Trump lance un procès pour fraude électorale en Georgie – avec des preuves solides

By 6 décembre 2020Le mot du jour
PUBLIÉ PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 6 DÉCEMBRE 2020

La campagne de réélection du président Donald Trump a lancé un recours électoral en Géorgie le 4 décembre, alléguant de nombreuses fraudes, des violations de la Constitution et des lois de l’État.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

La requête a été déposée devant la Cour du comté de Fulton, où des témoins ont apporté les preuves que plusieurs fonctionnaires électoraux de Géorgie ont commis des « violations répétées du code électoral » qui constituent un « abandon du cadre dûment promulgué par le corps législatif pour la conduite de l’élection et le choix des électeurs présidentiels, en violation de la loi géorgienne et de la Constitution des États-Unis ».

La campagne demande, preuves à l’appui, que le tribunal reconnaisse que des électeurs inéligibles ont voté lors de l’élection du 3 novembre, et qu’en conséquence, il annule les résultats de l’élection, et ordonne une nouvelle élection présidentielle dans l’État, entre autres recours.

« [Les preuves] que nous avons déposé aujourd’hui prouvent clairement qu’il y a littéralement des dizaines de milliers de votes illégaux qui ont été exprimés, comptés et inclus dans les tableaux que la secrétaire d’État s’apprête à certifier », a déclaré Ray Smith, le principal avocat de la campagne Trump.

« Les irrégularités massives, les erreurs et les fraudes potentielles violent le code électoral de la Géorgie, ce qui rend impossible de connaître avec certitude le résultat réel de la course présidentielle en Géorgie ».

Sont joints à la plainte :

  • Des déclarations sous serment de résidents de Géorgie et d’observateurs qui affirment que les fonctionnaires électoraux n’ont pas vérifié les signatures sur les bulletins de vote par correspondance.
  • Les observateurs Républicains ont été empêchés d’observer correctement le décompte des voix.
  • Des déclarations sous serment décrivent l’apparence curieusement « vierge » de bulletins de vote par correspondance et des bulletins de vote par procuration qui n’ont pas été pliés pour entrer dans une enveloppe.
  • Les pétitionnaires citent également des experts en données qui ont identifié plusieurs groupes de personnes ayant voté illégalement :
    • 2 560 criminels ;
    • 66 247 mineurs,
    • 2 423 personnes non inscrites ;
    • 1 043 personnes inscrites à des boîtes postales ;
    • 4 926 personnes ayant voté en Géorgie après s’être inscrites dans un autre État ;
    • 395 personnes qui ont voté dans deux États ;
    • 15 700 personnes qui ont déménagé hors de l’État avant l’élection ;
    • 40 279 votes de personnes qui ont déménagé sans s’être réinscrites dans leur nouveau comté ; et
    • 30 000 à 40 000 électeurs absents qui n’ont pas fait l’objet d’une vérification et d’une concordance de signature appropriées.

En novembre avait été engagé un procès dans le comté de Chatham afin de faire séparer les bulletins de vote arrivés après la clôture des élections le 3 novembre. L’équipe de campagne Trump et le Parti républicain géorgien avaient intenté leur procès joint contre le Conseil électoral du comté de Chatham.

Ils demandaient au juge d’ordonner au comté de conserver et retirer des décomptes les bulletins de vote reçus après 19 heures le 3 novembre, jour du scrutin, selon la plainte du tribunal.

Cependant, le juge avait rejeté leur demande. Le juge James Bass de la Cour supérieure du comté de Chatham n’avait pas retenu les arguments de l’équipe juridique du président à l’issue d’une audience d’environ une heure, faute de preuve solide au-delà des soupçons des témoins.

Conclusion

Je suis très curieux – nous le sommes tous – de voir comment se comportera le premier juge qui acceptera d’examiner les plaintes au fond. Et par plaintes, je ne parle pas des éléments circonstanciels qui ont une valeur très forte face au tribunal de l’opinion publique, mais aucune face à un juge – comme le fait de bloquer les fenêtres des salles de dépouillement, ou d’empêcher les observateurs Républicains de surveiller le comptage.

Jusqu’à présent, tous les juges des tribunaux inférieurs ont botté en touche et refusé d’entendre les plaignants, parce que ces procès sont extrêmement brûlants – et même plus que brûlants. En fait, ce sont pour des juges de tribunaux inférieurs et locaux, les dossiers les plus explosifs, les plus controversés qu’ils n’auront jamais à traiter de toute leur carrière, et ils ne veulent absolument pas être ceux qui pourraient devoir décider de qui sera le prochain président des Etats-Unis.

Le premier juge qui acceptera de prendre une des affaires se retrouvera face à des témoignages, des preuves et des documents indiquant que des fraudes se sont produites, des éléments précis et – je le suppose et je l’espère – solidement épaulés par des preuves indiscutables.

Leave a Reply

Translate »