Skip to main content

VOUS AVEZ DIT PROPHETE ? de Haïm Goël / Extrait N°43 : Pour les jeunes femmes : participer à la Formation en marchant comme évoqué plus haut est également excellent.

3/ Pour les jeunes femmes : participer à la Formation en marchant comme évoqué plus haut est également excellent. Attention, il n’y a pas de possibilité d’appel au ministère, sauf rare exception biblique permise par D.ieu et reconnaissable en cas de défaillance masculine complète. D.ieu Lui-même dans ces cas-là pourvoit. Voyez Déborah en Israël. Auquel cas le corps appréciera. En Formation en marchant j’ai vu se lever des femmes avec un puissant appel d’intercesseur et accompagnées de la libre et puissante liberté d’user des dons de l’Esprit.

Je conseille aussi aux sœurs d’étudier tout le bon matériel que l’on trouve sur la question de l’identité de l’homme et de la femme (ESSENTIEL), le couple, etc. Je recommande donc la lecture de mes livres, et je recommande tout autant et plus encore ceux de mon épouse, car Elishéva et moi sommes très complémentaires, même en écrivant… Voyez la liste de ceux-ci en fin de livre.

Les écrits d’Elishéva sont, entre autres choses, anti-Jézabel, par essence. Lisez-les (notamment Une réflexion sur le « ministère féminin »). Mon épouse est une femme vertueuse et sobre qui a su de longtemps éviter tous les pièges tendus aux femmes, et ceux de ce temps en particulier. Comme je l’ai dit pour les hommes plus haut, je suggère aussi aux sœurs de se chercher des modèles de féminité accomplie à l’épreuve de la relation avec un homme. Attention, votre mère est-elle possessive, dominatrice ou non ? Attention au piège du féminisme qui renie le fait qu’homme et femme sont liés et que leur existence n’a de sens que l’un par l’autre en vue de former un EHAD d’essence parfaite, accomplie.

Ce n’est pas simple (et demande du courage, de la virilité, du caractère), mais fuir cela pour exalter, promouvoir le genre féminin pour lui-même est en fait une autre tentative de vouloir dominer l’autre, l’homme en l’occurrence. Attention, car il existe toute une batterie d’explications pseudo-bibliques de la part de femmes chrétiennes pour justifier leur revendication au ministère.

Ce que j’en ai vu avec le recul relevait toujours d’une âme non guérie et en voie de « Jézabellisation ». J’ai été surpris de vérifier au final que ces femmes « servantes de D.ieu » étaient poussées par leur orgueil et leur âme blessée à devenir tout simplement haineuses et portées à maudire, détruire la gent masculine, le couple, l’entourage masculin. Très souvent leurs époux sont faibles jusqu’à la caricature.

Mes sœurs, si vous cherchez vos modèles de ce côté-là, vous trouverez de ces femmes avec un « ministère » dont les époux sont devenus de pitoyables « toutous » soumis et faibles. Bonjour Jézabel et Achab. Nous avons croisé ces modèles plus d’une fois et, depuis quelques années, nous avons assisté à une déferlante américaine, mais aussi européenne, de duos « prophétesses-toutous mâles ». Je rapporte ces choses avec une forme d’humour camouflant mal la honte, mais ce phénomène m’avait été annoncé prophétiquement par le Seigneur il y a une vingtaine d’années, et je l’ai vu hélas s’accomplir.

La chose ira en grandissant car le duo Achab et Jézabel a malheureusement de beaux jours devant lui avant le retour (très, très viril) du Maître.

Fuyez ces choses.

4/ Il faut aussi connaître ce que signifieront, pour un chrétien simplement honnête et prêt à servir D.ieu en toutes circonstances, les possibles et fréquentes réactions de « serviteurs » dédiant bien plus leur temps à l’édification de leur ministère (« un lourd caprice » qui dénote quelque chose d’Achab) qu’à celui que D.ieu aimerait les voir vivre. Ah, la recherche du pouvoir, du succès terrestre !

Dans l’épisode de la pastorale rapporté en pages 96, 97 et 98, rappelez-vous, je disais :

Il m’est arrivé, revenant d’une mission de réveil au Cameroun en 1989-90, de joindre une pastorale (un témoignage déjà rapporté plus haut mais permettez-moi la redite). Attention, un vrai réveil, pas seulement un rêve de réveil, mais un vrai, solide et beau avec conversions de sorciers, reconsécration de chrétiens, miracles puissants, présence divine particulière dans une ville de brousse avec parfum sortant de l’église à une heure du matin, après des heures de réunion, parfum se répandant et attirant les païens. Une ville de brousse réputée comme capitale de sorciers (de rudes personnages du monde de Satan, croyez-moi).

En pastorale de plusieurs centaines de pasteurs en France.

La nuit précédant le jour où, à ma demande, je devais témoigner du réveil au Cameroun, le Seigneur m’a averti que j’aurais le lendemain une prophétie à donner. Le jour de mon intervention, j’ai passé la matinée en prière, car je ne voulais pas monter sur l’estrade avec autre chose que ce que le Seigneur voulait me confier. Durant ce temps de préparation, le Seigneur m’a donné une vision et une pensée prophétique très nette et simplement formulée.

Rappel de la vision que j’ai transmise avec son explication :

« Deux lignes obliques l’une derrière l’autre et en sens opposé représentaient deux voies, l’une descendante, l’autre ascendante. Sur la première, descendante, j’ai vu descendre des « figures de proue » de notre monde évangélique (les visages me sont apparus, mais j’ai tu la chose, car je n’avais pas à le dire). Descendre, car trop lourds, trop encombrés d’une foule de choses qui n’avaient rien à voir avec leur véritable appel et qui représentaient un lourd fardeau pour le Corps.

Il y avait aussi une dimension de jugement dans cette descente, car plusieurs ne s’étaient pas contentés de leur ministère, avaient organisé des structures impliquant « la mise en esclavage » du peuple de D.ieu et quelquefois (souvent) la persécution des entourages qui cherchent à fonctionner dans la seule obéissance au Seigneur.

Des armes terribles et pas très propres avaient été utilisées contre des frères et sœurs avec d’authentiques et puissants appels de D.ieu.

Des flèches terribles et empoisonnées ont été décochées depuis ces forteresses contre des ministères libres, non encore « encagés » par des systèmes politico-religieux dont nos milieux évangéliques sont aussi producteurs, hélas, que d’autres. On s’était construit des trônes et on s’échangeait des politesses de trône à trône.

D.ieu allait mettre un terme à tout cela peu à peu par de puissants jugements. [1]

La deuxième route représentée par une oblique ascendante, dans ma vision, était parcourue par des individus étranges, des « idiots » d’apparence, des naïfs, des boiteux de la vie, des simples (Jacob lui aussi fut boiteux après l’aventure du gué de Jabok.).

Au fur et à mesure qu’ils grimpaient cette route, des éclairs d’onction très puissante tombaient sur ces « idiots ». D.ieu levait une armée extraordinaire mais HUMBLE. 

¾ Voici les ouvriers de la dernière heure ! finis-je par dire dans cette pastorale.

À peine avais-je fini qu’un frère que je ne nommerai pas (et qui, étrangement, fut quasiment à ma conversion le témoin d’une prophétie donnée par un autre serviteur, m’annonçant un puissant ministère) s’est rué sur l’estrade, a empoigné le micro, ou plutôt me l’a arraché, et a entamé un discours hautain et virulent (vraiment féroce) contre « ces jeunes qui cherchent à donner des leçons aux plus anciens ». L’homme, dont j’ai deviné l’esprit ambitieux, prenait la défense de ses pairs. Flatter est plus aisé que reprendre…

Le triste florilège des persécutions qui ont suivi pour moi en France en milieu dit pourtant de « Plein Évangile » et en milieu dit « messianique » ne sera pas rapporté ici. Inutile. Sachons simplement que le mensonge y a été pratiqué et dénoncé publiquement avec preuves sans que survienne la moindre repentance ou réparation. L’hypocrisie consternante s’étalait devant nos yeux ébahis et devenus silencieux tant le choc était grand.

Mon épouse et moi avons dû, entre autres, subir un ignoble et violent tribunal ecclésiastique exclusivement préoccupé d’humilier, sans aucune ouverture à notre parole, sans nous donner aucun droit de réponse. Nous y avons découvert comment, dans certains milieux, il était interdit de répondre quoi que ce soit à des accusations invérifiées… et outrageusement fausses.

On ne se questionne plus sur les motivations secrètes de telles pratiques, elles cachent toujours de très laides choses.

Plus loin, encore et encore le mensonge, la lâcheté, l’égoïsme le plus cynique, le discours à deux têtes, l’une pour les apparences, l’autre, hideuse, face aux circonstances de choix de la vérité. La politique et ses froids retournements de veste. Toutes ces choses que je croyais impossibles en milieu « chrétien », j’en fais l’aveu, il m’a été difficile de les comprendre et d’accepter l’inacceptable.

Mais il fallait pardonner et aimer, car même ces étranges « frères » avaient été souvent abusés et « habitués », voire « éduqués »  à ces choses. Donc le pardon mais en restant lucide.

Difficile apprentissage.

[1] N.B. : Durant les années suivantes, D.ieu a entamé ce processus et jugé de façon nette et visible, au point que sont survenues fin de vie ou déchéance flagrante, hélas !

Leave a Reply

Translate »