Skip to main content

VOUS AVEZ DIT PROPHETE ? de HAIM GOEL / Extrait N°19 : J’avais bien questionné ma mère, mais sans réponse valable si ce n’est…

J’avais bien questionné ma mère, mais sans réponse valable si ce n’est  (en bref):

 Tu nais, tu vis, tu meurs….J’avais bien questionné ma mère, mais sans réponse valable si ce n’est

J’avais bien soigneusement évité de questionner nombre d’adultes, les religieux encore moins que les autres, car je savais qu’ils ne savaient pas et mentaient. Les « professionnels » de la foi, le plus souvent, ne savent pas et mentent, se mentent, enfants peureux ayant trouvé refuge dans leurs soutanes ou sans soutanes, mais dans leurs dénominations protectrices.

Habité par ce besoin profond, j’avais tout au fond une angoisse existentielle, une peur panique mêlée de défiance de mes réussites qui risquaient de me fixer quelque part avant que je n’aie trouvé ce « fameux lieu et sa formule » (une expression empruntée à Rimbaud, bien entendu, mais qui me convient à merveille).

De ce fait, je suicidai systématiquement chaque réussite, démissionnant, partant au loin, voyageant beaucoup en attendant de trouver le lieu et la formule…

Avec ce train de vie, je brûlais la chandelle par les deux bouts. Je connus ainsi toutes sortes de situations extrêmes, frôlai la mort et j’appris le courage d’homme, toujours ailleurs, hors du monde des humains arrêtés. Je voyais les humains arrêtés, sans parcours autre que manger, dormir, s’amuser, se marier… Mourir, et mourir jeune déjà du point de vue de leur destinée non discernée, s’enferrer sur des rails vides, désolés. Impossible à accepter et le vacarme du monde devenait épouvantable à entendre.

J’allai ainsi, jusqu’au jour où, à bout de forces (j’en avais pourtant beaucoup en tant que désespéré espérant trouver…), solitaire (peu de femmes vous trouvent rassurant lorsque vous allez ainsi, nez au vent pour, dites-vous, trouver l’inaccessible étoile – merci Brel pour l’expression !), je me retrouvai à fuir là où j’aimais tant aller, dans mes chères forêts d’Ardenne giboyeuses avec leurs clairières silencieuses et odorantes d’un début d’Eden retrouvé.

Et en un moment comme nous en connaissons tous, je questionnai D.ieu ; oui, D.ieu, car je pressentis soudain que tout ce parcours si rude, si exigeant, consistant à fuir ce que tous recherchaient sans savoir au fond où cela me conduisait, seul ce D.ieu de ma grande solitude pouvait m’en donner l’explication et je fis cette prière :

¾ Pourquoi toute cette école si rude pour moi, pourquoi ai-je choisi tout ce parcours atypique, si dur et intense ? 

Cela sortit de mon cœur tel que je vous le rapporte. C’était exactement comme quand le petit de 3 ou 4 ans criait au Monsieur derrière le Soleil :

¾ Monsieur, quand est ce que je te verrai ?

La réponse vint calme et forte :

¾ Parce que Je te prépare, Je prépare ton caractère pour des choses très difficiles que tu vivras dans l’avenir.

Avec le recul, je comprends aujourd’hui que D.ieu a veillé à la formation de mon caractère en le rendant déterminé, au travers de bien des souffrances et frustrations, car mes frustrations étaient totales, à tous égards, et je dus apprendre à marcher, marcher, marcher.

D.ieu veille et prépare chacun d’entre nous pour une mission, une œuvre sur cette terre ; à chacun il revient de l’accepter ou de le refuser, de vouloir savoir ou ne pas vouloir savoir où se trouve le lieu et la formule. Le salut en Yeshoua est la clé du lieu et de la formule, mais l’ayant trouvé, comment y entrons-nous ? Certains semblent vivre avec des caractères d’enfants éternels dans des corps d’adultes…

 

Les ersatz

Ils surabondent. D’autant que nous approchons des temps apocalyptiques de confrontation absolue entre le vrai et le faux, le saint et le profane.

Voici cinq exemples parmi des centaines d’autres, et nous ne donnerons pas plus de place ici à ce pain moisi-là, mais nous déplorons que ce genre de « ministères » abonde aujourd’hui en des milieux qui, hier encore, vivaient de manière sainte avec les dons authentiques de l’Esprit en milieux pentecôtistes.

1/ Kenneth Copeland : message de Dieu pour l’année 2020

Dans ses vœux de nouvelle année, Kenneth Copeland a transmis le message qu’il a reçu de la part de Dieu, le 13 octobre 2019, pour l’année 2020.

« L’Esprit de Dieu est venu sur moi et a parlé à mon esprit : 2020 sera une année de grands changements. Des changements merveilleux et magnifiques dans le royaume de Dieu sur la terre. Les changements viendront grâce aux idées et aux concepts donnés directement par Jésus à son Église par son Esprit puissant. Des concepts glorieux sur la façon dont ses lois fonctionnent, les lois régissant l’accroissement et la prospérité financière. Les mêmes lois de l’Esprit qui ont libéré des miracles et des guérisons divines et la manifestation de sa toute-puissance sur la terre. Des nouvelles révélations de son amour, de sa personne même car il est amour.

Nous aurons un aperçu de la véritable puissance et de la force de sa joie. Ce seront des jours de grands changements politiques : de grandes victoires pour son peuple, et de grandes défaites pour les ennemis spirituels de Dieu et de son peuple qui seront écrasés. 

Quant à ceux des deux côtés de la division politique (Républicains et Démocrates, note de la traduction) qui refusent d’écouter le Seigneur de l’Église : leurs rêves seront anéantis. Leurs aspirations seront éteintes et leurs équipes seront démantelées. Je les démettrai de leurs fonctions, certains par le vote, d’autres par la tragédie et d’autres encore qui abandonneront d’eux-mêmes et iront faire autre chose, en désespoir de cause. 

Les États-Unis d’Amérique sont mon pays, a dit le Seigneur Jésus. Il a été fondé par des gens qui m’aiment, animés par leur amour et leur désir, dans le seul but de m’adorer et adorer le Dieu tout-puissant, et je ne l’oublierai jamais. 2020, sera l’année du changement, et de la manifestation du pouvoir tout puissant, dit la loi divine. »

Kenneth Copeland est un télévangéliste bien connu du sud des États-Unis (Texas). Formé par Oral Roberts dont il a été l’un des proches, il fait partie de la troisième génération des revivalistes nés du réveil d’Azuza street (son ministère a commencé dans les années 70). KCM (Kenneth Copeland Ministries) emploie 400 personnes qui sont dirigées depuis le siège social à Fort Worth, au Texas, supervisant six bureaux internationaux au Canada, en Afrique, en Asie, en Australie, en Europe et en Ukraine. Sa fortune est estimée à 760 millions de dollars, le plaçant en tête du top ten des évangélistes les mieux payés du monde. Il est un des représentants les plus emblématiques de la théologie de la Prospérité, et son influence est grande : son émission quotidienne du réseau câblé de KCM « Believer’s Voice of Victory » peut atteindre 2,3 milliards de téléspectateurs potentiels.

Le magazine de 32 pages du même nom est envoyé à 362 000 personnes dans le monde. Grâce à ses médias sociaux, KCM est suivi par plus de 1,4 million de fans sur Facebook, et plus de 260 000 abonnés sur Twitter.

Copeland, faux prophète de la nouvelle alliance avec Rome !

Consultez les vidéos suivantes !

https://leve-toi.com/apostasie-warning-un-message-de-confirmation-venu-de-doug-batchelor

https://leve-toi.com/en-complement-du-message-de-batchelor

https://signesdestemps.org/declaration-du-pape-aux-charismatiques/

https://www.preachub.com/kenneth-copeland-et-les-pentecotistes-font-allegeance-au-pape-catholique-romain_d66bf4a38.htm

 

Le 28 mars à 18 h, Kenneth Copeland a pris autorité en direct contre le coronavirus, le chassant du pays par une prière d’exorcisme. Le lendemain, il y avait 458 morts. Il affirme avoir soufflé le vent de Dieu sur le virus

(La vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=g3rflel11u0 Ctrl + clic pour suivre le lien.)

Les projections selon le modèle IHME prévoient 70 000 décès pour la première vague.

Les jours suivants ont donc fait apparaître la mise en scène de sa prière comme pathétique. Touché, mais pas coulé, puisque ça ne l’empêche pas de continuer à exhorter son public, mais surtout de solliciter leur générosité, toujours égal à lui-même : 85 ans, pas une ride, pas un cheveu blanc, parodie de l’éternelle jeunesse, résidant dans des demeures luxueuses, il donne l’impression que ni le temps ni le Trésor Public n’ont de prise sur lui.

« Les faux prophètes… dévorent les âmes, ils s’emparent des richesses et des choses précieuses, ils multiplient les veuves au milieu d’elle » (Ézéchiel 22.25).

« Et ce sont des chiens voraces, insatiables ; ce sont des bergers qui ne savent rien comprendre ; tous suivent leur propre voie, chacun selon son intérêt, jusqu’au dernier » (Ésaïe 56.11).

« Ainsi parle l’Éternel sur les prophètes qui égarent Mon peuple, qui annoncent la paix si leurs dents ont quelque chose à mordre, et qui publient la guerre si on ne leur met rien dans la bouche. » (Michée 3.5‑7)

Leave a Reply

Translate »