was successfully added to your cart.

USA: initiative au Congrès pour une reconnaissance du Golan / LPH

Si la guerre civile qui a fait rage en Syrie a prouvé une chose concernant Israël c’est que la cession du plateau du Golan aux Syriens aurait été une catastrophe nationale sur le plan stratégique. Les nombreux généraux, hommes politiques, responsables de services de renseignements ou autres experts qui prônaient cette solution “pour obtenir la paix” en auraient été comptables devant l’Histoire.
Les pourparlers sur l’avenir du Golan font désormais partie du passé et cela s’exprime aujourd’hui jusqu’au Congrès américain. Un plan élaboré par des hauts fonctionnaires israéliens et américains a été présenté au Congrès qui propose notamment de signer des contrats et projets commerciaux entre Israël et les Etats-Unis sur le Golan et de formuler un texte reconnaissant “les changements survenus sur le terrain”, autrement dit une irréversibilité de la loi d’annexion du Golan adoptée par la Knesset en décembre 1981.
Cela fait quelques mois déjà que des membres du Congrès poussent à une reconnaissance officielle par les Etats-Unis du Golan comme faisant partie intégrante de l’Etat d’Israël. Au Sénat, l’initiative est menée par Ted Cruz (Rép.), sénateur du Texas, et à la Chambre des Représentants, c’est Ron DeSantis (Rép.) représentant de Floride qui mène le “combat”.
Le plan contient six paragraphes: importants budgets débloqués pour des projets israélo-américains sur le Golan, inclusion du Golan dans les accords commerciaux de libre-échange existant entre Israël et les Etats-Unis, marquage Made in Israelsur les produits fabriqués sur le Golan, envoi de délégations officielles américaines sur le plateau, vote d’une résolution qui stipulera que le Golan israélien ne sera jamais cédé à la Syrie et reconnaissance officielle de la souveraineté israélienne sur ce territoire.
La lettre de reconnaissance n’a pas encore été rédigée définitivement, mais l’esprit est le suivant: au regard des changements survenus sur le terrain depuis 1967 et au vu de la politique d’installation de l’Iran en Syrie et au Liban il serait totalement irréaliste demander à Israël de se retirer de ce territoire stratégique de première importance.
Ce plan a été présenté à des officiels israéliens mais la discrétion est de mise pour le moment. En coulisses pourtant, depuis des mois, s’active une “coalition pour le Golan” sous l’impulsion de l’ancien secrétaire-général du gouvernement Tzvi Hauser.
Photo Kobi Gideon / GPO

Leave a Reply

Translate »