Skip to main content

VOUS AVEZ DIT DELIVRANCE ? Extrait N°20 : Mais l’Eglise a intégré sous des formes subtiles des ingrédients du paganisme apparemment aboli.

By 29 décembre 2021LECTURE QUOTIDIENNE

Mais l’Eglise a intégré sous des formes subtiles des ingrédients du paganisme apparemment aboli.

 

Je ne m’étendrai bien sûr pas ici sur tous les aspects des syncrétismes catholico-païens. Il existe d’excellents ouvrages à ce sujet dont, « Les deux Babylones » de Hislop, « Come out of Her, my people » de C.J Koster (isr@messianic.co.za). Mon livre EHAD également (voir fin d’ouvrage) traite en larges pans le problème sans l’épuiser.

 

Voici un exemple parmi des centaines, des milliers : une prière élevée jadis à la Reine du Ciel par des millions de catholiques.

 

Salve Regina (11eme siècle)

 

Je te salue, O Reine, Mère de miséricorde, toi qui es pour nous vie, douceur, espérance.

 

Vers toi, nous les fils d’Ève,

 

nous crions dans notre exil,

Vers toi nous soupirons

 

gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.

 

Toi, notre Avocate,

 

tourne vers nous tes yeux pleins de bonté, Et Jésus, ton fils béni,

montre-le nous au terme de cet exil.

 

O clémente, ô si bonne, ô douce, Vierge Marie.

 

J’ai placé en italique les passages flagrants pour leur contenu non biblique.

 

1/ Reine, Mère de miséricorde (Il n’y a aucune mention d’une miséricorde venue de Marie dans la Bible)

 

2/ Fils d’Eve (où est passé Adam ?)

 

3/ Toi notre Avocate (Avocate avec un A majuscule…) Selon l’Ecriture nous n’avons qu’un seul avocat auprès du Père : Yes-houa (1 Jean 2 : 1 et 1 Tim. 2 : 5). A moins que Satan ne soit notre père ?

 

4/ montre-le nous (Jésus). Rien dans l’Ecriture ne nous permet de croire que Marie jouera ce rôle. Jésus a plutôt dit dans une proclamation d’unité (EHAD) : « Qui m’a vu a vu le Père ». Jésus par conséquent ne peut être rendu visible lui aussi que par la volonté du Père.

 

Voici un autre exemple parlant :

 

L’origine du Puy Sainte-Marie dans le massif central en France selon la tradition.

 

«Saint-Pierre envoya Saint-Georges en Gaule pour évangéliser le Centre. Georges s’établit à Ruessium dans le Velay, dont il fut le premier évêque. Les conversions furent nombreuses.

 

Une pieuse dame des environs atteinte de fièvre, qu’aucun remède ne pouvait guérir, se confia à Marie qui lui dit d’aller sur le Mont Anis. Le Mont Anis, distant de quatorze kilomètres environ, était entouré de forêts. Sur son sommet se dressait un immense dolmen druidique. La pieuse dame s’y étant fait transporter s’étendit sur le dolmen et, là, s’endormit d’un sommeil mystérieux.

 

La vierge lui apparut : « Ma fille, j’ai choisi ce lieu entre tous, pour y être invoquée et y répandre mes bienfaits. Pour preuve de ce que je te dis, la santé t’est rendue. » Elle s’éveilla guérie. De retour à Ruessium, elle trouva Saint-Georges et lui narra le miracle.

 

Saint-Georges, suivi d’un grand nombre de personnes, se rendit au Mont Anis. Malgré le mois de juillet, le sommet fut couvert de neige. Soudain, à leurs yeux étonnés, un magnifique cerf apparut et, en courant dans la neige, traça une enceinte, puis disparut.

 

Elle s’empressa d’aller avertir Saint-Vozy. Celui-ci la suivit sur le mont et planta dans les traces des épines sèches. Le lendemain, les épines avaient fleuri et devant ce miracle, il crut. Malgré ses faibles ressources, il érigea une chapelle.

 

Quelques temps après, un effroyable orage épouvanta les habitants de Ruessium. Quand ils retournèrent sur le mont, le dolmen était partagé en croix (une traverse de cette croix existe encore et est placée sous le porche de la cathédrale actuelle).

 

Une paralytique eut la vision d’une vierge qui lui demanda de se rendre sur le mont, de s’étendre sur le dolmen et qu’elle y serait guérie. Ce qui arriva. Apprenant la chose, Saint-Vozy décida d’aller à Rome demander l’avis du Pape qui l’autorisa à construire une église. Il y retourna pour chercher des reliques. Mais en chemin, il fut averti par deux vieillards qui lui donnèrent un reliquaire en disant : « Les anges eux-mêmes viendront consacrer l’église ». Saint-Vozy revint au Puy et, suivi de la foule, il se dirigea vers la chapelle. A ce moment, les cloches se mirent à carillonner pendant qu’un suave parfum se dégageait du chœur.

 

La cathédrale actuelle n’est pas la première église. Au cours des siècles, elle a subi diverses transformations. Beaucoup de pèlerins y ont prié, de simples fidèles, des rois, la mère de Jeanne D’Arc. »

 

Nous extrairons deux choses de cette véritable forêt vierge d’influences au sein de laquelle ingrédients de religion babylonienne à peine camouflés, ritualismes et traditions diverses aux origines évidemment judaïques se sont mêlées à toutes sortes de paganismes évidemment occultes de source et se rattachant au fond de près ou de loin au grand tronc commun qui a Nimrod , et donc Satan, pour père. Est-il besoin de rappeler maintenant que qui dit Nimrod dit en fait Caïn ?

 

Ces deux choses sont essentielles dans le cadre de ce livre et pour la compréhension de la situation que nous vivons de ma-nière générale aujourd’hui.

 

La première est le culte de la Reine du Ciel

 

clairement établi dans le catholicisme comme dogme. Elle est connue sous l’appellation Mère de D.ieu et non mère de Yes-houa, ce qui évidemment nous rappelle une certaine Sémiramis proclamant son fils mort dieu et par voie de conséquence se proclamant implicitement déesse et mère d’un dieu. Ce qui évidemment nous rappelle aussi Eve s’attribuant un rôle de N°1 en s’attribuant un fils comme « propriété » exclusive : Caïn. Le nom Caïn signifie d’ailleurs acquisition. Quelle terrible identité pour cet enfant puisqu’à partir de là sa raison d’être, sa destinée, est entièrement liée à sa mère et non plus au D.ieu créateur et encore moins au père terrestre. Son rôle est en bien des lieux et en bien des convictions ecclésiastiques à peine camouflées considéré comme supérieur à celui de Jésus.

 

Disons-le tout net, Marie chez bon nombre de catholiques est bien plus illimitée dans ses moyens que Jésus. Marie tient en fait le rôle de la Reine du Ciel. Entité dont l’allure démoniaque n’est plus à démontrer pour qui lit la Bible, tout simplement. Mais pour une grande majorité de « chrétiens » au cours des siècles qui ont précédé la Réforme et longtemps après pour beaucoup d’autres elle est divine, « Mère de D.ieu ».

 

Ainsi des millions de « chrétiens » ont pratiqué des siècles durant et pratiquent encore une révérence particulière à Satan sous le couvert d’un culte douçâtre à la Reine du Ciel. Quelle tragédie !

 

Si nous faisons la synthèse de ce qui vient d’être lu (les syncrétismes et le culte à la Reine du Ciel), nous pouvons dire que nous trouvons ici des éléments essentiels qui se rattachent à ce que je nomme plus loin le premier pilier en matière de délivrance.

 

Ce pilier s’appelle : péché occulte. Retenez cela et, comme cela va être développé au chapitre suivant, retenons bien qu’occultisme implique prise de pouvoir de Satan dans le domaine de notre esprit et que cela appelle toujours prise de pouvoir de Satan dans le deuxième domaine ultra-sensible chez l’être humain : l’appareil sexuel. Celui-ci étant créé par D.ieu pour une relation sensible, intime et implicitement pure, bénie sur le plan terrestre et l’autre domaine sensible, celui de notre esprit étant donné par D.ieu pour une relation sensible et pure avec D.ieu.

 

IMAGE NON REPRODUCTIBLE ICI

Monnaie du Vatican (année 1958) Notez la représentation de la femme tenant un calice avec un soleil. Le soleil est un symbole de culte solaire et par conséquent du dieu Baal (Baal=Satan). Ici sont rassemblés en un saisissant raccourci Satan et sa création : la Reine du Ciel, la Femme primordiale divinisée.

 

La seconde est le célibat obligatoire des prêtres, moines et moniales catholiques.

 

Ce n’est pas un détail, loin s’en faut, et cela va nous conduire à ce qui est inévitable lorsque le pilier occultisme est activé : l’activation de l’autre pilier nommé impureté sexuelle.

 

En ce qui concerne le célibat imposé aux prêtres (ainsi qu’aux moines et moniales), il n’est pas biblique. L’apôtre Pierre lui-même voyageait avec son épouse. (1 Cor. 9 : 5) Et Pierre est cependant revendiqué comme premier pape catholique (une supercherie intellectuelle complète qui n’a que l’ignorance des foules comme support réel pour exister.)

 

Paul, l’apôtre, conseillera à ceux qui le peuvent le célibat en vue de pouvoir être plus disponibles pour le service (1 Cor. 7 : 1 à 8). Mais Paul déclare aussi que s’il a ce don de célibat tous ne l’ont pas. Les autres apôtres et anciens depuis Jérusalem ne s’exprimèrent pas à ce sujet car ils étaient tous probablement mariés et cela ne faisait l’objet d’aucun débat particulier.

 

Le premier but de Satan en amenant le célibat des prêtres : faire de l’abstinence une vertu. Paul nous déclare qu’elle peut devenir un enfer si l’on brûle (1 Cor. 7 : 9). Et comment un jeune séminariste de dix-sept ou dix-huit ans peut-il savoir s’il ne brûlera pas ou n’aspirera pas à fonder un foyer dans la trentaine par exemple ? Faut-il s’étaler ici sur les scandales à répétition connus ou inconnus de prêtres pédophiles ou adultères ? Faut-il prendre du temps pour rappeler les orgies sexuelles du Vatican à la Renaissance ? faut-il s’étaler sur tant d’autres choses pour convaincre ?

 

Deuxième but de Satan : recréer le lien Eve/Caïn, Sémiramis/Nimrod en établissant un lien Reine du Ciel/prêtrise catholique.

 

Ce lien, nous l’avons vu, est d’essence démoniaque, incestueux et possessif. Qu’advient-il d’un homme « possédé » par sa mère ou dévot de la Reine du Ciel ? Il est interdit de démarche vers une autre femme et sa destinée sexuelle sera l’homosexualité ou le dérivatif sexuel de hasard, le péché. Et c’est exactement ce que Satan recherche, car ainsi le deuxième pilier est puissamment activé et le système du ping-pong entre les deux piliers nécessaire l’un à l’autre va fonctionner à plein pour alimenter quoi ? Le régime infernal de la Reine du Ciel et par-delà de Satan en personne.

 

Qu’advient-il d’une femme dans la même situation d’être possédée par une mère castratrice, que ce soit sa propre mère et (ou) le régime de la Reine du Ciel, la Madone chez maints catholiques ( Madone : ce qui signifie Mère de toutes les femmes)? La même chose : lesbianisme et vie sexuelle pécheresse. L’exemple le plus tragique ne fut-il pas celui de celle que l’on appelait il y a quelques décennies « Sœur sourire », qui prétendait nous enchanter avec sa voix aux accents si empreints de « vertu » et qui dans le même temps sombra dans le lesbianisme et termina sa trajectoire dans un suicide ?

 

Le lien à la Reine du Ciel avec comme condition le célibat imposé est donc le moyen le plus évident pour amener le péché sexuel et le climat le plus trouble possible sous couvert de ver-tu.

 

Je prends date avec cette déclaration sans guère de difficulté car j’ai observé de près une famille de grands catholiques où de toute évidence autour d’un ecclésiastique bon de cœur, mais homme abusé de ce fait d’autant plus par le système religieux éminemment pervers dans lequel il baignait, plusieurs sœurs restèrent célibataires, l’une dans le mépris des hommes, (en fait de la sexualité), l’autre dans l’expectative entre emprisonnement doctrinal et sexualité brûlante et d’autant plus fuie et subie que fantasmée sans doute. Une autre sœur mariée restera stérile et les frères de cette fratrie eurent l’un un seul enfant physiquement malingre et le dernier en eut douze dans un probable vécu sexuel assez débridé.

 

Leave a Reply

Translate »