Skip to main content

VOUS AVEZ DIT DELIVRANCE ? / Extrait N°15 : Un peu d’Histoire biblique et d’Histoire tout simplement. Pour mieux comprendre… Dans ce nouveau chapitre je vais reprendre quelque peu certaines notions déjà évoquées dans ce livre mais je vais m’employer (avant de vous proposer une méthode de relation d’aide au chapitre suivant) à les restituer à côté d’autres notions de l‘Histoire spirituelle de l’humanité afin de faire mieux saisir un arrière-plan, le décor dans lequel se développe le sujet qui nous occupe dans ce livre. Je vais retourner très loin, dès avant la chute de l’homme, pour un parcours utile. Suivez-moi !

By 23 décembre 2021LECTURE QUOTIDIENNE

CHAPITRE 4

Un peu d’Histoire biblique et d’Histoire tout simplement.

 

Pour mieux comprendre…

 

Dans ce nouveau chapitre je vais reprendre quelque peu certaines notions déjà évoquées dans ce livre mais je vais m’employer (avant de vous proposer une méthode de relation d’aide au chapitre suivant) à les restituer à côté d’autres notions de l‘Histoire spirituelle de l’humanité afin de faire mieux saisir un arrière-plan, le décor dans lequel se développe le sujet qui nous occupe dans ce livre. Je vais retourner très loin, dès avant la chute de l’homme, pour un parcours utile. Suivez-moi !

 

Numéro 1 et Numéro 2

 

Voici un thème que je développe amplement dans mon livre intitulé : « Inséparables ». Je le résume ici.

 

Ce thème relationnel N°1 et N°2 (D.ieu et l’humanité, D.ieu et Lucifer, Le Père et le Fils Yeshoua, L’époux et l’épouse, les parents et les enfants, le fils aîné et le fils cadet, les maîtres et les serviteurs,…) est fondateur de vie selon une dynamique divine. En bref : Les N°1 transmettent les principes et les N°2 les magnifient. Deux rôles distincts et deux rôles uniques et superbes impliquant des identités différentes et complémentaires. Un exemple clair : D.ieu, sur base de Ses principes fondateurs établit la création mais l’homme a pris le relais, chargé de magnifier celle-ci. Un autre exemple : L’époux transmet sexuellement une semence, un principe de vie à son épouse qui, fécondée, va magnifier cette semence durant neuf mois. En observant, on remarque que tous les thèmes relationnels qui débouchent sur la vie sont régis par ce mécanisme.

 

Au commencement il y avait D.ieu, N°1 éternel dans son Ehad et un archange chargé de magnifier la gloire de D.ieu (la musique, le chant des principes divins) dont il était saturé en présence de D.ieu. Cet être, un N°2 qui probablement connut la gloire du Tout-puissant comme personne, excepté le Tout-Puissant Lui-même, s’appelait Lucifer. Nous connaissons la suite puisque ce N°2 tenta de s’élever pour ravir une place de N°1 qui ne lui revenait pas et pour laquelle il n’était pas établi (voir Esaïe 14). Lucifer fut rejeté loin de la présence de D.ieu et perdit son siège spirituel de N°2 sans avoir atteint son but. Sa chute consiste en grande partie en une perte identitaire et de destinée absolue par rapport à ses origines. Que ferait-il ? Tenter d’organiser un univers à son image ! Et c’est ce qu’il fit en visitant le couple humain, en s’adressant pour discuter des principes que D.ieu avait établis avec l’homme dans le jardin d’Eden à la femme, le premier N°2 du genre humain et non à l’homme détenteur des principes transmis par D.ieu dès avant la création de la femme. Si la femme avait refusé le dialogue et invité Adam à répondre en tant que N°1 à la question de Satan : « D.ieu a-t-il réellement dit… ? » les choses eussent dès le départ été différentes. La ruse fondamentale de Lucifer devenu Satan était de reproduire au niveau des humains le même cas de figure que celui qui l’opposait à présent au Père créateur. Amener les N°1 en position démissionnaire et passive honteuse, là où cette même passivité » n’est en fait qu’obéissance et disposition à magnifier pour un N°2, et amener les N°2 à prendre une position d’autorité N°1 qui implique sans pourtant en avoir le capacité réelle qu’ils se mettent en situation de transmettre des principes (et donc dans le cas d’Eve d’en débattre avec Satan).

Et c’est ce qui advint : La femme vit que le fruit de l’arbre (un arbre principiel) était bon à manger… et elle en offrit à son mari qui était auprès d’elle (Gen. 3 : 6). Ici c’est le N°2 qui transmet un fruit de l’arbre des principes à un N°1. Le schéma est inversé et les résultats vont bien au-delà de ce que l’on imagine. En fait, tout l’univers des comportements pécheurs se rattachent à cette inversion de départ.

 

Plus avant, Satan avait d’autres objectifs à partir de ce succès. Un de ces objectifs était d’élever un principe spirituel en opposition absolue avec l’existence du D.ieu Père qui l’avait rejeté. Et il y parvint avec la complicité du premier couple humain.

 

Sans m’étaler sur les raisons psychologiques évidentes chez Eve face à son époux démissionnaire (insécurité, rébellion, orgueil, etc.) il faut simplement s’arrêter sur le fameux verset 1 du chapitre 4 de Beréchit (la Genèse) : « Adam connut Eve, sa femme ; elle conçut, et enfanta Caïn et elle dit : J’ai acquis un homme de par l’Eternel ».

 

Ici, très clairement, Eve bouleverse volontairement l’ordre de D.ieu en matière d’identité N°1. Elle prend position d’acteur N°1 en disant : J’ai acquis… (ani caniti, en hébreu) en plaçant D.ieu au seul rang de « livreur » de ce qu’elle a acquis et en ne mentionnant même pas l’époux qui lui a transmis cependant la semence. Voici donc deux numéros 1 (D.ieu et Adam) écartés de leurs positions par un N°2 qui prend ainsi une position de N°1 usurpatrice. Certains exégètes juifs vont jusqu’à dire qu’en fait le rapport Eve – Caïn est d’ordre incestueux, psychologiquement parlant, voir pire. Cette rébellion d’Eve est aussi présentée comme le premier acte de manipulation majeure, et donc de sorcellerie, de l’Histoire humaine. Retenons deux aspects majeurs qui apparaissent ici et qui se retrouveront clairement dans le manuel du pasteur biblique qui suivra au chapitre suivant en matière de relation d’aide et de délivrance :

 

1/ Proximité physique probable entre Eve et Caïn ou tout le moins intimité possessive inappropriée (ce qui est impureté)

 

2/ Manipulation, sorcellerie.

 

Impureté sexuelle et occultisme en d’autres mots.

 

Nous allons retrouver ces ingrédients dans la reconstruction du système antichristique après le déluge (voir ci-après) et nous la retrouverons partout sur la terre après l’épisode de Babel. Nous retrouvons ces deux piliers du fondement antichristique dans la vie de millions d’individus depuis la « révolution culturelle » des années 60 (mai 68 etc.) puisque, avant cette époque, pornographie (et autres manifestations du même type) et occultisme étaient à peine présents (cachés, généralement réprouvés ou ignorés du fait de la morale judéo-chrétienne encore dominante). Mais depuis cette époque charnière, ces choses surabondent librement dans nos sociétés et dans la vie de la plupart des gens qui viennent au Seigneur.

 

Retour à Caïn

 

Le fruit sera terrible :

 

Caïn est ce fruit. Caïn signifie « acquisition ». Cet être n’aura donc la possibilité en matière d’identité que d’être une acquisition, « la chose » de sa mère. Il est le fruit d’un rapt à D.ieu et à l’époux. Il est le fruit d’une rébellion extrême. Quel fruit peut donner une telle situation, si ce n’est un être captif dès sa naissance d’un univers diabolique car inspiré par une stratégie du diable ?

 

Caïn sera meurtrier et le premier type d’Antichrist sur la terre. Il suffit de bien décrypter Genèse 4 pour s’en convaincre aisément, en analysant l’évolution de Caïn et de sa descendance.

 

L’offrande des fruits de la terre de Caïn sera refusée par D.ieu car peu semblent le saisir, mais cette offrande extérieurement présentée à D.ieu ne pouvait en fait qu’être intérieurement offerte par Caïn à l’adoration d’une mère abusive, incestueuse. D.ieu, Lui, discerna car on ne trompe pas D.ieu. Ce sacrifice-là fut en fait le premier sacrifice offert à ce que Satan cherchait et cherche toujours inlassablement à élever comme principe qui s’oppose aux principes du D.ieu Père : les principes d’adoration d’un D.ieu Mère, de la Reine du Ciel.

 

Il s’en est suivi l’apparition jusqu’à ce jour d’une noria incroya-blement diversifiée à travers cultures et religions (et ce de manière universelle) de variantes dans les cultes à la Reine du Ciel et de cultes aux déesses terre-mères ou de fécondité. Une expression largement connue est celle de la Madone avec un « petit Jésus » dans ses bras ou un Jésus mort dans ses même bras, car jamais on ne trouve dans la tradition mariolâtre une Marie à genoux aux pieds de son Sauveur.

 

Je renvoie le lecteur à mon livre « EHAD, Le couple, l’enfant et son identité. La famille biblique et ses contrefaçons… ». Voyez la présentation de ce livre en fin de cet ouvrage.

 

Et derrière toutes ces choses, il s’agit d’une adoration à Satan lui-même. Satan avance toujours masqué derrière quelqu’un ou quelque chose et c’est bien pourquoi il nous faut marcher pour nous-mêmes dans la lumière en toutes choses si nous voulons discerner l’ennemi là où il se trouve campé. Sans cette totale honnêteté personnelle à tous égards nous devenons des candidats à la séduction. C’était une parenthèse et je la referme.

 

La Reine du Ciel est un principe spirituel mystérieux car né du mensonge, de la contre-vérité opposée aux principes du D.ieu Père, d’une manipulation aux effets des plus pervers. Un mystère d’iniquité qui va présider plus tard à l’apparition universelle d’une religion dite des mystères à partir d’un couple inique et incestueux, Nimrod et sa mère Sémiramis, qui vont réédifier les mêmes principes antichristiques développés dans un premier temps par Eve et Caïn. Ils vont les réédifier car ce que Caïn et sa descendance vont développer sur la terre deviendra à ce point insupportable aux yeux de D.ieu (Gen. 6 : 5 à 7) que notre Eternel décidera d’amener le déluge. Notons au passage que Noé n’est pas issu de Caïn mais de la restauration spirituelle d’Abel, le premier prophète annonçant la venue du Sauveur par son sacrifice (Gen. 4 : 4). Restauration spirituelle d’Abel en Seth – Henoch (Gen. 5 : 24), alors que les principes de D.ieu en matière de don d’identité sont restaurés et qu’Adam et Eve ont alors repris leurs positions bibliques (Gen. 4 : 25 et 26, et Gen. 5 : 3).

 

Leçon :

 

Retenons que la stratégie de Satan est de brouiller les cartes au niveau des bons principes établis par D.ieu.

 

Principe de D.ieu : Les N°1 détiennent et transmettent les principes. Ils en ont aussi la garde… et l’honneur. Les N°2 reçoivent les principes et les magnifient, les portent à incandescence spirituelle ou matérielle (la semence dans le sein de la femme, qui devient enfant complètement formé par exemple) ce qui est une destinée d’une portée aussi considérable que celle des N°1.

 

Ceci nous éloigne à des années lumières du combat indigne hommes-femmes mené actuellement pour l’accession des femmes au ministère. Car une femme restaurée dans son identité édénique en Yeshoua n’aura jamais ce genre de revendication, mais accomplira à un tout autre niveau de grâce et d’humilité une destinée spirituelle de magnificatrice.

 

Leave a Reply

Translate »