Skip to main content

VOUS AVEZ DIT DELIVRANCE ? / Extrait N° 24 : La colonne des péchés occultes est quasiment « infinie » aujourd’hui. Du fait de la réactivation de tous les paganismes les plus anciens à travers le mouvement du Nouvel Age et du fait de l’inouïe variété des cultures occultes sur cinq continents, ajoutée au brassage universel des humains dans le village planétaire d’aujourd’hui.

La colonne des péchés occultes est quasiment « infinie » aujourd’hui. Du fait de la réactivation de tous les paganismes les plus anciens à travers le mouvement du Nouvel Age et du fait de l’inouïe variété des cultures occultes sur cinq continents, ajoutée au brassage universel des humains dans le village planétaire d’aujourd’hui.

 

Quelques exemples :

 

1)   les superstitions (variété énorme selon les cultures). Quelques exemples : le dicton « jamais deux sans trois ». Une parole fataliste et d’origine moqueuse pour les trois personnes de la divinité. L’expression « touchons du bois ». La crainte du chiffre 13, la crainte de passer sous une échelle, etc. Les cultures paysannes sont abondantes de ce point de vue.

 

  • Les objets protecteurs ou magiques : main de Fatma (protection contre le mauvais œil) répandu en Afrique du Nord et abondamment parmi les Juifs sépharades. Les médailles de saints ou de Marie, cornes dorées (très en vogue depuis quelques années), statuettes et statues issues du catholicisme, l’eau de Lourdes, les fers à cheval, trèfles à quatre feuilles, etc. La variété est là aussi devenue quasi infinie du fait du brassage mondial des cultures. L’Afrique, l’Asie et même le continent Nord américain ont déversé chez nous tant de choses ces derniers temps. On rencontre de plus en plus jusque dans les maisons chrétiennes un objet amérindien nommé filtre des songes. Un cercle orné de plumes et qui est sensé veiller sur nos rêves. Nous sommes là en plein chamanisme aux effets seconds redoutables ! Cer-taines figurines animales au symbolisme très occulte : le hibou, la salamandre, la grenouille, le scarabée (Egypte), le chat (Egypte), dans certains cas l’éléphant, etc. La présence de ces objets dans un foyer indique très souvent une attirance, un lien avec l’univers oc-culte. Une liste complète des objets à placer dans cette rubrique occuperait des pages et des pages. Soyons vi-gilants et à l’écoute du Saint-Esprit.

 

  • Les ouvrages occultes : Le Grand et le Petit Albert, les grimoires, ouvrages du type Lobsang Rampa, ouvrages d’astrologie pratique, toute l’énorme gamme des ouvrages du Nouvel Age et des médecines parallèles. La littérature mondiale est aussi porteuse à divers niveaux de choses occultes. En littérature française on notera Nerval, Baudelaire et tant d’autres. Victor Hugo pratiqua le spiritisme… Certaines littératures mystiques ou sectaires. Liste absolument non-exhaustive.

 

  • Les pratiques occultes : innombrables. Dictons, chansonnettes qu’il faut entendre « entre les lignes », Magie blanche (retour d’affection, etc.) et noire, divination sous toutes ses formes, guérisseurs, spiritisme, radiesthésie (pendule et baguette de sourcier), astrologie, la plus grande part des médecines parallèles venues d’Orient ou d’ailleurs, (l’homéopathie est plus que douteuse car son fondateur était occulte et certains laboratoires ont recours au pendule), les arts martiaux, la macrobiotique et le large spectre des philosophies douteuses de la nutrition et de la médecine, la méditation transcendantale, la sophrologie, l’appartenance à une secte occulte (satanisme, martinisme, franc-maçonnerie, la Santéria, le vaudou, la sorcellerie, etc., etc. Liste fatalement très incomplète…).

L’appartenance à une secte religieuse : Mormons, témoins de Jéhovah, sectes « chrétiennes » et syncrétiques africaines, etc. L’appartenance à l’Eglise catholique romaine ou une église traditionnelle dont une grande quantité de pratiques et croyances sont non bibliques et souvent à caractère occulte. L’appartenance à une religion ou philosophie imprégnée de pratiques occultes (hindouisme, bouddhisme, shintoïsme, druidisme, nazisme, etc.). Attention à certaines dérives redoutables de la mystique juive. Attention à l’Islam. Attention aux pratiques des marabouts si présents aujourd’hui en Europe. Les jouets et jeux occultes (jouets Nouvel Age et démoniaques glorifiant la puissance et les mondes parallèles) très présents sur le marché depuis une quinzaine d’années. Halloween, ancienne fête druidique et satanique chassée jadis par la christianisation et resservie aujourd’hui à nos enfants, édulcorée comme une sombre friandise mais terriblement initiatrice de choses bien plus sérieuses. Le cinéma actuel dégoulinant de violence, de sexe et d’occultisme. La littérature pour enfants et adolescents : Harry Potter. L’écoute de musique aux fondements occultes : Rock, Heavy metal, etc. Liste hélas non-exhaustive.

 

Il sera utile dans ce domaine de se documenter très sérieusement et régulièrement si on y est appelé car le monde démoniaque est en effervescence toujours plus avant le retour du Seigneur et le développement et « l’épanouissement » de ses sinistres outils est en pleine croissance quasi quotidiennement. Je tiens à vous recommander aussi des ouvrages tels que : « Briser la malédiction des générations » de Marilyn Hickey aux Editions Bethesda, B.P. 6, Randan 63310, France » ou « Les Yeux ouverts » de Kremer, parmi d’autres. Ils constitueront d’excellents outils de base, simples et pratiques. Pour une documentation plus approfondie sur les influences occultes via le catholicisme, je vous conseille par exemple l’incontournable : « Les Deux Babylones » de Hislop. Il n’existe guère sur le marché chrétien d’autres outils à découvrir. Mais hélas bien des livres douteux qui sous couvert chrétien apparaissent occultes. J’ai en mémoire un enseignement de Gwenn Shaw repris par Sergine Snanoudj expliquant comment « racheter la terre » en y versant du vin et en y enterrant du pain de Sainte Cène. Ne sommes-nous pas là en pleine magie blanche chrétienne, en pleine dérive du fameux « tout St Esprit » ?

 

Au fur et à mesure de la confession, selon les temps que me dicte l’Esprit de D.ieu et afin que les choses soient bien marquées dans l’esprit des gens et face au monde spirituel, je prie alors comme ceci : « Père céleste, je suis (nous sommes, si je prie accompagné de mon épouse ou d’un assistant) témoin(s) devant Toi et les puissances des ténèbres de la prière de repentance de X, et je le délie maintenant corps, âme et esprit au nom de Yeshoua. Je proclame Ton sang précieux et je Te prie de faire passer une eau de purification qui envoie ces choses au fond de la mer (Michée 7 : 19) là où Tu les oublies. »

 

 

Purifier les lieux

 

Dans la plupart des cas, le travail des deux piliers accompli, il convient de questionner et de visiter le plus souvent le lieu d’habitation de la personne. On y trouvera presque toujours et parfois en quantité importante des objets religieux (statues, chapelets, images dites pieuses, médailles, etc.) ou des objets occultes (d’origine très diverses et dont il est impossible de faire la liste tant la variété est hélas immense : masques africains, fétiches de toutes représentations ayant l’Egypte ancienne, le monde indien d’Amérique (les fameux filtres des songes récemment arrivés sur le marché européen par exemple) et l’Asie comme thème (Bouddha, représentations Ying et Yang, etc.), objets oc-cultes ou de superstitions diverses comme nains de jardin, hiboux, trèfles à quatre feuilles, pattes de lapin, fer à cheval, etc., etc. il conviendra aussi de nettoyer bibliothèques et vidéothèques de toute pornographie avec un soin méticuleux. On ne négligera pas de prier en s’attendant à des révélations données par le Saint-

 

Esprit dans chaque pièce de la maison (adultères, crimes de sang, pratiques occultes…), de demander pardon et de délier les pièces. Il faut s’attendre à des surprises de tailles. Ainsi dans une propriété anciennement religieuse catholique, après avoir discerné un cimetière d’enfants, fruits d’unions illicites, nous discernâmes la présence enterrée d’un très ancien autel païen préceltique qu’il convenait de déterrer. Ce fut fait, l’autel fut trouvé et le lieu purifié au nom de Jésus. Voilà un exemple parmi tant d’autres.

 

L’avantage de ces temps de confession pour le repentant :

 

Il est grand, et le fait d’être spécifique, voire détaillé, est bien plus important qu’on ne peut l’imaginer et que ne se l’imaginent les tenants du « tout est accompli le jour de la conversion ».

 

Tout a été accompli à la Croix, mais tout n’est pas pour autant accompli dans les cœurs et dans les consciences. Confesser ainsi ses fautes de manière détaillée devant autrui, et particulièrement devant un pasteur biblique, est évidemment humiliant. Et cela l’est d’autant plus si ce pasteur biblique manifeste, en même temps que son discernement et une autorité spirituelle, le cœur du Père à travers une attitude faite de bonté, éloignée de tout jugement. Mais cette humiliation-là est bonne, elle libère la conscience dans un climat positif.

 

Seuls des hommes particulièrement brisés et humiliés en leur temps pourront manifester face au pénitent ce cœur de bonté d’une étrange efficacité. J’ai vérifié la chose. Il est important que nous soyons humiliés par une confrontation réaliste, honnête, courageuse avec nos fautes, mais sous l’œil d’un homme plein de l’amour du Père. J’ai vu ainsi des rebelles et des orgueilleux notoires finir par confesser des fautes d’une abjection presque inimaginables, et redevenir ensuite dans les heures et les jours qui suivirent des êtres d’une innocence quasi enfantine.

 

La non confession des fautes soutient malignement l’orgueil et l’orgueil entretient à son tour la non confession des fautes, privant l’individu de la douce réconciliation avec le Père céleste, le privant de la restauration de son identité et de sa destinée (donc, de sa vraie place dans l’Église, la famille, la société), privant l’individu de toutes ces choses et le maintenant dans les tourmentes et la confusion pour lui-même et son entourage.

 

Laissez-moi maintenant vous donner un exemple qui démontre à quel point la confession de fautes délivre de terribles malédictions.

 

Voici bien des années en région bordelaise je fus invité pour une merveilleuse soirée par toute une petite tribu gitane. Ils étaient d’aisés brocanteurs. Trois générations étaient réunies là dans la maison et je remarquai au niveau de la troisième de ces générations qu’il y avait un déficit de santé nerveuse général. Une maman s’approcha de moi et me confia que son enfant était atteint de nanisme. Elle sollicita la prière pour celui-ci mais je discernai immédiatement une source occulte à ce problème et priai intérieurement.

 

Je questionnai la maman : « Avez-vous été maudite en quelque occasion ? »

 

Elle me répondit avec frayeur que oui et que voici quelques années, faisant du porte à porte dans une certaine rue d’une certaine ville de France, elle tomba nez à nez avec une sorcière gadjé ( gadjé = nom gitan pour désigner les sédentaires dans la langue des gens du voyage) qui la maudit de telle et telle façon.

 

Sa propre mère, dans l’ignorance de cela jusqu’à ce jour, réagit alors vivement et lui expliqua que voici vingt ans elle fut elle aussi maudite dans la même rue de la même ville par une sorcière gadjé. Sidérant mais authentique, et pas tellement étonnant au fond, quand on a l’expérience de ce genre de choses.

 

Je demandai alors à la mère si son père avait lui-même été maudit ou s’il était un homme qui maudissait. Confuse, elle affirma néanmoins que son propre père maudissait avec violence et, hé-las, succès tout autour de lui ses ennemis.

 

Je tenais la clé ! Nous avions là quatre générations sous le joug de Satan y compris l’aïeul qui maudissait. Et à la quatrième génération, les désordres devenaient extrêmes.

 

Je réunis alors tout ce monde pour le conduire dans une prière de repentance par rapport aux pouvoirs occultes et aux crimes de l’aïeul et les délier tous de toute malédiction.

 

Savez-vous ce qu’il advint ?

 

Je reçus un coup de téléphone quelques mois après de la part de la mère de l’enfant atteint de nanisme : « Frère, D.ieu soit loué, c’est merveilleux, notre fils à recommencé à grandir normalement ! »

 

Dans le cadre de délivrances relevant du cas de figure N°2 (c’est-à-dire à base de repentance) voici encore quelques exemples spectaculaires mais qui ne contredisent en rien les lois de D.ieu.

 

Leave a Reply

Translate »