Sous les sirènes des tirs de roquettes, Netanyahu évacué d’un meeting à Ashdod. Chaque jour le fait quasi inévitable d’une guerre embrasant le M-O apparaît de plus en plus…PRIONS

By 11 septembre 2019 Israël & Moyen Orient

Au moins deux roquettes ont été tirées vers Ashdod et Ashkelon ; Le Premier ministre est revenu pour finir son discours

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu quitte la scène lors d'une campagne à Ashdod en raison de l'arrivée de tirs de roquettes, le 10 septembre 2019. (Crédit : capture d'écran Twitter)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu quitte la scène lors d’une campagne à Ashdod en raison de l’arrivée de tirs de roquettes, le 10 septembre 2019. (Crédit : capture d’écran Twitter)

Des sirènes annonçant des tirs de roquettes imminents depuis la bande de Gaza ont retenti mardi à Ashdod alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu, en campagne pour les législatives du 17 septembre, y tenait un meeting, selon la télévision publique.

Au moins deux roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza sur les villes du sud d’Ashdod et d’Ashkelon.

Une des roquettes s’est dirigée vers la ville côtière méridionale d’Ashdod et a été interceptée par le Dôme de fer.

La seconde a atterri dans une zone dégagée près d’Ashkelon.

Dans un court communiqué, l’armée israélienne a indiqué que deux roquettes tirées depuis l’enclave palestinienne avaient été interceptées par le bouclier antimissile israélien « Dôme de fer ».

L’armée a précisé que les sirènes avaient retenti près d’Ashkelon et à Ashdod, sans donner plus de détails.

Le maire d’Ashkelon, Tomer Glam, a ordonné l’ouverture de nouveaux abris anti-bombes dans la ville.

« Nos résidents ont, malheureusement l’expérience. Ils savent qu’ils doivent écouter les instructions du commandement de la Défense passive de l’armée », a-t-il expliqué à la Douzième chaîne. Une femme de 46 ans à Ashdod a été emmenée à l’hôpital Asuta après une crise de panique.

almog boker@bokeralmog

רגע הפינוי של ראש הממשלה נתניהו, אחרי שהופעלה אזעקה באשוד.

Vidéo intégrée

La chaîne publique israélienne Kan 11 a diffusé des images montrant des membres des services de sécurité de M. Netanyahu se rapprocher de lui alors qu’il parlait à la tribune.

L’un d’eux a chuchoté à son oreille puis le Premier ministre a fait un geste d’au revoir de la main en évacuant le bâtiment.

Lorsque la sirène de la roquette a retenti pendant le discours de Netanyahu lors d’un rassemblement à Ashdod, le Premier ministre a exhorté son auditoire à « quitter silencieusement, silencieusement la place », montrent des images de cet événement.

Quelques instants plus tard, il a fini son discours. « Si (le Hamas) nous attaque en direct à la télé, vous comprenez qu’il ne veut pas de nous ici », a-t-il déclaré devant ses partisans.

Toujours à Ashdod, lorsque la sirène a retenti, le rival politique de Netanyahu, l’ancien ministre de la Défense, Avigdor Liberman, s’adressait lui aux partisans de son parti nationaliste Yisrael Beytenu.

« L’événement d’aujourd’hui prouve que la politique de Netanyahu de capitulation face au terrorisme est en faillite », a-t-il déclaré dans un communiqué publié sur Facebook.

« Une alerte rouge ce soir à Ashdod, alors que Netanyahu est sur scène, est un drapeau rouge pour les citoyens d’Israël. Netanyahu a fini et peut quitter la scène », a écrit Yaïr Lapid, numéro 2 de Kakhol lavan sur Twitter.

Un événement électoral du parti Kakhol lavan à Ashkelon a également été interrompu par des tirs de roquettes à Gaza ce mardi soir. Le numéro 4 du parti Gabi Ashkenazi était en tête d’affiche de l’événement.

L’ancien chef d’état-major de Tsahal Gabi Ashkenazi prend la parole lors du lancement officiel du nouveau parti Kakhol lavan à Tel Aviv, le 21 février 2019. (Jack Guez/AFP)

« Rien de nouveau. Malheureusement, Netanyahu a de nouveau disparu en négligeant les habitants du sud. Un vrai leadership nécessite de s’attaquer à la racine du problème plutôt que de se cacher sous le bouclier du Dôme de fer, » a déclaré le chef du parti travailliste, Amir Peretz.

Naftali Bennett, membre du parti Yamina, a décrit cet incident comme « une humiliation nationale. Le Hamas a cessé de craindre Israël. La sécurité d’Israël sera rétablie par l’assassinat des chefs du Hamas, et non par des conférences de presse. »

Les forces du Hamas seraient en train d’évacuer ses installations à Gaza dans l’attente de frappes de représailles israéliennes suite aux tirs de roquettes de ce mardi soir.

L’évacuation de M. Netanyahu a eu lieu moins de trois heures après qu’il eut promis l’annexion d’un pan stratégique de la Cisjordanie s’il était réélu le 17 septembre et quelques heures après l’annonce par Washington de nouvelles sanctions à l’encontre du groupe terroriste palestinien du Hamas, à la tête de la bande de Gaza.

Les Etats-Unis ont en effet déclaré qu’ils imposaient de nouvelles sanctions à « un large éventail de terroristes et de leurs partisans », notamment le Hamas et le Corps des gardes de la révolution islamique d’Iran, a rapporté Reuters.

Cette déclaration intervient à la veille du 18e anniversaire des attaques du 11 septembre.

« Les sanctions visaient 15 dirigeants, personnes et entités affiliées à des groupes tels que le Hamas, Al-Qaïda, l’État islamique et le CGR iranien », a déclaré Reuters, citant un communiqué du département du Trésor américain.

EN SAVOIR PLUS SUR :
VOUS AIMEREZ AUSSI

Leave a Reply

Translate »