Une députée quitte l’Assemblée nationale à cause d’une femme voilée

By 18 septembre 2020Le mot du jour
PUBLIÉ PAR GAIA – DREUZ LE 18 SEPTEMBRE 2020

Source : Valeursactuelles

Attachée aux “valeurs républicaines, à la laïcité et aux droits des femmes”, Anne-Christine Lang a décidé de quitter l’audition pour contester le port du voile de la présidente de l’Unef, Maryam Pougetoux.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La laïcité n’est-elle vraiment plus respectée ? C’est possible… A en croire la venue de la présidente de l’Unef en hijab à l’Assemblée nationale. Le syndicat étudiant venait de participer à une audition devant une commission d’enquête à l’Assemblée nationale. Toutefois, sa présidente, Maryam Pougetoux s’est présentéece jeudi 17 septembre avec un voile. Anne-Christine Lang a vivement réagi face à cela. Après avoir remercié les associations de leur « éclairage » et pour la « diversité et l’appréciation de leurs points de vue », la députée de Paris a quitté la salle. « En effet, je ne peux accepter qu’au sein de l’Assemblée nationale – le cœur battant de la démocratie, d’où règnent les valeurs fondatrices de la République, dont la laïcité – nous acceptions qu’une personne se présente en hijab devant une commission d’enquête. »

Anne-Christine Lang a ainsi expliqué la « nuance » entre une « personne présente dans le public et une personne qui participe à nos travaux ». Elle a poursuivi très calmement : « Le port du hijab dans le cadre de nos travaux est incompatible à la fois avec les valeurs concernant les relations entre les hommes et les femmes et avec l’idée que je me fais de notre institution, de la laïcité et des valeurs républicaines. »

Maryam Pougetoux, déjà critiquée dans le passé

Fin 2018, la jeune Maryam Pougetoux avait déjà fait parler d’elle pour les mêmes raisons. Elle venait alors d’être nommée présidente du syndicat étudiant l’Unef. Le port de son voile avait pris de larges proportions. Son habillement était déjà jugé comme incompatible avec son nouveau rôle. Marlène Schiappa, à l’époque secrétaire en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes, estimait qu’il s’agissait de la marque d’un islam politique. L’ex-ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb s’était aussi exprimé. Il avait reproché à la jeune femme de marquer sa « différence avec la société française ». Une prise de position jugé « pathétique de la part d’un ministre de l’Intérieur » par Maryam Pougetoux qui estimait que les propos de Gérard Collomb étaient « violents ». Elle avait d’ailleurs assuré à BuzzFeed que son voile n’avait « aucune fonction politique », promettant que ce n’était pas du « prosélytisme ».

Leave a Reply

Translate »