Un nombre croissant de Juifs américains envisagent de partir

By 2 octobre 2020octobre 4th, 2020Le mot du jour

163 vues

«  Je ne vais pas rester coincé  »: avant les élections, un nombre croissant de Juifs américains envisagent de partir

JTA ) – À 11 h 42 le matin après que Donald Trump a refusé de condamner les suprémacistes blancs lors du débat présidentiel, Heather Segal avait reçu quatre demandes d’Américains intéressés à s’installer au Canada. Deux d’entre eux étaient juifs.

Segal, avocate spécialisée en droit de l’immigration à Toronto, sait qu’il y a toujours un pic de demandes de renseignements pendant les années électorales aux États-Unis. Mais au cours de ses 25 ans d’expérience, cela n’a jamais été aussi important qu’aujourd’hui.

En 2016, a-t-elle déclaré, elle a reçu quelques douzaines de demandes, au total, d’Américains qui souhaitaient s’installer au Canada. Cette année, elle reçoit six ou sept demandes chaque jour. Et la plupart d’entre eux, a-t-elle dit, sont Juifs.

«De ma vie, je n’ai jamais vu ce que je vois», a déclaré Segal, qui est elle-même juive. Elle a dit qu’elle entend les mêmes craintes de la part d’un juif américain après l’autre.

«Ce dont ils me font écho:« Nous avons déjà vu cela », a déclaré Segal. «Je ne vais pas rester coincé. Je ne vais pas me faire prendre. Nous savons comment cela se passe. Il va y avoir une guerre civile. Ce sera la fin de la démocratie. Je suis très inquiet pour notre avenir. Je ne veux pas attendre de voir ce qui se passe. Mes grands-parents ont quitté la Pologne pendant la Seconde Guerre mondiale. »»

Elle a ajouté: «Quoi qu’il en soit, honnêtement, cela me laisse perplexe. Qu’est-ce que j’entends? : «Je n’ai jamais pensé que je chercherais une sortie. Je suis bien établi aux États-Unis. Ma famille est ici, mon entreprise est ici. Ce n’est pas quelque chose que je pensais voir arriver ou que j’ai même envisagé. Cette façon de penser n’est pas le fait d’une seule personne qui le dit. Je l’entends plusieurs fois par jour.

L’image des Américains promettant de déménager au Canada après l’élection présidentielle devient presque un cliché. Parmi les Juifs pratiquants, on pourrait dire la même chose du déménagement en Israël – où la plupart des Juifs obtiennent automatiquement la citoyenneté – si la mauvaise personne prend ses fonctions ou si les conditions changent aux États-Unis.

On sent que cette année sera différente, disent les avocats de l’immigration et d’autres qui travaillent dans la petite industrie des Juifs traversant en permanence les frontières. Une grande partie de la volonté de partir est liée à la perspective d’une réélection du président Trump, potentiellement après une période post-électorale chaotique au cours de laquelle lui-même ou d’autres contestent les résultats du vote.Les Juifs américains, disent les avocats et les défenseurs, sont également refroidis par un climat d’extrémisme et d’antisémitisme en hausse, certains d’entre eux tolérés par le président (prises de positions ambiguës sur les Suprémacistes).

L’année dernière a assisté aux incidents les plus antisémites aux États-Unis depuis au moins 1979, selon l’Anti-Defamation League. Les deux dernières années ont vu des attaques meurtrières contre des Juifs à Pittsburgh; Poway, Californie; Jersey City, New Jersey; et Monsey, New York, plus une série d’agressions contre des Juifs l’année dernière à Brooklyn. En pleine montée des activités extrémistes, Trump a refusé à plusieurs reprises de condamner les groupes d’extrême droite.

Certains dirigeants juifs de longue date, considérés comme modérés, osent abusivement comparer maintenant ce moment de la politique américaine à l’Allemagne du début des années 1930, lorsque Hitler est arrivé au pouvoir et que le sort des Juifs en Europe a commencé à être scellé. Pour les membres d’un peuple qui n’a jamais connu une sécurité durable sous aucun gouvernement avant le siècle dernier, le moment réveille une profonde inquiétude quant à la manière d’assurer la sécurité de leur famille si le pire se produisait aux États-Unis, dans une sorte de renversement hystérique, de la quiétude sans faille à un mouvement de quasi-panique.

«Il y a beaucoup de choses qui me passent par la tête pendant que cela se passe, à quoi pensait ma famille alors qu’Hitler accédait au pouvoir? a déclaré Sarah Morris, une avocate du Colorado dont le grand-père, originaire de ce qui était alors la Tchécoslovaquie, était le seul membre de sa famille à avoir survécu à la Shoah.

Un panneau marque la frontière canadienne. (Lorie Shaull / Flickr)

Morris fait partie d’un nombre croissant de Juifs américains qui cherchent à trouver une maison en dehors des États-Unis – que ce soit au Canada, en Israël ou dans l’Union européenne. Elle est admissible à la citoyenneté canadienne et a présenté sa demande en août, motivée par la peur de ce qui pourrait arriver le 3 novembre et après.

Il est bien sûr trop tôt pour dire si l’élection présidentielle et ses conséquences vont déclencher une vague de Juifs et d’autres Américains partant à l’étranger. Certes, la plupart des gens qui jurent d’émigrer en raison des résultats des élections ne le font pas.

Mais l’histoire de Morris reflète l’anxiété qui façonne actuellement l’état d’esprit de nombreux Juifs américains.

Elle et son époux ont discuté de l’achat d’un mobile home, en partie au cas où ils décideraient de quitter la maison à tout moment pour une période prolongée.

«Vous pensez à ce genre de questions: quel serait le point déclencheur qui me ferait quitter le pays?» dit-elle. «C’est vraiment difficile de savoir exactement quel devrait être ce point de basculement. Et je pense que je suis face à une autre sorte de compréhension de ce défi que nos ancêtres ont probablement dû surmonter pour décider de partir ou non.

D’autres avocats canadiens en immigration observent le même schéma.

Joseph Young, un autre avocat juif se chargeant d’immigration à Toronto, reçoit généralement environ deux demandes par semaine sur son déménagement au Canada. Ce nombre est récemment passé à au moins cinq. Et bien que les Juifs représentent environ 2% de la population américaine, il estime qu’environ 20% de ses demandes proviennent de Juifs.

Nan Berezowski, une autre avocate canadienne de l’immigration, a également déclaré que les demandes de renseignements sur le départ des États-Unis avaient augmenté, même si elle ne pouvait pas quantifier l’augmentation, et qu’au moins 20% semblent provenir de Juifs.

«Les choses aux États-Unis deviennent un peu incontrôlables», a déclaré Young. «Si Trump gagne, je pense que vous allez voir plus de gens continuer et compléter leurs demandes [d’immigration], ou du moins postuler. Ils ont vécu quatre ans sous cette administration et ils disent: «Je ne vivrai pas encore quatre autres années». »

S’installer au Canada n’est pas simple. Les demandes de résidence permanente sont évaluées en fonction d’un système de points qui tient compte de la maîtrise de la langue, de l’âge, de la profession et du fait que le demandeur a des liens antérieurs avec le Canada, comme une famille canadienne ou un diplôme universitaire canadien. Le processus peut prendre un an ou plus.

«Si vous parlez anglais, vous êtes diplômé d’une université canadienne et jeune, vous êtes un candidat de choix pour l’immigration canadienne», a déclaré Greg Siskind, un avocat spécialisé en immigration aux États-Unis qui envisage de travailler sur l’émigration des États-Unis. enfin, en partie en raison du nombre croissant de personnes cherchant à partir. «Si vous êtes plus âgé et appartenant à la classe moyenne, vous n’allez probablement pas vivre une période aussi facile.»

Une autre option offerte à certains Juifs américains est également onéreuse : obtenir un passeport européen. Une poignée de pays européens, en raison de leurs histoires de persécutions et d’expulsions antisémites, offrent la citoyenneté aux Juifs dont les ancêtres ont fui leurs frontières. L’Autriche a élargi ses portes au début du mois.

Sur ce front aussi, l’intérêt semble augmenter. Hollander-Waas Jewish Heritage Services, une agence fondée l’année dernière qui aide les Juifs à retrouver les archives généalogiques et à naviguer dans les processus d’obtention de la citoyenneté de certains pays, reçoit deux à trois demandes de renseignements sur l’obtention de la citoyenneté européenne par semaine, contre une il y a plusieurs mois.

Les fondateurs, Caitlin Hollander et Michael Waas, ont également cherché individuellement à obtenir la citoyenneté européenne pour eux-mêmes, pour des raisons émotionnelles et pratiques. Hollander a obtenu sa nationalité allemande, tandis que Waas est toujours en cours d’obtention auprès du Portugal, la patrie de ses ancêtres.

L’ironie de chercher refuge sur le continent où se sont perpétrés la Shoah et des siècles d’antisémitisme ne leur échappe pas. Les deux personnes, cependant, ont déclaré que l’idée d’avoir une option en dehors des États-Unis était convaincante à un moment d’instabilité.

«Si je peux avoir un autre passeport, un Juif ne peut jamais considérer avoir trop de passeports», a déclaré Hollander. « Cela vous donne un petit bout de liberté, un petit bout de pouvoir voyager librement sans avoir à vous soucier d’un visa de plus, une restriction de plus, quelles nouvelles restrictions pourraient exister. »

Elle a ajouté: «Il s’agit de récupérer quelque chose qui avait été volé et de dire que c’était le mien. C’est une privation insupportable. Et pour moi, au moins, c’est redresser un tort qui a été fait en 1938. »

Aéroport Ben-Gurion

Les voyageurs traversent l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv en 2018 (Crédit: Moshe Shai / Flash90)

Israël, bien entendu, représente une réparation mondiale pour les torts commis cette année-là et la décennie suivante. Presque tous les Juifs dans le monde sont éligibles en vertu de la loi du retour, qui donne aux Juifs la possibilité de revendiquer la citoyenneté du pays s’ils y déménagent.

À l’heure actuelle, le nombre de Juifs américains cherchant à exercer ce droit est en augmentation. Nefesh B’Nefesh, qui facilite l’immigration israélienne, a vu doubler ou tripler le nombre de demandes ouvertes depuis les États-Unis chaque mois de mai à septembre par rapport à l’année précédente. Le nombre de demandes terminées, indiquant un intérêt soutenu, a également doublé ou triplé chaque mois. Même en septembre, qui a vu le nombre de cas de COVID-19 monter en flèche en Israël, le nombre de demandes traitées a augmenté de 72% par rapport à septembre 2019, à 523 personnes.

Mais une porte-parole du groupe, Yael Katsman, a déclaré que la plupart des personnes qui terminaient le processus étaient depuis longtemps intéressées à déménager en Israël et se sentaient capables de faire le saut après que leurs lieux de travail se soient éloignés à cause de la pandémie.

«Les troubles politiques ne sont pas du tout dominants», a-t-elle déclaré.

C’est peut-être parce que les Juifs doivent réellement déménager en Israël pour obtenir la citoyenneté, ce qui en fait un plan de sauvetage perpétuel et vital, mais pas une destination de première ligne pour les Juifs inquiets de la situation politique en Amérique.

En revanche, les programmes d’obtention de citoyenneté pour les Juifs dans les pays européens n’obligent pas les candidats à vivre dans le pays. Donc, pour ceux qui se qualifient, la citoyenneté en Europe leur donne un refuge potentiel pendant qu’ils observent (sans devoir bouger) comment les choses aux États-Unis se passent.

« Surtout comme cette année s’est passée, j’ai besoin d’une solution de préservation  au-delà d’Israël parce que d’avoir un passeport portugais ne signifie pas nécessairement que vous devez aller vivre au Portugal », a déclaré Waas.

Hollander a ajouté: « Il y a plusieurs options, plusieurs itinéraires, et c’est ce que beaucoup de gens réalisent de plus en plus. »

Un déménagement à l’étranger plaît même aux Juifs qui ne craignent pas le danger physique direct après l’élection mais craignent qu’un autre mandat de Trump ne transforme les États-Unis en un endroit qui ne reflète pas leurs valeurs.

Jeremy, un éducateur en Pennsylvanie qui a concentré ses énergies sur l’enseignement des immigrants et des étudiants défavorisés, s’est récemment retrouvé à chercher des sites d’emploi canadiens et à faire des recherches sur le coût de la vie dans différentes villes canadiennes. Il a dit que le Canada est attrayant parce que la vie là-bas semble relativement similaire à celle des États-Unis, mais que le pays semble se soucier davantage des groupes marginalisés, ce qui est important pour lui en tant que juif.

«Je savais depuis mon plus jeune âge que je suis différent parce que je suis Juif», a déclaré Jeremy, qui n’a pas donné son nom de famille en raison de préoccupations concernant la vie privée et la sécurité de l’emploi. «Cela nous permet de comprendre certaines choses, de vivre certaines peurs que nous avons ou que nos ancêtres assez proches ont eues dans ce pays ou dans d’autres pays. C’est très directement lié à ce que je pense de l’immigration. C’est très explicitement lié à ce que je ressens face au racisme systémique.

Segal, l’avocate en immigration canadienne, a déclaré que le nombre croissant de personnes cherchant à quitter les États-Unis est «dévastateur à constater», malgré la hausse des affaires potentielles pour elle. Elle a toujours regardé les États-Unis comme une source d’inspiration. Maintenant, elle les voit avec peur et inquiétude.

«Cela m’attriste parce que, vous savez, j’aime l’Amérique, ce qu’elle représente et ce qu’elle est accompli», a-t-elle déclaré. «Je n’arrête pas de me dire : qu’est-ce qui se passe en Amérique? Parce que je vois beaucoup de peur et j’ai l’impression que nous sommes à ce stade [où], la peur, nous ne savons pas ce que cela va apporter. »

Leave a Reply

Translate »