Skip to main content

VOUS AVEZ DIT PROPHETE ? de Haïm Goël / Extrait N°49 : Au sujet de Hinn et de Joyner

Au sujet de Hinn et de Rick Joyner

 

 

Qui est Benny Hinn ?

Il existe tant de controverses autour de Hinn que je me contenterai des deux ou trois témoignages qui vont suivre, car à quoi bon relancer un débat lorsque tant d’éléments avérés et non fruits de la simple rumeur mettent en garde. Je m’intéresserai plutôt aux racines occultes du mal à l’arrière-plan.

Tout d’abord que penser de : « Hinn participa à des rencontres avec Kathrin Kulmann. Il déclarera d’ailleurs avoir reçu ou repris l’onction de Kulmann sur sa tombe » ?

Hinn est né de parents chrétiens palestiniens à Yaffo (Jaffa) en Eretz Israël. Dans ses livres, Hinn affirme que son père était maire de Jaffa au moment de sa naissance et que comme enfant il était socialement isolé et handicapé par un solide bégaiement tout en étant un étudiant de première valeur. Ces affirmations ont été contestées par les critiques de Hinn.

Je tiens personnellement d’un serviteur de D.ieu israélien juif que Benny Hinn s’est déclaré Juif par moments. Ce serviteur de D.ieu, pasteur-évangéliste à Tel-Aviv, fut un voisin de Hinn à Jaffa dans leur enfance commune et connaissait fort bien Hinn comme Arabe chrétien. Il lui a écrit pour le reprendre à ce sujet… Hinn, ayant émigré au Canada avec ses parents, participa à des rencontres avec Kathrin Kulmann. Il déclarera d’ailleurs avoir reçu ou repris l’onction de Kulmann sur sa tombe.

Au point de vue doctrinal, les déclarations de Hinn au cours de son ministère furent d’ailleurs souvent étranges et controversées. Hinn est connu pour ses fausses prophéties relatives aux temps de la fin car annonçant la destruction des homosexuels aux USA, la mort de Fidel Castro dans le courant des années 1990 et la fin du monde pour 1992 et puis 1999 (pauvre Castro, n’avait-il pas comme tout homme besoin plutôt de l’Évangile de salut et de paix en Yeshoua ?).

À l’aide de caméras cachées, les producteurs de l’émission Do you believe in miracles ? ont suivi les croisades de Hinn en filmant nombre de comportements choquants tels que détournement apparent de fonds, falsification de la vérité, et une habile sélection quant au choix des « miraculés » recevant l’autorisation de monter sur scène pour témoigner comme le rapporte le témoignage suivant : « Les cas les plus désespérés qui sont des demandeurs fréquentant de bonne foi les croisades de Hinn sont systématiquement interceptés et sortis de la ligne des témoins et renvoyés dans la salle. En 2004, au cours d’un service au Canada, les caméras cachées ont filmé une femme qui portait sa belle-fille atteinte de dystrophie musculaire.

Elle a été interpellée par deux agents de sécurité alors qu’elle tentait d’entrer dans la file pour le témoignage des guérisons suite à une bénédiction de Hinn. Il lui a été demandé si la guérison avait eu lieu et la femme a répondu que non mais qu’elles étaient là pour un contact de prière direct avec Hinn.

La malade refusant de quitter le lieu a réclamé la prière directe de Hinn et s’est mise à vouloir marcher « par la foi » portée par une atmosphère de spectacle, selon la mère. Cela a été infructueux et les deux femmes ont quitté la scène en larmes, repoussées précipitamment par le service d’ordre parce que la guérison n’avait pas eu lieu et que Hinn n’avait finalement pas prié directement pour la malade ».

J’ai pour ma part, voyageant aux USA, enregistré de la part d’une épouse de pasteur un témoignage direct tout aussi violent et même physiquement violent.

Il est aussi significatif que Hinn est un adepte (très visible) de l’évangile de la prospérité !

Plus encore, voici le témoignage de notre unique rencontre, Elishéva et moi, avec Hinn (tiré de mon livre Vous avez dit délivrance ?) :

Que n’a-t-on pas fait et que ne fait-on pas en matière de guérison physique, de guérison psychique et de délivrance démoniaque en ces jours ? Mais que l’on ne se méprenne pas, je me répète, je reste profondément attaché aux neuf dons spirituels répertoriés dans l’Écriture (1 Co. 11.8-10) et viens encore de prier il y a quelques heures pour un de mes fils effectuant son service militaire en Israël. De ce fait, je l’ai vu peu ces douze derniers mois alors qu’il souffrait de quelque chose de sérieux et d’apparemment inguérissable. Après imposition des mains il a été guéri. [Note de H. Goël : Ce témoignage a été écrit à l’époque de l’écriture du livre Vous avez dit délivrance ? Il date donc de plusieurs années et non pas du moment de l’écriture de ce livre Vous avez dit prophètes ?]

Notons que toutes ces choses (note : décrites plus haut dans le livre) ont des points communs : elles mettent en valeur de faux ministères non répertoriés bibliquement (voir Éphésiens 4.11), elles jouent sur le spectaculaire et aiment le spectacle, elles ont toutes un arrière-plan occulte camouflé derrière un christianisme de façade quelquefois très séduisant.

Elles attirent l’attention bien plus hors du Corps que d’y fixer harmonieusement les croyants, elles attirent l’attention sur un « ministère vedette » bien plus que sur le Chef éternel du peuple des rachetés : Yeshoua. Enfin, elles font souvent l’objet de pratiques douteuses au niveau de l’argent. « ELLES ONT TOUTES UN ARRIÈRE-PLAN CHARNEL ET OCCULTE CAMOUFLÉ DERRIÈRE UN CHRISTIANISME DE FAÇADE LE PLUS SOUVENT TRÈS SÉDUISANT. »

Laissez-moi vous rapporter ici une expérience – vécue voici bien des années lors d’une convention en Allemagne – un extrait de mon livre La Bête et son image :

C’était à Francfort en Allemagne dans les années 1980 :

« Les trois journées de convention se déroulaient dans une atmosphère particulièrement bénie. L’orateur principal, évangéliste mondialement connu, rayonnait de l’amour du Seigneur et son onction faisait des ravages dans le camp de Satan. La chose était indiscutable. Je vécus là aussi des expériences particulièrement puissantes. Signes et miracles accompagnaient cet homme et une sainte lumière se dégageait de tout cela. Des réunions très bénies nous étaient aussi proposées, enseignement, louange, etc. Tout cela était indiscutablement oint et attesté par une sainte présence de D.ieu.

Le deuxième ou le troisième jour, les choses changèrent mais avec une telle subtilité que je mis un certain temps à me faire une opinion définitive et que, j’en ai la conviction aujourd’hui, bien des croyants furent séduits ce jour-là. Un homme dont je ne trouve pas utile de donner le nom ici [Note : ainsi en décidai-je à l’époque dans le livre Vous avez dit délivrance ? Mais ici vous savez à présent qu’il s’agit de Hinn] fut introduit pour prêcher et exercer le ministère.

Malaise immédiat ! En fait, cet homme ne prêcha guère et autant dire pas, mais parla beaucoup de puissance, d’onction, etc. Toutes choses dont il est inutile de parler quand elles sont là, authentiquement présentes et évidentes ! À moins que l’assurance de cet homme n’ait pas été tout à fait aussi paisible qu’il ne l’aurait fallu en matière de puissance, d’onction, et de leur source. À moins qu’il ne faille s’avancer sous le masque d’une séduction visant à attirer plus le regard sur la puissance que sur D.ieu Lui-même. Étonnamment, cet homme multiplia des signes et des prodiges qui ressemblaient presque trait pour trait aux signes manifestés au travers de son aîné qui nous avait, lui, vraiment bénis par ses messages et le confort d’authenticité spirituelle dans lequel il nous conduisait, même et surtout en nous reprenant. Tous crurent que l’Esprit de D.ieu voulait, en répétant les choses, nous surprendre. Il régnait sur le plateau une étrange excitation.

Mais je ressentis, sans l’expliquer immédiatement, un profond malaise. Le Saint-Esprit en moi n’était pas « confortable ».

Je priai et D.ieu me dit : « Envoie ton épouse au moment de l’appel que fera cet homme et de l’imposition des mains qu’il va proposer ». Je m’exécutai et mon épouse alla (elle avait à cette époque besoin d’une guérison). Arrivée à six ou sept mètres de l’estrade, elle stoppa net et fut empêchée par quelque main invisible d’avancer encore. Mon épouse fit demi-tour et revint s’asseoir à mes côtés en me disant :

¾ Je me suis sentie extrêmement mal à l’aise avec cet homme, il m’a semblé être quelqu’un de mauvais, de méchant. J’ai été incapable de m’avancer plus avant. Quelque chose m’en a empêchée avec une telle force… !

Je me remis alors à prier, conduit par le Saint-Esprit. Le Seigneur me dit ceci : « Regarde bien cet homme et prie en fixant intensément ce que tu vois ! »

Ce que je voyais ? Je voyais un homme faire, avec beaucoup de conviction et d’excitation surtout, toute sorte de choses par imposition des mains. Toute sorte de choses qui semblaient venir de D.ieu.

L’homme baignait aussi, comme son prédécesseur, dans une lumière et une onction puissantes. Je continuai à prier et me mis non plus à regarder mais à voir. Je commençai alors à saisir quelque chose de ténu, comme caché derrière beaucoup de bruit (et puis l’amour ne soupçonne pas le mal, n’est-ce pas ?) mais quelque chose de bien réel : il n’y avait pas d’amour chez cet homme. L’amour de D.ieu était absent !

L’Esprit de D.ieu me poussa ensuite à considérer la lumière qui se dégageait de cet homme. Je vous le dis, avec des yeux simplement humains il était impossible de discerner quoi que ce soit. Je priai encore et encore et D.ieu me fit alors voir quelque chose de stupéfiant. Je vis toute la silhouette de cet homme comme cernée d’un trait noir. Et c’est de ces ténèbres que jaillissaient la lumière et « l’onction » dans lesquelles il baignait. Je vis alors que la lumière qui se dégageait de lui était froide, lunaire, glacée même. Vous avez dit lumière… mais quelle lumière ?

La source de cette lumière ne faisait aucun doute pour moi. J’appris par la suite que cet homme disait avoir reçu onction et appel devant la tombe d’un leader charismatique mondialement connu, Kathrin Kulmann ou encore sur la tombe d’Aimée Mac Pherson. Des personnes pratiquant déjà des choses largement reprises par Hinn ensuite et donc au témoignage finalement douteux. Faut-il préciser l’origine de l’aura noire perçue autour de la silhouette de Hinn ?

J’ai depuis lors enregistré maints témoignages qui confirment, concernant cet homme, tout ce que j’ai vu ce jour-là : fausses doctrines, mensonges, adultère, scandales divers, fausses prophéties à répétition. Le tout bibliquement dénoncé. »

Un exemple qui dénonce le caractère profond de Hinn parmi bien d’autres : au cours d’une réunion filmée et mondialement diffusée, Benny Hinn déclara avec une voix caverneuse étrange qui à elle seule est déjà tout un signe :

¾ Je place une malédiction sur toute personne qui critique ce ministère (le sien) et son onction !

Il faut aussi exposer le fait que les réunions de Hinn avec sa prétendue onction ressemblent furieusement à ce qui se passe en Inde avec le culte de la Kundalini. Il suffit de visionner sur internet. Les ressemblances sont vraiment trop troublantes que pour ne pas éveiller l’attention.

Cette phrase de malédiction citée plus haut suffit à elle seule à dénoncer Hinn qui semble ne pas connaître l’ordre donné par le Seigneur Lui-même de bénir nos ennemis (Mt. 5.44 : « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent. »). Jamais Hinn ne s’est repenti de cela, une horreur absolue pratiquée couramment en milieu sataniste ou par une personne habitée par la haine. Et il suffit de regarder la moindre vidéo des « spectacles » de Hinn pour comprendre que lorsqu’il se précipite sur autrui, censé être habité par l’onction, il déploie une gestuelle d’une violence inouïe qui à elle seule doit heurter psychiquement et jeter au sol les personnes. Où sommes-nous dans ce genre de foire violente et non ointe ?

Ou alors, s’il y a onction on est en droit de se demander : quelle onction ? Que penser encore de l’addiction au luxe lorsque Hinn fréquente, de passage en jet privé en Italie, le palace réputé être sans doute le plus cher au monde et que Hinn choisit la suite à 10 800 dollars la nuit ? Réponse : la femme primordiale, d’une façon ou d’une autre, en arrière-plan. Sommes-nous au fond si loin du personnage de Néron décrit dans ce livre[1] ?

Récemment, j’ai reçu un mail enthousiaste d’une œuvre au nom ronflant et suggestif : « Living Fire Ministry », et cette œuvre vantait le remariage de Hinn avec sa propre épouse dont il était divorcé. Mais de quelles farces abreuve-t-on le peuple de D.ieu en ces jours ?

Le divorce est un malheur, et celui d’un homme de D.ieu encore plus. Et si remariage il y a d’avec la femme divorcée, on peut s’en réjouir, mais faire de cela un spectacle hollywoodien comme celui que je suis allé voir sur internet en archives… !?!?

Quelle présomption, quel orgueil, quel show idolâtre autour d’un homme et du fait de circonstances qui pour être heureuses et dignes auraient dû se vivre évidemment dans la discrétion, l’humilité.

Eh bien non ! C’est le spectacle qui prévaut. Monseigneur Hinn se remarie, projecteurs et fastes très coûteux en place s’il vous plaît !

Face à ces choses, je ressens un profond malaise où se mêlent la honte et une forme d’effroi et de dégoût.

Ce même ministère de Living Fire clamait haut et fort sa joie de voir Hinn venir en France. Comment peut-on risquer de souiller les âmes avec le spectacle donné de façon mégalomane par un homme qui maudit autrui en public tout en se présentant comme un grand spécialiste de la vie de l’Esprit ?

Une forme d’ivresse toute psychique qui ne demande qu’à se perpétuer ad infinitum a de toute évidence séduit ces gens en ces temps. Et je gage là aussi qu’il ne faudrait guère gratter fort chez tous ces gens amateurs de strass « évangéliques », d’une spiritualité efféminée, en perpétuelle excitation (et pourquoi ?) pour trouver la Reine du Ciel et un père absent et/ou une mère sur-présente dans les arrière-plans.

[1] Personnage de Néron décrit dans le livre EHAD.

Leave a Reply

Translate »