Skip to main content

Voici la tranche 4 de l’article annoncé suite à Warning 3x: « La grande offensive a commencé! » Que devons-nous faire, nous qui refusons de collaborer? Nous repentir…

By 4 mai 2014mai 7th, 2014Lève-toi !

SUITE

Vous venez de lire ce qu’il faut appeler une mise à mort… presque réussie.

Le cadre, ce sont les humains en leurs choix d’agir, et d’être. Les ressorts sont l’envie, la jalousie et foncièrement L’IDOLATRIE MATERIALISTE à laquelle se rallie en diverses manières la quasi totalité des individus jouant dans ce scénario de mise en accusation. Pour beaucoup, le simple fait de recevoir deux dons quasi consécutifs était insupportable et DEVAIT être considéré comme suspect, malsain à tout prix et c’est ce qu’il fallait démontrer par conséquent. Car pourquoi lui et pas moi, n’est-ce pas ? Et là gît le fond du problème.

 Le massacre de plusieurs centaines de milliers de chrétiens authentiques effectué jadis par une Eglise apostate mais politiquement puissante et avide de défendre son « bout de gras », très gras, a semé en Belgique un état d’esprit étrange où la matière est religieuse, adorée. Ne cherchons pas beaucoup  plus loin.

 Notons la jalousie active chez cette femme et l’autre qui nous avait quittés avant la dissolution et dont la fille nous avait mis en garde concernant les intentions de sa mère. Ces deux femmes étaient en connexion étroites comme le prouva l’épisode heureux de leur discours lors de mon retour du Danemark et d’Allemagne, souvenez-vous. Elles restèrent en connexion étroite ensuite mais avec d’autres desseins. Notons aussi la jalousie passive, rampante chez d’autres et ce n’est pas le moins redoutable…

 Il existe aussi d’autres manières de mise à mort qui sont des branches subtiles de l’idolâtrie matérialiste et religieuse.

 L’orgueil de serviteurs et croyants pyramidaux établis par les hommes et non par D.ieu.

 Et cet orgueil a évidemment  beaucoup à voir avec l’idolâtrie de soi et de l’œuvre devenue œuvre de l’homme et non plus de D.ieu. Une fatale erreur que je range immédiatement dans la catégorie propre aux vierges folles de Matth. 25 : 1 à 13.

Une fatale erreur qui expose nombre de serviteurs et croyants à bâtir ensemble des structures pyramidales en dehors du plan de D.ieu.

 J’ai été invité, il y a quelques années, à intervenir dans un xième conflit entre un « pasteur » et son assemblée. Mon ministère apostolique y était  requis comme médiateur.

 Le pasteur y était « pasteur » en titre, car diplômé d’école biblique, mais à l’usage révélé comme étant un homme sans aucun ministère, sinon le costume que lui accordait un diplôme et l’assurance toute humaine d’une « église » qui l’avait « engagé » comme on engage un employé. Une église qui voulait « son » pasteur. Il n’était pas un pasteur du tout, mais en portait le déguisement religieux et les tics nombreux en guise de cache d’identité absente. Derrière les apparences et les ritualismes,… peu de choses.

 Des deux côtés, « pasteur » et assemblée, on comptait sur moi pour « régler son compte » à la partie adverse. Je n’étais bien sûr pas du tout convaincu qu’il me fallait prendre parti et c’est pourquoi, lors d’une soirée mémorable, je posai, conduit par le Seigneur, la question suivante à tous :

 – Dites-moi sur quelles bases, quels fondements fut établie votre assemblée et par qui ?

Silence…

Je répétai la question. Toussotements embarrassés et réponse :

–  Eh bien, il y a des années, suite à un conflit avec l’œuvre une telle, quatre frères firent sécession et décidèrent de fonder cette église. Voilà !

 J’avais donné dans cette assemblée des enseignements sur la nécessité de fondements bibliques, donc sains et saints, donc apostoliques.

 Il n’en était rien chez eux de toute évidence et ces « braves gens » traînaient derrière eux depuis la fondation « de leur assemblée » un passé de misères multiples, conflictuelles à rebonds. Et évidemment depuis près de dix ans pas une seule âme n’avait été amenée au Seigneur.

 La louange en ces lieux revenait, malgré toutes sortes d’apparences gentillettes, à ramer en vain à contre-courant dans un fleuve terrible de lourdes malédictions. Sans exagérer.

 Doit-on s’étonner, sur de telles bases ? En ces lieux on rencontrait parmi les croyants un fort niveau d’impureté sexuelle, de convoitise, de querelles, de haine, de jalousie, de traîtrise, d’idolâtrie.

 La nourriture préparée par l’épouse du pasteur transportait elle aussi, sans que je ne me l’explique rationnellement, un esprit impur comme je n’en avais jamais rencontré. Jusqu’où se manifestent les signes de la désapprobation divine !

 Le tout était accompagné par un esprit de pauvreté et d’avarice et était couvert par les voiles menteurs de la religiosité des apparences. Terrible portrait. Sans doute exceptionnel me direz-vous ?

 Que non, bien plus courant que cela hélas, mais souverainement masqué par toutes sortes d’artifices ou édifices en maints lieux.

 Bien entendu, au cours de cette mémorable soirée, je pus conduire « pasteur » et « anciens » à se repentir pour de tels fondements. Mais ensuite, quand il fallut tirer les conclusions et les envisager sainement et honnêtement, on me fit comprendre, malgré de bons et loyaux services prestés durant des mois avec fruits, dont les premières conversions depuis dix ans, que « merci, mais cela ira bien comme cela,… et au revoir, et bonne chance, et bonsoir, et que D.ieu vous bénisse, et que D.ieu vous donne une bonne route et un bon repos, etc. »

 Au cours des mois qui avaient précédé nous avions vécu des combats spirituels vraiment effroyables pour prêter secours à cette assemblée.

 Ensuite le manège put reprendre comme avant car en fait renoncer à certaines fausses bases revenait aussi à remettre en question des positions et ce qui va avec, tout ce qui va avec.

 Le vrai courage n’existe que peu en milieu pyramidal lorsque c’est l’homme qui bâtit et non D.ieu. Retenons bien cela : Le vrai courage n’existe que peu et même pas du tout en milieu pyramidal lorsque c’est l’homme qui bâtit et non D.ieu.

 Il ne peut pas exister car ce qui sort ou plutôt qui est à la base de telles « églises » est l’idolâtrie de soi érigée en système collectif avec D.ieu comme emblème, alors que D.ieu n’y est pas.

 En plus de cette expédition en milieu évangélique idolâtre et toujours meurtrier à terme, j’ai depuis (et je le crois sur direction divine non hasardeuse ces dernières années), à la demande, visité bien des groupes et églises diverses nés du hasard des conflits ou du hasard de ministères humainement établis. Et cela, que ce soit par la fantaisie d’une soirée passée avec un ministère de passage durant laquelle, du jour au lendemain, un inconnu fait de vous un « pasteur » ou au travers de la rigide structure d’immenses pyramides  dénominationnelles sur des critères qui sont tout sauf des critères bibliques. Ô la saga quasi carnavalesque des anciens qui ont tout dans les apparences mais n’ont rien d’anciens bibliquement établis par un apôtre véritable, avec discernement, autorité et onction !

 Il y a bien des années, dans l’une de ces assemblées où un « pasteur » dont l’épouse était régulièrement psychiatrisée et qui avait été établi avec cette épouse dans le ministère (elle était donc co-pasteur, bien que malade à ce point) par une « évangéliste » de passage, j’ai connu le piège tendu d’un vrai massacre après des mois de tentatives d’apporter une aide demandée là où on avait construit dans la chair à pleines mains.

 J’ai failli y perdre la santé définitivement et y ai perdu nombre d’amis « serviteurs »  peu courageux, des « amants de leur ministère avant tout », et une notoire partie de ma  réputation salie par une des langues les plus viles et mensongères qu’il m’ait été donné de croiser.

Dans cette assemblée, l’idolâtrie matérialiste et l’idolâtrie tout court régnaient à tous les étages : l’impureté sexuelle souterraine, soigneusement dissimulée et trahie par une sensualité ambiante irrépressible, et le laxisme déguisé en onction charismatoc et en « aaaaamour à tout prix » aussi. Tant qu’à faire…

 Toujours les mêmes symptômes… autour du thème de l’idolâtrie.

 Le vrai courage n’existe pas du tout en milieu pyramidal car c’est l’homme qui y bâtit essentiellement et non D.ieu.

 Retenons cela, car c’est aussi de « cela » que provient, que sort automatiquement la persécution qui viendra frapper de plein fouet tout homme, toute femme répondant de manière authentique à l’appel de D.ieu, de cœur et d’un cœur d’enfant au sens où Yeshoua nous  a commandé de l’avoir (Matth. 18 : 3 : « Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. »). Oh, persécution si possible feutrée, en coulisses (beaucoup en coulisses, beaucoup), « chrétienne » d’apparence, en fait politique, très politique, mais bien réelle et efficace. Quelquefois brutale et sauvage pour les irréductibles. Redoutablement efficace et meurtrière alors, exclusion, ostracisme officieux, et ce genre de choses et pire.

 Si vous écoutez un spécialiste catholique de l’Inquisition, il vous « convaincra » avec aplomb et un solide esprit de mensonge subtil, du style « tout le monde est désolé, mais, voyez vous… », que celle-ci avec son cortège de massacres et tortures innombrables autant physiques que morales était inévitable (comprenez nécessaire) pour le salut de l’Eglise. Effarant, n’est-ce pas ? Mais bien réel, car j’ai entendu ce discours au cours d’une émission à la télévision française et j’ai vu exactement le même raisonnement surgir parmi tant de nos églises, fédérations et dénominations évangéliques, protestantes, etc.

 L’Eglise de l’homme au travers de l’Histoire a toujours persécuté l’Eglise de Yeshoua, de Jésus le Christ. Toujours.

Je suppose qu’il n’est nul besoin ici de rappeler l’histoire de 2000 ans d’Eglise ?

 A quelle Eglise appartenons-nous ? Vierges folles ou vierges sages ?

 Et attention, tout cela commence dans nos cœurs à chacun. Si Jésus a été tenté par Satan concernant le fait d’accepter tous les royaumes du monde à condition de s’incliner devant lui (Matth. 4 : 8 à 10), cela signifie que cette tentation du pouvoir et des privilèges qui vont avec gît au fond de chacun de nos cœurs et qu’il nous appartient très intimement et inévitablement d’y être obligatoirement confrontés pour la victoire ou la défaite.

J’ai été confronté  à cette racine d’orgueil qui gisait en mon âme aux tréfonds. L’homme qui nie cela est en fait le pire orgueilleux que la terre ait porté.

Je bénis D.ieu pour ma part pour la lutte farouche que mena au plus profond de mon être dans les jours de mon jeune ministère le Saint-Esprit pour extirper ce terrible mal : construire à mains d’homme et non être comme un enfant auquel D.ieu confiera le Royaume. Le Seigneur cerna en ces jours-là mes moindres tics dans ce domaine et ce fut, croyez-moi, rude. C’est toujours rude lorsqu’on laisse le Seigneur aller à fond. Qu’il est difficile d’abandonner jusqu’au point fort (et apparemment tout à fait valable de sa nature d’homme…) lorsque D.ieu n’en veut pas, car : « si vous ne devenez comme des enfants… »

Bien peu le réalisent, mais le royaume de D.ieu est confié aux enfants. Pas encore convaincus ? Lisez dans l’ordre les passages bibliques qui suivent plus bas : juste une précision, dans la tradition juive et pour tous les connaisseurs, les chérubins sont des enfants ailés. La définition du dictionnaire est la suivante : Sens n°1, une catégorie d’anges. Sens n°2, un bel enfant au visage doux.

 IMG1                                                      

  L’Aron (tabernacle) Hakadosh surmonté des deux chérubins

Les deux chérubins qui veillent sur l’Arche Sainte sont des enfants ailés.

Des enfants…

Lisons à présent Matthieu 18 : 3 « Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. »

 Lisons aussi :

Gen. 3 : 24 ; Ex. 25 : 18 à 22 ; 26 : 1 ; 36 : 8, 35 ; 37 : 7 à 9 ; Nomb. 7 : 89 ; 1 Sam. 4 : 4 ; 2 Sam : 6 : 2 ; 22 : 11 ; 1 Rois 6 : 23 à 35 ; 8 : 6 à 7 ; 1 Chr. 13 : 6 ; 2 Chr. 3 : 7, 14 ; Ps. 18 : 11 ; Ps. 99 : 1 ; Ez. 9 : 3 ; 28 : 14 ; 41 : 17 à 20, 25 ; Hébr. 9 : 5.

 Avec cette parole de Yeshoua concernant l’injonction qui nous est faite de devenir comme des enfants s’ouvre à nous une perspective inouïe de grandeur (eh oui, devenir comme des enfants pour être grands…). En effet celui qui, par la grâce de l’Esprit Saint répandu dans son cœur aimant la vérité, comprend cela et le vit, deviendra un de ces héros pleins de la folie dont furent animés tous les saints authentiques de toujours et non les religieux de trop souvent. Je dénonçais plus haut le manque de courage de tant de croyants, de tant de serviteurs enfoncés, engoncés dans le confort de fausses certitudes, meurtrières à terme. C’est-à-dire la sagesse humaine s’appropriant à nouveau peu à peu de ce qui devrait rester « folie d’enfant ».

Ceux qui sont des « enfants » en Christ ont la « folie » d’amour en eux et ils sont plus que courageux. Ils s’aventurent toujours là où D.ieu va et non les hommes.

CONCLUSION :

Faut-il comme je l’ai pensé en commençant la rédaction de ce long article/témoignage faire ici le détail des nombreuses façons dont on peut dysfonctionner (le mot est doux) dans le corps et dans le mépris, l’ignorance des injonctions bibliques de grande sagesse qui nous sont données en matières relationnelles ? Par exemple : « Ne reçois pas d’accusation contre un ancien, si ce n’est sur la déposition de deux ou trois témoins. » (1 Tim. 5 : 19). IL EST BIEN DIT TEMOINS, non vagues rapporteurs, véhicules à rumeurs, ragots. Il est bien question aussi de témoins dignes de ce nom, donc à mon sens de frères ou sœurs dignes de foi et certainement pas de rapport aussi officiel qu’il soit, mais venu du monde.

Non, je crois la chose inutile, car au fur et à mesure de la lecture que vous venez de faire vous aurez repéré des fonctionnements similaires intervenus ailleurs en maints lieux avec plus ou moins la même gravité. Peut-être aurez-vous compris que plus on s’engage sur un terrain de première ligne et à fond dans l’œuvre du Seigneur et plus on sera exposé à ce genre de terribles aventures. La Bible en fait d’ailleurs largement foi. Peut-être même et même sans doute aurez-vous été percuté en votre conscience car ayant reconnu des situations qui ressemblent à d’autres que vous avez traversées, vécues, en étant bien plus acteurs néfastes que victimes. Alors, si c’est le cas, REPENTEZ-VOUS ET PRENEZ LE TEMPS D’INTERROGER D.IEU EN LUI DEMANDANT VRAIMENT DE VOUS FAIRE RAPPEL DE TOUTES SITUATIONS RELATIONNELLES OU VOUS AVEZ ETE COUPABLE. Il vous pardonnera, mais à la repentance au coeur de votre chambre il vous faudra ajouter la  réparation. Voilà le prix à payer pour vous élever vraiment à la hauteur de la grâce qui vous fut faite un jour par YESHOUA !

Calomnies, mensonges, colportages hâtifs de rumeurs, bavardages inutiles, crédits précipités accordés au pire et pas au meilleur et qui nous font vivre dans un univers idolâtre en élevant spectaculairement des ministères et en abaissant tout aussi spectaculairement d’autres loin de la sobriété et la retenue morale que nous enseigne la sagesse biblique,  comme je les ai rencontrés de la part de blogueurs anonymes (ah, les avantages du pseudo pour les commentaires croustillants qui vous posent un homme, une femme, qui se plaisent à juger l’innocent et surtout lorsqu’il s’agit d’un serviteur !), comme je l’ai encore enregistré  voici quelques jours sur le site du « Top chrétien » dans un commentaire  effectué suite à un de mes articles ? Lâchetés sous  formes diverses tels  que plusieurs décrites ci-dessus dans ce document, etc., etc. A chacun de voir et de saisir l’occasion d’un grand nettoyage  du genre Yom Kippour. REPENTONS-NOUS, c’est  le temps pour le  faire !

NB : pourquoi ne pas recevoir d’accusation contre un ancien sans deux ou trois témoins (ce qui vaut aussi par extension pour un ministère) ? Il y a à cela une raison d’une importance énorme outre le fait que l’on va, si l’on déroge à la règle biblique, plus que certainement participer d’un plan à racines sataniques en vue de souiller autrui. Et qui dira les souffrances d’autrui et des siens, souffrances qui se réveilleront régulièrement chaque fois que sera « sorti » un document accablant mais toujours aussi menteur que celui de la commission antisectes belge par exemple ? Je vous laisse imaginer…

Cette autre raison est que régulièrement et chaque fois qu’un croyant utilisera ce document comme « preuve », le ministère de l’homme accusé s’en verra contraint, limité, voire anéanti. Avec les dommages profonds pour l’homme, son entourage mais aussi pour l’impact de la mission à lui dévolue par l’Eternel durant son parcours terrestre. C’est précisément la lutte qui fut mienne durant des années où il me fallut persévérer tout en perdant régulièrement des pans entiers de mes contacts dans le corps, soutiens et liens spirituels, réseaux, etc.

Cette autre raison, c’est qu’en agissant aussi légèrement que ne le font beaucoup, c’est un homme appelé par D.ieu, doté d’un message, de dons, une pierre vivante, choisie, nécessaire à l’édifice du Seigneur qui est attaquée et limitée. C’est  donc au final à D.IEU Lui-même que l’on s’attaque.

Ce matin en lisant ma Bible j’ai utilisé mon programme de lecture et c’est, entre autres, 1 Rois 2 : 5-6 et suivants que j’ai médités, conduit par l’Esprit Saint.  « Tu sais bien ce que m’a fait Yoav, fils de Tsérouya, ce qu’il a fait à deux chefs des armées d’Israël, à Avner, fils de Ner, et à Amassa, fils de Yéter. Il les a tués, il a versé pendant la paix le sang de la guerre, et il a mis le sang de la guerre sur la ceinture qu’il avait aux reins et sur la sandale qu’il avait aux pieds. Tu agiras selon ta sagesse, et tu ne laisseras pas ses cheveux blancs descendre en paix dans le séjour des morts… »

David mourant demande à Salomon d’appliquer la justice à ceux qui l’ont trahi.  Et  Salomon agira. Il y a ici une image très  forte que l’on peut appliquer. C’est souvent sur la tombe des êtres que curieusement la lumière se fait et qu’aussi D.ieu fait justice. Nul doute qu’en ce qui me concerne et en ce qui concerne tant de victimes de la calomnie,  D.ieu lorsque « tout est fini » n’applique enfin SA justice. Repentons-nous au plus vite et réparons car, comme il est dit en commentaire de la Thora en milieu juif traditionnel, la parole qui détruit autrui est comparée au meurtre de sang et ne peut rester impunie.

LE MOT DE LA FIN :

Certains me demanderont : « Pourquoi n’avoir pas réagi publiquement et même déposé plainte en justice durant tant d’années écoulées ? » En premier lieu, c’est deux ans après la parution de ce rapport de la commission antisectes belge que je fus averti. Un avocat me signala qu’il ne serait pas pensable de réorganiser la commission pour m’entendre, car celle-ci ayant terminé ses travaux et remis son long rapport avait été dissoute.  Dès lors, point de recours.

Quant à Madame Paulis et certains de ses complices, durant toutes ces années et malgré les torrents de souffrance et de tourments que l’on imagine aisément avoir été vécus par mon épouse, mes enfants et moi-même, malgré la dépression et la, les maladies et dégâts de santé qui en résultèrent, je ne me suis jamais senti le droit de parler.

La raison : je craignais que cette ancienne sœur en Christ n’ait à subir pire encore que ce qu’elle me fit subir et la vengeance est interdite. Dans toute la confusion de sentiments qui fut mienne durant des années suite à ces choses j’ai trop souvent craint qu’amertume et vengeance ne s’expriment, ce que très profondément et en authenticité l’Esprit du Seigneur m‘interdisait de laisser surgir et dominer en moi. Il a donc fallu le pardon profond, l’œuvre de brisement qu’immanquablement de telles épreuves apportent et que D.ieu transforme toujours en bien avec le temps pour qu’enfin en ces jours-ci toute cette histoire serve juste de trame pour inviter là où il se doit un grand nombre de chrétiens à ne pas juger le monde, D.ieu s’en charge, mais à se laisser juger en priorité par D.ieu là où ils font défaut. Je le maintiens, j’ai pardonné à Francine Paulis.

La seule façon légale pour moi et les miens d’être un jour lavés de cette atroce souillure bien que mon cœur lavé par le pardon regarde déjà à la félicité éternelle qui effacera toutes larmes, serait de pouvoir m’adresser un jour à la Cour de Justice Européenne pour lui demander de porter un avis, un jugement  sur les circonstances vraiment étranges du rapport de la commission antisectes belge en ce  qui me concerne. S’il se trouve un avocat chrétien assez charpenté pour m’assister, s’attaquer au sujet en tenant compte du fait que je ne suis guère argenté pour me payer un ténor du barreau, je suis disposé à le rencontrer.  En effet Paul n’hésita pas à faire (puisque de citoyenneté romaine autant qu’israélite) appel à Rome quand il le fallut et cela lui ouvrit des portes pour l’annonce de l’Evangile (Actes 25 : 10-12). J’envisage très volontiers de m’exprimer un jour devant les autorités européennes sur cet épisode trouble de la Commission antisecte belge. J’annoncerais Yeshoua par la même  occasion car même de façon implicite ou indirecte, il y a pléthore d’éléments en cette affaire qui parlent, témoignent vivement de  Christ. Belle occasion !

Je remercie ici du fond du cœur les frères et sœurs qui au sein de l’œuvre LEVE-TOI et ETZ BETZION m’accompagnent depuis tant d’années dans leur amour et leur confiance réitérée en de si nombreuses occasions. Ils sont ma vraie famille, mon vrai foyer biblique car comme l’a dit Yeshoua désignant ses disciples : « Puis il étendit la main sur ses disciples et dit : Voici ma mère et mes frères. En effet, quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère et ma sœur et ma mère. » (Matth. 12 : 49-50)

En conclusion de ce long rapport, quelques mots encore :

Tout ceci est à la fois lourd et aussi constellé de passages « passionnants », ce qui forme un alliage intense et dramatique. J’aimerais rassurer le lecteur car ce récit n’est en rien exhaustif par rapport aux choses glorieuses qu’il me fut donné de vivre en maintenant 33 ans de vie née de nouveau. Bien des épisodes merveilleux ont jalonné ces années vécues au service du Maître et voici quelques minutes, en priant, j’ai reçu du Seigneur le Psaume 61 qui m’annonce encore une prodigieuse réserve d’années et de belles expériences spirituelles, semblables par exemple aux trois expériences de réveils vécues jadis avec de puissants miracles et conversions tout aussi puissantes à la clé…

PSAUME 61

« O D.ieu, écoute mon cri, sois attentif à ma requête. Je crierai à Toi du bout de la terre, lorsque mon cœur se pâme ; conduis-moi sur cette roche, qui est trop haute pour moi.

Car Tu m’as été pour retraite, et pour une forte tour au-devant de l’ennemi. Je séjournerai dans Ton tabernacle durant un long temps ; je me retirerai sous l’ombre de tes ailes.

 – Pause.  

   Car Tu as, ô D.ieu, exaucé mes vœux, et Tu m’as donné l’héritage de ceux qui craignent Ton Nom. Tu ajouteras des jours aux jours du roi, et ses années seront comme plusieurs âges. Il demeurera à toujours en la présence de D.ieu ; que la gratuité et la vérité le gardent ! Ainsi, je psalmodierai Ton Nom à perpétuité, en Te rendant mes vœux chaque jour. »

Je n’ai pas non plus été exhaustif quant aux épreuves, il y en eut d’autres, douloureuses, presque « mortelles » souvent et sans rien exagérer. Elles furent étrangement le creuset obligé avant la rédaction de chacun de mes livres…Mais cet « entretressement » du pire et du meilleur est inévitable et il s’est accompli pour nous l’unique prophétie reçue en direct sur un trottoir de la ville de Francfort où nous priâmes Elishéva et moi, voici combien d’années déjà, à l’aube du ministère : « Vous allez souffrir ! ». Ni plus, ni moins, rien d’autre.

Et D.ieu disait vrai. Seul D.ieu sait pourquoi il faut qu’il en soit ainsi et je suis persuadé que cette « pédagogie » de la souffrance me fut éminemment utile pour former la destinée spirituelle qui doit être la mienne pour l’’éternité. L’autre utilité est de mettre en lumière les défaillances relationnelles au sein du corps face au mal, à  Satan. L’Eglise, corps spirituel du Messie, devrait être une forteresse de profonde sagesse au sein de laquelle l’amour ne soupçonne pas le mal au point prioritairement de ne jamais le croire et d’appliquer TOUJOURS l’Ecriture et ses garde-fous, comme 1 Tim. 5 : 19 (« Ne reçois pas d’accusation contre un ancien, si ce n’est sur la déposition de deux ou trois témoins. ») et Matth. 18 :15-17 (« Si ton frère a péché, va et reprends-le seul à seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. Mais, s’il ne t’écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que toute l’affaire se règle sur la parole de deux ou trois témoins. S’il refuse de les écouter, dis-le à l’Eglise ; et s’il refuse d’écouter l’Eglise, qu’il soit pour toi comme un païen et un péager. »).

Ces injonctions, claires, simples, évidentes, données A DES TEMOINS DIRECTS DU MAL EVENTUEL CHEZ AUTRUI, impliquent aussi qu’en cas d’audition de simples rumeurs ON S’INTERDISE tout simplement de les croire, les entendre et que L’ON AVERTISSE LA OU LES PERSONNE(S) CONCERNEE(S). Il y a un mal profond parmi nombre de croyants. Je ne suis pas meilleur homme que n’importe quel humain, fondamentalement, mais curieusement depuis que l’amour inqualifiable du Seigneur est entré, avec le pardon de toutes mes fautes, en mon cœur il y a 33 ans, JE RESSENS TOUJOURS UN MALAISE lorsque j’entends « quelque chose » dont je suis incapable de saisir le vrai ou le faux. Quelque chose en moi, en ma conscience, se ferme farouchement et je me souviens avoir stoppé un « pasteur » souhaitant, disait-il, œuvrer avec moi et qui en préambule chercha à me « mettre en garde contre tel ou tel ». Je dois dire l’indignation qui me vint au cœur et je lui signifiai qu’accepter ces accusations contre de parfaits inconnus signifierait pour moi complicité de meurtre. Notre échange s’arrêta là…. et cet homme flatteur et vaniteux devint plus tard un témoignage vivant de lâcheté démontrant sa vraie nature d’homme empressé à déclarer « sa justice ».

Frères et sœurs, ce qui se joue le plus au sein de telles situations, ce n’est pas ce qui se raconte, vrai ou faux, mais NOTRE PROPRE VERITE D’AUDITEUR EN CE QUI CONCERNE LA REALITE ET L’EFFECTIVE BEAUTE ET SAINTETE DE L’AMOUR DIVIN ACCROCHE EN NOS VIES COMME UNE NOUVELLE VIE S’ACCROCHE UN JOUR, OU PAS, DANS LE SEIN D’UNE FEMME.

Et que se passe-t-il en fait et selon ce que j’ai pu observer et que je puis donc multiplier par autant de croyants (ou presque) qui seront confrontés, acteurs ou victimes, à cette lèpre du non-amour qui tue par la langue ? Il se passe que des torrents de paroles criminelles font que s’assassinent entre eux des enfants de D.ieu (mais le sont-ils tous au final ?) là où des enfants de D.ieu devraient haïr ce mal et le haïraient s’ils ETAIENT INTERIEUREMENT PREOCCUPES D’ABORD ET AVANT TOUT DE SATISFAIRE LE CŒUR DE CELUI QUI LES SAUVA DE LEUR MISERABLE CONDITION DE PECHEURS. En fait les deux positions s’excluent : ou vous aimez D.ieu et votre semblable et vous haïssez le mal de la langue, ou vous n’avez rien compris à l‘amour de D.ieu et du semblable et vous rampez complaisamment dans les marigots de l’ignominie, du vomi de l’enfer.

Ce message est également donné pour faire, dans sa conclusion, charnière avec un deuxième appel à la  repentance POUR CE TEMPS. Il concerne le désordre de tout ce qui est construit en termes d’églises, de ministères, de corps du Messie sur des bases non-bibliques. Le programme de déconstruction et retrouvailles avec les stricts fondements bibliques est immense du fait de quasi 2000 ans de traditions erronées. J’y viens dans les prochains jours car beaucoup « savent » mais ne recherchent pas le courage de faire ce qu’il faut. Ils sont lâches donnant priorité à leurs acquis confortables plus qu’au souhait divin cependant écrit.

Un des effets les plus pervers de cette construction du corps est l’hypocrisie sectaire du dénominationnel, des « casemates » fédératives qui n’appliquent jamais les standards bibliques en matière de rumeurs par exemple, mais qui au contraire les favorisent, ne serait-ce que par silence d’omission là où il faudrait parler. Oui cela existe, je l’ai vu. Le désordre de la langue et le désordre structurel du corps du Messie un peu partout se complètent. Ce sont deux désordres, ils  viennent du diable et se renforcent. A côté d’autres choses, ce sont les deux désordres fondamentaux et cancérigènes pour le corps dont j’entends en esprit que le  Seigneur dit pour ce temps : « REPENTEZ-VOUS » comme Yo’hanan haMatbil le cria jadis juste avant la première venue du Seigneur et qui est ce que l’Esprit me pousse à crier juste avant la deuxième venue du Seigneur.

Mon Shalom à tous.

Haïm Goël

LECTURES  ET DOCUMENTS CONSEILLES :

–          Le ‘Hafets ‘Haïm – Un jour, une Hala’ha, l’étude quotidienne des lois du langage. Nous ne saurions assez recommander ces deux ouvrages venus du judaïsme où la parole légère concernant autrui est assimilée au meurtre. Ces deux ouvrages, en ce qui concerne le sujet, sont un trésor et décrivent les nombreuses situations du domaine de la langue avec des conseils utiles. Le croyant de bonne foi et sagesse saura aussi faire le tri concernant ce que nous ne saurions approuver, comme par exemple la croyance en la réincarnation issue de la mystique juive.

–          Copie du journal LEVE-TOI daté de juin 1990 et infirmant certaines des accusations mensongères de Madame Paulis. Voir plus bas.

–          Le rapport de la commission antisectes belge (extrait me concernant) repris par le site du réseau « Voltaire ». Voir plus bas

–          Le rapport complet est accessible sur internet.

–          Une courte BD à afficher dans tous les foyers

COPIE DES TEMOIGNAGES DU COUPLE MERTENAT DE LA CHAUX DE FONDS (la fille du donateur suisse) ET DE FRANCINE PAULIS ET DE SA BELLE SŒUR DANS LE JOURNAL LEVE-TOI  de juin 1990

VEUILLEZ CLIQUER SUR CHAQUE PAGE POUR AGRANDIR SVP!

IMG_20140504_0001 IMG_20140504_0002 IMG_20140504_0003

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LE RAPPORT DE LA COMMISSION ANTISECTES BELGE TEL QUE REPRIS ET COMPLAISAMENT DIFFUSE  SUR LE SITE DU RESEAU VOLTAIRE (Est-il utile de préciser les options philosophiques du Réseau Voltaire qui par conséquent s’est empressé de sélectionner juste le passage concernant une église évangélique parmi de nombreuses dérives sectaires évidentes, elles, à tous égards, dans le rapport de la Commission belge ?)  :

Commission d’enquête parlementaire belge sur les pratiques illégales des sectes – Audition de Mme F. Paulis, ancienne adepte des Assemblées de Dieu

ARCHIVES | 28 MARS 1997

Mme Paulis a été membre des Assemblées de Dieu de Verviers de 1976 à 1987. Selon le témoin, cette secte présente des similitudes avec les Témoins de Jéhovah.

En instance de divorce, seule avec trois enfants, elle est venue habiter à Wegnez, à côté d’adeptes de ce mouvement. Elle se trouvait dans le désarroi et s’est immédiatement retrouvée sous leur tutelle.

Le pasteur était un véritable dictateur, qui manipulait les gens par un fort sentiment de culpabilité basé sur les écrits bibliques. Il dictait tous les actes des adeptes, interdisant, par exemple, le remariage.

Chaque mois, le témoin versait une dîme : 10 % de son salaire, ainsi que 10 % de ses allocations familiales et de la pension alimentaire versée par son ex-époux pour les enfants.

Cette dîme servait, entre autres, à payer la location de la salle de réunion. Selon le témoin, une part allait également à l’église-mère de Belgique. Il existe également des Assemblées de Dieu aux Etats-Unis.

Comme Mme Paulis ne recevait pas l’assistance spirituelle qu’elle attendait, elle a suivi M. Philippe Angot, ex-adepte des Assemblées de Dieu, qui avait décidé de créer sa propre église dans les Ardennes : l’Action Evangélique de Pentecôte (AEP).

Il a persuadé le témoin de vendre sa maison pour en acheter une autre à Malmédy, dans un état vétuste. Un montant de 340 000 francs remis par le témoin (prélevé sur le montant du préavis versé par son employeur), ainsi que d’autres dons (dont un million de francs versés par un Suisse) ont permis au gourou de s’acheter à son tour une maison.

Mme Paulis déclare avoir perdu tout bon sens au contact de la secte. Angot lui proposait de l’aide, la flattait, la manipulait. Il possédait un pouvoir de séduction très fort. La famille du témoin ne comptait plus du tout à ses yeux. Elle n’avait plus aucun contact avec ses amis, ses collègues. Son langage était devenu totalement différent.

En outre, suite à son transfert d’Heusy à Malmédy, le témoin a perdu 14 heures de travail par semaine. Depuis les modifications apportées à la législation sociale, elle ne peut plus toucher d’allocation de chômage pour temps partiel et se retrouve donc dans de graves difficultés financières.

Mme Paulis fut nommée diaconesse au sein de la secte et fut amenée à faire du recrutement dans la rue (distribution de prospectus, chants, …). Elle n’était toutefois pas rémunérée et continuait à verser sa dîme.

Lorsqu’il lui semblait que le gourou n’agissait pas de manière logique ou n’appliquait pas sa propre doctrine, le témoin condamnait automatiquement son propre jugement. Le gourou ne peut en effet pas faire l’objet de critiques. Il est le chef absolu. Les adeptes ne peuvent même pas discuter entre eux de ses agissements. C’est un véritable enfermement.

Le monde extérieur est représenté comme le monde de Satan. Les membres de la secte sont les enfants de Dieu. Eux seuls possèdent la vérité, la lumière.

La secte comptait une vingtaine d’adeptes.

Le plus jeune de ses fils a également été embrigadé. Angot, qui venait souvent au domicile du témoin, a, entre autres, réussi à le persuader de donner son matériel hi-fi, d’une valeur de 100 000 francs, au mouvement. Le gourou déterminait pour une grande part leur vie ; ils n’avaient quasi plus aucune liberté.

Son fils s’est rendu compte qu’il était manipulé ; il n’a pu que très difficilement récupérer son matériel.

Le témoin constate que ses enfants ont été victimes de la secte, en étant coupés de leur école, de leurs copains. L’un d’eux a dû arrêter ses études, faute de moyens financiers.

En 1992, Mme Paulis a finalement décidé de porter plainte contre Angot, qui vit actuellement en France. Elle lui réclame la somme de 340 000 francs, sans compter les nombreuses autres offrandes. Ces dons servaient à payer le loyer du gourou, ses notes de téléphone, l’achat d’une voiture, …

Le témoin insiste sur le fait que les petites sectes font parfois autant de dégâts qu’une grande.

Le gourou l’a relancée à plusieurs reprises par téléphone à son bureau. Il proférait des menaces, disant que quiconque quittait la secte connaîtrait des malheurs, des accidents. Le témoin déclare qu’il est très difficile de se dégager totalement de l’emprise du gourou. Même plusieurs années plus tard, lorsqu’un de ses fils a eu un accident, elle n’a pu s’empêcher de se demander si ce n’était pas une conséquence des événements passés.


Source : Chambre des Représentants de Belgiquehttp://www.lachambre.be

VEUILLEZ CLIQUER SUR L’IMAGE POUR L’AGRANDIR SVP!

IMG_20140504_0006

Reproduction autorisée avec mention de la source.

Join the discussion 3 Comments

  • Danielle IMARAZENE dit :

    D.ieu nous forme dans la souffrance pour qu’au temps convenable nous soyons aptes à encourager les autres …Ce qui vous est arrivé ne m’étonne pas mais tôt ou tard D.ieu dévoile ce que les croyants ont dans leurs entrailles ….J’en ai tellement vu dans ce qui ose s’appeler « église » ou parmi ceux qui se donnent le titre de pasteurs …mais D.ieu connait les coeurs et Il nous tient dans Sa main et nul ne peut nous en arracher(sauf nous-même).

  • Haïm Goël dit :

    Chère soeur,
    Vous avez hélas raison en ce qui concerne certains « pasteurs », car en nos jours une simple location de salle, le fait d’y prêcher… quelque chose, un « apôtre à la carte » ou un simple ministère de passage pour quelques heures et que vous ne reverrez plus, vous « encourageant », et vous voilà par la grâce de l’homme et non de D.ieu « pasteur ». Il y a bien sûr nombre d’autres cas de figure et j’ai croisé sur ma route bien des surprises en 30 années de ministère. Une dénomination suisse parmi les plus connues confia une assemblée à un jeune ministère frais issu d’école biblique et qui de toute évidence présentait immédiatement, au premier contact, les signes de problèmes personnels sérieux. Aujourd’hui et après des tribulations et d’énormes souffrances pour les âmes et ce « pasteur », son couple est détruit (divorce), La dénomination en question l’a « écarté » de ce fait sans lui proposer la moindre aide et ce brave homme, car c’est un jeune et brave homme foncièrement, a fondé sa propre église en se remariant. Je vous laisse imaginer les torrents de souffrances inutiles encore à venir pour lui et bien d’autres qui vont le suivre.
    C’est bien la raison pour laquelle nous insistons sans cesse là où nous le pouvons SUR LES CONDITIONS BIBLIQUES DE L’APPEL et que nous organisons là où nous le pouvons ce que nous nommons LA FORMATION EN MARCHANT qui instruit et observe avec L’ESPRIT DE D.IEU et une « impitoyable » exigence le caractère, les motivations profondes et l’appel éventuel de chaque disciple.
    Il est un fait que le système des écoles bibliques classiques ou l’autorité de bien des milieux fédératifs ou de dénominations ne permettent plus, ne permettent pas le genre de tamis et outils de formation positifs préconisés par l’Ecriture (cela est encore plus vrai en nos jours qu’hier du fait des bouleversements sociétaux post 1968). La crise actuelle dans ce domaine DEVRAIT CONDUIRE TOUT HOMME DE D.IEU SERIEUX ET HONNÊTE A RECHERCHER LE MODELE BIBLIQUE ET JUIF (Yeshoua et ses disciples, Elie avec Elisée, Paul et ses disciples, etc., étant les modèles de formateurs). L’Eglise tarde à y venir mais elle y viendra nécessairement.
    Ce qui est vrai pour certains « pasteurs » l’est encore plus tragiquement pour nombre de croyants non nés de nouveau qui vivent de plus en plus nombreux dans le corps. Inutile d’aligner les raisons. Personnellement je vois un aspect positif dans la mesure où cela oblige aussi à une réaction virile parmi les croyants sensibles à ces problèmes pour un retour aux sources les plus bibliques.
    Oserais-je vous demander si vous avez trouvé aujourd’hui une assemblée digne du Seigneur où vous pouvez trouver support, amour fraternel sincère, honnêteté et enseignement véritablement biblique ? Je l’espère pour vous de tout mon coeur.
    Meilleur shalom,
    Haïm Goël.

  • Danielle IMARAZENE dit :

    j’avais trouvé une assemblée à plus de 50 km mais je dépendais d’un membre de ma famille pour le trajet …

Leave a Reply

Translate »