantes qui veillent.

Nous allons avoir besoin d’intercesseurs de grande qualité et capacité dans les prochains temps en ce qui concerne ISRAËL ici en Europe, ailleurs dans le monde et sur le terrain en Israël. Soyons MOBILISABLES, profonds, doux, calmes et paisibles. D.ieu veut déléguer et délègue en ce moment une autorité calme mais majestueuse à certains de ses serviteurs et servantes.  Rejoignez-les si vous les connaissez et accompagnez-les dans l’oeuvre d’intercession dont le niveau et la puissance non de « spectacle » mais bien plus réelle EST UN PREMICE A CE QUI SE MANIFESTERA PLEINEMENT DANS LE PROCHE MILLENIUM que va inaugurer Yeshoua lors de Son retour.

Mon shalom à tous ! Voici venu le temps de la révélation pour chacun, au creux de la fournaise.

PS : Apocalypse signifie REVELATION.

Haïm Goël

PUBLIE LE 3 Juin:

RETOUR AU PAYS

 

 

En venant de Lod Ben Gourion je regarde défiler les jeunes arbres

qui branlent un peu sous le vent.

 

Jeunes pousses, le Khamsin et la poussière brune vous environnent  de silence

et vous enturbannent d’étrange amnésie.

 

Tout semble soudain vous ravir au regard du passant.

Tout semble vouloir vous éloigner, vous oublier.

 

Je songe alors aux jeunes vies tombées ici dans des combats redoutables et coûteux.

Le prix du sang…

Jeunes existences décapitées, cyprès étêtés.

La beauté de jeunes vies perdues à jamais.

 

Mais le khamsin doux et menteur, le vent voleur de mémoire,

le châle des illusions s’enfuit soudain à l’horizon

comme bu par une nouvelle réalité, brutale, imminente.

Quelque chose de « Tagadang ! » qui tonne derrière le décor.

Mais quoi ? et qu’est-ce ?

Et que nous vole-t-on ?

 

Et que nous vole-t-on depuis Oslo ?

Main de fer dans un gant de poussière.

Khamsin de toutes les illusions.

Pleurez jeunes vies.

 Pleure mon pays bien–aimé.

 

Mais viens et lève l’œil, ton œil. Et vois car IL vient, LUI,

et la sève de chaque cyprès bouillonnera alors,

printemps éternel, volcans de joie,

en s’exaltant à l’unisson du cosmos apaisé.

Haïm Goël

Join the discussion One Comment

Leave a Reply

Translate »