Skip to main content

Vous avez dit délivrance ? / Extrait N°8: Le pasteur (biblique et non seulement de titre, ce qui est le cas hélas trop souvent) quant à lui, équipé des dons de l’Esprit, est le ministère par excellence qui peut opérer une délivrance dans un deuxième contexte : un contexte de relation d’aide suivie. Ce qui présuppose l’équipement spirituel requis pour cet authentique pasteur biblique (discernement des esprits, parole de connais-sance, etc.). Il est celui qui est chargé par le Seigneur de veiller sur les brebis et de les soigner. Il apportera donc, selon les besoins, les soins appropriés : délivrance, relation d’aide, conseil spirituel,…

By 15 décembre 2021LECTURE QUOTIDIENNE

Le cas de figure N°2.

 

Le pasteur (biblique et non seulement de titre, ce qui est le cas hélas trop souvent) quant à lui, équipé des dons de l’Esprit, est le ministère par excellence qui peut opérer une délivrance dans un deuxième contexte : un contexte de relation d’aide suivie. Ce qui présuppose l’équipement spirituel requis pour cet authentique pasteur biblique (discernement des esprits, parole de connaissance, etc.). Il est celui qui est chargé par le Seigneur de veiller sur les brebis et de les soigner. Il apportera donc, selon les besoins, les soins appropriés : délivrance, relation d’aide, conseil spirituel,…

Je préconise pour ma part une méthode acquise d’expérience et fondée sur l’étude de grands et profonds principes bibliques (de-puis la chute et via la caïnisation de l’humanité, ainsi que le système antichristique occulte et de perversion sexuelle de Nimrod

 

– voir en Genèse 10 : 8 à 10) concernant le régime de démonisation possible des individus ou de leurs arrière-plans.

 

Cette méthode est appelée « purification des deux piliers » (sexualité dépravée et occultisme) et a pour axe essentiel

LA REPENTANCE.

 

Dans ma pratique pastorale biblique, j’interdis alors en priant les manifestations démoniaques car elles sont inutiles (je lie les puissances, selon Matth. 18 : 18). Cela n’empêche pas, une fois le terrain du péché discerné et confessé que ces puissances perdant leurs droits se retirent de manière flagrante. Les centaines (et peut-être même les milliers) de vies purifiées en témoignent (pour en savoir plus, veuillez acquérir mes cds d’enseignement à ce sujet) NB : lorsque je fais mention du pasteur biblique ce n’est pas restrictif. On peut être apôtre et pasteur, évangéliste et prophète, etc. On me comprendra.

 

Il est à noter que ce genre d’action pastorale, de délivrance se fait TOUJOURS au coup par coup, un seul individu à la fois et dans l’intimité de l’officine pastorale où D.ieu pardonne, délivre et EFFACE jusqu’au souvenir de ces choses selon l’Ecriture, puisqu’il OUBLIE nos transgressions jetées au fond de la mer (Michée 7 : 19) et que le sang précieux de l’Agneau est passé pour effacer. Il est significatif que l’oubli profond, réel, se fait aussi dès lors de façon étonnante dans la mémoire du serviteur. Qu’en est-il de « l’oubli » dans le bon sens du terme, dans ces réunions collectives ici et là ?

 

Un travail personnel

 

Il y a un véritable gouffre entre cette attitude qui consiste à accueillir dans une très sensible écoute du Saint-Esprit la personne qui est sous oppression démoniaque et celle qui consiste, en définitive, « à débusquer les démons comme on enfumerait une grange pour en faire sortir les chauves-souris ». Si vous provoquez ça par une réunion spiritualiste (devrions-nous dire spirite ?), mettant les gens en condition et leur disant : «vous allez être délivrés, etc.», j’appelle cela exciter les démons. Quels fruits peuvent venir de là, si ce n’est l’illusion, voire l’apparition de démonisations réelles là où il n’y en avait pas ? Nous sommes là en plein univers où le psychique joue à fond. Et du psychique au démoniaque il n’y a que peu de distance. Certains en ont fait une spécialité et ils amènent les gens à croire qu’il sont démonisés alors qu’ils ne le sont peut-être même pas… Ceci rentre parfaitement dans la ronde de tout un spirituel spectaculaire et accrocheur qui fait florès aujourd’hui et dont les arrière-plans sont – cela finit toujours par se vérifier par les aveugles eux-mêmes, à leurs dépens – scabreux, troubles. Notons au passage que l’on retrouve toujours le problème de l’argent sous forme de demandes exorbitantes ou d’offrandes très spectaculaires en périphérie de ces manifestations de spirituel spectaculaire… Un signe parmi d’autres.

 

Que dire aussi du discernement qu’il faut pour différencier la démonisation du seul désordre émotif, qui fait suite aux trauma-tismes, aux paroles méchantes et aux abus de toutes sortes et qui nécessite une guérison de l’âme (guérison qui est souvent néan-moins combattue, freinée par des puissances démoniaques) ? C’est tout un autre sujet qui est voisin de celui que nous venons de traiter et où de terribles dérives ont également cours.

 

Jésus travaillait personne après personne et je crois que nous devons l’imiter. Car chacun est unique dans son identité et sa destinée et donc aussi dans ses souffrances et ses démonisations éventuelles.

 

Une expérience cuisante.

 

J’ai appris, tout jeune ministère, une leçon difficile mais féconde d’enseignements, lors d’une réunion d’évangélisation il y a près de trente  ans. Un sataniste y avait fait un premier pas vers le Seigneur. Mais brusquement il a commencé à se manifester bruyamment en pleine réunion, de façon très spectaculaire et j’ai, dans l’ignorance des lois de D.ieu à ce sujet à l’époque, dialogué longuement avec les puissances qui étaient en lui en vue de le délivrer. J’ai vraiment cru que je devais délivrer cet homme. Erreur, car c’était moi (de bonne foi humaine) qui pensait devoir agir et ce n’était pas le temps de D.ieu. Emporté par l’urgence et fort de l’onction qui m’accompagnait, j’ai « foncé ». Mais avec le recul j’ai compris que ce n’était pas le temps de D.ieu pour cet homme et j’aurais simplement dû lier les puissances et entamer avec lui un travail pastoral de purification qui aurait impliqué SA REPENTANCE.

 

La délivrance du sataniste :

 

Voici bien des années donc, aux alentours de 1990, j’avais été invité à l’étranger dans le cadre des Hommes d’Affaire du Plein Evangile à quelques réunions particulièrement bénies et j’avais choisi avec l’accord de mon assemblée de Belgique de prolonger mon séjour pour effectuer sur place un travail de relation d’aide et d’évangélisation.

 

Un week-end de réunions d’évangélisation fut organisé. D’emblée ces réunions furent placées sous une onction très puissante et je vécus là certaines de mes expériences les plus fortes et les plus étonnantes de jeune ministère.

 

Ce devait être un samedi soir et la réunion battait son plein en approchant de sa fin, quand soudain un jeune homme particulièrement pâle et maigre se leva, en proie à de terribles contorsions qui l’envoyèrent vite au sol. Les sièges en plastique se mirent à voler de toutes parts autour de cet homme et très vite une dizaine de forts gaillards de ma corpulence furent amenés à maîtriser le jeune homme dont le corps si mince se soulevait encore, doué d’une énergie colossale, en nous baladant de gauche et de droite. J’estimai, sans prendre aucun recul et fort de l’onction très forte qui reposait sur moi à ce moment, que j’avais « à y aller » et je m’engageai dans cette lutte, humainement résolu à vaincre. Là fut mon erreur. Si j’avais été expérimenté et plus prompt à interroger le Seigneur, j’aurais compris qu’il me fallait dans le cas de ce jeune homme lier les puissances des ténèbres et entamer ensuite avec lui un travail basé sur la repentance pour aboutir sans doute à terme à une délivrance plus paisible, car il n’était intérieurement pas prêt à sa délivrance.

 

Je commençai à prendre autorité sur les démons qui habitaient ce corps car des manifestations très violentes accompagnées d’injures, d’invectives et de menaces s’étaient faites jour. Ce à quoi nous assistâmes est indescriptible. Je l’ignorais, mais ce jeune homme avait été manipulé par un groupe sataniste et utilisé pour amener chez eux une victime humaine à sacrifier. Selon ce qu’il nous conta plus tard, à cette occasion il fut violé et offert à des démons tout en étant introduit ainsi dans ce groupe sataniste comme membre.

 

Je n’avais jamais eu à être confronté à quelque chose d’aussi extrême. Les démons « montèrent » les uns après les autres après d’âpres luttes spirituelles. A un moment, l’un d’eux commença à énoncer les péchés cachés des hommes qui maintenaient le jeune homme pour l’empêcher de se blesser. Les uns après les autres, mes collaborateurs occasionnels se retirèrent gênés. Je demeurai seul face à l’homme à délivrer avec la seule autorité du nom de Jésus. L’un d’entre eux me tint un langage étonnant qui se vou-lait séduction concernant certains de mes projets futurs et je dus prendre autorité avec beaucoup de force. Dans ces circonstances, je découvris que le monde démoniaque pouvait être en parfaite connaissance de nos projets et qu’il les combat donc ou essaye de les « favoriser » en les dévoyant avec beaucoup de subtilité par exemple (voyez l’expérience de Jésus dans le désert – Luc 4 : 5 à 8). Finalement ils furent tous chassés dans un vacarme de cris affreux et de grandes souffrances physiques pour le jeune homme. Un des démons avant de partir promit de me tuer et de me faire payer très cher tout ce qui venait de se passer. Le jeune homme dormit ensuite treize ou quatorze heures et nous veillâmes en priant. Nous demeurions vigilants car pendant sa délivrance nous avions pris conscience qu’un cercle sataniste dans la ville s’était organisé pour contrer et si possible bloquer sa délivrance.

 

Lorsque le jeune homme délivré se réveilla, il ressentit une profonde détresse, un sentiment de grande dépression. Sur une direction de D.ieu, je le pris dans mes bras et priai pour monter en esprit auprès de D.ieu le Père et de Son trône (le jeune homme avait accepté le Seigneur comme Sauveur). Ce qui s’en suivit est de l’ordre du miracle, il poussa un cri émerveillé car il vit quelque chose de la gloire de D.ieu. Une gloire libératrice et consolatrice. Il fut apaisé, réjoui. Par la suite nous dûmes néanmoins constater que la marche de cet homme avec le Seigneur s’avéra bien difficile. Signe que quelque chose ne « collait pas ».

 

Lui était libre, mais les années qui suivirent furent pour moi l’occasion de nombreuses et harassantes attaques de tous ordres (dont la calomnie à haute dose) qui faillirent même ruiner complètement ma santé et mon honneur à une époque. Le temps passa et je continuai à exercer le ministère tout en méditant durant des années sur le sens de ces incidents consécutifs à une délivrance.

 

Leçon à tirer :

 

Le contact prolongé avec des puissances démoniaques peut avoir pour effet de souiller, d’attirer l’homme de D.ieu sur un terrain dangereux, difficile. Ne méprisons pas la ruse, l’intelligence et la force du monde démoniaque. Ce sont des réalités. Il y a aussi peut-être le risque de vouloir, même inconsciemment, se confronter avec elles pour exercer son autorité. Que nous le fassions au nom de Jésus-Christ ne change alors rien à l’affaire.

Join the discussion One Comment

  • Brigitte Pelletier dit :

    Bonjour Haim et Élishéva,
    Je me rend compte que je me suis souvent opposée au monde spirituel
    par manque de sagesse par rapport aux esprits d’impudicité et de rébellion
    auxquels je faisais face.
    Je me repends du manque de prière, de ne pas lier ces esprits.
    Je comprends maintenant les soubresauts.
    Je me repends aussi de l’orgueil de faire les choses par moi-même.
    Merci de m’avoir montré ces principes et vérités sur moi-même.

Leave a Reply

Translate »