Skip to main content

Vous avez dit délivrance ? Extrait N° 4 : ELLES ONT TOUTES UN ARRIERE-PLAN CHARNEL ET OCCULTE CAMOUFLE DERRIERE UN CHRISTIANISME DE FACADE LE PLUS SOUVENT TRES SEDUISANT. »

By 10 décembre 2021LECTURE QUOTIDIENNE
  • ELLES ONT TOUTES UN ARRIERE-PLAN CHARNEL ET OCCULTE CAMOUFLE DERRIERE UN CHRISTIANISME DE FACADE LE PLUS SOUVENT TRES SEDUISANT. »

 

Laissez-moi vous rapporter ici une expérience vécue voici bien des années lors d’une convention en Allemagne – un extrait de mon livre « La Bête et son image » :

  • Les trois journées de convention se déroulaient dans une atmosphère particulièrement bénie. L’orateur principal, Reinhard Bonkhe, évangéliste allemand mondialement connu, rayonnait de l’amour du Seigneur et son onction faisait des ravages dans le camp de Satan. La chose était indiscutable. Je vécus là aussi des expériences particulièrement puissantes. Signes et miracles accompagnaient cet homme et une sainte lumière se dégageait de tout cela. Des réunions très bénies nous étaient aussi proposées, enseignement, louange, etc. Tout cela était indiscutablement oint et attesté par une sainte présence de D. ieu. Le deuxième ou le troisième jour, les choses changèrent mais avec une telle subtilité que je mis longtemps à me faire une opinion définitive et que, j’en ai la conviction aujourd’hui, bien des croyants furent séduits ce jour-là. Un homme dont je ne trouve pas utile de donner le nom (note de la publication: il s’est depuis largement fait remarquer comme faux prophète, etc) ici fut introduit pour prêcher et exercer le ministère.

 

Certains mettront cependant un nom sur le personnage et il existe suffisamment de sites internet spécialisés et sérieux ou non, hélas, pour dénoncer les anges de lumière et faux oints. Mon but ici est d’avertir, non de jouer le jeu parfois dangereux du « dénoncer à tout prix » où se pratique le pire et le meilleur ». En fait, cet homme ne prêcha guère mais parla beaucoup de puissance, d’onction, etc. Toutes choses dont il est inutile de parler quand elles sont là, authentiquement présentes et évidentes ! A moins que l’assurance de cet homme n’ait pas été tout à fait aussi paisible qu’il ne l’aurait fallu en matière de puissance, d’onction, et de leur source. A moins qu’il ne faille s’avancer sous le masque d’une séduction visant à attirer plus le regard sur la puissance que sur D.ieu Lui-même.

Etonnamment, cet homme multiplia des signes et prodiges qui ressemblaient presque traits pour traits aux signes manifestés au travers de son aîné qui nous avait, lui, vraiment bénis par ses messages et le confort d’authenticité spirituelle dans lequel il nous conduisait, même et surtout en nous reprenant. Tous crurent que l’Esprit de D.ieu voulait, en répétant les choses, nous surprendre. Il régnait sur le plateau une étrange excitation.

Mais je ressentis sans l’expliquer immédiatement un profond malaise. Le Saint-Esprit en moi n’était pas « confortable ». Je priai et D.ieu me dit : « Envoie ton épouse au moment de l’appel que fera cet homme et de l’imposition des mains qu’il va proposer ». Je m’exécutai et mon épouse alla (elle avait à ce moment besoin d’une guérison). Arrivée à six ou sept mètres de l’estrade, elle stoppa net et fut empêchée par quelque main invisible d’avancer encore. Mon épouse fit demi-tour et revint s’asseoir à mes côtés en me disant : « J’ai été incapable de m’avancer plus avant. Quelque chose m’en a empêché avec une telle force…! »

Je me remis alors à prier, conduit par le Saint-Esprit. Le Seigneur me dit ceci : « Regarde bien cet homme et prie en fixant intensément ce que tu vois ! »

Ce que je voyais ? Je voyais un homme faire avec beaucoup de conviction et d’excitation surtout toute sorte de choses par imposition des mains. Toute sorte de choses qui semblaient venir de D.ieu. L’homme baignait aussi, comme son prédécesseur, dans une lumière et une onction puissantes.

Je continuai à prier et me mis non plus à regarder mais à voir. Je commençai alors à saisir quelque chose de ténu, comme caché derrière beaucoup de bruit (et puis l’amour ne soupçonne pas le mal, n’est-ce pas?) mais quelque chose de bien réel :

Il n’y avait pas d’amour chez cet homme.

L’Esprit de D.ieu me poussa ensuite à considérer la lumière qui se dégageait de cet homme. Je vous le dis, avec des yeux simplement humains, il était impossible de discerner quoi que ce soit de mauvais. Je priai encore et encore et D.ieu me fit alors voir quelque chose de stupéfiant. Je vis toute la silhouette de cet homme comme cernée d’un trait noir.

Et c’est de ces ténèbres que jaillissaient la lumière et « l’onction » dans lesquelles il baignait. Je vis alors que la lumière qui se dégageait de lui était froide, lunaire, glacée même. Vous avez dit lumière,… mais quelle lumière?

 

La source de cette lumière ne faisait plus aucun doute pour moi. J’appris par la suite que cet homme disait avoir reçu onction et appel devant la tombe d’un leader charismatique mondialement connu mais au témoignage finalement douteux. Est-ce exact ? Je ne sais. J’ai depuis enregistré maints témoignages qui confirment, concernant cet homme, tout ce que j’ai vu ce jour-là : fausses doctrines, mensonges, scandales divers, fausses prophéties à répétition. Le tout bibliquement dénoncé. »

 

Satan, nous est-il dit, se déguise et se déguisera en ange de lumière afin de séduire si possible les élus (Matth. 24 : 24 et 2 Cor. 11 : 13 et 14). Prenons garde, veillons, restons humbles et calmes devant beaucoup de manifestations contemporaines dites « de la gloire de D.ieu ».

 

Plusieurs ministères francophones et mondiaux se sont laissés corrompre par ces choses et j’ai observé que celles-ci s’accompagnent le plus souvent d’une chute assez drastique dans le domaine moral et plus précisément sexuel et qu’elles s’accompagnent aussi d’un caractère devenu, sous l’effet de toutes sortes d’illusions, toujours plus dur, mystérieusement et progressivement toujours plus impitoyable. Si ces manifestations ne donnent pas une paix profonde, totale, préservant notre innocence intérieure, si l’amour n’est pas leur compagnon de route, soyons circonspects.

 

D’abord et avant tout, Satan s’appelait à l’origine Lucifer, ce qui veut dire « porteur de lumière ». Trop semblent l’oublier aujourd’hui, alors qu’il reste au diable peu de temps et qu’il utilisera ses plus vieilles armes pour tromper, séduire, aider à la naissance et au développement d’un christianisme apostat et amateur d’ersatz à tous égards.

 

La délivrance peut et doit être pratiquée par un ministère (selon Ephésiens 4) en action ou un disciple en général (à condition que le disciple soit vraiment un disciple) et l’on en trouve des exemples dans le Livre des Actes notamment et ailleurs dans les Evangiles.

Aucun orgueil, aucune présomption ou absence de sanctification ne doit être bien sûr trouvé dans la vie du « délivreur ». Observons au passage que les comportements, le caractère du « ministre », doivent nous informer sur son appel, sa capacité et sa réelle autorité.

Et là il y a des surprises…

Que penser de telle femme élevée au rang de « spécialiste de la délivrance » par un chemin d’auto-proclamation ambitieuse et la servilité assez lâche d’entourages séduits qui, elle, du jour au lendemain déclara démoniaque et sorcier le pasteur de son assemblée parce qu’elle était entrée en guerre ouverte contre lui par pur orgueil révélé ?

Jusque-là cet homme avait toujours été proclamé haut et fort par cette femme homme de D.ieu et prophète exceptionnel…

Que penser de cette femme « spécialiste de la délivrance » qui me contacta alors en vue de m’attirer dans une guerre violente contre cet homme avec de bien pauvres arguments inconsistants, qui camouflaient vraiment mal des intentions mauvaises, méchantes, un évident esprit de supériorité et même un certain racisme à l’égard de son ex-pasteur africain ?

Et que dire encore d’une telle femme qui m’abreuva de mépris et d’injures grossières avec une effroyable arrogance lorsque je refusai de m’associer à son lynchage ? Un tel « spécialiste de la délivrance » offrirait-il ainsi par son témoignage l’assurance d’un authentique appel de D.ieu en ce domaine à ce point délicat qu’il requiert des êtres vraiment abondants quant aux fruits de l’esprit ? Observons aussi, simple observation que je répète mais qui mérite qu’on y réfléchisse, qu’on ne trouve dans la Bible aucun exemple de femme pratiquant la délivrance. C’est un fait biblique indiscutable que l’on ne peut éluder d’un revers de la main et qui mérite question et réponse. Que penser alors de certains groupes ou cercles de femmes s’établissant spécialistes en matière de relation d’aide ?

A analyser leur pratique, j’ai observé qu’une « compassion toute charnelle » tient souvent lieu d’autorité inexistante pour amener la non-repentance, à l’apitoiement sur soi et à un cycle de dépendances toujours renouvelés à l’égard des « délivreurs » (nous sommes là en plein système de mise en dépendance, de « gouroutisation » rampante…).

 

Oui, j’ai observé aussi qu’un orgueil qu’il faut nommer les fait s’aventurer avec une autorité humaine et seulement humaine (voire arrogante) sur des terrains où seul D.ieu a droit à la maîtrise selon Ses règles, choix et outils bibliques. Cette arrogance est également dommageable pour le corps et d’authentiques ministères oints car c’est de ces milieux que sort le plus souvent une guerre impitoyable de ragots qui visent tout simplement deux objectifs simples : 1/ discréditer ceux qui sont perçus dangereux par leur esprit de vérité. 2/ se présenter avec de faux fruits en figure de proue d’une authenticité pourtant bien frelatée.

 

On ne m’empêchera pas pour terminer ce chapitre de préciser qu’il est important de situer mieux l’arrière-plan de toute une évolution dans les mentalités chrétiennes ces dernières années.

Leave a Reply

Translate »