Skip to main content

VOUS AVEZ DIT DELIVRANCE ? Extrait N° 21 : De la sexualité considérée comme péché

By 30 décembre 2021LECTURE QUOTIDIENNE

De la sexualité considérée comme péché

 

Lisant une revue juive il y a peu, j’ai lu avec étonnement que l’apôtre Paul était considéré comme le point de départ du mépris accordé dans certains milieux chrétiens à la relation sexuelle, a contrario du judaïsme où le rapport sexuel des époux est considé-ré comme lien saint, propre à l’intimité de chaque couple et au fondement d’une famille biblique. Ce point de vue est une exagé-ration des déclarations de Paul.

 

Mais il ne faut pas pour autant ignorer que, dans bien des milieux catholiques durant des siècles de « christianisme », l’acte sexuel a été considéré comme le péché originel avec toutes sortes de scenarii plus étranges les uns que les autres.

 

Par ailleurs, l’Eglise a souvent encouragé les grandes familles et interdit tout ce qui fait obstacle à la venue d’un enfant. Alors, révérence devant les grandes familles nombreuses et discours trouble de la sexualité pécheresse accepté de la part des prêtres célibataires, eux-mêmes secrètement tourmentés le plus souvent.

 

Peut-on imaginer quel trouble profond a dû surgir dans l’esprit, l’âme de générations entières face aux éléments d’un univers mental à ce point confus et perverti ? Le plus solide des hommes, le caractère le plus fort et le plus résolu, n’y pouvait réussir et à cet égard la Réforme fut, malgré ses erreurs et ses non aboutissements, un vrai miracle. Il n’est nul besoin d’être fin psychologue pour comprendre que la sexualité est faite pour s’exprimer sainement (mais dans un contexte approuvé de D.ieu : le couple marié). Si elle ne trouve pas le moyen de s ‘exprimer naturellement, elle « s’imprimera » intérieurement de façon insupportable, obsessionnelle, maladive et débouchera sur le pêché. Le sentiment confus d’injustice, de frustration poussera presque toujours à la rébellion (cachée ou non pour les plus audacieux), à la transgression.

 

Cette révolte n’en sera que plus vive si est perçue comme hypocrite (parce que confuse et honteuse) la vision de la sexualité du couple modèle : celui des parents. Il en est de même pour toutes choses. Une sensibilité ou une intelligence qu’on ne reconnaît pas pour elles-mêmes génèreront de redoutables effets pervers. Les lois de D.ieu concernant la vie doivent être respectées et Satan s’y entend à l’empêcher par tant de ruses.

 

Un des fruits les plus étranges de cette manœuvre religieuse visant à condamner la sexualité est le mysticisme qui n’est souvent que de la sexualité bridée et finalement sublimée. Ainsi en est-il de bien des illuminismes jusque dans les milieux évangéliques aussi. A Jérusalem, combien de femmes en échec de couple ne circulent-elles pas avec à la clé toujours une « grande vision de D.ieu », un « ministère de prophétesse » qu’elles sont seules à reconnaître ? Combien dans le même temps fréquentent l’une ou l’autre assemblée dirigée par des pasteurs juifs et célibataires dans l’espoir d’un mariage avec un homme d’origine juive et pasteur de surcroît ? Une autre façon de sublimer dans l’espérance romanesque…

 

Le catholicisme romain nous a fourni nombre d’exemples de consécration, de textes enflammés d’amour à Jésus qui ne sont en fait que du mysticisme, de la sexualité sublimée.

 

PS : je ne dis pas pour autant que nous ne devons jamais déclarer notre amour en esprit à D.ieu.

 

Les fruits de tout cela : le sexe défini comme impur tout en élevant comme respectable la famille. Comment ne pas installer au sein de ces familles un sentiment profond de peur, de culpabilité, qui conduit à se sentir constamment redevable à D.ieu de repentance, privation, auto-punition et hyper dépendance à l’égard des purs », les prêtres, évêques et papes célibataires. Le climat de peur et d’angoisse va aussi permettre de faire voir D.ieu comme un insupportable juge, d’où le culte à Marie, « douce et bonne », véritable oasis de paix et de rachat possible face à un D.ieu Père et Fils confusément ressenti comme lointain, dangereux et inabordable.

 

Les fruits encore : une sexualité réclamant ses droits et conduisant l’individu sous pression dans le péché. Voyeurisme, masturbation, fantasmagorie, exploration précoce du terrain sexuel, fornication, adultère, et les choses s’aggravant : homosexualité, sado-masochisme, prostitution, etc.

 

A ce stade, il nous faut rappeler le lien étroit et d’engendrement réciproque qui existe entre la sexualité déviée, pécheresse et l’occultisme ou inversement.

 

Ce processus s’est développé au sein de l’Eglise durant des siècles jusqu’à ce qu’apparaisse une des pires choses qui soit. La persécution qui jusqu’à Constantin venait du paganisme vers l’Eglise s’est désormais manifestée depuis le sein de l’Eglise apostate vers les vrais croyants en Jésus et les Juifs (les deux branches du véritable peuple du Livre). Des siècles de persécution catholique contre les Albigeois, Vaudois, Protestants et les Juifs en témoignent. Il est aussi à noter que la frontière entre persécuteurs et persécutés s’est parfois déplacée jusqu’au cœur du monde protestant lui-même. Que dire de l’immense majorité oecuménisante du monde évangélique et protestant d’aujourd’hui ? On y trouvera sans trop attendre les signes d’une persécution déjà présente mais sans doute encore plus à venir à l’égard de ceux qui refusent ce compromis.

 

Puis vinrent, avec le désenchantement d’après guerre, le Rock, les mouvements beatnik, hippie et… MAI 68.

 

Toute une génération y exprima son mal-être sur tant de choses. Mais cette génération saisit-elle bien les véritables enjeux de ce qui se joua là ? L’Eglise catholique subit à partir de cette époque et déjà un peu avant une désaffection profonde de la part de bien de ses membres. Le monde chrétien protestant entama une descente aux enfers en terme de nombre et de conviction, quant au monde évangélique s’il sembla d’abord résister, il se dirigea peu à peu vers une absorption de valeurs mondaines et de compromis qui le révèle aujourd’hui comme largement apostasié, ayant l’apparence de la piété mais en ayant renié la force (2 Tim. 3 : 1

 

  • 5).

 

Le choc de la deuxième grande guerre avec son cortège de réveils douloureux quant à la réalité profonde des êtres, sans le masque religieux (ou parfois du fait même du masque…), poussa à s’engager dans une aventure existentialiste qui déboucha sur les caves de St-Germain-des-Prés, Sartre et consort, un matérialisme idolâtre et finalement un hédonisme à tous crins à partir de 68. La morale chrétienne (à dominante catholique en fait) fut rejetée en bloc et l’on tenta l’aventure d’une contre-culture sensée être créatrice d’un monde nouveau. En fait D.ieu nous annonçait en ces temps que « les Temps vont changer », (prise de Jérusalem par Israël, immense signe prophétique lourd de sens…), mais Satan contrefait et influence les hommes impies et c’est un monde ancien, très ancien, préchrétien qui vient d’être reconstruit sous nos yeux.

 

En arrière-plan, Satan tire les ficelles d’un jeu terrible. Après avoir utilisé durant des siècles l’Eglise en bien des lieux pour perpétuer subtilement et avec des trésors de séduction les deux piliers de la prostitution sacrée antique, déguisée en religion chrétienne à prétention évidemment universelle et pseudo apostolique » (et ces deux piliers sont, pour rappel, l’occultisme et la débauche sexuelle), voilà que, sous prétexte d’un monde nouveau où les jeunes auront plus de place, etc. (autre effet pervers du grand jeu de la fin comme l’Ecriture nous en avertit en maints endroits), nous est servi un « cocktail » différent mais à base des mêmes ingrédients. Relisons Romains 1 : 18 à 32, et spécialement les versets 28 à 31.

 

Cela ne correspond-il pas pleinement à la génération actuelle ? Satan nous propose une nouvelle culture fondée sur la réapparition de quoi ?

 

1/ le sexe « libéré » (un des thèmes essentiels de Mai 68, du mouvement hippie et de la société mondiale contemporaine).

 

2/ les spiritualités et occultismes de toutes sortes « libres d’accès » (un des thèmes favoris des mouvements beatnik, hippie, Nouvel Age et de quasiment Monsieur tout le monde à présent). Lorsque j’étais jeune (je suis né en 1948), les pratiques occultes si répandues aujourd’hui n’étaient pas du tout « à la mode ». Ces choses étaient implicitement considérées pour le plus grand nombre comme viles, dangereuses, rares ou réservées au monde des contes et légendes et considérées comme fantaisies sans fondement ; sauf pour de très rares initiés cachés. Il en était de même de la pornographie pour laquelle il n’existait pas de magazines. Faut-il expliquer ici le parcours du combattant que représente aujourd’hui le fait d’entrer dans une librairie pour y acheter une simple gazette ? Faut-il faire ici le listing complet et quasi chaque jour augmenté des pratiques occultes disponibles sur le marché à ce jour et de l’intolérable débauche étalée quotidiennement par mille canaux divers : la presse quotidienne ou spécialisée », internet, la télévision, la littérature, la mode, les modes de vie, etc.?

 

Voici deux ans, je voyageais en France par le train. J’eus à faire une station prolongée dans une grande gare du Sud. Je décidai d’acheter le journal du jour et de lire les infos internationales. A la caisse, s’étalait à hauteur de mes cuisses toute une série de revues pour le moins impures mais présentées comme revues de mode ou féminine. L’une d’elle présentait en couverture une femme totalement dénudée et nettement provocante avec un titre provocant qui ne l’était pas moins, concernant je ne sais plus qu’elle spécificité érotique chez la femme… Un garçon de 7 ou 8 ans dont les yeux et le corps avaient la hauteur requise regardait cela avec le trouble que l’on devine. J’interpellai la vendeuse en la priant d’ôter cette revue accessible aux regards d’enfants car je discernais le crime moral qui s’effectuait là sous mes yeux. Elle refusa et je décidai de m’adresser au bureau de police de la gare. Je revins avec un agent après lui avoir expliqué la situation. L’homme accepta plus de me suivre car il se savait tenu de le faire qu’avec une intention quelconque d’agir. Je le ressentis. Effectivement l’agent vit la scène et la revue, mais après l’avoir considérée me déclara, narquois et moqueur : « Monsieur, c’est une revue féminine et non une revue pornographique déclarée comme telle. Je n’ai donc aucune raison d’agir ».

 

Avec cette revue « féminine », nous étions en pleine pornographie cependant et la photo de couverture de cette revue féminine n’était rien d’autre qu’une photo pornographique…

 

Nous baignons tous aujourd’hui dans l’équivalent, en bien pire compte tenu des moyens d’information et de communication dont nous disposons, de ce qu’était le monde païen où se démenèrent Paul et les premiers croyants. En plus, le nombre de croyants ne fléchissant pas le genoux devant Baal décroît comme peau de chagrin. Et ce ne sont pas les grands mouvements de foule au spirituel douteux qui changent grand chose à l’affaire. Au contraire, la séduction bat son plein avec un spirituel de plus en plus frelaté.

 

Leave a Reply

Translate »