Skip to main content

VOUS AVEZ DIT PROPHETE ? de Haïm Goël / Extrait N°53 : Nous avons des raisons bibliques de ne pas croire ce qui est avancé dans ce livre.

Nous avons des raisons bibliques de ne pas croire ce qui est avancé dans ce livre. Dans la Bible Paul disait : « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. » (2 Timothée 4.7). Le même Paul, au ciel, dit à Joyner qu’il n’avait pas été à la hauteur. Le Paul que Joyner rencontra dans les cieux réduisit la valeur de ses propres écrits inspirés : « Si ce que j’ai écrit est utilisé comme fondement, il ne supportera pas le poids de ce qui a besoin de s’y construire […] Tu dois voir mes enseignements à travers ceux du Seigneur, et ne pas essayer de le comprendre, lui, selon ma perspective. Ses paroles sont le fondement ». [45] Ceci veut dire que les livres canoniques écrits par Paul ne sont pas vraiment » les enseignements du Seigneur ». D’après les normes étranges de Joyner, supposément apprises d’un saint défunt, les « lettres rouges » (certaines Bibles mettent les paroles de Jésus en rouge) sont plus inspirées et officielles que les noires. Paul enseignait que l’Église est bâtie sur les fondations des apôtres et des prophètes (bibliques [46]), mais ici Paul dénie ce qu’il a écrit sous inspiration. Quelle horrible confusion cela engendre à propos de l’autorité des écritures. Paul dit en fait à Rick Joyner de prendre les paroles de Jésus comme ayant plus d’autorité que les écrits de Paul ; d’un autre coté le livre de Rick Joyner procure page après page des citations de Jésus, mot à mot, publiées à l’attention de tous. Cher lecteur, j’espère que vous vous rendez compte qu’il s’agit d’une duperie : elle dénigre l’importance des épîtres, élève les paroles de Jésus, et fournit d’autres paroles de Jésus.

L’humilité de Joyner est souvent mentionnée dans son livre. Dieu connaît les cœurs. Le fait est qu’aucun d’entre nous n’est totalement libre de l’orgueil dans cette vie. C’est endémique à la race déchue. Néanmoins, Dieu donne l’humilité, la liberté et l’amour pour Lui et pour les autres. Celui qui est réellement humble, comme Bruce l’a dit, n’en est pas conscient et est désolé de son propre orgueil ; Nous ne connaissons pas nos propres cœurs et bien moins ceux des autres. Toutefois, Jésus dit à Rick Joyner qu’il peut obtenir une complète connaissance des autres, tout comme Jésus.

Ceci [une ‘parole de connaissance’ sur la maladie physique de quelqu’un] se produit quand tu touches mon intelligence, ne serait-ce que légèrement. Je connais toute chose. Si tu avais pleinement mon intelligence, tu serais capable de connaître entièrement tous ceux que tu rencontrerais comme tu en as fait l’expérience ici. […] tu dois non moins ardemment connaître mon cœur. Alors les yeux de ton cœur s’ouvriront. Et tu verras comme je vois, et tu feras ce que je fais. [47]

En plus d’être submergé par une mer de subjectivisme, il y a de sérieux problèmes avec l’idée que Rick Joyner puisse connaître tout à propos des autres comme Jésus les connaît. Le problème est que Dieu ne donne pas la capacité de connaître entièrement le cœur et les pensées des autres. Nous ne comprenons même pas notre propre cœur. « Le cœur est tortueux plus que tout, et il est incurable. Qui peut le connaître ? Moi, l’Éternel, j’explore le cœur, j’examine les reins pour traiter chacun conformément à sa conduite, au fruit de ses agissements. » (Jérémie 17.9-10).

Un jugement avant le temps

Paul a dit aux Corinthiens : « C’est pourquoi ne portez aucun jugement avant le moment fixé, avant le retour du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres et il dévoilera les intentions des cœurs. Alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui revient. » (1 Corinthiens 4.5). Nous ne connaissons les intentions du cœur de personne. Nous avons à juger les enseignements à la lumière des Écritures et les vies par leurs fruits, mais les motivations intérieures du cœur nous sont cachées. Étant donné que seul Dieu connaît les cœurs, seul Dieu peut être le juge définitif. Le jugement de Dieu est encore à venir. Ni le jugement du tribunal de Christ (2 Corinthiens 5.10) ni celui du grand trône blanc (Apocalypse 20.11) n’est déjà advenu. Étonnamment, Rick Joyner prétend que la récompense finale de certaines personnes lui aurait déjà été révélée. Il apprit cela par le biais d’entretiens avec des défunts.

Les entretiens avec deux personnes de nom inconnu, dont l’identité n’est pas difficile à deviner, sont très révélateurs. Joyner vit un homme sur un grand trône aux cieux.[48] D’après la description de Joyner, il s’agissait apparemment de l’enseignant hérétique William Branham. Jésus dit à Joyner à propos de cet homme : « C’était un messager pour l’Église des derniers jours, mais l’Église n’a pas pu l’entendre pour des raisons que tu devras comprendre en temps voulu. Un moment c’est vrai, il a sombré dans le découragement et l’erreur et son message fut déformé. Il faut retrouver ce message […] ». [49] Ainsi Joyner vit Branham (si cela était bien lui) grandement récompensé et vit que son message devait être restauré.

Précédemment Joyner avait rencontré un autre saint défunt : « Je le reconnus : c’était celui que j’avais considéré comme un des plus grands leaders de tous les temps ». [50] L’homme n’avait pas été bien récompensé aux cieux : « Voir cet homme dans l’assemblée des « vierges folles » fut pour moi la plus grande des surprises ». [51] Cet homme est appelé « le grand Réformateur ». [52] D’après l’entretien de Rick Joyner avec le réformateur, celui-ci fut autorisé à mourir tôt. [53] Le réformateur confessa à Joyner : « Et à la fin de ma vie, j’étais littéralement un ennemi du véritable Évangile, du moins en pratique, même si mes enseignements et mes écrits avaient l’air impeccablement bibliques ». [54] Il confessa aussi : « […] j’ai toujours eu foi en l’œuvre de la croix pour mon salut personnel, même si j’en ai effectivement éloigné d’autres en les conduisant à moi plutôt qu’au Seigneur ». [55] On trouve bien des éléments additionnels dans l’entretien de Joyner avec la femme de cet homme.

Ainsi, dans le schéma du jugement de Joyner, ceux qui sont dans l’hérésie sont assis sur des trônes près de Jésus et ceux qui défendent la foi d’une manière érudite sont dans les rangs les moins élevés des cieux. On trouve aussi sa théologie hérétique dans cette partie du livre. Que le réformateur soit une « Vierge folle », fait référence à l’idée élitiste que seulement certains chrétiens font partie de l’épouse du Christ. Plutôt que d’essayer de prouver à partir des Écritures que l’élitisme est avéré, il essaye de le prouver par la bouche de saints défunts jugés et contrits. Au travers du livre, ceux qui font l’apologie de la foi corrigent les faux enseignements et promeuvent l’étude érudite sont tout le temps présentés négativement. Ils sont partiellement bloqués sur la montagne, se battant pour une certaine doctrine alors que ceux réellement illuminés entrent dans le royaume le plus haut. [56]

Conclusion

Il est à peine notable que Rick Joyner et ceux de son acabit enseignent le mysticisme, l’élitisme et un biais anti-scolastique. Leurs racines théologiques sont profondément ancrées dans de telles approches. Ce qui est très inquiétant au sujet de L’Ultime Assaut est la façon dont ces idées théologiques sont enseignées. Plutôt que d’essayer de justifier l’élitisme d’après l’Écriture, il le met dans la bouche de Jésus, d’anges et de saints défunts. Tout son système est teinté d’élitisme et de justice par les œuvres. En ayant Jésus enseignant ces choses, comment peut-on les corriger, ou démontrer que Joyner se trompe ? Nous ne pourrions faire notre propre voyage au ciel, parler à Jésus et Paul et demander s’ils ont vraiment déclaré ces choses à Rick Joyner. Étant donné que Joyner prétend connaître déjà le verdict du jugement (au moins dans certains cas) avant le temps, le lecteur est intimidé et poussé à accepter son schéma biblique. Ceux qui ne favorisent pas les approches mystiques et élitistes du christianisme sont morts jeunes et ont perdu la plupart de leurs récompenses. Ceux qui ne reconnaissent pas « l’autorité » de Joyner sont pleins de fierté. Ceux qui corrigent l’erreur sont sous une horrible influence démoniaque, incapables de trouver la liberté à moins que les « aigles » (prophètes comme Joyner qui sont entrés dans la plus haute sphère et sont revenus aider les masses misérables de chrétiens ordinaires) ne viennent en aide.

Comme nous l’avons vu, les enseignements de Rick Joyner sont presque identiques à ceux objets de la mise en garde de Paul en Colossiens 2. Étant « entré », il prétend maintenant être en mesure de juger, de discerner et de détenir la clé de la liberté vis-à-vis des puissances hostiles. Puisque tel est le cas, nous devrions tout simplement suivre le conseil de Paul à son sujet. Il nous a enseigné trois choses à faire avec Joyner et d’autres comme lui : 1) « Prenez garde : que personne ne vous prenne au piège […] » (littéralement : ne vous emporte comme butin – Colossiens 2.8) ; 2) « Que personne donc ne vous juge […] » (Colossiens 2.16) ; et 3) « Que personne, […] ne vous prive de la victoire.[…] » (littéralement : n’agisse comme un arbitre et ne vous disqualifie – Colossiens 2.18).

Si nous refusons de croire que les citations directes de Jésus faites par Joyner sont vraiment les paroles de Jésus, nous faisons preuve de sagesse en ne nous mettant pas sous le jugement. Nous ne perdrons pas notre « prix » parce que nous ne laisserons pas de supposés prophètes nous conduire sur la « montagne » au troisième ciel. Dieu ne nous tuera pas parce que nous considérons comme non-biblique le livre de Joyner et avertissons les gens à ce sujet.

Paul dit des enseignants élitistes : « et il ne s’attache pas à celui qui est la tête. C’est pourtant d’elle que tout le corps, bien nourri et solidement assemblé par ses articulations et ses liens, tire la croissance que Dieu donne » (Colossiens 2.19). Le corps entier et même le membre apparemment le moins important, est maintenu par le Christ ; et notre croissance est due à la grâce qui nous est donnée par le Christ à travers la croix. Aucun enseignant élitiste ne peut « disqualifier », même les plus démunis des saints. Chaque partie du corps est donnée par le chef, le Christ, sans intermédiaires angéliques ou humains. Ainsi donc, ne craignez pas les Rick Joyner du monde ; ils ne peuvent pas vous priver de la victoire.

Sauf indication contraire, les citations bibliques de la traduction française sont tirées de La Bible : Segond 21. Romanel-sur-Lausanne, Société Biblique de Genève, 2007.

 

Leave a Reply

Translate »